DIY tutos brico, ZERO DECHET

Le Compte à rebours avant Noël : le calendrier de l’avent qui peut te servir toute l’année

Chaque année, j’essaie de trouver une nouvelle façon de présenter les « surprises » du calendrier de l’avent, que ce soit avec le thème Harry Potter, avec des étoiles en papier ou même des bocaux.

Dans notre calendrier de l’avent fait maison, on offre avant tout des moments en famille et des instants d’exception dans le quotidien, bref de l’inattendu mais qui finalement ne coûte pas grand chose ou pas + que ce que l’on prévoit de base.

Je m’explique : on fait une raclette ou une fondue dans le mois de décembre, alors on s’arrange pour l’intégrer sur un soir de semaine et de la prévoir dans le calendrier de l’avent, idem pour une sortie ciné qui du coup paraîtra comme un événement même si on serait allé au cinéma de toute façon … j’avoue je ruse, mais au final les enfants / ado sont ravis de toutes ces « folies » douces.

Voici nos 35 idées de moments à mettre dans un calendrier de l’avent Zéro déchet ou + green que ceux du commerce.

Pour présenter les « bons pour » de cette année, j’ai joué la carte de la facilité.

J’ai décidé de faire plutôt un compte à rebours avant Noël.

Note qu’il pourra servir avant un anniversaire ou un événement important (un voyage ou un week-end attendu, un mariage, les vacances, la date du brevet ou du Bac du grand, les 40 ans de maman … mouais mouais …a-t-elle vraiment envie d’un compte à rebours ?? 😉 )

Pour faire ton panneau de compte à rebours, il te faut :

  • une plaque de bois, ou reste de planche ou comme ici un couvercle de caisse de vin abîmé
  • 2 punaises / épingles
  • 2 pinces
  • de la peinture ou des feutres pour inscrire une phrase ou dessiner et décorer
  • des chiffres à imprimer pour inscrire le nombre fatidique
  • un petit crochet si tu souhaites le suspendre

Positionne tes pinces à l’aide de punaises.

Ici le bois est tendre, sinon tu auras peut-être besoin d’un marteau, alors attention tes doigts comme dirait le petit lapin du métro parisien 😉

Inscris la phrase de ton choix : j’ai volontairement utiliser l’expression « le grand jour » pour qu’il s’adapte à toutes les situations mais tu peux écrire « avant la venue du Père Noël » ou « le réveillon de Noël » ou « le repas interminable en famille » 😉

A toi de personnaliser au mieux ton compte à rebours.

La décoration que tu y mettras autour sera d’autant mieux mise en valeur et offrira une vue thématique facilement sans avoir à changer ton panneau.

Et voilà il ne te reste plus qu’à découper et mettre les chiffres.

J’ai créé les chiffres que tu peux trouver ci-dessous : l’idéal est de les imprimer sur du papier épais pour pouvoir les faire durer plus longtemps malgré les multiples manipulations.

J’ai essayé de faire un décor qui puisse s’adapter à plusieurs saisons et moments de l’année, tout en faisant noël, green et nature  😉

Pense à les changer chaque jour.

Et si tu l’utilises comme un calendrier de l’avent, tu peux déposer le « bon pour » du jour, devant ou derrière le panneau pour la surprise.

Voilà un DIY ultra facile, rapide et qui offre une alternative sympa aux calendriers de l’avent classique, commercial et industriel.

Vive le fait main ! 😉

Tu peux également retrouver un autre calendrier de l’avent avec des bouchons de liège sur le site Toutlevin que j’ai conçu l’année dernière.

N’hésites pas à me laisser un commentaire et à aller voir les autres idées sur mon tableau Pinterest pour un noël DIY

DECO, ZERO DECHET

Rendez-vous déco : la rénovation de la cuisine Avant/Après travaux

Comme annoncé dans l’article sur mon « inspiration cuisine », nous avons fait des travaux pour changer nos meubles de cuisine mais également la disposition et quelques aménagements.

Et voici le résultat !

Mais commençons par l’Avant : une cuisine avec une disposition en U mais pas complètement car traversée par un « couloir » de passage qui donne sur l’entrée puis mon bureau.

