LA PAUSE FEMININE

Les 5 trucs que j’ai le plus utilisés en tant que maman ( objets et astuces) : quoi offrir à la maternité ?

Ce mois-ci, après le sac, les voyages, et le thème de la NAISSANCE (pour ma part celui d’une entreprise), la mini team Bordeaux a décidé de vous confier ces 5 trucs et astuces les plus utilisés en tant que maman, mais également les objets qui nous ont parus les plus utiles et donc qu’on aime offrir pour une jeune maman et son tout nouveau bébé !

Fort est de constater qu’à la maternité tu as droit à tout un tas de cadeau pour ton enfant qui parfois ne te serviront pas du tout ( un tire lait si tu n’allaites pas par exemple) ou que tu ne pourras mettre qu’une fois à ton tout-petit ( le pyjama taille naissance on en parle ? ) ou que tu ne souhaiteras jamais utiliser (le mouche bébé) ou lui mettre ( l’ensemble à carreaux de Tante Germaine taille 6 mois ramené de son voyage en martinique).

Mais il y a des indispensables que tu ne soupçonnes pas au premier abord, ou de simples astuces qui peuvent te changer la vie.

Voici ce qui pour ma part m’a le plus servi pour mes deux bambins :

  • le mini plaid ou la couverture taille bébé : celle que j’avais n’était ni trop fine ni trop épaisse (parfaite pour la plier en 4 dans le sac à langer ou dans le bac sous la poussette, idéale pour la positionner sur bébé quand il s’endormait, ou bien à déplier lorsque nous avions oublier le nécessaire imperméable pour allonger bébé et pour changer la couche. A choisir dans une matière qui se lave facilement (un polaire c’est l’idéal car cela sèche vite en plus, mais éviter en matière synthétique pour l’éléctricité statique). Bref on y pense jamais assez mais ce simple bout de tissu épais peut te suivre dans toutes tes aventures ! En plus tu pourras la faire personnaliser, broder, et ce sera un cadeau qui se gardera longtemps ! (la notre a été recyclée pour le chat 😉 rien ne se perd 😉



  • les plats surgelés pour la maman ! Oui oh j’avoue que bien sûr que quand tu frôles le burn out l’idéal c’est du fait maison, des bons légumes bien cuisinés pour reprendre des vitamines et retrouver la ligne … WHAT THE FUCK ? Non quand tu es en manque de sommeil, de temps, de vie sociale (un joyeux combo) tu as juste envie de comfort food vite prêt et surtout de tes plats préférés même le midi (surtout le midi : quand tu es seule avec un bébé qui ne dort QUE collé à toi). Alors offrez des bons d’achat chez Picard ! C’est mieux si tu peux offrir un chef à domicile mais déjà je peux te dire que si j’avais eu un livreur Picard qui m’aurait apporté un couscous surgelé ou des macarons les premières semaines de mes enfants, j’aurais été capable de lui pleurer de joie dans les bras ! Alors je sais je renie tous mes principes du Zéro déchet mais quelques semaines de ces petits plats peuvent permettre justement de récupérer mieux pour ensuite passer à une étape plus sereine de sa vie.

 

  • Prendre une aprem pour soi : coller bébé à Papa ou quelqu’un de confiance et s’autoriser d’aller lire sur un banc dehors au soleil, s’offrir un massage, un ciné, ou juste aller dormir 😉 On ne le dira jamais assez, mais prendre soin de soi c’est pouvoir ensuite mieux s’occuper de son bébé. Mais il n’est pas toujours facile d’éloigner la culpabilité : celle que l’on ressent dans le regard des autres ou des petites phrases assassines (« ah mais comme tu travailles pas, pourquoi tu le fais garder une aprem ? ») ou celle que l’on se met toute seule … la pire !


    • les chaussons cuirs souple : oui je devais en parler car si tu n’es pas maman tu ne réalises pas le calvaire et le nombre de fois mises bout à bout où ton bébé perd ses chaussures ou ses chaussettes … tu sais les trucs super mignons que tu as acheté pendant ta grossesse en imaginant ses petits petons dedans ? Ouais beh ses petons ne font que mouliner et RIEN ne tient à ses pieds démoniaques ! RIEN sauf Les chaussons en cuir souple : moi mes chouchous c’était ceux de la marque Robeez ! Je les ai presque collectionnés : super qualité, des dessins et couleurs trop funs. Ils ont ensuite fait d’autres enfants et ils sont toujours en très bon état, même après des lavages en machine ! Bref si tu veux offrir des petits chaussons trop mignons : choisis ceux là, c’est une valeur sûre !



  • des lingettes lavables super canons et supers écolos : parce que c’est toujours plus facile de passer aux lingettes lavables qu’aux couches lavables (même si je l’ai fait pour mon 2ème car cela me tenait à coeur, cela reste un véritable engagement et surtout pas évident en sortie). Les lingettes lavables, elles, tu pourras les utiliser pendant des années, et les ajouter aux bavoirs et autres serviettes de toilettes et torchons : donc cela ne te fera pas de machines en plus au final mais par contre un vrai gain financier, déchet, et surtout c’est tellement plus joli et respectueux de la peau que les lingettes jetables ❤



Retrouvez les autres articles du thème du mois sur les blogs de la Team Bordeaux !

Mamourblogue, Dress me and my kids, Modaliza photo, Maman au balcon, Mummyaddict, Julie Podecolle My happy balance, Charly Chouquette, Le blog de Vio, Chroniques de maman, ainsi que la vie d’une curieuse et Guiomarix !

LA PAUSE FEMININE

6 mois de bullet journal : bilan d’un carnet qui aide à s’organiser et bien plus encore !

