DECO, DETENTE, LA PAUSE FEMININE, ZERO DECHET

5 livres sur le minimalisme : alléger sa maison et son esprit !

 

Quand on commence à réduire ses déchets, à vouloir du durable plutôt que du jetable, fatalement un tri s’opère, on commence à désencombrer et progressivement on devient minimaliste sans s’en apercevoir.

Avec cette nouvelle façon de consommer, on apprend à apprécier les objets pour ce qu’ils sont : pas des sentiments, ni des souvenirs, mais de l’utile et du beau.

On se surprend à aimer les surfaces vides et les placards épurés : le minimalisme devient une liberté !

Exit les matières plastiques, les bibelots qui encombrent la vue et l’esprit, on redécouvre ce qui compte vraiment et on gagne en espace et en praticité.

Oui, mais par quoi commencer ?

Je vous propose un tour d’horizon de 5 livres indispensables pour comprendre la démarche, l’adopter et rester motivé et convaincu des bienfaits du minimalisme.

 

Pour acheter les livres sur amazon, cliquez sur la photo de la couverture de chaque titre

 

L’art de l’essentiel de Dominique Loreau

« Se délester du superflu, c’est aussi se délester de ses problèmes. Pour désencombrer sa vie, jeter agit non seulement comme une véritable thérapie, mais encore comme une philosophie et un art. Un ouvrage indispensable pour ne plus souffrir de la confusion entre avoir et être. »

Un des premiers livre sur le minimalisme alors même que ce mouvement n’existait pas 😉

Dominique Loreau présente cet art de l’essentiel comme une philosophie de vie.

Elle parle longuement de tous les bénéfices et les questions à se poser pour faire ce retour à l’essentiel.

Je recommande ce livre pour comprendre ce qui nous pousse à accumuler, pour se motiver dans la démarche.

La troisième partie aide à passer à la pratique et à opérer un tri et une liste des indispensables.

 

Maman minimaliste de Mino Rakotozandriny

« Et si vous commenciez à simplifier votre vie de famille ? Entre les activités des enfants, votre vie professionnelle et les tâches ménagères, vous avez peut-être l’impression de perdre pied. Pire, vous n’avez plus assez de temps pour l’essentiel : passer de bons moments en famille.
Grâce au minimalisme, vous allez pouvoir désencombrer votre maison, votre emploi du temps et gérer plus efficacement le budget familial. Un enfant n’a pas besoin d’une profusion de jouets, ni de vêtements de marque. Beaucoup de choses peuvent être achetées d’occasion puis triées et données quand elles ne servent plus.
Grâce à ce livre, chaque parent apprend à dépenser moins et à vivre mieux. »

J’ai trouvé ce livre très pertinent : car oui être minimaliste quand on est célibataire ou juste 2 au foyer, ce n’est pas la même chose qu’avec des enfants.

Comment ne pas culpabiliser de ne pas leur acheter le dernier jouet à la mode ? comment éviter l’affluence de cadeaux de l’extérieur pour noël, les anniversaires ou juste les offres des restaurants et autres kermesse ?

Bref ce livre donne à réfléchir sur une autre façon de gérer son temps et son argent auprès de ses enfants.

Il ouvre des pistes pour mettre en place des actions concrètes dans le rangement, l’organisation et le temps que l’on gagne à ranger nous permet de passer plus de moments avec nos enfants.

 

J’arrête de surconsommer de Herveline Verbeken et Marie Lefevre

« Devenons des « consomm’acteurs » ! Nous sommes tous des consommateurs, mais nous avons le choix de réguler nos achats pour que notre consommation coïncide avec les valeurs qui nous sont chères. Herveline Verbeken et Marie Lefevre proposent un programme ludique et décomplexé en 21 jours pour repenser notre consommation et prendre conscience de nos actions sur notre environnement. Exercices et témoignages à l’appui, elles nous aident à déterminer notre profil de consommateur, puis à agir concrètement dans notre quotidien grâce à des alternatives économiques et écologiques. Elles proposent des conseils et astuces pour réaliser nos produits cosmétiques et d’hygiène, revoir notre alimentation, réduire nos déchets, apprendre à nos enfants à consommer moins et mieux… Grâce aux points planète, éthique, bien-être et économies, chacun mesure ses progrès dans la « Green conquête » ! Finie la passivité, place à l’action et à la prise de conscience pour un monde solidaire et éthique. »

Ici on parle du minimalisme en tant que consommateur, et bien sûr de tous les effets qui en découlent.

Ce livre permet de prendre conscience de son niveau de consommation, et permet de se défier pour ralentir sa frénésie d’achat. Chacun y trouvera sa motivation : économie d’argent, de temps, meilleur pour la planète, réduire ses déchets, se sentir acteur de sa vie de consommateur et non plus victime du marketing et du diktat des lobbies.