Un bar coupe la pièce et ne nous sert finalement ni à manger ni à boire l’apéro mais appelle seulement le bazar perpétuellement, même si je m’évertuais à le garder clean …

En effet l’entrée est dans la même pièce et sans rangement ni étagère, on vient plus facilement poser ses affaires sur le bar.

Seul avantage il « cachait » 2 très grands casseroliers : mais bémol, ceux-ci étant très gros et hauts, ils prennent en fin de compte beaucoup de place pour ranger de la vaisselle ou des plats qui pourraient être moins « éparpillés » et on perd la hauteur des casseroliers autant que l’on a du mal à « cloisonner » à l’intérieur ces grands rangements.

Résultat c’est le bazar, on y voit pas clair ou alors il y a seulement 2 immenses plats pour un seul tiroir géant ! Perte de place.

Un frigo très imposant, une tour très haute, un meuble vitré profond et haut complètent l’ensemble d’une cuisine certes moderne mais finalement rendue étroite et étouffante.

Résultat un sens de circulation pas pratique, ni hygiénique (les gens qui rentrent dans la cuisine directement en arrivant et posent sacs et clefs sur le plan de travail où l’on prépare le repas), ni sécuritaire (le plat chaud sortant du four avec les enfants traversant ce couloir en courant pour aller chercher un jeu dans mon bureau vu que vous apercevez sur la droite que les chambres sont dans le prolongement de ce couloir et mon bureau à l’opposé : une belle grande ligne droite pour prendre son élan ;-)) …

Bref nous avons choisi de fermer la partie donnant sur l’entrée et d’ouvrir côté salle à manger.

La phase de travaux peut démarrer après avoir passé des mois à réfléchir sur l’aménagement de notre cuisine en fonction de nos habitudes. D’ailleurs je vous propose un article sur comment s’y prendre pour concevoir les plans de sa cuisine et lister ses besoins.

Et après quelques semaines ….

Pour les meubles nous avons choisi le modèle de meubles KUNGSBACKA de chez IKEA : en noir avec plan de travail Bois.

Ce choix était une évidence car je souhaitais du noir et que c’est un modèle éthique (autant qu’acheter du Ikea puisse être éthique, vous en conviendrez, et même si cela s’apparente à du green washing, je n’avais que cette solution, mis à part le seconde main, et je n’en ai pas trouvé, c’était la solution la moins pire, avec un coût acceptable).

En effet ce modèle est fabriqué à partir de bouteilles plastiques recyclées.

Pour le réfrigérateur nous avons opté pour un modèle de frigo à tiroirs HOTPOINT ARISTON afin de conserver un maximum de linéaire bas et aussi pour mieux voir au quotidien les produits qu’il contient.

Notre organisation de frais est essentiellement à base d’aliments qu’on achète au marché, chez des petits commerçants, en vrac ou de reste de repas de la veille.

J’espère que ce rangement sera efficace pour ne plus avoir trop de nourriture d’avance et surtout voir d’un coup d’œil ce qu’il reste.

Nous n’achetons plus en grandes surfaces (un drive tous les 2 mois pour les produits type PQ, lait … ce qui m’évite de mettre les pieds dans une enseigne de supermarché, évite les achats inutiles, et surtout de prémices de crises d’angoisses que je développe de plus en plus dans les temples de la consommation ).

Nous ne consommons plus de yaourt, par exemple. De temps en temps du fromage blanc qu’on achète au marché, ou nous faisons des crèmes maison.

Donc cela réduit considérablement nos besoins d’espace sur des « étagères » de frigo.

De ce fait les tiroirs nous correspondent beaucoup plus pour le rangement de nos courses alimentaires.

Je vous ferais un retour d’expériences après quelques mois d’utilisation si cela vous intéresse.

Nous avons également un petit frigo top pour compléter, essentiellement bouteilles et reste de repas, ou plats que nous préparons : il va me permettre d’optimiser mon organisation façon batch cooking, que j’espère développer encore dans les prochains mois.

Nous avons opté niveau configuration pour certains placards qui s’ouvrent côté « salle à manger » pour faciliter le service et pour un certain esthétisme.

Côté entrée, nous allons installé une verrière.

