BORDEAUX EN AMOUREUX, OENOTOURISME - VINS

Un atelier dégustation au château Malartic Lagravière

Grand cru classé de graves en appellation Pessac Léognan, le château Malartic Lagravière est un domaine bordelais connu et reconnu.

L’histoire de cette famille et de cette propriété est passionnante et celle de son vin également.

Fort de son expérience en France, il possède des vignes en Argentine qui proposent des rouges et des blancs d’une grande qualité avec des arômes très intéressants.

Le château Malartic Lagravière vous permet de découvrir ses vignobles à travers un atelier dégustation accessible à tous et convivial, intitulé « Cépages et découverte ».

Cette dégustation comparative entre 4 vins des vignobles de Malartic offre la possibilité d’en apprendre plus sur les typicités en blanc ainsi que les assemblages bordelais et argentins en rouge.

Un véritable voyage entre l’Argentine et la France, qui s’accompagne de fruits secs et fromages pour échanger et apprécier un moment privilégié au coeur du château.

La salle de dégustation offre une vue sur les vignes très agréable.

Gros coup de coeur pour le DiamAndes de Uco Grande réserve : les vins argentins restent encore une découverte pour moi et celui-ci a bousculé mes papilles avec ses belles notes d’épices.

Cet atelier coûte 35 euros et peut constituer une jolie idée cadeau pour la fête des pères ou des mères (si en plus vous offrez mon roman avec, c’est le jackpot assuré dans les yeux des mamans 😉 )

Nous avons eu la chance de poursuivre cette visite avec un atelier sablés improvisé et ludique.

La matinée s’est terminé autour de délicieuses bouchées cuisinées par le chef Sébastien accompagnées de vins du château Malartic Lagravière, évidemment, pour notre plus grand bonheur.

Il existe plusieurs visites et ateliers allant de 14 euros à 35 euros toute l’année sur réservation.

Pour une expérience unique sur réservation, l’atelier du chef vous permet de participer à un cours de cuisine, ainsi qu’une visite et un déjeuner accord mets et vins des Vignobles Malartic pour 180 euros par personne.

Merci à toute l’équipe qui nous a accueillis pour cette demi-journée riche en découvertes et en convivialité !

Château Malartic-Lagravière 43 avenue de Mont-de-Marsan, 33850 LEOGNAN

 

BORDEAUX EN AMOUREUX, BORDEAUX ENTRE COPINES, MANGER, Resto

Kitchen Garden : un bistrot vegan avec beaucoup de goût !

Sur Bordeaux, les adresses « healthy » et « vegan » se multiplient … il y en a une qui était dans les premières et qui a désormais ses habitués : le Kitchen Garden.

Peu de tables, mais quand les beaux jours arrivent, le restaurant assure en terrasse.

Dès qu’on entre une véritable ambiance se dégage du lieu : on s’y sent bien.

A la carte, tous les plats font envie : choix restreint mais maison, avec la part belle aux épices, et aux légumes sous toutes leurs formes.

Cette cuisine fait voyager, tout en faisant le job de nous rassasier et de nous ravir les papilles !

Les portions sont généreuses : j’ai eu du mal à terminer mon curry mais il était trop bon !

Oui j’avais fait l’erreur de commander une entrée avec houmous : là aussi un régal !

Les copines se sont régaler également avec leur burger végétarien, et le dhal très coloré et parfumé qu’elles ont dégustés.

Il ne manquait qu’à ajouter ma petite faiblesse : un chai tea latte, et le repas était complet et sans faute.

Une adresse que je recommande vivement quand on me demande un restaurant végétal (option sans gluten également).

Il ne me reste plus qu’à tester leur brunch qui a l’air tout aussi délicieux.

Kitchen Garden, 22 rue sainte colombe, 33 000 Bordeaux

 

Dvt perso et organisation, LA PAUSE FEMININE, LOOK MODE, ZERO DECHET

Désencombrer son armoire et organiser ses vêtements : une garde-robe capsule ou minimaliste

Le minimalisme dans la maison il a commencé pour moi par la salle de bain.

