DETENTE, Dvt perso et organisation, LA PAUSE FEMININE, voyage

Comment vaincre sa phobie de l’avion et voyager + zen ?

Si vous me suivez sur Facebook ou Instagram, vous savez que j’ai très peur en avion.

Le genre de peur qui me paralyse et qui jusqu’à présent ne me permettait pas de faire plus de 3-4 heures et dans un état d’angoisse dramatique plusieurs jours avant et pendant le vol.

Mais vous avez aussi pu voir qu’en octobre j’ai réussi à franchir un cap avec un voyage au Canada qui m’a obligée à me dépasser avec 7 heures de vol.

Je suis même montée dans un hydravion pour un vol de 45 minutes au-dessus de la Mauricie, mais ça, c’est encore une autre histoire 😉

Revenons à ce vol direction le Canada (je sais que je dois vous faire un article sur nos 15 jours de périple à travers le Québec, mais le temps me manque cruellement pour compiler les bons plans resto, hôtel, location et visites).

J’avais commencé ce travail sur moi lors de mon voyage en Alsace, avec un vol court, quelques semaines avant le grand saut, mais durant lequel j’ai déjà constaté que j’étais beaucoup moins stressée qu’avant.

Dire que j’ai vaincu ma peur de l’avion, et que ma phobie m’a quittée est un grand mot.

Dire que je n’ai plus peur en avion serait un mensonge, et ne pas avouer qu’au retour une zone de turbulences a failli m’achever serait une omission malhonnête.

Non, je ne suis pas guérie.

Mais déjà avoir envisagé le voyage, et m’être préparée à ce parcours dans le ciel pendant plusieurs heures, a été déjà une partie du challenge réussi.

Ensuite en vol, j’ai pu me défaire de quelques symptômes qui jusqu’à présent faisaient de mes heures d’avion un enfer : sueur froide, tremblement des mains, claquement de dents, sueur chaude, accélération du rythme cardiaque, accélération de la respiration, crise d’angoisse, crise de panique …

Je m’estime pourtant heureuse de ne jamais avoir souffert du mal des transports et donc de nausées ou vomissements.

Depuis longtemps on me préconise de prendre un cachet du genre somnifère et ainsi tous mes problèmes seront réglés : oui mais voilà, rien que l’idée de ne pas être consciente ou d’avoir toutes mes facultés dans un avion m’angoisse encore plus !

Alors oui j’aimerais pouvoir dormir durant le trajet mais pour l’instant mon corps et mon esprit ne se l’autorisent pas en altitude au-dessus d’un océan ou d’un continent !

Maintenant que je vous ai posé le tableau, voici ce qui m’a aidé à mieux vivre ce vol de 7h, ainsi que les astuces pour amoindrir mes symptômes et diminuer mon stress et ma peur en avion.

 

Visualiser :

Plusieurs semaines à l’avance, lorsque je pensais à ce voyage, et que le stress commençait à m’envahir, j’essayais de visualiser un trajet calme, une musique douce, les paysages du Canada que j’allais pouvoir découvrir en arrivant, des images rassurantes comme un thé près d’une cheminée, une forêt aux couleurs de l’automne …

Je respirais calmement, je décontractais mes muscles, j’essayais aussi de me dire que pour le moment j’étais bel et bien sur terre donc inutile d’angoisser à l’avance.

Je repoussais les images négatives qui jusqu’à présent prenaient le dessus.

Je rassemblais ma motivation et mon envie de voyager pour lutter contre cette peur viscérale, irrationnelle et incontrôlable.

Je me suis fabriquée des visualisations positives pour m’apaiser et me rassurer.

 

 

S’équiper :

Pour ma part j’ai besoin de recréer un endroit apaisant : mon canapé chez moi !

Alors non je n’embarque pas mon canapé dans l’avion ! 😉

Mais j’y emmène des éléments qui me permettent encore une fois de me rassurer, comme un enfant avec son doudou.

Je fais suivre un grand foulard / écharpe (selon la saison) : ce qui de toute façon est pour moi un indispensable en voyage même sans prendre l’avion.

Une ventilation trop forte, besoin de se caler, de se couvrir les jambes, la tête, etc.