Côté bureau, la porte atelier Castorama laisse désormais entrer la lumière depuis mon espace de travail et s’accorde avec la future verrière de l’entrée.

Niveau décoration, je tenais à ne pas laisser complètement vide le haut des murs et je cherchais une petite étagère purement déco pour y placer quelques objets suivant les saisons et les envies, avec également dans l’idée de pouvoir alterner les mugs (mon péché mignon, j’en ai beaucoup trop mais je continue d’en recevoir en cadeau et j’avoue que je me sers de tous, et qu’ils tournent également dans la maison, en guise de pots pour les succulentes ou de pots à crayon dans mon bureau … bref les mugs c’est mon point noir du minimalisme, mais il faut un talon d’Achille à toute héroïne 😉 On peut aussi inclure les boites à thé dans cette faiblesse ;-).

Ces mugs sont autant le symbole de mes voyages que de ma vie d’avant : un temps où acheter chez Starbucks ne me posait pas de problème.

Ce temps est révolu, mais j’ai conservé les mugs.

Les équerres Castorama, la planche Leroy Merlin (trouvée sur le bon coin) et la crédence noire Ikea

La caisse de vin customisée contient notre nécessaire à café : une cafetière italienne, un bocal de café en vrac, un bocal de sucre, 4 tasses à expresso. Vous pouvez retrouver mon tuto de ce coin café sur le site Toutlevin où je propose chaque mois un DIY déco ou utile.

La tour du four a réduit sa hauteur pour conserver un maximum cet aspect épuré sur le haut des murs, et puis vu que je ne suis pas super grande, cela m’évite de stocker des choses inaccessibles dans un placard trop haut.

Pour les aménagements intérieurs, nous n’avons quasiment que des tiroirs « hauts », pas d’étagères.

Seules exceptions pour les rangements d’angles, avec des étagères coulissantes, et un meuble à épices.

Nous avons conservé une plaque de cuisson au gaz car je ne voulais pas changer mes casseroles et poeles, je suis habituée à cuisiner comme cela, et surtout notre abonnement gaz de ville est peu cher.

 

Après la salle de bain, c’était le gros chantier.

Maintenant je vais poursuivre la déco de mon bureau et des chambres, mais ce sera purement du rangement, de la chine d’occaz.

Il nous reste l’entrée à aménager : juste de l’autre côté de la verrière.

Nous avançons aussi sur un projet de Bar / Bodega entièrement en récup’ et upcycling dans le jardin 😉

N’hésitez pas à aller voir mes tableaux Pinterest Déco Cuisine !

Si vous avez des questions, vous pouvez me les poser en commentaire de cet article.

Et vous, quelles sont vos envies de déco pour cet automne ?

BORDEAUX EN FAMILLE, LES ACTIVITES KIDS

5 jeux d’extérieur pour occuper les enfants (et les parents) en vacances

Quand les beaux jours sont là, et qu’on a la chance d’avoir un jardin, on se dit qu’il n’y aura rien de plus simple pour occuper les enfants que les envoyer jouer dehors … mais la phrase redoutée arrive : « je m’ennuie ».

Alors voici quelques idées de jeux pour l’extérieur qui t’éviteront d’avoir à construire une piscine ou transformer ton jardin en aire de jeu municipale avec balançoires et toboggans.

  1. les slacklines

Entre deux arbres ou même un poteau, tu peux leur faire travailler leur équilibre avec les fameuses Slacklines.

Attention, on veut pas finir aux urgences alors on débute par un accrochage à ras du sol et petit à petit on prend de la hauteur. L’avantage c’est que même les ado vont kiffer !

Pour tenir debout il faut rester calme, prendre son temps et se concentrer …

Bref un jeu qui permet de se centrer sur son corps, de se détendre tout en étant dehors et de profiter de l’ombre des arbres et du jardin.

Et pour les parents c’est tout bénèf aussi car cela oblige à se gainer alors vive les abdos et les muscles profonds en jouant avec les enfants ! 😉

2. Le Molky

L’incontournable Molky : il commence à être bien connu et même célèbre !

C’est un jeu en bois qui demande adresse, concentration et dextérité.