En Novembre je vous racontais que j’avais adopté la technique du Bullet Journal : un carnet qui regroupe la fonction d’agenda mais aussi de suivi de projets, de compilation de listes de souhaits en tout genre, de carnet de voyage aussi parfois …

Si tu veux te lancer dans l’aventure, tu peux lire mon premier article sur le sujet pour démarrer sans stress cet outil qui change la vie, même si le plus dur sera sans doute de choisir ton carnet 😉

Voici aujourd’hui venu le bilan de ces 6 mois avec cette nouvelle aide d’organisation et son évolution :

Avantages :

  • J’ai enfin tout avec moi : ma liste de livres à lire quand je vais emprunter des bouquins à ma médiathèque, mon agenda, ma page de dessin en cours quand j’ai envie de me poser 5 minutes, une liste de projets que je peux étoffer quand j’ai une nouvelle idée, et tout un tas de liste que je peux reprendre sans avoir à les chercher ou à penser à prendre le carnet correspondant

  • Le sommaire me sert vraiment pour retrouver mes listes enchevêtrées d’un seul coup d’oeil
  • Je peux imbriquer toutes les facettes de ma vie : maman, entrepreneure, blogueuse, et mes projets en tout genre, comme mon suivi sport (hum hum) ou des réseaux sociaux. Cela me permet de voir l’évolution et aussi de consacrer plus de temps sur le domaine qui va moins bien certains mois. Ainsi je peux rectifier le tir en cours d’année et prendre conscience de ce que je fais vraiment pour améliorer (ou pas) tel domaine.

  • Je peux vraiment anticiper et prévoir en me notant des rappels ou des deadlines avant le jour J, avec des renvois sur une date ou une liste.

  • Je ne perds plus les petites listes volantes que ce soit pour préparer un sac de voyage avec ce que je dois emmener ( je me fais une liste pour ça dans mon bujo qui me servira en plus pour de futurs déplacements sans avoir à la refaire à chaque fois), pour des idées menus ou des rituels de tri ou ménage qui reviennent parfois.
  • Je développe ma créativité en cherchant à améliorer l’esthétique de mes pages mais surtout en ayant pas à me rappeler de choses écrites désormais, en ayant plus peur de laisser partir une idée sans l’avoir classer au bon endroit, je peux me consacrer à rêver à de nouvelles idées 😉

  • Je me fais des souvenirs avec des petites pages dessin sur mes voyages, escapades, moments et ça, j’avoue que c’est un des aspects que j’aime le plus. Je renoue avec le dessin, la peinture, les tampons … bref je retrouve les sensations que j’avais étant plus jeune et même enfant à remplir des carnets avec mes feutres et pinceaux !

 

A améliorer :

  • M’en tenir à peu de matériel : à vouloir toujours embellir, je finis par vouloir + de crayons, de feutres, de fioritures, pour me détourner de l’essence même de ce carnet. Donc tout mon matériel doit tenir uniquement dans cette trousse toute belle personnalisée sur Smartphoto avec une photo de nos parapluies arc-en-ciel Tiger, souvenir de notre escapade à Bilbao !

  • Tester un carnet au grammage papier + épais pour éviter que les feutres ne transpercent ou que l’on voit en transparence. De manière générale cela n’est pas gênant mais pour certains dessins ou listes, j’ai eu le cas où cela me posait souci. Actuellement j’ai le Leuchtturm 1917 : mais je lorgne sur d’autres modèles tels que le Rhodia, le scribble ou tout autre modèle qui me permettrait cela.




  • Tester de nouveaux feutres : les Stabilo sont très bien, mais j’ai aussi envie d’essayer des marques comme les fameux Staedler, FaberCastell ou Tombow dont j’entends beaucoup parler.


  • Quand mon carnet va être terminé, mes listes ne le seront peut-être pas … du coup je vais devoir en recopier certaines. Perte de temps, et surtout frustration lorsque celles-ci sont devenues une habitude visuelle pour retrouver la page encore plus facilement. Du coup je songe à une autre option … dont je vous parle très vite 😉

Et toi, y’a quoi dans ton Bullet Journal ? Il est comment ?

Tu peux trouver mon tableau pinterest sur le BuJo ici et me suivre sur instagram par là 😉

 

LA PAUSE FEMININE

Naissance : comment créer son entreprise ou 5 conseils pour monter sa boite

Ce mois-ci, après le sac, et les voyages, la mini team Bordeaux a choisi le thème NAISSANCE !

Vaste sujet que chacun interprétera à sa façon, mais pour ma part, je souhaitais éviter de vous parler de mes épisiotomies et des contractions insupportables 😉

j’ai choisi de me pencher sur les nombreuses questions que je reçois sur la création d’entreprise.

Car oui c’est une naissance et la preuve en est que je considère mon entreprise comme mon 3ème bébé, vu que je n’en aurais pas d’autres

Je compare souvent la création d’une entreprise avec la naissance d’un enfant car on passe par de nombreuses phases qui, pour moi, se sont apparentées à la maternité.

5 ans de recul me donnent la légitimité de te parler d’un beau gros tabou : la création d’entreprise !

Cet Eldorado dont tu rêves parfois, mais que tu croies inaccessible, tu peux le vivre mais prépare-toi, la vie d’entrepreneur n’est pas un long fleuve tranquille …

Voici mon petit mode d’emploi avec quelques questions à se poser pour savoir si on est prêt et surtout comment ne pas flancher dans la phase de création :

  1. Croire en son idée : Oui je sais cela peut paraître bête vu comme ça, mais même si tu vas douter de toi, des interlocuteurs, de tout, tu ne dois pas douter de ce que tu fais ! Oui emballe toi, sois rêveur, utopiste ! Vois grand, vois loin, I believe I can fly. Tu dois être le premier persuadé que ce que tu proposes a une raison d’exister. Tu dois croire en ce que tu veux faire / vendre car comment convaincre les autres si toi même tu n’es pas convaincu. Pour cela, passe au 2.

2. Etre objectif : oui ton projet est génial (et tu dois en être convaincu, voir 1.), oui c’est certainement le meilleur truc qu’on est inventé depuis les verres à vin d’un litre, mais tu dois aussi y voir tout ce qui pourrait ne pas plaire aux autres. Aussi cherche tous les défauts que l’on pourrait te mettre sous les yeux, tous les côtés négatifs et inconvénients de ton idée, et démontes les arguments un par un. Oui il te faut chercher tout ce qui pourra faire tiquer le client, et que l’on pourrait te servir comme opposition, ainsi tu te prépares un peu à t’en prendre plein la tronche et c’est mieux si c’est toi qui penses à ce genre de choses plutôt qu’un banquier un samedi matin juste avant la signature d’un prêt essentiel à ta création ou qu’un futur gros client que tu auras mis 3 mois à démarcher.

3. Redescente sur terre : Je t’ai dit de voir grand et de rêver, puis de penser à tous les méchants qui voudraient démonter tes idées une par une. Maintenant on passe à la phase où tu dois devenir réaliste et tu dois confronter tes rêves de grandeur avec le monde extérieur qui ne ressemble pas au pays des bisounours, et où tu dois t’adapter.