Il faut TOUJOURS avoir ce genre d’accessoires textile avec soi !

Cette écharpe doudou est recouverte de mon parfum préféré et me sert de « plaid » comme je ferais si j’étais chez moi.

Je me sens au chaud, protégée, apaisée.

Cela me permet de faire redescendre un peu la pression rien qu’en reniflant et en m’emmitouflant dessous.

Des écouteurs pour mettre sa musique préférée dans les oreilles et se couper des discours anxiogènes que l’on entend autour de soi (l’enfant qui demande si le hublot est bien fermé, le vieux monsieur qui dit « faudrait pas qu’on s’écrase quand même » ou l’hôtesse qui raconte où sont les issues de secours .. Bref je préfère ne pas écouter toutes ces phrases qui me renvoient à ma peur !)

J’emmène aussi toujours en voyage mon travel mug que je remplis de mon thé préféré en salle d’embarquement après les contrôles : l’odeur et le goût bernent mon cerveau !

Si je sens et goûte ce thé c’est que je suis chez moi et tout va bien ! 😉


Se concentrer :

Si je suis concentrée sur quelque chose, mon esprit finit par oublier qu’il est dans un avion et donc à faire tourner en boucle un film catastrophe.

Si je me sens chez moi sur mon canapé, il ne peut rien m’arriver.

Donc j’ai toujours un livre avec moi.

Attention, vous allez voir les subtilités pour berner mon esprit tordu et torturé : je le choisis en anglais, car cela fait déjà partie de processus de concentration de ne pas aller dans la facilité de ma langue maternelle.

Même si je lis facilement l’anglais, cela reste pour mon cerveau un effort plus important que de lire en français.

Deuxième subtilité, j’embarque avec moi un livre que j’ai commencé chez moi !

Juste quelques pages ou les deux premiers chapitres, mais comme je l’ai commencé chez moi, mon travail de visualisation, quand je me replonge dans l’histoire, est alors plus facile : je me revois dans mon salon lorsque j’ai lu le début et je ne fais que continuer ma lecture calmement.

Je poursuis l’histoire en me rappelant dans quelques conditions j’étais au début de ma lecture et alors cela me renvoie à un moment calme et agréable.


Profiter :

Très difficile à faire quand on commence à sentir les heures passées et qu’il reste encore de longues minutes de vol et que le stress reprend le dessus progressivement.

Mais plus le vol sera long, plus il y aura de distractions à bord : films, séries, repas, musique …

Est-ce qu’on a souvent le temps et l’occasion de regarder 3 films d’affilée ou bien toute une saison d’une série ?

De manger son repas dans un fauteuil avec un concert génial dans les oreilles ou en découvrant « This is us » ?

Non, ces moments sont rares ou alors on les paie plus tard en se disant qu’on s’est couché trop tard etc ..

Là vous n’avez que ça à faire ! Vous ne pouvez pas lancer une machine, ranger du linge, faire à manger … alors profitez !

Pour ma part, j’essaie d’aller vers des films ou documentaires qui sont vraiment ce que j’aime et que ma famille ne supporterait pas (mon mari n’aime pas les documentaires littéraires ou les comédies romantiques).

Idem j’ai regardé des films en VO car j’adore ça : j’ai plongé dans « the bookshop » que je n’aurais jamais pris le temps de regarder en temps normal, j’ai découvert This is us, je me suis aussi refait quelques épisodes de Friends car voir Joey me met instantanément de bonne humeur et en mode positif !

Travailler :

Si comme moi vous aimez écrire, ou que vous repoussez depuis des années de pouvoir noter le récit de votre accouchement ou de votre dernier voyage, ou même que vous n’avez pas encore préparer les visites pour l’arrivée, c’est le moment de vous plonger dedans.

Un ordi, une clé USB ou tout simplement un carnet et vous pourrez prendre le temps de mettre noir sur blanc ce que vous n’avez jamais pris le temps de faire.

Cela vous permet de vous replonger dans de bons souvenirs et poursuivre votre travail de visualisation positive tout en mettant à profit ses heures d’avion.

Pour ma part j’ai réussi à écrire quelques scènes de mon prochain manuscrit, dont une scène qui se passe dans un avion : pouvoir vivre et observer en temps réel, c’est encore mieux que de l’imaginer, alors autant en profiter !