 

La magie du rangement de Marie Kondo

« Et si pour améliorer votre quotidien et changer votre vie, vous mettiez de l’ordre dans votre intérieur ?
Voilà la proposition de Marie Kondo. Mais comment faire ? Que jeter ? Que garder ? Par où commencer ? Quand s’y mettre ? Et surtout, pourquoi est-ce si important ?
Avec cette incroyable méthode, oubliez tout ce que vous savez déjà en matière de rangement et révolutionnez votre intérieur, dans tous les sens du terme.
Parmi les millions de lecteurs de ce livre ingénieux, certains ont changé de carrière, d’autres ont perdu du poids, d’autres encore se sont aimés davantage. »

On ne présente plus le livre de Marie Kondo !

En effet il est devenu une référence en matière de rangement, et allègement des garde-robes entre autre.

Pourquoi ? Parce qu’il permet de se poser des questions sur ses possessions et donne de vraies astuces de rangement à la japonaise, avec surtout le fameux pliage dans les tiroirs pour tout voir d’un coup d’oeil plutôt qu’avoir une pile dont on ne voit que le dessus.

 

Mon défi minimaliste de Sioux Berger

« Marre des kilos en trop et du désordre qui s’accumule ? De courir après le temps et du stress permanent ? Voici 12 programmes sur 30 petits jours pour perdre vos mauvaises habitudes, faire le tri et alléger votre quotidien ! Véritable coach, ce livre va vous aider à rester motivée jour après jour grâce aux objectifs fixés par semaine, à l’agenda pour noter vos progrès, aux mille astuces et conseils pour se débarrasser de l’inutile, et aux bilans pour persévérer ! 12 défis de 30 jours pour : dire stop au sucre ; bouger pour perdre du poids ; désencombrer sa maison ; moins dépenser ; apprendre à dire non ; prendre confiance en soi ; savourer l’instant présent ; apprendre à s’aimer ; se libérer du passé ; se libérer du jugement de sa famille ; faire le tri dans ses amis ; lâcher les réseaux sociaux. »

Gros coup de coeur !

Si vous ne devez posséder qu’un seul livre sur le minimalisme (beh oui normalement l’idéal c’est même de n’en avoir aucun et de les emprunter à des amis ou en bibliothèque / médiathèque ou sur une liseuse 😉 ), c’est celui-ci !

Il ne parle pas que des possessions mais parle de minimalisme au sens large du terme : s’alléger en tout !

Il est fait de plusieurs défis par semaine qui permettent de revoir point par point ce que l’on veut améliorer dans sa vie et comment y parvenir en fragmentant l’objectif.

Un vrai boost de motivation, des astuces concrètes, et surtout une remise en question globale de nos habitudes autant alimentaires que sportives, en passant par la maison, les relations toxiques etc.

C’est mon livre chouchou qui, du coup, permet de rassembler plusieurs sujets dans un seul bouquin ! (minimaliste le concept 😉 )

 

Et vous, quel livre me conseillez-vous sur le sujet ? Que pensez-vous de cette démarche minimaliste ?

 

Publicités
voyage, ZERO DECHET

Réduire ses déchets EN VACANCES, EN BALADE : mission impossible ?

Les vacances tant attendues ! On se détend, on lâche la pression et si on a de la chance, on part même vers une destination dépaysante loin de sa maison et de son train-train quotidien.

Mais en matière de réduction des déchets, il faudrait éviter de faire un carnage juste sous prétexte qu’on est en vacances.

D’autant plus que certains objets sont super pratiques et que ce serait dommage de ne pas garder sa conscience responsable près de la plage ou de la montagne, là où la nature mérite toute notre respect.

Voici mes indispensables pour continuer à réduire ses déchets en vacances :

  • un travel mug, autrement dit en français un mug de voyage : Tu pourras même te le faire remplir au Starbucks si l’envie est trop présente (et pour info tu paies moins cher en plus), ou dans tout autre commerce : il suffit de demander gentiment. On ne m’a jamais refusé l’eau chaude de mon thé dedans : ni en France ni à l’étranger.

Je t’en conseille 2 testés et approuvés : la Qwetch et le Contigo.

Les 2 gardent très bien la chaleur (un peu trop même parfois ;-)) et ne fuient pas.

Chacun a son petit design et cela dépend ensuite du style que tu préfères : ils existent dans tout plein de couleurs.

J’ai une légère préférence pour la Contigo pour son couvercle stop’n’go, mais il est en plastique. Par contre elle me suit partout ! Cela fait au moins 5 ans que je l’utilise presque tous les jours.

La Qwetch a une capacité un peu trop petite pour ma dose de thé mais tout se nettoie super bien et est bien résistant !

  • une gourde : ( je ne parle pas de ta meilleure copine !) là encore tu auras l’embarras du choix.

Je n’ai pas encore trouvé ma gourde idéale mais nous en avons qui nous suivent partout !