Ton projet évoquait direct 3 salariés, et si tu pouvais démarrer avec un seul au début ? même si ça te demande beaucoup plus d’heures de travail à toi, ou de vendre quelques références en moins.

Tu voulais un local de 100 m2 en plein centre de Bordeaux ? Et si ça pouvait fonctionner dans la proche périphérie avec une boutique de 20 m2 ?

Bref plutôt que te ramasser parce que tu as voulu tout donner d’un coup, prévois une évolution sur 2-3 ans et laisse toi le temps de grandir, au lieu de griller toutes tes cartouches dès la première année et devoir dire au revoir à ton rêve parce que tu as eu la folie des grandeurs.

4. Auto-forme toi un max sur un max de choses : Certes tu auras peut-être les moyens ou l’obligation d’avoir un comptable dès les premiers mois, mais comprendre comment cela fonctionne te permettra de voir où tu vas sans le solliciter tous les jours, et pouvoir réctifier le tir si besoin.

Chacun son boulot oui, et tu n’es pas graphiste : mais dans un premier temps, paie toi ces services pour les essentiels de ta com’ et essaie de faire tes petits supports toi-même quand ils te permettent d’être réactif. Tu pourras t’offrir les services d’un community manager pour gérer ta page facebook ( contactez-moi au mail pteapotes@free.fr, idem pour de la rédac 😉 ) mais dans un premier temps, rien ne t’empêche de comprendre à quoi servent les réseaux sociaux et comment tu peux commencer à parler de ton projet.

5. Mange, dors, vis « création d’entreprise » : si tu fais déjà les 4 premières phases, tu as remarqué, tu es sur un plein temps voire un « jour et nuit » sur ton projet. Je te le dis d’entrée de jeu, cela ne s’arrêtera plus jamais si tu vas au bout de ta création d’entreprise.

Un chef d’entreprise est en veille perpétuelle, un chef d’entreprise a toujours un oeil sur le business des autres, un chef d’entreprise n’est jamais en vacances car même en vacances il pense à de nouvelles idées pour son entreprise, il ne décroche jamais, il dort mal si son entreprise va mal (où vais je trouver les fonds? comment attirer de nouveaux clients ?), il dort mal si son entreprise va bien (c’est trop de bonheur ce nouveau contrat ! Je suis tellement excité par tous ces nouveaux projets qui se profilent !).

Bref si tu veux compter tes heures, avoir 5 semaines de congés par an, des RTT, des congés maladies quand tu as de la fièvre, passe ton chemin ou dis-toi du moins que ce ne sera pas possible. Si ensuite tu y arrives, ce ne sera que du bonus ! 😉

Est-ce que tu as des question sur la création ? N’hésite pas à me dire en commentaire si cet article te parle ou si tu as envie d’échanger encore sur ce sujet.

Retrouvez les autres articles du thème du mois sur les blogs de la Team Bordeaux !

Mamourblogue, Dress me and my kids, Modaliza photo, Hautes comme 3 pommes, Maman au balcon, Mummyaddict, Julie Podecolle My happy balance, Charly Chouquette, Le blog de Vio, Chroniques de maman, ainsi que la vie d’une curieuse et Guiomarix !

DECO, LA PAUSE FEMININE

Mes 5 carnets préférés pour écrire mes listes, idées, pensées

bujo-bullet-journal-carnet-dessin-agenda-organisation-creation-envie-stabilo-giotto-doodle-1

Oui je sais, je vous ai pourtant dit que désormais avec le Bullet Journal,  je rassemblais tout au même endroit dans un seul carnet.

Et je ne vous ai pas menti, car au quotidien c’est bien lui qui me sert le plus et me permet d’y voir plus clair en terme d’organisation.

Pourtant en terme de créativité j’ai encore besoin de laisser d’autres carnets me séduire pour écrire des brouillons d’articles, des listes à la va vite, des idées d’écriture, des mots gribouillés en pleine nuit …

Cliquez sur les photos pour les commander sur Amazon

Voici mes 5 chouchous :

Le Leuchtturm

Je m’en sers pour mon bujo. Ai-je besoin d’en rajouter une couche ? Non je ne crois pas.

Ce que j’aime : sa robustesse, sa couverture, sa table des matières, son papier pointillé, son choix de couleur, une pochette à la fin.

Ce que j’aime moins : on voit parfois en transparence et il convient mal à l’aquarelle ou à des dessins au feutre épais.

 

Le Moleskine

C’est notre carnet de gratitude familial. Mais qu’est ce donc ? Eh bien dans ce carnet, chacun peut aller y noter ce qu’il a préféré dans sa journée ou sa semaine, y noter un rêve, une idée de sortie, ou d’activités. Ainsi on peut lire le ressenti des autres et se préparer de futures surprises !

Ce que j’aime : les éditions limitées toujours super belles avec des petits stickers qui complètent, le choix de couleurs, l’épaisseur du papier.

Ce que j’aime moins : un peu cher.

 

Le carnet Harry Potter

C’est un de mes souvenirs ramenés d’Ecosse car il était sorti là-bas avant la France.

Ce que j’aime : la grain du cuir de la couverture super qualité et son illustration, les pages assez épaisses lignées et le soufflet/pochette en fin de carnet

Ce que je n’aime pas : un peu trop rigide pour bien tourner les pages, mais il est encore neuf donc je pense qu’il va s’assouplir 😉

Le Rhodia :

Je pense que ce sont les restes de la FAC où je n’utilisais que leurs blocs de feuille pour prendre mes notes, qui m’ont attiré vers leur carnet.

Ce que j’aime : les feuilles sont épaisses, et ils se mettent à faire des coloris originaux pour les couvertures

Ce que je n’aime pas : un peu trop rigide.

Le carnet organiseur Margaux Motin :

C’est plus un bloc notes qu’un carnet, mais il est accompagné d’un trieur multi soufflet (de taille carnet).

Ce que j’aime : les illustrations de Margaux Motin évidemment, les soufflets pratiques

Ce que je n’aime pas : le crayon banal vendu avec, l’élastique de mauvaise qualité qui s’est cassé dès le début.

Et vous, quels sont vos carnets préférés ?

HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE

Le lundi au soleil, « t’as quand même la belle vie toi » et autres petites phrases assassines

futuroscope-parc-attraction-poitiers-bordeaux-charente-gironde-vienne-lapin-cretin-cinema-salle-imax-dynamique-fauteuil-arthur-minimoys-nouveaute-famille-enfant

Lundi, premier jour de la semaine

« Maman tu pourras m’amener au collège demain comme t’as pas d’ateliers à l’extérieur ce mardi, je l’ai vu sur l’agenda ? je commence à 9h »

Ma fille 7h20 en me faisant les yeux du Chat Potté.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’en l’amenant demain, je perds 40 minutes de temps de travail que je ne rattraperai qu’en travaillant pendant le week-end ou les vacances scolaires, et même si compter ce genre de choses m’ennuie, elle sera la première à râler si je suis en train de répondre à des mails sur mon iphone pendant le goûter du dimanche.

« Vous ne pourriez pas nous accompagner en sortie scolaire au pied levé ? Comme votre fils m’a dit que vous étiez à la maison aujourd’hui. »

La maîtresse 8h20 en me regardant d’un air culpabilisant.

Ce qu’elle ne sait pas c’est que je ne vais pas avoir le temps de pisser de cette fameuse journée à la maison, et qu’à l’heure où elle débauchera, j’irais embaucher au périscolaire, que je rentrerais à 18h15-18h30 et que je retravaillerais le soir (comme elle, ceci dit, on est un peu collègue au final, elle est censé comprendre que mon boulot ne s’arrête jamais à moi aussi … sans l’assurance d’être payé , ni d’avoir du boulot le mois suivant … j’admire les profs et les instit, mais je vois rarement cette admiration réciproque ;-))

« Tu pourrais me donner la taille des pneus de la voiture ? »

Le mari à 8h40 avec un petit SMS.

Ce qu’il ne sait pas c’est que j’ai pas encore débarrassé la table du petit déjeuner, que je dois vider le lave vaisselle avant un rendez-vous téléphonique à 9h.

« Oh je pensais pas que vous seriez chez vous un lundi matin, vous en avez de la chance !’

Le livreur 9h30 en me déposant mon colis UPS.

Ce qu’il ne sait pas c’est qu’il vient de me livrer 2 livres de 300 pages à lire et dont je dois faire une fiche de lecture et donner mon avis pour l’éditeur.

(temps approximatif estimé à la louche qui se veut toujours très optimiste : 7 heures. Certes j’ai un mois pour le faire)

« Ma fille elle bosse pas beaucoup, elle est souvent derrière son ordi à traîner sur internet, puis de temps en temps elle va faire le clown dans les médiathèques »

Ma mère à 10h30 avec ses collègues autour d’un thé.

Ce qu’elle ne sait pas c’est qu’à cette heure là, j’ai écrit déjà 1 article en 2 heures (j’avais commencé un brouillon un dimanche après-midi, là j’ai rédigé avec photos renommées, liens, SEO, mot clé) ce qui prend normalement 3 heures quand on veut tout bien faire, mais que je dois rendre aujourd’hui impérativement donc j’ai essayé d’être la plus efficace possible pour que mon travail soit rendu à temps et pouvoir toucher dans 3 mois 60 euros, enfin non, 36 euros car je vais payer mes charges, enfin non 15 car je dois en mettre un peu de côté pour mes congés, ma retraite qui ne sont pas inclus dans ce tarif, bien sûr je n’ai pas le droit d’être malade car je n’ai pas de congé maladie)

« Je suis en pause déjeuner. J’ai vu un t-shirt trop sympa pour toi en faisant les boutiques. »

Ma copine adorable à 12h30 qui a une heure pour manger chaque midi, loin de chez elle et de son tas de linge.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que je l’envie. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que moi je vais manger en 15 minutes en faisant la liste des choses qu’il me reste à faire cet aprèm, enfin les 3 heures qu’il me reste avant d’aller embaucher ou manger devant mon ordi, ou ne pas manger et préparer le repas du soir pour gagner un peu de temps sur mon retour, ou lancer une machine car je suis à la maison, alors bon, si je fais pas au moins ça, j’aurais vraiment rien branler de ma journée de sale feignasse.

« Vous pouvez nous envoyer un devis rapidement. Avant demain ce serait bien. »

Une structure petite enfance à 14h dans le flot de la quinzaine de mails qui attendent des réponses urgentes et auxquels je vais passer une heure à répondre sans trainer, ni aller aux toilettes, ni faire de pause clope ou café.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que j’avais prévu de préparer le brouillon pour de la rédaction web pour la dernière heure qu’il me reste avant de partir. Mais je ferais son devis car c’est une réaction professionnelle et je ferais mon brouillon ce soir après 20h quand les enfants seront couchés. J’ai de la chance, je peux travailler même la nuit si je veux, mon bureau est toujours ouvert, et je suis chez moi, alors vraiment, quelle chance.

« Dis donc t’es chargée avec tout ton matériel, tu veux que je t’aide ? »

La responsable du périscolaire bienveillante qui me voit porter ma caisse de matériel qui pèse 11 kilos (ce jour-là, parfois il y en a des plus lourdes ;-)) sous la pluie.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que j’ai déjà chargé cette caisse une fois en partant de chez moi, et que je la déchargerais encore en arrivant, et qu’il m’arrive de faire cela 8 fois dans la même journée avec jusqu’à 4 allers retours à la voiture pour une seule prestation lorsque j’ai beaucoup de décors et de matériel suivant la thématique de ma séance du jour.

 » Il commence à nous chanter les comptines en anglais, il adore vos séances. Vous avez tellement d’énergie !  »

Un papa à 17h15 en récupérant son fils après les Temps d’Activités Périscolaires, très bienveillant.

Ce qu’il ne sait pas, c’est que les 10 gamins de mon groupe ont eux aussi beaucoup d’énergie et que je me suis donnée à fond pour que justement les enfants s’éclatent et les parents soient fiers. Mais que j’ai toujours pas été faire pipi et que je fatigue quand même un peu en pensant que je vais devoir aller récupérer mon propre fils au périscolaire de son école après avoir rangé mon matériel.