Dernière astuce, que je donne avec des pincettes car je ne veux pas qu’on m’accuse de pousser à la consommation mais ça marche pour moi :

Boire un peu d’alcool :

Une ou deux coupes de champagne c’est un formidable décontractant musculaire et avec l’altitude pas besoin de boire + pour se détendre.

On relâche un peu les tensions et on peut se surprendre à fermer les yeux quelques minutes (certains arriveront même à dormir, ce n’est pas encore mon cas).

 

J’espère que ces quelques astuces vous aideront à franchir certaines étapes de cette phobie de l’avion.

Et vous, vous avez des conseils ou trucs pour passer un vol plus zen et serein ?

Publicités
LA PAUSE FEMININE, MANGER

Rencontrer un naturopathe : pour retrouver l’équilibre naturel de son corps

 

Dans l’optique de repartir sur de bonnes bases à la rentrée, j’ai consulté, avant les vacances, une naturopathe. Une quoi ?

Le naturopathe est une peu comme un « éducateur de santé » il donne des clefs, à l’aide de différentes techniques naturelle comme la psychologie (gestion du psycho émotionnel, relaxation…), l’alimentation, l’activité physique, les pratiques manuelles (massage), l’utilisation des plantes (aromathérapie, phytothérapie…), l’hydrologie (l’eau sous différentes forme interne/externe), les techniques réflexes (réflexologie auriculaire, palmaires…)…

Le naturopathe pioche dans ses différentes techniques afin de rééquilibrer l’organisme dans sa globalité dans le but d’optimiser sa santé.

Bref on parle vraiment d’une reprise en main globale avec un but de rééquilibrage du corps dans son ensemble : esprit sain, corps sain, toussa toussa.

Oui mais concrètement comment cela se présente ?

Un premier rendez-vous permet de faire connaissance et de poser les aspects de sa santé que l’on souhaite améliorer. Cela peut être des problèmes de sommeil, de poids, de fatigue chronique, gestion du stress, problème de digestion …

Dans mon cas, c’était surtout trouver ce qui clochait dans mon alimentation et comment rééquilibrer ma façon de me nourrir tout au long de la journée : car concrètement je ne mange pas en grosses quantités, je ne mange pas gras, mais je ne maigris pas et même je grossis !

img_0034

Clairement ce premier rendez-vous, c’est aussi la prise de conscience des erreurs commises grâce à un questionnaire très pointu sur toutes nos habitudes quotidiennes. La naturopathe met en évidence les disfonctionnements mais aussi des choses plus anodines qui peuvent avoir leur importance.

Cela dure environ 1h30 et dès ce premier rendez-vous, on repart avec un bilan et une liste de conseils simples, établis AVEC la naturopathe (si cela nous semble impossible à mettre en place alors on trouve une autre solution ENSEMBLE ).

Je vous avoue que le contact a été facile car ma naturopathe est aussi ma cousine. Pour mieux vous la présenter, elle s’est prêtée au jeu des questions-réponses.

Voici l’interview de ma naturopathe :

Bonjour, qui es-tu, pourquoi la naturopathie, comment ? dis nous tout !

Je m’appelle Eva Dulile, j’ai 32 ans, je suis naturopathe depuis juillet 2015, et pratique depuis septembre 2015 à mon domicile sur Bordeaux centre et depuis mai 2016 en cabinet (Bordeaux centre), les lundis pour le moment. J’ai été formé au Collège de Naturopathie Rénovée à Rochefort. Ma formation a duré 3 ans et demi, et je me considère en formation perpétuelle car je participe régulièrement à des conférences, des colloques afin de me ternir au courant de tout ce qui se passe dans ce domaine. Je suis aussi mon premier « cobaye » et aime à tester régulièrement les techniques que je propose à mes consultants ; alimentation, lavement, bougie auriculaire, compléments alimentaires, relaxation, yoga, pilates, sauna, jus, mono diète, fleurs de Bach, sophrologie… Tout cela fait partie de mon quotidien. Je rencontre régulièrement d’autres thérapeutes (acupuncteur, masseur, kinésiologue, ostéopathe… afin de tester leurs techniques  pour pouvoir être à même de conseiller à mon tour ces techniques à mes consultants.