J’ai commencé par trier et ralentir mes possessions et achats en voulant réduire mes déchets et lorsque nous avons fait les travaux pour changer la décoration, les placards et l’agencement de cette pièce.

Cela a été relativement facile parce que je connais désormais le maquillage que j’utilise et j’ai éliminé les autres dont je ne me servais jamais.

J’ai fait en sorte de ne plus avoir trop de stocks (un an et demi plus tard, j’arrive enfin au bout de mes gels douche « d’avance » … ça vous laisse imaginer que je pars de loin pour apprendre à ne plus faire mon écureuil et ne plus craquer sur les packaging / nouveaux parfums de gel douche etc … j’ai pris conscience de tout ceci depuis plusieurs années et maintenant je ne cherche plus à acheter les dernières nouveautés et encore moins des produits ultra marketing : un savon me suffit ! ).

Bref j’ai ainsi pu réduire mes besoins de placard / rangements dans le nouvel agencement et maintenant je peux vous dire que depuis 18 mois, je savoure d’avoir beaucoup moins de choses et d’utiliser quasiment tout ( j’ai encore des couacs, je ne suis pas parfaite et j’ai sombré dans la folie des savons avec le zéro déchet … mais rien à voir avec avant 😉 ).

Je ne cherche plus mes affaires, je sais ce que j’ai, chaque chose a une place et je finis mes produits avant d’en racheter.

Du coup j’ai commencé la même démarche dans les autres pièces de la maison.

Je trie régulièrement grâce au challenge Libertri qui m’a permis de déjà bien amorcé le changement côté possession matériel et désencombrer efficacement.

La cuisine est en cours et nous allons également la rénover.

Nous avons aussi réduit nos déchets depuis plusieurs années dans cette pièce.

J’utilise une technique qui nécessite un peu de place dans le garage mais qui, j’espère, fera ses preuves au final.

J’ai vidé une grande partie des placards / casserolier / tiroir dans des cartons en gardant le strict nécessaire (comme si nous étions dans une location ou une tiny house ;-)).

Chaque fois que nous avons la sensation qu’il nous manque quelque chose ou que nous avons besoin d’un ustensile, nous réfléchissons si nous ne pouvons pas nous en passer ou utiliser autre chose pour cette fonction.

Si vraiment cet objet nous est indispensable, c’est qu’il correspond à notre mode de vie, nos habitudes, nos recettes fétiches, notre façon de cuisiner etc. Et à ce moment-là il réintègre la cuisine.

Dans quelques semaines quand nous réfléchirons au futur agencement de la cuisine nous pourrons évaluer nos vrais besoins en rangement et ainsi agencer selon les objets qui nous servent vraiment au quotidien.

Mais ceci concerne toute la famille donc c’est un peu plus compliqué pour que nous soyons tous d’accord. Cela prendra donc peut-être du temps.

Par contre il y a bien un endroit et une catégorie de possession dont je suis la seule à décider les entrées et les sorties dans cette maison : mon dressing !

Mon armoire, je peux décider de la réduire et de vraiment essayer d’en faire un rangement agréable, efficace et où je peux m’habiller sans me prendre la tête ni stocker des fringues que je ne mets pas, qui ne me vont pas ou que je n’aime plus.

J’ai encore beaucoup de choses, même si j’ai déjà réduit et bien rangé.

Alors j’ai décidé d’adopter un peu la même technique que pour ma cuisine.

J’ai vidé toute mon armoire dans des cartons, en y laissant les vêtements que je connais comme étant mes classiques. Pour le reste, j’irais y piocher quand j’aurais « besoin » ou quand une pièce / couleur manquera à mon look du jour (attention fashion blogueuse en devenir ;-)).