Parfait pour jouer en famille aussi car cela rappelle aux parents les parties de pétanque de leur jeunesse 😉

 

3. L’indémodable élastique des cours de récré

L’élastique fait travailler le cardio de tes bambins 😉

Autrement dit, cela devrait bien les fatiguer.

Et contrairement aux idées reçues, les garçons adorent ce jeu autant que les filles !

Alors pour le prix dérisoire, on s’offre des heures de tranquillité !

4.  Un kit de jardinier

Un coin de terre où ils pourront planter leurs propres graines et le reste du temps l’entretenir : arracher les mauvaises herbes, creuser autour, gratter la terre … Bref se prendre pour de vrais jardiniers !

Aucun enfant ne trouve le temps long à ramasser les cailloux du jardin en remplissant sa brouette ! (Et pour vous, ce sera nickel pour passer la tondeuse ensuite 😉 )


5. La tente de jardin

Une maisonnette (pliable c’est encore mieux) c’est des heures de jeux en perspective : dinette, aventures, papa-maman, école …

Tout est possible dans leur imagination ! L’avantage c’est qu’ils pourront jouer dedans aussi quand l’hiver sera venu, et que vous pouvez la déplacer à l’ombre en fonction des heures de la journée, et même l’emporter sur votre lieu de vacances.

Un investissement largement rentabilisé qui servira même pour la sieste des plus récalcitrants : dormir sous la tente, c’est beaucoup plus fun que dans son lit 😉

 

Et vous quels sont vos indispensables pour que les enfants jouent au jardin ?

LA PAUSE FEMININE

La battle des carnets : quel cahier choisir pour son bullet journal ?

Voilà maintenant un an que j’ai adopté le concept du bullet journal.
Je t’avais expliqué le principe et pourquoi cela me convenait.
J’avais également fait un bilan positif au bout de 6 mois de son utilisation en cherchant comment améliorer les choses qui me posaient souci.

Mi-agenda, mi-cahier à listes, mi-carnet de dessins, il rassemble tout ce qui te permet de t’organiser, t’évader, créer, te rappeler, avancer dans tes projets.
Oui mais lorsqu’on met toute sa vie dans un seul et même objet de papeterie, on devient super exigeant.

J’ai désormais à mon actif 3 marques différentes de carnets.

Voici la battle qui te permettra de choisir le tien :

Le Leuchtturm 1917 : il est conseillé par beaucoup de sites, blogs pour commencer un bullet journal. En effet, il a beaucoup d‘avantages.
– 250 pages numérotées
– sommaire
– petits points
– couverture simple mais solide et avec un grand choix de coloris (j’ai le kaki et après beaucoup d’hésitation entre le violet et le noir, je ne me suis finalement pas lassée de ce joli vert)
inconvénients :
– la plupart des feutres transpercent quand on dessine : papier
– manque de fantaisie
Prix : 15.50 euros


 

Le dingbats :
Il m’a été conseillé dans un groupe facebook lorsque je cherchais des pages un peu plus épaisses et un petit peu plus d’originalité.
Les qualités :
– format légèrement plus grand que le leuchtturm (pas grand chose mais environ 1 cm de + en largeur et hauteur )
– sa couverture bien épaisse avec son grain et sa petite illustration animalière (j’ai pris le vert anglais avec un cerf : cela reste sobre mais j’aime beaucoup ce petit symbole qui rend un peu comme un talisman porte bonheur sur votre carnet )
– papier épais
inconvénients :
– les pages ne sont pas numérotées : certes je peux le faire moi-même mais j’avoue que je n’avais pas pensé que cela me poserait autant problème.
– idem pour le sommaire : je peux le faire moi-même mais les pages sommaire sont quand même assez indispensable pour retrouver ses listes ou autres projets et trackers.
– les pages sont détachables : alors là certains diront que c’est un avantage, on peut enlever une page si on se trompe sans que cela nuise au cahier, on peut donner une liste et avoir un papier sous la main. Pour ma part je trouve que ça fragilise les listes que je tourne souvent et j’ai peur que certaines pages se déchirent toutes seules avec l’usage.