12782046_1054939284552531_306039211_n

Quels sont tes projets pour faire évoluer ta pratique ?

J’ai le projet de me former aux massages afin d’élargir mes compétences et d’offrir à mes consultants des soins appropriés et complémentaires. C’est un métier passionnant, ou l’humain est au centre et c’est ce qui m’intéresse énormément. J’accorde beaucoup d’importance à la psychologie et tient à ce que chaque individu puisse trouver dans nos échanges un espace de liberté ou tout les sujets peuvent être abordés, sans jugement et avec bienveillance et compréhension. Chaque personne que je reçois est différente et vient pour aller mieux, pour se connaître, pour s’enrichir et apprendre à développer son bien être. Une consultation prend du temps mais c’est aussi un temps qu’on prend pour soi et qu’on s’offre et c’est là le premier pas dans la prise en charge de sa santé !

Quel est le meilleur moment pour consulter un naturopathe ?

 N’importe lequel, le mieux évidemment serait de consulter avant que les troubles apparaissent, et surtout quand chaque personne est prête à modifier ses habitudes alimentaires et de vie. Sans réelle envie, les résultats seront peu probant puisqu’il faut réellement vouloir changer les choses. Si tu veux une période précise je dirais septembre ou janvier pour ma part, car nous sommes conditionnées pour modifier nos comportements et faire des efforts à ces moments de l’année. En septembre, l’été est fini on est prêt à mettre en place de nouvelles habitudes, on veut préparer la rentrée, l’automne et surtout vivre au mieux les mois d’hiver tant sur le plan physique que psychologique. Janvier est un peu le mois des bonnes résolutions ou on a envie de faire table rase des mauvaises habitudes et surtout d’éliminer les excès des fêtes!

Quelles sont les erreurs que tu constates le plus ?

Il n’y a pas vraiment d’erreur à proprement parler juste des mauvaises informations qui circulent et face à celles ci les gens sont un peu perdus. Les produits laitiers, de la viande à chaque repas, des repas très copieux, la prise de sucre raffinée en permanence, la prise de café pour se rebooster (alors que c’est le contraire qu’il se passe), le manque d’hydratation, le manque d’activité physique, le manque de sommeil réparateur… sont les choses que je constate le plus. Chacun à l’impression de bien faire parce qu’il a lu telle ou telle chose, cependant même si il existe des règles de base, ce qui est bon pour l’un ne le sera pas pour l’autre! 

 Quels sont les résultats que tu observes ?

 Les résultats sont avant tout personnels, je constate simplement que des personnes arrivent peu à peu à mettre mes conseils en pratiques et y trouvent leur compte. Le mieux serait de consulter 3 fois dans une année pour pouvoir avoir de réel résultat sur le long terme. Cela prend du temps de modifier ses habitudes et c’est un travail au quotidien qui sera vécu différemment pour chacun. Pour le moment quand j’entend (je dors mieux, ou je me sens moins lourde après tel repas, j’ai une meilleure mine, j’ai moins de ballonnements…) ça me fait toujours plaisir et ce sont des remarques très positives, qui motivent à poursuivre ce qui a été mis en place. Déjà de passer la porte d’un naturopathe c’est déjà pas mal, cela signifie que l’on s’intéresse à soi, que l’on souhaite aller mieux et c’est déjà le premier pas dans la démarche.

 Et vous, ça vous tente ?

Pour ma part, je vous ferais un bilan d’ici quelques mois 😉

img_0003

Eva Dulile -Naturopathe 06.15.22.23.62

evadulile@gmail.com

Si cela vous intéresse : 10% de réduction sur la première consultation aux lectrices de P’tea potes, il suffira de dire à Eva Dulile -Naturopathe que vous venez de la part de Lydie ou de P’tea potes !

N’hésitez pas à consulter sa page Facebook pour des petits conseils au quotidien !

11046455_10206232873570466_5334558338595416641_o

HUMEURS HUMOUR

Ecrire : ma peur, mon bonheur

IMG_5857

Avoir peur d’avancer et avoir peur de ne pas arriver au bout.

Vouloir connaitre la fin et vouloir ne jamais finir cette histoire.