Ce challenge doit avoir lieu sur plusieurs saisons pour être vraiment efficace en terme de tri et nécessite de ne rien racheter (ou si possible, d’occasion si une pièce est trop abîmée ou qu’on s’aperçoit qu’un vêtement pourrait compléter plusieurs autres tenues. (je pense à une chemise blanche que je n’ai pas, ou une jupe en jean qui me semble être des classiques qui pourraient me durer longtemps et surtout correspondre au style que j’aimerais avoir en avançant dans les années …)

J’ai vu que plusieurs blogueuses et instagrameuses se lançaient également : c’est assez stimulant de voir qu’on avance vers moins de consommation et + de bon sens. Certaines trient, d’autres décident de ne plus rien acheter en vêtement pendant un an, d’autres encore tendent vers un nombre idéal pour une garde-robe capsule : 33 vêtements. Béa johnson, la prêtresse du Zéro déchet et du minimalisme, a seulement 15 vêtements pour toutes ses tenues !

Et pourtant elle a de l’allure et ne semble pas forcément habillée toujours pareil : un vrai exemple d’idéal !

Mais j’irais à ma vitesse avec mes faiblesses, mes défauts et mes ambitions certainement revues à la baisse.

Chacun fait son chemin : l’essentiel c’est de faire et de vouloir essayer 😉

Et vous, vous en êtes où dans votre armoire ?

Retrouvez mon tableau Pinterest pour avancer sur ce challenge !

BORDEAUX ENTRE COPINES, voyage

5 week-end entre copines à organiser d’urgence

 

Voici 5 voyages avec des thématiques différentes à moins de 3h30 de Bordeaux pour un week-end ou un court séjour entre amies !

 

  1. Un week-end détente en thalasso : C’est chez Atlanthal que j’ai trouvé mon bonheur en matière de thalasso.

Que ce soit aux 4 étoiles lors d’un séjour surf ou du côté Les Terrasses 3 étoiles pour assister aux concerts des nocturnes de la chambre d’amour, le service et le confort des chambres sont de très bons rapport qualité prix. Les soins sont variés et agréables : je voudrais un jour découvrir l’escale polynésienne avec ses descriptions qui sentent bon Tahiti, le monoï et le tiaré.

J’aime la proximité de l’océan pour faire le plein d’air iodé, la piscine extérieure pour les jours de chaleur, l’accès à l’espace lagon et remise en forme.

Pour la pause déjeuner ou dîner, c’est à la paillote bleue, juste à côté de l’hôtel, que nous nous sommes régalés.

Des produits frais, des plats pleins de saveurs, et des cocktails aussi bons que beaux.

Je suis tombée amoureuse d’Anglet et je rêve déjà d’y retourner.

 

2. Un week-end dépaysant au soleil : la Crête est la destination idéale pour ne pas avoir trop d’heures d’avion et profiter un maximum du dépaysement sur place !

Bien sûr, Santorin reste le lieu de toutes les photos instagram et digne d’un paysage de carte postale.

Il y a même des vols direct depuis Bordeaux à certaines périodes de l’année.

Mais la Crête regorge de petits villages et de plages à découvrir !

La cuisine crétoise ne gâche rien au séjour : salade grecque, cuisson dans des feuilles de vigne, huiles d’olives fruitées et pleines de caractère, le choix pour se régaler sainement !

 

3. Un week-end déconnexion pour se ressourcer près de la nature : la Dordogne et le Périgord sont les endroits parfaits pour un retour aux sources et se mettre au vert !

Le moulin de la Jarousse est ouvert toute l’année et permet de faire des activités autour du lac, sans renoncer au confort de jolis chalets ou cabanes dans les arbres.

On peut se faire livrer son petit déjeuner, faire un feu dans un poêle à bois, profiter d’un spa nordique, ou juste écouter le silence de la forêt environnante.

Le camping de la Dordogne verte est ouvert l’été et offre un accès direct à la rivière qui passe tout près pour une sortie en canoë.