 

Le Scribbles ( that matter) :
Voulant un compromis des deux précédents j’ai tenté l’aventure après avoir attendu plusieurs semaines qu’il revienne sur Amazon après rupture de stocks.
Les qualités :
– Pages numérotées
– papier épais
– sommaire (et même Key pour ceux qui utilisent des codes pour s’y retrouver dans leurs tâches)
– 2 couleurs de ruban marque-page
– couverture originale + épaisse que leuchtturm mais moins que Dingbats avec pleins de petits dessins, plusieurs couleurs au choix (j’ai le gris avec élastique jaune : j’aime beaucoup le contraste entre ces 2 couleurs)
inconvénients :
Franchement c’est vraiment mon préféré ! Si je dois lui trouver un défaut ce sera peut-être les petits dessins de la couverture qui peuvent faire un peu trop « collégienne » ou « loisirs » (moi j’aime bien ;-)) mais la bonne nouvelle c’est qu’ils en ont sorti des + sobres / classiques 😉
Prix : 18.99 euros


Et toi, quel carnet utilises-tu pour ton Bullet Journal ?

DIY tutos brico

Recycler ses vieux jeans troués : la ceinture de bricoleuse !

Recycler ses vieux jeans troués ? Facile !

On avait vu dans une première partie comment utiliser le bas d’un jean troué (entre les cuisses, tu sais l’usure de la nana qui a pris 6 kg dans le jambonneau !) en faisant un emballage pour offrir une bouteille de vin !

Gros succès !

Aujourd’hui tu vas me haïr pour la simplicité de la suite à donner à ce reste de tissu qui ne demande qu’à être exploité.

N’as-tu jamais pensé quand tu es au jardin, ou que tu t’adonnes à tes tutos ou loisirs créatifs, qu’il serait beaucoup plus malin d’avoir tout sur toi, plutôt que faire des allers-retours ou chercher où tu as posé ce fameux pistolet à colle ou ton sécateur ?

Eh bien la solution est là devant toi, pile à ta taille : la ceinture de ton jean avec ses poches parfaites pour contenir tes outils et petit matériel !

Tu n’auras besoin que d’une paire de ciseaux. Oui tu as bien entendu !

Tu coupes juste en dessous des poches arrières et idem devant : tu fais bien tout le tour en prenant soin de conserver la ceinture et son bouton.

Et voilà !

Tu n’as plus qu’à mettre ce qui reste de ton jean à l’envers (les grandes poches devant façon petit tablier) et à le boutonner !

Si tu es perfectionniste tu pourras peaufiner les finitions en y cousant un biais ou une dentelle qui donnera une touche plus esthétique.

C’est aussi une bonne alternative à la banane des années 80-90 lorsque tu fais un vide-grenier par exemple ou que tu ranges la chambre des enfants (tous les petites figurines, legos etc vont dans les poches pour éviter l’aspirateur !).

Bref à toi de me dire ce que tu en feras 😉

Moi cette ceinture magique pratique va me servir à te préparer de nouveaux tutos ! 😉

DECO, DIY tutos brico

DIY Un porte-bijou tendance : recycler une caisse de vin pour sa salle de bain !

J’ai toujours aimé créer, bricoler, repeindre, et détourner.

Quand certains ne voient qu’une fonction à un objet, j’en vois 3 et j’imagine dans d’autres couleurs ou dans d’autres pièces de la maison, comment leur donner une seconde vie ou les embellir.

Alors quand le site Toutlevin m’a proposée de rédiger des tutos bricolage sur le thème du recyclage du matériel autour du vin, j’y ai vu un challenge formidable mais aussi une façon de pouvoir m’éclater dans cette partie créative manuelle que j’ai toujours pratiquée.

Ce mois-ci on prépare la fête des mères !

Oui on peut gâter sa maman avec un cadeau pas cher, fait main, et qui fera un sacré effet car on peut le personnaliser à volonté !

Bijou + vin = le combo parfait pour une maman comblée, non ? (ah toutes les mamans ne sont pas comme moi ? 😉 )

On va donc trouver une façon originale et ultra simple d’accrocher les colliers !