« Oh j’adore votre blog ! C’est drôlement sympa ! Et vos petits statuts sur Facebook ! Vous avez tout le temps un verre à la main 😉 »

Une maman d’école super sympa à 18h15 qui pense que blogueuse c’est mon métier et qui voit passer des photos de moi en soirée avec des verres de cocktails et qui se dit que vraiment j’ai la belle vie à être toujours en vadrouille.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que la plupart du temps je planifie mes statuts Facebook sinon je n’ai pas le temps d’y aller pour ça et que je tiens pourtant à répondre à chaque commentaire car j’adore cet espace qui est le mien, le votre, le notre et que pour rien au monde je ne veux le laisser tomber. Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’écrire cet article m’a pris 1h et que je ne suis pas payée pour ça (chacun ses loisirs) mais que je ne veux pas décevoir mes lecteurs et qu’écrire est une passion, qui ne rapporte rien, mais qui est chronophage. Ce qu’elle ne sait pas c’est que la dernière soirée du vendredi où elle m’a vu boire un verre avec d’autres blogueuses, j’étais épuisée, je n’avais pas vu mon mari depuis 4 jours (puisqu’il a lui aussi des soirées pour son travail et des déplacements), et que je ne pouvais pas me contenter de boire le verre et me poser en papotant comme elle le fait en soirée avec ses copines, car je devais twitter (avec une main, l’autre est prise par le verre ;-)), instagramer, prendre des photos, prendre des notes pour faire un futur article, et échanger avec les personnes présentes car personne ne veut d’une nana fatiguée qui s’assoit sur une banquette et s’éclipse de la soirée super tôt car le lendemain matin elle est en médiathèque pour faire un spectacle avec 12 gamins et autant de parents (matériel à porter, installer inclus).

« Vous pouvez venir manger dimanche midi ? »

Une amie chère à mon coeur à 19h30 qui a laissé un message sur mon répondeur pendant qu’on dinait.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que je travaille les samedis matins ce mois-ci car avec moi on ne sait jamais vu que ça change tout le temps et que ce n’est jamais fixe, et que quand le dimanche est mon seul jour de repos, parfois j’ai juste envie de ne voir personne et me poser. Mais comme elle a vu une photo de moi sur instagram un mardi matin dans Bordeaux (un rendez-vous professionnel, mais ça elle ne le sait pas), je culpabilise de lui dire que je suis fatiguée de ma semaine. Puis je ne fais tellement rien de mes journées à rester chez moi et/ ou aller faire le clown / sortir le soir entre blogueuses, que ce serait mal pris de refuser son invitation. Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’après son coup de fil, je vais certainement me remettre au boulot (peut-être sur le canapé ou même dans mon lit, ça par contre, c’est un sacré avantage .. ou pas) ou peut-être glander devant une série ou un film (c’est possible aussi hein ;-))

Elle ne sait pas, il ne sait pas, personne ne sait, car c’est difficile à comprendre, c’est difficile à expliquer. Parce que j’aime vraiment tout ce que je fais et que je dois tout faire pour être pleinement moi mais aussi gagner un minimum ma vie (bien moins qu’un temps partiel payé au SMIC pour entre 25 et 50 heures de travail par semaine). Parce que tout le monde a des journées de dingue, mais que les miennes ont toujours l’air plus faciles vu de l’extérieur.

C’est un jour classique parmi une semaine classique : il y en a des moins intenses, c’est vrai, (des plus intenses aussi mais je ne veux pas faire peur à ceux qui voudraient créer leur entreprise ;-)) mais ce lundi est quand même très proche d’une journée typique.

Alors oui il y a des semaines où tu me croiseras dans Bordeaux un mardi matin en train de boire un thé, peut-être et je l’espère, j’aurais pris enfin le temps de m’asseoir avec une copine pendant une demi-heure pour papoter et rigoler, parce que j’ai eu besoin de souffler et que je bosserai ce week-end parce que ça me convient, mais peut-être que c’est aussi un rendez-vous professionnel où je dois défendre un projet autour de l’apprentissage de l’anglais ou montrer ma capacité à m’organiser (really ? ;-)) pour faire de la rédaction web.

Tu me croiseras peut-être un mercredi après-midi accompagner mon fils au solfège et tu diras que j’ai bien de la chance de pouvoir m’occuper de lui et ses activités, mais si tu regardes bien pendant son heure de cours ou sa demi heure de guitare, j’ai un mini ordi ou un cahier (et je travaille sur la petite table à l’accueil, ou je lis pour me former encore et toujours et apprendre).

Peut-être tu verras passer des photos d’un moment totalement bouleversant et intense sur les réseaux sociaux où je me sens très chanceuse d’avoir cette vie-là et où tu me trouveras chanceuse toi aussi, mais où ma chance est parfois dû un tout petit peu à mon travail.

 

Cet article n’a pas pour but de me plaindre ou de dénigrer les horaires « classiques » de travail, juste de faire le point sur mon statut un peu « batard » de free-lance qui a des avantages et des inconvénients et qui reste souvent incompris ou inconnu, car justement il n’est pas « classique ».

Il n’a pas pour but non plus de dire que je n’aime pas bloguer (bien au contraire) et que c’est une corvée casée dans l’emploi du temps, idem pour les soirées blog : juste de remettre dans le contexte que tout n’est pas que plaisir et qu’il y a une vraie part de travail derrière, même s’il m’appartient le droit d’en modifier le rythme et de faire des choix de « sens » et « envie » dans cette partie de ma vie.

J’aime passionnément toutes les fonctions de mon job/ mes jobs (bon ok, sauf la compta et les coups de fil au RSI ;-)) et je suis parfaitement heureuse de mes choix même lorsque je sens que financièrement mon épanouissement a réellement un coût pour notre compte en banque, et qu’un emploi différent me permettrait de renflouer les caisses de manière fixe et sereine avec peut-être moins d’heures ou un cadre plus défini.

Mais autant que la femme au foyer que j’ai pu être, la free-lance que je suis, sourit tristement en entendant qu’elle ne fait rien de ses journées, ou qu’elle s’amuse, ou qu’elle glande devant son ordi.

 

BONS PLANS, DETENTE, HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE, ZERO DECHET

Mes 8 top astuces pour s’organiser et gérer (presque) tout à la maison

Une maison, deux enfants, une entreprise, un blog, 1000 projets et passions, travailler à l’extérieur, travailler à la maison, amener les enfants à leurs activités … Je vous épargne le reste de la liste qui comprend ménage et cuisine, vous vous en doutez.

Et cette phrase qui nous ronge : « mais comment je vais faire pour TOUT gérer ? »

Alors je t’arrête de suite, ami perfectionniste, et je te déculpabilise : PERSONNE ne gère TOUT !