J’aime beaucoup ma Powertech pour son design et sa poignée pratique, mais elle est en « plastique » et ne garde pas le frais ni le chaud.

J’en ai une de chez Superdry rose fluo qui fait le job pour le moment, mais la partie bouchon / vis n’est pas pratique à nettoyer. Bref je cherche toujours si tu as des marques à me conseiller.

 

  • le goûter / l’encas dans un tupperware : une baguette et des carrés de chocolat, un fruit, des biscuits achetés en vrac, une part de brioche achetée au marché. Penses-y ! C’est quand même meilleur qu’un pitch ou autre truc bourré de sucre dans un sachet individuel en plastique.

 

  • Avoir le fameux couteau suisse : l’idéal serait même d’avoir ses couverts ou chacun son couteau multi-services pour éviter les fourchettes en plastique du resto de bord de plage (comment peut-on être restaurateur près de l’océan et ne pas se sentir concerné par les déchets ? je n’ai toujours pas compris …).

Nous ne sommes pas encore bien équipé : nous avons bien évidemment notre tire-bouchon toujours dans notre sac à dos 😉 mais je pense que le père noël nous apportera des beaux couteaux multi-fonctions !


  • des mouchoirs en tissus : des grands qui peuvent servir de serviettes de table, cela évite le rouleau de sopalin ou les serviettes en papier pour le pique-nique et les repas dans ton logement de location (attention pas les 2 à la fois : on ne s’essuie pas la bouche avec son mouchoir sale ! on est Zéro déchet, pas crade 😉 )

C’est tout bête mais qu’est ce qu’on a gagné comme place dans notre poubelle, et comme économie ! En plus on les glisse à 60 degrés avec les serviettes de toilettes et / ou torchons et on ne fait pas + de machines au final, comme avec les cotons lavables de la salle de bain.

  • des pailles inox : Quand on aime autant les cocktails que moi, cela peut vite tourner à la catastrophe environnementale de compter le nombre de pailles que l’on a consommé pendant les vacances au resto ou à la terrasse d’un bar !

Alors pour me déculpabiliser de consommer local (hum) et pouvoir profiter de ces boissons désaltérantes (hum bis), j’ai opté depuis peu pour des pailles inox.

Je précise au serveur à la commande que je ne veux pas de paille et je dégaine la mienne de mon sac !

Elle est dans son petit pochon prête à l’emploi, solide, résistante, et j’ai le petit goupillon pour la nettoyer dès que je peux.

Deux secondes et c’est fait ! Et je ne culpabilise plus ! 😉

 

Dans la trousse de toilette :

  • Le savon / shampooing solide : pratique, économique, ne laissera aucune bouteille dans la poubelle ! On peut en acheter à la coupe, ou dans des emballages compostables.

Le savon de chez Belice reste mon chouchou pour le moment. Hydratant, naturel, fabriqué dans le 24, je rêve juste de pouvoir tous les avoir 😉

Bref ce n’est pas toujours facile de garder les habitudes de chez soi quand on est en vacances … cela demande un peu d’organisation, mais au final tout est une question de réflexe et de bon sens …

Et vous, vous avez des astuces pour réduire les emballages et déchets pendant vos escapades loin de la maison ?

DIY tutos brico, ZERO DECHET

DIY Zéro déchet : Fini le cellophane en cuisine avec tes beaux Wraps réutilisables !

Si comme moi, tu essaies de réduire tes déchets en cuisine, cela doit faire bien longtemps que tu n’as plus de rouleaux de sopalin, aluminium ni même cellophane ou film plastique transparent !

Oui mais voilà, parfois ça dépanne bien de pouvoir couvrir ton saladier ou ton bol sans avoir à tout transvaser dans un bocal avec couvercle ou un tupperware, ou même pour emballer un sandwich en vue d’un pique-nique.

J’ai donc découvert qu’il existait des alternatives tels que les tissus enduits de cire réutilisables appelés wraps.

Plusieurs marques en proposent dont Bee’s wraps que tu peux trouver dans pas mal de boutiques sur le net.

Si tu n’as pas le temps ou l’envie de te lancer dans ce DIY malgré sa simplicité enfantine, tu peux donc les acheter tout fait (clique sur la photo).

Mais sinon je te propose de prendre le temps pendant les vacances.

Tu n’auras que deux choses à te procurer : acheter de la cire d’abeille et trouver un tissu qui te plait

( je te conseille de choisir un tissu avec motifs et relativement foncé car suivant la qualité de ta cire d’abeille tu peux avoir ensuite des tâches colorées sur ton tissu : ce qui n’enlève rien à la fonction et à l’hygiène de ton wrap mais qui peut « faire sale » visuellement).