Temps : 20 min (+1h de séchage minimum)

Coût : entre 3 et 12 euros

Matériel :

  • Une caisse de vin
  • Des petits crochets
  • Une bombe de peinture ou des restes de peinture
  • Un tournevis et une vis

Dépoussiérer la caisse de vin pour que la peinture puisse bien adhérer et préparer votre zone de travail en la protégeant des projections.

Bomber avec de la peinture en bombe ou peindre la caisse.

A vous de choisir le rendu : totalement opaque et lissé, ou plutôt effet vieilli à la chaux …

N’hésitez pas à passer plusieurs couches pour obtenir la couleur que vous souhaitez, laissez bien sécher entre chaque couche.

Vous pouvez également personnaliser en créant des motifs géométriques ou prévoir des emplacements pour des stickers.

Préparer la position de vos crochets.

Faciliter le vissage des crochets en préparant des trous à l’aide d’une vis et d’un tournevis, ainsi vos crochets se visseront parfaitement et sans difficulté.

Visser vos crochets : Varier les positions pour que les colliers qui y seront accrochés soient mieux en valeur et pour la praticité.

Personnaliser en dernière minute avec des photos de ses enfants chéris (ou de son acteur ou chanteur préféré 😉 )

Voilà vous n’avez plus qu’à lui offrir avec une bonne bouteille de vins et un collier et elle sera comblée.

Une vraie vitrine de bijoutier tout en récup’, c’est pas top ?

Si Maman a aussi beaucoup trop de boucles d’oreilles à ranger, vous pouvez compléter ce tuto DIY avec celui présent sur ToutleVin : un porte-bijou avec une étampe.

Toujours aussi facile pour beaucoup d’effet !

N’hésitez pas à nous montrer vos réalisations en nous envoyant vos photos et commentaires.

Retrouvez également mes autres tutos DIY comme : le plateau apéro !

 

 

CULTURE, LA PAUSE FEMININE, Livres et CD

4 idées lecture : mes derniers livres lus préférés #mars2017

happy-2

 

Beaucoup de projets, beaucoup d’envies de lecture, mais si peu de temps …

Au final j’arrive à lire 4-5 livres en ce début d’année, mais difficile de faire + en ce moment … pourtant j’apprécie tellement lorsque je me lance dans des heures de lecture !

Voyons ce que cela a donné en Mars, avec un emploi du temps encore bien chargé.

(Cliquez sur les photos pour acheter les livres sur Amazon)

 

Drôle de Karma de Sophie Henrionnet

L’histoire :

« Joséphine est une trentenaire ordinaire. Jusqu’au moment où, en quelques jours, toute sa vie bascule : elle découvre la double vie de son petit ami et se fait licencier. Pour couronner le tout, sa voisine meurt sous ses yeux, victime d’une chute de pot de fleurs sur la tête ! Certains diraient que Joséphine a un mauvais karma, qu’elle enchaîne les catastrophes… Qu’à cela ne tienne, pour conjurer le mauvais sort, elle décide de quitter Paris. Cap sur l’Angleterre. Mais là-bas non plus, la vie de Joséphine n’est pas un long fleuve tranquille. Au beau milieu d’une excentrique famille d’aristocrates, les choses prennent même une tournure franchement délirante. Drôle de karma, décidément… »

Je me suis laissée prendre au jeu avec cette lecture détente. La partie en Angleterre a un côté Downton Abbey qui m’a beaucoup plu et même si la romance est évidente, l’enquête prend elle aussi sa place.

Un subtil mélange de genre qui fait du bien !

 

Culottées 2 de Pénelope Bagieu

L’histoire :
Sonita, rappeuse afghane et exilée militante ; Thérèse, bienfaitrice des mamies parisiennes ; Nellie, journaliste d’investigation au XIXe siècle ; Cheryl, athlète marathonienne ; Phulan, reine des bandits et figure des opprimés en Inde… Les Culottées ont fait voler en éclat les préjugés. Quinze nouveaux portraits drôles et sensibles de femmes contemporaines qui ont inventé leur destin.

Avec des portraits de femmes moins connues que dans le premier opus, le deuxième volet retrace à nouveau des parcours d’exception.

Des destins de femme bluffants ! Il reste tellement de choses à accomplir ! Passionnant ! Penelope Bagieu nous instruit sans jamais perdre la pointe d’humour qui la caractérise !