Il faut se fixer des priorités et déléguer certaines tâches. Et au milieu, eh bien un seul secret : l’OR-GA-NI-SA-TION !

(oui tu t’en doutais un peu)

Voici comment cela fonctionne chez nous (mais chaque personne doit trouver l’organisation qui lui convient en fonction de son mode de vie, de ses contraintes, de ses facilités … Pour moi, c’est un avantage et un désavantage de travailler souvent depuis la maison, mais j’essaie d’en tirer le meilleur parti dans mon quotidien. Quand je suis à la maison, je dois bosser vite et bien, tout en résistant à l’appel du lave vaisselle à vider ou de la lecture du nouveau Flow, mais je peux aussi faire une pause dans mon boulot en préparant la quiche du soir ou en buvant un thé avec une copine : inconvénient VS Avantage )

  1. TOUT noter pour mieux anticiper et se faire des rétro plannings : un pique nique ? je note de suite dans l’agenda et dans mon bullet journal (dont je t’invite à lire l’article si tu veux te lancer car ça me change la vie !) et en même temps je me note 3-4 jours avant de prévoir les produits pour le pique nique. Sport tous les lundis pour le petit ? je me note au dimanche soir de préparer le sac, et au samedi de vérifier que le / les affaires sont propres ou lancer la machine. Des vacances ? je me note une semaine avant les trucs indispensables à acheter s’il en manque (crème solaire, anti-moustique, ou gants de ski trop petits à changer, etc). Cela peut paraître contraignant mais quand on le fait de suite, ça a le mérite de donner de la visibilité, de prévoir et donc ne pas être au dépourvu la veille pour le lendemain (chose que je déteste et encore + avec notre démarche zéro déchet puisque l’on essaie de faire un max de choses « maison ») … et surtout une fois posées là sur le papier, toutes ces choses nous libèrent l’esprit. On peut passer en phase 2.

bujo-bullet-journal-carnet-dessin-agenda-organisation-creation-envie-stabilo-giotto-doodle-4_ink_li

2. Ne pas remettre à plus tard et donc faire un max à l’avance : pourquoi ? tout simplement parce qu’en se disant qu’on le fera plus tard, soit on ne le fait pas, soit on le fait vite et donc plus ou moins mal, soit on le fait bien mais au détriment d’une autre activité que l’on aurait préféré à ce moment-là. Exemple : pique nique. si on prépare les affaires 3-4 jours avant, en ayant les trucs frais tous sous la main pour faire la veille tranquillement le sac, on a eu le temps d’acheter ce qu’il faut, au meilleur rapport qualité prix, au marché, sans emballage etc. La veille on est zen et on peut passer la soirée peinarde. Si on s’y prend la veille en revenant du travail, on court au supermarché, on prend le premier sandwich emballé qu’on paie cher. On est speed pour rentrer faire à manger (on a dû aller faire des courses, se taper la queue à la caisse … alors qu’on a juste envie de se poser). Au pire, on zappe et on voit pique nique le matin même avant de partir bosser : on jette 3 trucs dans un sac en culpabilisant toute la journée que notre enfant n’ait pas eu un pique nique convenable (et on espère que les autres parents auront mis un peu de rab pour le notre ;-)). Faire à l’avance cela permet aussi les jours de flemme d’avoir des « réserves » : avoir fait de la cuisine à l’avance, permet une soirée à juste à avoir à décongeler un truc fait maison 15 jours avant.

Idem pour la paperasse : j’ai toujours 4-5 RIB d’imprimés en avance pour gagner du temps quand j’en ai plusieurs à donner à mes clients (ce qui ne ne permet pas qu’ils me paient plus vite mais j’ai bon espoir 😉

3. Rassemble ce dont tu te sers pour une activité en un même point : C’est là que vont te servir tes plateaux, boites et petites pochettes trop mignonnes 😉 Exemple : pour le petit déjeuner, installe dans ton placard / étagère, tous les condiments sur un même plateau. Le matin tu n’auras qu’à attraper ce plateau avec la confiture, le nocciolata, la boite à biscuits, le miel … un seul voyage pour plusieurs choses !

Idem pour les papiers administratifs, fais toi une panière avec à l’intérieur des enveloppes, des timbres, un stylo, un tampon adresse, des RIB, un chéquier : quand vient le moment de répondre aux factures tu n’as qu’à prendre ta panière pour trouver tout ce dont tu as besoin.

Bref plus te facilite la vie en amont, plus vite tu te débarrasses des corvées ! Plus vite c’est prêt, plus vite c’est rangé ! Tu gagnes du temps : c’est bien ce qu’on cherche toujours ?

4. Déléguer : oui voilà un des secrets les mieux gardés ! Tu ne peux pas tout gérer alors apprends à demander de l’aide, à missionner tes enfants ( un vide le lave vaisselle, l’autre met la table et tout le monde débarrasse, on change la semaine suivante) , à donner une nouvelle habitude à ton conjoint ( il aime faire du vélo le dimanche matin : qu’il fasse un détour par le marché avec la liste qu’on lui aura préparé, ou chez le boucher puisque c’est lui qui gère le barbecue de vendredi prochain !).

Un planning pour les enfants : vider le lave vaisselle, mettre la table … même s’ils sont petits ils peuvent aider à leur échelle : ils sont valorisés, responsabilisés et participent à la vie de la famille ( tu participes à leur équilibre : si ! si ! ce sont les pédopsys qui le disent !! alors ne t’en prive pas ;-)) N’hésite pas non plus à te faire aider régulièrement ou ponctuellement : quelques heures de repassage dans l’année pour les moments de rush, une heure de ménage par semaine pour faire les sanitaires et la pièce principale (avec un peu de chance en chèque emploi service avec la participation de l’entreprise ou la défiscalisation, tu ne sentiras pas passer le coût … ou cela peut être une motivation pour arrêter la cigarette et s’offrir avec ce tarif, l’aide d’une femme de ménage). Si Belle-maman ne sait pas quoi offrir à son fils pour noël, elle peut lui donner un bon cadeau pour des heures de cours de cuisine aussi : voilà de l’argent bien investi 🙂

5. Faire des listes : de courses, de menu, de choses que chacun peut faire pour aider. Pour les courses, notez aussitôt que quelque chose manque, ou que l’on veut faire un menu en particulier. Commencez à regarder ce qu’il reste pour les premiers menus d’avant courses, puis prévoir les prochains repas. Avant je notais scrupuleusement ce que j’allais faire, maintenant j’adapte pour environ la moitié des repas de la semaine ; je sais que j’ai toujours ce qu’il faut pour la base ( de quoi faire une pâte brisée / pizza, une sauce tomate, du gruyère, des oeufs : et ensuite j’improvise selon les légumes qu’il reste). Idem l’hiver, j’ai toujours des pommes de terre et quelques oignons : il n’y a plus qu’à compléter avec les légumes qui montrent des signes de faiblesse et on lance une soupe ! Gardez toujours des bases, faites en avance ce que vous pouvez et puis n’hésitez pas à inventer de nouvelles recettes 😉 (le fourre-zytout est ma spécialité !)