Nous avons opté pour un tissu skull multicolore façon Coco de Disney 😉

   

Avec seulement ces deux matériaux tu vas pouvoir faire ton emballage réutilisable et en plus il sera bien plus fun et canon que le cellophane ou l’alu ! 😉

  • Prend ton tissu à la dimension souhaitée, repasse-le bien et positionne-le sur ta plaque de four (attention, je te conseille d’utiliser exceptionnellement du papier sulfurisé pour ne pas endommager ta plaque ou alors une vieille plaque qui te sert pour la pâte fimo par exemple 😉 )

  • Rape ou coupe ta cire d’abeille en petits morceaux sur le tissu : je te conseille de faire beaucoup de très petits morceaux plutôt que des gros. On cherche à avoir quelque chose d’uniforme et peu rigide. Donc il faut que la cire recouvre toute la surface sans la surcharger.

  • Mets le tout dans ton four à 110-120° pendant 5 minutes environ : attention ! Il vaut mieux rester à proximité et jauger ta « cuisson » d’après le visuel car les fours, l’épaisseur du tissu, la qualité de la cire peuvent faire varier le temps de passage au four.
  • Sortir du four en enlevant le tissu de la plaque et en répartissant la cire en la faisant couler si besoin
  • Laisse le tout refroidir bien à plat en dehors de ta plaque toujours
  • Et voilà ton emballage réutilisable prêt à rentrer en action !

  • Il te suffit de le chauffer un peu entre tes mains pour le rendre plus malléable et lui donner la forme adaptée à ton récipient ou sandwich ! Vous pouvez l’utiliser avec tous vos aliments sauf la viande.

  • Pour l’entretien : un coup d’éponge avec un peu de produit vaisselle ou de savon ! Attention pas d’eau chaude !

Et voilà ! Tu connaissais cette alternative au film plastique transparent ?

Retrouve mes autres articles sur le sujet Zéro déchet en cliquant sur les visuels ci-dessous !

N’hésite pas à les épingler sur tes tableaux Pinterest et Abonne-toi à mes tableaux Pinterest Zéro déchet !

HUMEURS HUMOUR, ZERO DECHET

2.5 km,18 paquets : l’invisible du quotidien

Cette photo s’intitule 2.5 km, 18 paquets.

Non elle ne parle pas d’une énième campagne pour l’arrêt du tabac ou le cancer des poumons. Non je n’ai pas réussi à fumer 18 paquets en 2.5 km de marche. Non c’est juste une photo personnelle (même pas artistique ni instagrammable) que j’ai prise à la fin d’une de mes sorties où à la base j’étais partie pour courir.

Dès les premiers mètres j’ai aperçu 2 paquets. Je me suis dit que je n’y faisais même plus attention quand je courrais et j’ai poursuivi ma route en me disant que je les ramasserai au retour.

Plus loin un 3ème paquet. J’ai donc commencé ma petite cueillette en ramassant sur ma ligne droite tous les paquets de cigarette que je croisais.

(pas du tout efficace pour le cardio on en conviendra, mais redoutable sur les cuisses, vu que tu te plies tous les 130 mètres environ, car je n’ai pas le CAPES de maths, mais 18 paquets sur 2.5 km ça fait à peu près ça )

J’aimerais te dire que j’en ai ajouté pour que la photo soit plus parlante, mais le pire c’est que je ne me suis même pas baissée jusqu’aux fossés où j’en ai vu, que je n’ai pas rampé sous les buissons où j’en apercevais et même je vais te dire : je n’ai fait qu’un seul côté de cette route, même pas qualifiable comme très passante, dans un quartier plutôt résidentiel.

Donc ce que tu vois c’est la partie visible, la plus proche de nos yeux, mais qu’on ne voit même plus.

2.5 km : c’est rien, non ? Enfin en terme de sport on peut pas dire que ce soit une vraie performance, pas vrai ? Mais revenir les mains chargées de tous ces paquets vides (euh les gars, vérifiez un minimum avant de jeter dans la nature, j’ai quand même récupérer une cigarette, la moitié d’un paquet de tabac à rouler plein et une … boulette 😉 c’est au-delà du sprint.

Alors pour que nos amis fumeurs puissent fumer en toute liberté (nous avons besoin que quelqu’un paie toutes ces taxes, autant que ce soit des personnes qui le font de leur plein gré, et chacun fait bien ce qu’il veut. Moi je bois un peu trop, mais c’est en soutien aux vignerons, c’est différent, non ? 😉 ), mais surtout qu’ils puissent jeter leur paquet dans des poubelles, demandons à ajouter à côté de « fumer tue », « et détruit la nature »(ou « rend crade » au choix).