 

4. Un week-end pour visiter un musée d’art contemporain :

C’est à Bilbao que tu trouveras le musée Guggenheim le plus proche de Bordeaux. L’audio guide est inclus dans ton prix de visite. A l’extérieur les oeuvres sont gigantesques et emblématiques !

La ville en elle-même regorge de jolis quartiers.

Le funiculaire emmène sur les hauteurs avec une vue incroyable pour 1 euro.

On y mange bien et pour pas cher, avec des tapas variés et la cuisine espagnole ! Et bien sur un verre de Txakoli 😉

 

5. Un week-end sportif à la montagne : en hiver pour le ski, ou en été pour la randonnée, les Pyrénées offrent tout ce dont on peut rêver pour se bouger entre copines !

C’est la ville de Cauterets qui a gagné mon coeur avec son architecture victorienne, son petit village et ses balades à proximité.

Les circuits de randonnée sont balisés. Les distances variées permettent à chacun de choisir selon son niveau de marche.

Pour manger tu pourras grimper jusqu’à la ferme basque avec ses produits du terroir et sa cuisine maison familiale.

Sa terrasse offre une vue panoramique sur toute la ville de Cauterets.

Une vraie récompense après l’ascension !

Les bains du Rocher, spa thermal permettent aussi de récupérer d’une journée d’effort intensif avec un bassin extérieur au pied de la montagne.

 

Et vous, vous partez où entre copines ?

 

DIY tutos brico, Food, MANGER

DIY cadeau fait maison : L’huile d’olive pimentée aux aromates du jardin

Chaque année on essaie de se renouveler dans nos idées cadeaux pour les maîtresses, et instit’, ainsi que pour les amis et la famille qui apprécient le fait maison.

Cette fois-ci, j’avais anticipé dès la fin de l’été en ramassant les herbes aromatiques du jardin et les piments.

Les dernières feuilles de basilic ainsi que les petits piments rouges (appelés aussi piment oiseau) m’ont donné des envies d’Italie et de cuisine.

Mais je n’avais pas le temps de les cuisiner … alors j’ai commencé à remplir une bouteille d’huile d’olive avec ma récolte.

Et finalement comme septembre a donné encore de très beaux jours, j’ai ramassé encore pendant plusieurs jours des aromates dans mon jardin.

C’est ainsi que je suis allée acheter des petites bouteilles d’huile d’olive et commencer mes préparations.

Une recette ?

Il y en a 1000 !

Amusez-vous à tester : piment basilic, basilic ail, ou bien chaque herbe et condiments en solo.

Nous avons opté pour des huiles pimentées : toujours utile pour les pizzas ou pour relever un plat ou une salade !

Et aussi l’huile au basilic et à l’ail : je pourrais en mettre partout !

Je vous conseille de laisser infuser au moins 3 semaines / 1 mois à l’abri de la lumière.

Si c’est trop tard pour noël, cela fera un joli cadeau de fin d’année scolaire : la maîtresse pourra s’en servir pour les barbecues bien mérités de cet été ! 😉

Il ne vous reste plus qu’à coller l’étiquette et à offrir fièrement votre huile d’olive maison avec les bons produits de votre jardin.

Et si vous souhaitez d’autres idées de kit à offrir, voici la liste de nos cadeaux DIY :

N’hésitez pas à me laisser un petit mot pour me donner votre avis !

Et épinglez cette chouette idée sur un de vos tableaux Pinterest pour le retrouver au moment voulu 😉

OENOTOURISME - VINS, voyage

Un week-end à la découverte du Floc de Gascogne : où dormir, manger, déguster ?

Besoin d’une escapade gourmande et dépaysante à 2 heures seulement de Bordeaux en voiture ?

Allez je vous embarque !

Voici des idées pour un week-end à la découverte du Floc de Gascogne, ses saveurs et son patrimoine.

J’ai pu tester toutes ces bonnes adresses et en apprendre beaucoup sur ce vin apéritif qui se déguste et se cuisine à toutes les occasions.

Où dormir et manger à Condom ?