6. Jouer du minuteur : ah ! qu’est ce que je ferais sans mon / mes minuteurs ! C’est bien simple c’est devenu mon habitude d’organisation numéro Uno ! Il m’a même permis de ne pas oublier mes enfants à l’école (oui bon sauf une fois, pardon mon fils ! ). Car quand tu es lancée dans une aprem COMPTA, beh je peux te dire que tu oublies tout et que tu ne vois pas le temps passer, et que tes seules pensées sont des chiffres … et des lettres comme RSI (Si toi aussi tu connais, tape dans tes mains !).

Ou quand il te reste 20 minutes, pas une de plus, entre le moment où tu reviens d’un rendez-vous pro et le moment où tu dois partir chercher les enfants à l’école, beh tu optimises : tu lances ton minuteur et tant qu’il n’a pas sonné, tu essaies de t’avancer un max dans la maison : ces 20 minutes là c’est un défi , mais ce sont les plus efficaces ! (bon parfois tu peux aussi utiliser ces 20 minutes en Joker et te les garder rien qu’à toi pour te poser avec un thé, un bouquin … tu seras tout aussi efficace plus tard si tu t’es accordée cette pause … il suffit d’assumer son choix ;-))

7. Envoyer tout balader : une matinée, une heure, une journée, un week-end ! Savoir se ressourcer, ne penser qu’à soi, s’octroyer une parenthèse loin de toute organisation et de contraintes pour faire le plein d’énergie … d’ailleurs planifier ces moments-là, c’est aussi de l’organisation, non ? 😉

 

CULTURE, DETENTE, DIY tutos brico, HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE

Tout ce que tu dois savoir sur le bullet journal : Pourquoi il te faut ce carnet agenda qui va t’éviter les boulettes … ou pas ;-)

bujo-bullet-journal-carnet-dessin-agenda-organisation-creation-envie-stabilo-giotto-doodle-9

Tel un bon mouton des internets, je n’ai pas pu passer à côté du phénomène Bullet Journal (prononcé façon « serial killer » dans la cité de la peur ;-)).

Le bullet journal, appelé aussi Bujo de son petit surnom, permet dans un seul et même carnet de rassembler un peu tous les carnets de votre vie (what ????) et votre agenda.

Grosso merdo, tu as ta vie entière dans un seul carnet (ouais vu comme ça c’est flippant et comme moi tu te dis, pff mytho, barbie grosse menteuse). Sauf que ça marche.

Nonobstant (mais qui nous parle ?) la partie très chronophage mais quand même vachement chouette, où tu choisis ton matos de base (un carnet et quelques feutres d’écriture fine suffisent : mais va déjà choisir UN carnet qui te suivra tout le temps et dont tu ne vas pas te lasser … ouais hein tu vois mon dilemme …), c’est finalement fastoche et pas si long à mettre en place pour peu qu’on lâche de vue les méga bonnasses du Bujo de l’internet qui te pondent des pages sorties tout droit des entrailles d’illustrateurs professionnels.

Je crois que la règle pour se lancer c’est qu’il ne faut pas regarder (trop) ce que font les autres (qu’est ce que tu fais donc là alors ? ;-)), sinon t’as des complexes, tu te fous la pression, tu n’oses pas commencer à écrire dans ton carnet, il reste blanc, il ne sert à rien, tu ne comprends pas le sens de cette méthode, et cette phrase est beaucoup trop longue.

Alors une fois ton syndrome de perfection mis de côté (oh my god et si je fais une rature, vais-je brûler en enfer en écoutant du Soprano toute ma vie ???), une fois ton carnet choisi (putain rose paillettes ultra girly ou noir sobre classique mais chic qui va avec tout, mais c’est trop dur, au secours !! pour la peine je prends Kaki tiens !), il te reste à identifier tes besoins primaires (non on parle pas de manger boire et faire pipi caca là ! suis un peu, bordel !).

Les besoins sont aussi variés qu’il y a de personnes dans le monde (ouais je t’aide gavé t’as vu ? ;-)).

Disons que ce qui correspond à mon organisation peut correspondre aussi à la tienne mais que tu vas peut-être devoir y ajouter ou y enlever des trucs donc au final ce sera pas la même, on s’comprend ?

Pour ma part, histoire de pouvoir démarrer sans faire des nuits d’insomnie sur « mais je vais aussi mettre ça », et « ah mais si j’ai besoin d’une page en plus en plein milieu », je suis allée au plus simple : l’agenda, first.

Pour visualiser ma semaine j’ai l’agenda familial (qui du coup ne sert que pour la famille).

Donc pour mon carnet à moi j’avais besoin définitivement de + de place par jour et pas forcément d’une vision globale, donc je me suis fait plaiz’ et je me suis fait 2 jours par page (ouais j’te l’dis on fait comme on voul’voul’ donc si tu veux même un jour par page mais vas-y fais comme chez toi .. ton carnet sera plus vite fini c’est tout 😉

De toute façon le système s’adapte en cours de route (c’est ça qui est magique) si tu te rends compte au bout de 3 semaines que finalement t’as pas besoin d’autant de places beh tu réduis, ou tu ajoutes etc. Moi par exemple je me rends compte que les week-end (le samedi et dimanche comptaient pour un seul jour sur ma page) ne doivent plus prendre autant de place puisqu’ils me servent à reprendre ce que je n’ai pas eu le temps de faire la semaine ou à avancer ce que je dois faire la semaine d’après, mais qu’il n’y a rien de figer car pas d’horaires fixées comme la semaine (ouais même si je peux bosser jusqu’à 6 heures par jour le week-end, j’aime bien le faire quand je veux 😉

Pour ce qui est de l’avancement du truc, j’ai commencé par écrire un mois complet, puis en fait j’ajoute une semaine en fonction des rendez-vous qui commencent à se caler, du besoin de visualiser le mois ou la semaine suivante … Après pour les trucs très très lointains (far far away), une page récap mensuelle peut servir.