Cela fait des années que dans des tiroirs et des disques durs s’accumulent des débuts, des milieux mais jamais de fins.

Depuis toujours je crois … Dès que j’ai su tenir un crayon et former des lettres, j’ai commencé à écrire. Des poèmes, des fables, des nouvelles, des correspondances … Accumuler les carnets entamés, les histoires inachevées, je ne m’en suis jamais lassée.

Puis tant que l’on n’est pas allé au bout, tout reste possible.

Mais aujourd’hui je veux vaincre ma peur. Car oui, j’ai peur, très peur.

Quand on est en train de donner vie à son rêve, on a peur de se décevoir soi-même, décevoir la petite fille que l’on était, décevoir les promesses que l’on s’est faites … et en même temps si on ne va pas au bout du rêve, on sait qu’on ne pourra jamais dire « je l’ai fait ».

La peur me paralyse, me ralentit, me fait faire tout sauf ce que je devrais. La peur m’empêche de vivre ce rêve …

Peur de ne pas correspondre à l’image que l’on se fait de moi, peur de décevoir chacun de ceux qui croient en moi, souvent même plus fort que moi j’y crois.

Mais tellement de bonheur de sentir les mots prendre vie.

Les touches du clavier, les pages des carnets se mettent bout à bout pour m’emmener sur la route de mes rêves et de mes envies.

Ne pas voir les heures passées quand je suis entraînée par les idées, les personnages, l’inspiration …

Ne pas comprendre pourquoi cela me rend si heureuse et tellement complète de pouvoir exprimer à travers d’autres ce que j’ai ressenti à certains moments de ma vie, ou ce que j’aurais aimé dire tout haut quand je l’ai pensé tout bas.

Pouvoir partir et revenir de toutes les destinations en quelques chapitres, être un vieil homme nostalgique, une jeune femme célibataire, avancer et remonter le temps, voyager dans les existences irréelles de personnages nés dans ma tête.

Ne pas réussir à expliquer pourquoi, au fond de moi, je dois aller au bout, malgré tout, malgré moi, même parfois.

Alors même si ce chemin je dois le parcourir seule sur les pages blanches à noircir, même si c’est un projet personnel et intime, j’ai besoin de savoir que vous êtes là.

Que quelque part quelqu’un attend et croit en moi.

Que je trouverai du soutien dans ma chute, des gens pour partager l’aboutissement, du réconfort dans le doute, du partage dans la joie …

Ecrire c’est tellement pour soi, mais avant tout, tellement pour les autres. Ce travail si égoïste qui ne trouve son existence que lorsqu’il est partagé avec le plus grand nombre.

C’est la rencontre de ces deux contradictions qui rend l’écriture si importante dans ma vie : car je peux être moi avec vous .

IMG_5859

CULTURE, Dvt perso et organisation, LES ACTIVITES KIDS, Livres et CD

3 livres pour découvrir la méditation pleine conscience chez l’enfant : le mindfulness

Cela fait maintenant plusieurs mois que j’entends parler de la méditation de pleine conscience.

Au début je me suis dit que cela paraissait bien compliqué et surtout peu adapté pour des petits …

Puis l’idée a fait son chemin et j’ai lu cet article /interview sur le blog de A l’essentiel, et puis je me suis laissée convaincre de découvrir cet outil qui permettrait d’aider les enfants (et les adultes au passage) à gérer leur stress, leurs émotions, les miens, mais aussi ceux que je retrouve parfois survoltés ou à fleur de peau lors de mes interventions en périscolaire.

 

Voici donc ici 3 ouvrages que j’ai lu sur le sujet et qui offrent des pistes d’activités et de réflexions à proposer à son enfant en fonction de son âge.

pleine-conscience-enfant-eveil-detente-calme-attentif-detendu-heureux-concentré-nathan-jeunesse-editions-les-arenes-grenouille-yoga-meditation-cd-ecoute-activite-respiration-3

 

Le 1er pour les plus petits dès 3 ans : « Mes premières activités pour être calme et concentré » (Nathan collection Haut comme 3 pommes)

Dans cette collection, j’avais beaucoup aimé Toutes mes activités créatives dans lequel on va encore régulièrement pioché.