Enfin à tout ceux qui passent beaucoup de temps à me dire pour qui voter dimanche, j’ai envie de leur dire que j’irais voter car c’est mon droit, mais qu’agir est mon devoir et qu’il me parait aujourd’hui bien plus efficace de multiplier les petites actions que de parler pendant des heures (ce que font nos politiques finalement). Utilisez tout ce temps que vous passez à parler de votre candidat préféré à faire des choses réelles, ce sera plus concret et utile pour faire bouger le pays. A notre échelle nous pouvons changer les choses en agissant. Et ne me dites pas « ça ne sert à rien » car si tous nos « ça ne sert à rien » se mettent en action, ça servira à quelque chose.

N’hésite pas à liker, commenter et partager.

 

BEAUTE COSMETO MAKE UP, LA PAUSE FEMININE, ZERO DECHET

L’huile de coco et ses copines avocat et jojoba : mes nouvelles partenaires de soin !

Oui rien que ça !

Voilà maintenant plusieurs mois que je me sers quotidiennement d’huiles « différentes ».

En cuisine parfois, mais principalement dans ma salle de bain. T’as bien entendu ! Dans ma salle de bain.

Ma chouchou, l’indispensable : l’huile de coco.

noix-de-coco

C’est bien simple, l’huile de coco elle est parfaite pour tout :

  • en masque pour les cheveux
  • en démaquillant tout doux mais redoutablement efficace
  • en gommage mélangé à du sucre

et dans la cuisine avec le poulet, ou les légumes, ça donne de suite un goût exotique.

L’odeur est fabuleuse et elle se conserve super bien : l’avantage c’est que comme elle se solidifie, tu peux en plus la répartir facilement dans d’autres petits pots si besoin. Bref, l’huile de coco c’est la solution 100% naturelle pour tous les besoins beauté santé !

Je l’achète à ma biocoop.

 

Je teste aussi l’huile d’avocat. En démaquillant et en masque apaisant sur le visage : son bémol, j’aime moins son odeur. Mais j’aime beaucoup le film protecteur qu’elle laisse après le démaquillage.

Je l’achète à ma biocoop.

L’huile de jojoba, quant à elle, c’est vraiment devenue un complément de soin pour ma peau : je la pose en guise de crème de nuit. Elle repulpe la peau avec seulement quelques gouttes. Sur les pointes des cheveux elle donne aussi le besoin hydratant pour leur texture frisé.

Achetée sur Amazon, j’ai adoré celle-ci avec son flacon verre et sa pipette ultra pratique pour doser quelques gouttes.

En guise d’eau micellaire, coup de fouet le matin après le débarbouillage, je passe un peu d’eau de rose sur ma peau. Le parfum est divin et sur la peau c’est un vrai plaisir sans aucun assèchement.

Je n’ai pas encore osé me lancer dans des mélanges donc j’utilise toujours un contour d’oeil et une crème de jour, et une crème teintée pour les jours où je veux avoir l’air un peu plus en forme 😉

Je cherche toujours la marque qui répondra à tous mes critères pour ces soins là. Vous en connaissez ?

 

BEAUTE COSMETO MAKE UP, LA PAUSE FEMININE, ZERO DECHET

Lamazuna : le kit zéro déchet cosméto pour la salle de bain

On avait déjà parlé de mes habitudes, astuces et petits changements à venir dans mon article Zéro déchet.

Pour aller encore un peu plus loin, j’ai commencé à m’intéresser à une marque montante et engagée dans ce domaine : Lamazuna.

Puis en utilisant l’appli Ask and Shop, avec ma recherche pour du shampooing solide, la boutique Do you speak Français se trouve être revendeur de leurs produits.

J’ai donc pu enfin découvrir et acquérir un magnifique coffret Zéro déchet qui me permet de tester plusieurs produits de leur gamme.

lamazuna-zero-dechet-coffret-produit-cosmetique-hygiene-beauté-solide-shampooing-deodorant-dentifrice-lingette-demaquillante-lavable-ecolo-eco-durable-reutilisable-oriculi-coton-tige-orei (9)

Le coffret est déjà très joli en lui même : une jolie boite en bois que l’on peut garder pour y mettre ses produits pas encore entamés (idéal quand j’achèterai uniquement des « recharges »).

lamazuna-zero-dechet-coffret-produit-cosmetique-hygiene-beauté-solide-shampooing-deodorant-dentifrice-lingette-demaquillante-lavable-ecolo-eco-durable-reutilisable-oriculi-coton-tige-orei

lamazuna-zero-dechet-coffret-produit-cosmetique-hygiene-beauté-solide-shampooing-deodorant-dentifrice-lingette-demaquillante-lavable-ecolo-eco-durable-reutilisable-oriculi-coton-tige-oreille (1)

A l’intérieur, il y a un dentifrice solide, un déodorant solide, un shampoing solide et un oriculi (il remplace les cotons tiges pour nettoyer les oreilles).

lamazuna-zero-dechet-coffret-produit-cosmetique-hygiene-beauté-solide-shampooing-deodorant-dentifrice-lingette-demaquillante-lavable-ecolo-eco-durable-reutilisable-oriculi-coton-tige-orei (4)