Cette partie agenda me permet de tout mettre (bon comme dans un agenda si je le voulais certes) : rendez-vous pro, travail préparatoire, organisation, projet, mail à traiter, réponse à envoyer, appel à passer, ménage à faire, cuisine à anticiper, tri à effectuer etc.

J’y note absolument tout ! Sauf que du coup, mon Bujo peut très vite devenir un sketch à lui tout seul.

bujo-bullet-journal-carnet-dessin-agenda-organisation-creation-envie-stabilo-giotto-doodle-4_ink_li

Je te prends pour exemple cette journée formidable du vendredi 4 novembre où entre répondre aux mails, écrire un article pour le blog, envoyer une facture et préparer ma séance pour mon intervention du mercredi suivant, il y avait « décongeler le poulet, peler la courge ». Pour peu que j’eus un rendez-vous chez la gynéco (ah non c’est la semaine prochaine ;-)) et que j’ajoute « penser à faire la vidange de la Kangoo », je pense qu’on était vraiment peinard ! Et je n’étais qu’au début du concept donc je n’avais pas encore tout d’écrit, je précise (genre le 1er jour de tes règles, prévoir coloration racines, ou descendre les décos de noël : voilà voilà !!)

C’est LE truc qui me chagrine un peu sur le Bujo.

Ce carnet est censé me suivre partout donc être autant mon agenda pro que perso, mon carnet à listes de rêve, que mon carnet de lectures en cours, ou mes projets farfelus. Alors que se passe t-il quand en plein rendez-vous pro tu sors ton agenda pour prendre le prochain rendez-vous et que ton interlocuteur aperçoit ton rendez-vous pris pour épilation ou que ton super dessin de crotte fumante, qui t’a beaucoup fait rire ainsi que tes enfants pendant l’attente chez le médecin, se retrouve bien en évidence à côté de ta liste de projets sérieux avec un client ?

Evidemment il ne tient qu’à moi d’essayer de séparer les parties pro et perso, sérieuses et fantaisies, mais le but du Bujo c’est que cela soit simple donc bon 😉

Sinon dans le mien on trouve :

  • une liste de livres à lire sur 3 pages pour le moment (très longue donc, voici une seule page)

bujo-bullet-journal-carnet-dessin-agenda-organisation-creation-envie-stabilo-giotto-doodle-5

  • une liste de films à voir
  • une liste d’idées d’articles pour le blog
  • une page de citations inspirantes ou mots entendus qui m’ont plu
  • une double page de dessin souvenir

img_0892

  • une page pour les stats des réseaux sociaux, histoire de savoir un peu où j’en suis quand on me demande car je ne retiens jamais

bujo-bullet-journal-carnet-dessin-agenda-organisation-creation-envie-stabilo-giotto-doodle-6

  • une liste « planning » de toutes les choses qui reviennent tous les mois, toutes les semaines, en début ou fin de mois etc
  • une liste des articles à écrire pour Sud-Ouest
  • une liste des articles à écrire pour mes clients du web

Il va falloir que j’ajoute :

  • une liste de rêves
  • une liste d’idées cadeaux pour mes proches
  • 1000 listes 😉

Tu veux te lancer ?

Alors réellement pour démarrer tu as besoin :

  • d’un carnet (le must de la bulleteuse, après enquête c’est le leuchtturm .. ouais pas fastoche à prononcer mais franchement bien fichu : il a une pagination et une table des matières, des petits pointillés qui te permettent de faire de jolis dessins et des traits à peu près droits même sans ton double-décimètre, il existe en pleins de couleur, il a l’air solide … bref conquise je suis, je l’ai pris en Kaki, ouais ça m’a paru évident, ça va tellement bien avec le moutarde 🙂 mais parfois je me dis que noir ou violet, on s’en lasse moins 😉


 

  • de feutres à pointes fines, dits d’écriture (clairement tu en as à tous les prix, chez Hema, et même Marque Repère en a, mais ils ont coulé dans mon sac cet été, effet de la chaleur ou pas, c’était moyennement top du coup. J’ai investi dans des Stabilo point 88 fine 0.4 et j’en suis très contente pour le moment. )

bujo-bullet-journal-carnet-dessin-agenda-organisation-creation-envie-stabilo-giotto-doodle-2

Voilà la base. Investissement de départ entre 16 euros et 25 euros pour l’infini de possibilités qui s’ouvre devant toi 😉

Après tu peux y ajouter :

  • du masking tape

 

  • des autocollants (moi j’ai craqué pour ceux là chez Nathan, fluo comme il faut, et avec des petites phrases positives !)

  • des crayons aquarellables : ceux de Giotto sont top ! J’ai fait cette page avec. Ils ont de belles couleurs, on peut travailler sur pleins de nuances, très intéressants pour les feuilles d’automne par exemple. Le rendu me plait beaucoup. Il faut encore que je m’améliore et que je prenne le temps de m’y mettre plus régulièrement, mais j’avoue que ça me fait beaucoup de bien de faire ces pages détente. Là c’est un étui de 24, mais le rêve ultime ce serait celui de 48 couleurs ! Bim ! Je t’en ferais un F*****G Rainbow avec ça ! 😉bujo-bullet-journal-carnet-dessin-agenda-organisation-creation-envie-stabilo-giotto-doodle-7

bujo-bullet-journal-carnet-dessin-agenda-organisation-creation-envie-stabilo-giotto-doodle-1

Bref, le Bullet Journal c’est un vrai fourre-z’y-tout de ta Life mais avec quelque chose de rassurant, comme un doudou !

Je pense que l’on le garde ensuite pour se rappeler à quoi à ressembler son année, où en étaient ses projets à telle période de notre vie, voir aussi ce qu’on a réussi à améliorer …

Et vous , vous vous êtes lancé dans le Bullet Journal ? Vous aimez ? A quoi ressemblent les vôtres ?

bujo-bullet-journal-carnet-dessin-agenda-organisation-creation-envie-stabilo-giotto-doodle