 

Tu n’avais peur de rien de Stéphanie Fugain

L’histoire :
«  »Ma princesse, on s’en est raconté des histoires, le doigt posé sur le globe aux continents colorés et aux océans azur. Nous sautions les frontières à grands éclats de rire. Tu les ferais ces voyages, disais-tu, un jour, plus tard, quand viendrait le temps de vivre tes aventures. Celui-là, tu ne l’avais pas prévu, pourtant nous l’avons fait ensemble, main dans la main, yeux dans les yeux, peau contre peau. Un aller simple en enfer où les saisons passaient au rythme de ta respiration. Et d’où je suis revenue seule. Tu voulais voyager, écrire. Mais ton bateau est resté à quai. Pour toi, j’ai pris la plume et le vent. J’ai raconté tes rires, tes envies, tes passions, tes rêves. Ces paysages ensoleillés où tu t’enfuyais en fermant les paupières. Et celui, vitrifié, blanc, où tu questionnais ton destin, forte, déterminée, courageuse. » Stéphanie Fugain »

On connait tous l’histoire de Laurette Fugain qui est décédée d’une leucémie et dont les parents et particulièrement sa mère on portait la cause du don de plaquettes qui était totalement méconnu en France.

Ici c’est l’histoire de Laurette : l’histoire rêvée des voyages qu’elle aurait pu et l’histoire réelle de sa maladie qui l’a arraché à elle-même et aux siens.

Le livre est bouleversant. L’écriture simple et simpliste mais les sentiments authentiques. En tant que maman, je n’ai pu refermer ce livre sans mesurer la chance d’avoir des enfants en bonne santé et une boule dans la gorge face aux drames qui touchent de nombreuses familles.

 

J’arrête de surconsommer (Editions Eyrolles)

Résumé :

« Devenons des « consomm’acteurs » ! Nous sommes tous des consommateurs, mais nous avons le choix de réguler nos achats pour que notre consommation coïncide avec les valeurs qui nous sont chères. Herveline Verbeken et Marie Lefevre proposent un programme ludique et décomplexé en 21 jours pour repenser notre consommation et prendre conscience de nos actions sur notre environnement. Exercices et témoignages à l’appui, elles nous aident à déterminer notre profil de consommateur, puis à agir concrètement dans notre quotidien grâce à des alternatives économiques et écologiques. Elles proposent des conseils et astuces pour réaliser nos produits cosmétiques et d’hygiène, revoir notre alimentation, réduire nos déchets, apprendre à nos enfants à consommer moins et mieux…  Grâce aux points planète, éthique, bien-être et économies, chacun mesure ses progrès dans la « Green conquête » ! Finie la passivité, place à l’action et à la prise de conscience pour un monde solidaire et éthique. »

J’aime beaucoup cette série de livres pratiques qui approfondit bien les questions et proposent de vraies idées et solutions avec des exercices ludiques à mettre en place.

J’avais adopté « J’arrête de râler » et « j’arrête d’être débordée » et celui-ci « j’arrête de surconcommer » est totalement en complément et continuité de ma démarche de consommation. Du coup il y a déjà beaucoup de choses qui sont entrées dans mes habitudes, et la prise de conscience était déjà là, mais j’y ai trouvé encore d’autres pistes pour poursuivre sur ma lancée, déjà bien entamée.

Au delà du souci écologique, le but financier peut également être un bon moteur pour comprendre que bien manger ne coûte pas plus cher si on choisit les bons interlocuteurs (fini les supermarchés, vive les marchés) ou si on comprend que ne pas gaspiller, ou acheter une fois pour toute une microfibre plutôt que des rouleaux et des rouleaux de sopalin tous les mois, revient beaucoup beaucoup beaucoup moins cher …

 

Mes autres sélections livre des derniers mois :

En Février 2017 : 6 idées lecture

En Janvier 2017 : 4 idées lecture

En Décembre : 6 idées lecture

En Novembre : 5 idées lecture

En Octobre : 5 idées lecture

En septembre : 5 idées lecture

En juillet -août : 7 idées lecture

En juin : 5 idées lecture

En avril -mai : 6 idées lecture