Coïncidence heureuse : le shampooing est en forme de cannelé, vous noterez les bordelais ?

lamazuna-zero-dechet-coffret-produit-cosmetique-hygiene-beauté-solide-shampooing-deodorant-dentifrice-lingette-demaquillante-lavable-ecolo-eco-durable-reutilisable-oriculi-coton-tige-orei (5)

J’ai également acheté des lingettes lavables, car je n’utilise plus que ça désormais et il m’en manquait quelques-unes pour ne pas être à cours.

lamazuna-zero-dechet-coffret-produit-cosmetique-hygiene-beauté-solide-shampooing-deodorant-dentifrice-lingette-demaquillante-lavable-ecolo-eco-durable-reutilisable-oriculi-coton-tige-orei (3)

Malheureusement je n’adhère pas à la matière de celles-ci. Je vais les conserver pour le dissolvant et enlever le vernis, mais sur mon visage je n’aime pas la sensation de ces lingettes 😦 D’autres ont ils eu la même expérience ?

lamazuna-zero-dechet-coffret-produit-cosmetique-hygiene-beauté-solide-shampooing-deodorant-dentifrice-lingette-demaquillante-lavable-ecolo-eco-durable-reutilisable-oriculi-coton-tige-orei (7)

Pour le reste des produits, voici mon avis après 3 semaines d’utilisation : (notez que ces expèriences sont tout de même très personnelles car chacun à ses besoins selon sa peau, ses spécificités ou soucis particuliers … )

  • le déodorant solide : j’utilise peu de déodorant car je transpire très peu (en même temps vu la tonne d’eau que je bois, je me demande où va toute cette flotte ?? ah oui, bougez pas, je fais pas mal de rétention d’eau, d’où mes chevilles-poteaux !). C’est donc mon mari qui a testé pour vous : il faut une période d’adaptation, et il l’a adopté à la maison, mais trimballe toujours l’ancien déo dans le sac de sport, cela reste pour lui plus pratique, et surtout plus « montrable », je suis déjà contente qu’il ait joué le jeu de tenter… Une fois, le déodorant terminé, pas d’emballage à jeter : Zéro déchet !
  • le shampoing solide pour cheveux normaux : Je suis fan absolue de ce produit ! Mes cheveux sont d’une nature sèche car frisouillis et couleur à répétition, je galère donc dèjà en temps normal pour trouver un shampoing qui hydrate mes cheveux sans les graisser. Ce shampoing c’est vraiment ce que je cherchais : il fait les cheveux doux, il mousse correctement. L’odeur n’est pas dingue comme les ajouts de parfums chimiques que l’on peut trouver dans les shampoings dit normaux, mais je le trouve frais (sapin) et c’est pour moi, un produit adopté ! Une fois terminé, il n’y a aucun emballage à jeter : Zéro déchet ! Apparemment il dure vraiment longtemps (équivalent à 2 bouteilles de shampoing). Et encore c’est la version cheveux normaux : il me tarde donc de pouvoir tester la formule cheveux secs (à l’orange … hum !).
  • le dentifrice solide : il y a une vraie phase d’habitude, car autant en terme de goût que de texture, on a affaire à un changement radical. Passés les premiers jours, je dois dire que je suis satisfaite de ce produit. Une fois terminé, il ne reste que le bâton qui va au compost : zéro déchet !
  • l’oriculi : très pratique, il me correspond bien, car je n’ai jamais aimé les cotons tiges, et j’ai un besoin très modéré niveau nettoyage d’oreilles, donc cette alternative est juste parfaite pour moi ! Pas de coton tiges à jeter, on peut le désinfecter et le réutiliser jusqu’à ce qu’il soit trop abimé, et il pourra alors finir sa vie au compost : zéro déchet !

Voilà donc des produits zéro déchet, fabriqués en France, à la composition 100% naturelle (et même Vegan ).

Bref, ce kit est l’idéal pour pouvoir tester les produits et trouver ceux qui deviendront nos indispensables.

Retrouvez tous les produits sur le site Lamazuna ou dans la boutique Do you speak Français à Bordeaux.

 

 

 

BONS PLANS, LA PAUSE FEMININE, ZERO DECHET

Les 5 trucs éco #zerodechet qui facilitent la vie ! Se simplifier sans impacter, oui c’est possible !

Suite à la conférence Zéro déchet de Béa Johnson, prêtresse du mouvement Zéro waste, beaucoup m’ont demandé un résumé voire des conseils.

Promis je vous ferais une récap (quoique le mieux c’est encore de lire le livre de Béa Johnson qui est ultra complet et qui permet d’y revenir pour chaque changement que l’on veut insuffler dans sa vie quotidienne)

 

Pour ma part, le changement se fait très doucement (peut-être trop) depuis 2 ans maintenant, même si certaines choses étaient déjà mises en place par souci d’économie ou de logique liée à mon éducation de ne jamais gaspiller ni jeter (mais ça c’est aussi une tare difficile à combattre le « au cas où je garde » ;-))

Donc voici les 5 trucs qui ont réellement changé mon quotidien et qui ont réduit les déchets tout en étant pour moi une alternative beaucoup plus agréable, pratique que son homologue jetable.