Dans « Calme et concentré », on retrouve 3 parties : détente, concentration et éveil des sens.

Le livre se compose donc de différents exercices qui font appel aux touchers (des circuits de mandala à suivre avec le doigt pour la concentration), des moments pour s’isoler en contact avec la nature ou son doudou et essayer de mettre des mots sur ses émotions (pour la détente) et des lotos d’odeur ou des boites à formes cachées pour l’éveil des sens.

Je le trouve très accessible, peu de blablas et beaucoup d’illustrations pour en faire un vrai livre pour l’enfant plus que pour le parent. Des pistes faciles à exploiter pour aider l’enfant à se canaliser et s’apaiser avec des jeux calmes.

pleine-conscience-enfant-eveil-detente-calme-attentif-detendu-heureux-concentré-nathan-jeunesse-editions-les-arenes-grenouille-yoga-meditation-cd-ecoute-activite-respiration-10

pleine-conscience-enfant-eveil-detente-calme-attentif-detendu-heureux-concentré-nathan-jeunesse-editions-les-arenes-grenouille-yoga-meditation-cd-ecoute-activite-respiration-11

 

Le 2 ème pour les 5-10 ans est déjà un best-seller : « Calme et attentif comme une grenouille » (Editions les Arènes)

Livré avec un CD (la voix de Sara Giraudeau <3), il guide l’enfant (et les parents) dans leurs premiers pas vers la méditation.

Clairement, le livre est fait pour les parents qui accompagnent leur enfant avec une méthode de pas à pas et de compréhension de différents états par des exemples concrets et des astuces pour mieux appréhender les émotions de l’enfant.

J’ai vraiment pris plaisir à écouter le CD : on se laisse bercer et on partage un vrai moment de calme. De nombreux conseils permettent de mettre en application des exercices au quotidien.

pleine-conscience-enfant-eveil-detente-calme-attentif-detendu-heureux-concentré-nathan-jeunesse-editions-les-arenes-grenouille-yoga-meditation-cd-ecoute-activite-respiration-2

pleine-conscience-enfant-eveil-detente-calme-attentif-detendu-heureux-concentré-nathan-jeunesse-editions-les-arenes-grenouille-yoga-meditation-cd-ecoute-activite-respiration-4

pleine-conscience-enfant-eveil-detente-calme-attentif-detendu-heureux-concentré-nathan-jeunesse-editions-les-arenes-grenouille-yoga-meditation-cd-ecoute-activite-respiration-6

 

Le 3ème à partir de 8 ans : « Heureux et détendu » (Nathan)

10 méditations sont à télécharger en écoute, on s’adresse directement à l’enfant pré-ado, qui devient assez grand et autonome pour prendre du recul sur certaines situations qu’il peut vivre avec ses copains, en famille ou face à des obstacles de la vie.

Très bien conçu sous forme de BD, il fait appel à des moments concrets et donne toujours une clé, un conseil pour mieux appréhender l’instant si cette situation se reproduit ou comment on n’aurait pu réagir en se recentrant sur le problème.

On dédramatise, on déculpabilise : « lorsqu’il se produit quelque chose d’indépendant de toi, eh bien, tu ne peux rien y changer. Mais en t’adaptant à la situation, tu vas la vivre avec moins de résistance ou de souffrance ».

pleine-conscience-enfant-eveil-detente-calme-attentif-detendu-heureux-concentré-nathan-jeunesse-editions-les-arenes-grenouille-yoga-meditation-cd-ecoute-activite-respiration-8

pleine-conscience-enfant-eveil-detente-calme-attentif-detendu-heureux-concentré-nathan-jeunesse-editions-les-arenes-grenouille-yoga-meditation-cd-ecoute-activite-respiration-7

Un beau programme qui donne vraiment envie de regarder les choses de façon positive et de donner les clefs de ce bonheur accessible et simple à nos enfants le plus tôt possible !

pleine-conscience-enfant-eveil-detente-calme-attentif-detendu-heureux-concentré-nathan-jeunesse-editions-les-arenes-grenouille-yoga-meditation-cd-ecoute-activite-respiration

Achetez les livres sur Amazon en cliquant sur les liens ci-dessous