L’hôtel Continental :

A Condom, l’hôtel Continental propose des chambres avec accès au spa en supplément, mais aussi un restaurant.

En plein centre de Condom (pour assister à la fête des Bandas en été, c’est parfait !), on oublie tout côté jardin.

Le calme et la douceur de vivre l’emportent rapidement.

Un atelier cocktail nous a permis de goûter le Floc revisité.

Associé à des jus, du schweppes ou d’autres alcools, on obtient de délicieux mélanges explosifs et savoureux !

Dont le fabuleux et délicieux Pink Flower dont je vous ai déjà révélé la recette 😉

Le repas au restaurant « le jardin de la Baïse » a ensuite mis en avant le Floc de Gascogne dans la cuisine locale avec des produits du terroir et de saison.

Melon avec le floc rouge (ou rosé si on veut être puriste), dinde déglacée au Floc avec ses légumes et gratin, et pour finir une mousse d’agrumes et de fruits au Floc.

Le tout avec subtilité et beaucoup de saveur.

Ce repas peut être préparé sur réservation. N’hésitez pas à le commander si vous venez dans la région !

 

Où dormir et manger à Gondrin ?

L’hôtel le Pardaillan :

Pour une nuit de repos, direction Gondrin. L’hôtel le Pardaillan propose des chambres agréables et confortables pour visiter la région.

Le petit déjeuner est sous forme de buffet. Le personnel est adorable.

Vous pourrez y manger sur place au restaurant : des produits locaux toujours et une cuisine au Floc, bien entendu !

Quoi visiter en pays Gascon à la découverte du Floc ?

Production d’Armagnac, de Floc de Gascogne mais aussi de Mousquet (armagnac et orange amère), de vins côtes de Gascogne et un blanc de blanc. 

Une très grosse production avec du matériel en adéquation avec ses ambitions : Patrick Farbos (président du comité Interprofessionnel du Floc de Gascogne) représente ce patrimoine, cette fierté gastronomique et veut faire connaître le Floc.

  • Le Domaine Laguille nous a reçu en pleine vendange avec le sourire ! Le bonheur de goûter le raisin fraîchement pressé à la sortie de la cuve !

En dehors du Floc, ils produisent également un vin blanc sec, demi-sec, moelleux et doux.

Pour ma part, le demi-sec prénommé ‘la rencontre’ m’a totalement convaincu ! Ainsi que leur Floc de Gascogne !

Le Floc me permet de découvrir des cépages que je connaissais peu : le Colombard et le Baco.

Equipé de panneaux photovoltaïques, le domaine produit désormais + d’énergie qu’il n’en consomme malgré le fait qu’il possède son propre alambic pour la distillation de l’Armagnac.

Un assemblage d’Armagnac et de jus de raisin.

Nous avons pu faire notre propre floc rouge et blanc.

L’alcool de l’Armagnac stoppe la fermentation du raisin : ainsi vous avez un produit frais à déguster dans l’année pour vos apéritifs et cocktails.

Mais aussi pour cuisiner une sauce, flamber un dessert …

Cécile Terraube fait partie du club des vigneronnes « les bons crus Milady ».

Avec son mari ils ont obtenu la certification Haute Valeur Environnementale par leur démarche écologique dans les vignes.

L’été ils proposent des ateliers oenologiques, dégustations et gourmands.

Ils conseillent aux familles avec enfants, l’application « Ampélograph » pour en apprendre plus de manière ludique sur le travail de la vigne.

Une parenthèse enchantée au cœur de la campagne !

Ici le calme et la tranquillité règnent.

Des chambres confortables ainsi que des gîtes permettent de passer un séjour ou un week-end à la découverte des plats, villages et bien sûr Floc de la région ! Chaque espace est décoré avec goût dans des couleurs différentes.

Myriam Darzacq propose des dégustations de son propre Floc et armagnac, et vous guidera vers les bonnes tables environnantes.