  • la cup : quoi qu’est ce donc ? alors elle s’appelle divacup, mooncup, ou même en français dans le texte, coupe menstruelle .. Bref, c’est la VRAIE alternative aux tampons hygiéniques et autres Tampax nett …

Pourquoi ? parce que je vous laisse faire le calcul du nombre de tampons que l’on jette sur cette pèriode du mois … multipliez par le nombre de mois, puis par le nombre d’années où une femme est réglée …

Voilà déjà le premier résultat d’un vrai impact écologique. Je ne culpabiliserais pas celles qui en plus utilisent un applicateur, ou des serviettes hygiéniques, car j’ai moi aussi longtemps cru que c’étaient de toute façon les seules choses qui me convenaient (plus ou moins) et surtout existaient.

J’ignorais complètement que dans un monde parallèle, sous le manteau, certaines femmes se faisaient déjà passé l’adresse de revendeur de cup et vivaient déjà leur petite révolution personnelle !

Car oui, j’ai commencé à en entendre parler par ces groupuscules sous-jascents que je prenais pour des bobos écolos bio radicaux qui voulaient que je retourne la terre pour enterrer mon caca, oui j’ai moi aussi pensé qu’être un temps soit peu écolo c’était tout renié, devoir tout faire jusqu’au bout .. que c’était TOUT ou RIEN !

Je ne te cache pas que comme toute nouveauté (et surtout de ce côté là, j’ai envie de te dire), cela demande une certaine adaptation : au début tu tatonnes, tu galères même un peu mais lorsque tu as pigé le truc et pris tes habitudes, tu sais que tu ne pourrais absolument jamais revenir en arrière, tellement c’est top !

Je ne me considère toujours pas comme écolo malgré tout ce que j’ai mis en place depuis plusieurs mois, années, voire les principes avec lesquels j’ai été élevés.

Comme dit ma mère, dans les années 80-90 si tu consommais moins on te traitait de radins; si tu recyclais ou réutilisais c’est que tu n’avais pas les moyens ou que tu ne voulais pas dépenser tes sou-sous.

Donc certes, à la maison, il fallait compter chaque franc et on ne gaspillait RIEN ! Ni l’éléctricité (ne laisse pas la lumière allumée quand tu quittes une pièce), ni l’eau (une douche et pas 2 heures !), ni les emballages (on ne jette pas le papier qui entoure les yaourts c’est pour noter mes listes de courses !), ni les rouleaux de PQ vides (on fera des bonhommes avec les petits en atelier peinture !), ni les épluchures de légumes ou coquilles d’oeufs, d’huitres (on va les donner aux poules de mamie à la campagne), ni les bocaux vides (on les donnera à mamie pour faire des confitures !) …

Je peux continuer la liste encore longtemps car ça c’était en vivant en immeuble rive droite de Bordeaux, alors avec la maison à la campagne les week ends je crois que j’étais une des seules gamines à avoir vu un composteur avant l’invention du composteur 😉

  • Et ma transition est parfaite car je dois vous avouer que j’ai un composteur depuis plusieurs années.

Pourquoi ? tout d’abord parce que je n’aime pas jeter des trucs qui peuvent encore servir alors dès qu’on me dit qu’une coquille d’œuf ou une pelure de patate ça peut encore faire de l’engrais , moi je garde 😉

deuxio, je déteste aller vider ma poubelle : fermer le sachet, l’amener jusqu’au bon bac, aller mettre le bac dans l’allée … Moins je peux répéter ces gestes, mieux je me porte .. (même si ça me permettrait de faire quelques pas supplémentaires et ainsi bouger plus … mais bon on en reparlera avec le coach sportif un peu plus tard 😉

Et j’ai envie de te dire (d’ailleurs je te le dis) qu’avec les litres de thé que je bois, les feuilles de thé constituent une grosse partie de mes déchets compostables et qu’apprends-je, c’est quasiment le top pour un engrais géniallissiiiime ma chériiiiiie ! (oui il y a du glamour dans le compost … après « l’amour est dans le pré », le glamour est dans le compost 😉

Tertio quand j’ai besoin de rempoter une plante (keuf keuf … enfin mon mari, parce que moi le jardinage tout ça euh, c’est pas trop mon truc … voyez que je ne suis pas une vraie écolo …) eh bien, j’ai ma petite réserve rien qu’à moi !

Régulièrement la CUB fait des campagnes de dons de composteur pour équiper et former les foyers à cette action simple mais qui peut rapporter gros.