On se sent tout de suite déconnecté et détendu chez Myriam !

De quoi terminer ce séjour en beauté au cœur de la nature, des vignes et du terroir !

Merci à tous les domaines, hôtel et restaurants qui nous ont chaleureusement accueillis et partagés leur passion pour le Floc de Gascogne et leur patrimoine !

Merci à Hemisphère Sud pour l’organisation de ce blogtrip très complet !

Un merci tout spécial à Marion Petit-Jean pour sa conduite, sa bonne humeur et les nombreuses informations et anecdotes !

Et vous vous connaissiez le Floc de Gascogne ? Vous préférez le rouge ou le blanc ?

 

                                            

 

Food, MANGER, OENOTOURISME - VINS, recettes

La tarte flambée : la traditionnelle recette de flammekueche par un chef d’ Alsace

A peine de retour de l’Alsace, que déjà les saveurs alsaciennes me manquent !

Cette région est un bonheur pour la gastronomie et l’on découvre des recettes savoureuses, qui accompagnent à merveille les vins d’Alsace.

Je vous ai ramené dans mes valises la recette de la tarte flambée (flammekueche) que j’ai apprise à faire lors d’un cours de cuisine avec le chef du restaurant La Couronne, Didier Roeckel.

Il nous a donné quelques astuces en démonstration au domaine Achillé, dont je vous parlerai très vite !

Facile et délicieuse à n’importe quelle saison, on peut en faire quelques variantes (gratinée d’emmental ou avec des champignons), mais voici la traditionnelle tarte alsacienne à déguster avec un Riesling 😉

L’avantage de cette recette, c’est que l’on peut en profiter à l’apéritif entre amis, en soirée plateau télé avec les enfants, en amoureux avec une salade …

Et pas forcément besoin de temps de repos pour la pâte alors c’est parti !

Voici la recette extraite de son livre de cuisine sur les plats traditionnels alsaciens :

Pour 4 personnes :

Pour la pâte :

500g de farine

250 g d’eau

10 g de levure de boulanger fraîche

2 cuillères à soupe d’huile

1 pincée de sel

Diluer la levure dans un peu d’eau tiède.

Tamiser la farine, creuser un puits puis ajouter le reste des ingrédients de la pâte.

Pétrir le tout jusqu’à avoir une pâte homogène.

Former une boule, couvrir d’un torchon et laisser reposer une heure (le chef l’a faite en direct et nous a expliqué que la phase de repos n’était pas nécessaire)

 

Pour la crème :

1 kg de fromage blanc à 0%

1/2 l de crème fraîche

10 cl d’huile de colza

1 œuf

1/2 cuillère à café d’ail semoule

sel, poivre, 1 pincée de muscade

Pour la garniture :

2 oignons

300 g de lard

 

Mélanger tous les ingrédients de la crème au fouet.

Emincer les oignons.

Couper le lard en lardons très fin.

Prendre 200g de pâtes, l’abaisser en rectangle (l’étaler le plus finement possible, c’est le secret : plus c’est fin, meilleur cela sera ! )

Répartir une louche de la crème, y disposer les oignons et les lardons.

Faire cuire 3/4 minutes dans un  four chaud à 250 degrés / thermostat 8. (Si votre four monte à une température supérieure c’est l’idéal : vous mettrez moins longtemps en cuisson mais cela évitera de déssecher les ingrédients.)

Pour accompagner votre tarte flambée, je vous conseille un délicieux riesling du domaine Achillé à Scherwiller, produit en biodynamie, ma nouvelle passion !

Bon appétit !

Pour d’autres recettes, je vous invite à aller voir mes tableaux Pinterest dédiés à la cuisine et aux recettes 😉

Vous avez déjà cuisiné de la tarte flambée ? Vous avez une variante délicieuse que je dois tester ?

N’hésitez pas à me le dire en commentaire.

On se retrouve très vite pour parler de l’Alsace et de ses petits villages digne des plus beaux décors Disney ❤