C’est d’ailleurs comme ça que j’ai obtenu le mien, livré avec sa notice et son bio-seau pour mettre les déchets de la cuisine avant de les emmener au composteur (ah ouais faut quand même aller le vider de temps en temps si tu veux pas commencer à faire ton engrais dans le bio-seau 😉

Tu trouveras le guide du compostage ainsi que toutes les infos dont tu as besoin sur le site de la CUB. Je m’y réfère d’ailleurs quand j’ai des doutes sur ce que je dois mettre également dans mon bac gris et mon bac vert.

  • mon autre révolution se passe dans la salle de bain avec les lingettes démaquillantes lavables ou débarbouillettes pour toute la famille : cela fait plusieurs années déjà que j’avais recyclé mes coussinets d’allaitements lavables en disques démaquillants lavables pour les soins/gommages visage etc. Je trouvais que c’était beaucoup plus pratique qu’un coton et plus ergonomique qu’un gant.

Puis il y a quelques mois j’ai encore franchi un cap en achetant des lingettes supplémentaires après avoir vu la poubelle de ma salle de bain.

Avec les enfants qui utilisent seuls et donc ont tendance à avoir la main lourde, avec les nouveaux mascaras tellement waterproof que tu es limite dans le maquillage permanent, bref la consommation de cotons avait franchement augmenté … sans pour autant que je me sente satisfaite de cette méthode de lavage, vu que la plupart du temps je repasse encore de l’eau derrière les produits (oui, la plupart des laits démaquillants se rincent .. ).

Bref les lingettes lavables sont aujourd’hui 100% adoptées et depuis un peu plus d’un an, il n’y a plus du tout de cotons à la maison. Il faut, du coup, que j’investisse dans des lingettes supplémentaires : mes préférées toutes douces sont en fibre de bambou et emprisonnent le maquillage comme personne !

 

  • l’évidence même : l’eau du robinet et des gourdes (j’adore ce mot : GOURDE 😉 ça me fait toujours marrer … enfin bref ! on n’est pas là pour parler des mots qui me font marrer … mais dans le genre je pouffe pour les mots « miettes », « crouton », « clic-clac » … vous avez des mots comme ça vous, ou j’suis folle ? ;-))

Donc des gourdes et l’eau du robinet : en quoi est ce plus pratique que des bouteilles en plastique déjà pleines me diras-tu ? eh bien je vais te le dire (patience).

Outre le fait que tu gagnes de l’argent une fois tes gourdes achetées (et donc très vite rentabilisées), tu n’as pas à porter de packs d’eau !! (oui tu vas me dire « et le sport ? et le drive ? », ok admettons).

Tu n’as pas à les stocker : alors là avoue c’est un gros point pratique ! Je t’offre des mètres carré en + l’air de rien ! Pas besoin de trouver de la place ou condamner une partie de ton garde manger, buanderie, pour des bouteilles en plastique !!

Tu évites de charger ta poubelle (donc tu vas la vider moins souvent), tu fais du bien pour la planète, et tu as de l’eau à volonté sans jamais tomber en rade ! En fait, entre nous, je te le dis tout net, être écolo, c’est plus facile qu’on ne croit, c’est même carrément un truc de fainéant si tu veux mon avis 😉 Surtout des gourdes y’en a des canons. Nous en avons des en inox, une pour chaque membre de la famille : sauf la mienne elle vient de chez Powertec , elle est rose et elle a une poignée, et je l’adoooore !

kordelta500_pink

 

  • Le vinaigre blanc : alors lui c’est carrément le truc à tout faire dans la maison ! Il peut remplacer quasiment tout ce qui sert à nettoyer dans la maison. Grosso modo, voilà le tableau : plus de liquide de rinçage dans le lave-vaisselle ? tu le remplaces par du vinaigre blanc. Plus d’adoucissant pour ton linge (bon moi j’en mets jamais) ? tu le remplaces par un peu de vinaigre blanc. Besoin d’un anti calcaire ? vinaigre blanc. Entretien des plans de travail dans la cuisine ? vinaigre blanc (d’ailleurs je te le dis tout net, dans les écoles, on nettoie les tables de la cantine avec un mélange eau -vinaigre blanc, c’est le plus sécure pour les enfants en cas de mauvais rinçage … le vinaigre blanc n’est pas toxique). On peut continuer comme ça, car je suis sûre que l’on peut tout faire avec le vinaigre blanc. Et tu sais quoi ? c’est vraiment pas cher, et tu gagnes de la place avec un seul produit à stocker qui remplace tous les autres ! A toi l’espace libre pour stocker du pinard … euh oups …

Bref voici comment j’ai débuté, sans même m’en rendre compte, la réduction de mes déchets.

Je vous ferais une petite récap par pièce de vie sur les changements adoptés, les trucs faciles, mais aussi les difficultés, et ce que je n’arrive absolument pas à changer …