DECO, DIY tutos brico

DIY Un porte-bijou tendance : recycler une caisse de vin pour sa salle de bain !

J’ai toujours aimé créer, bricoler, repeindre, et détourner.

Quand certains ne voient qu’une fonction à un objet, j’en vois 3 et j’imagine dans d’autres couleurs ou dans d’autres pièces de la maison, comment leur donner une seconde vie ou les embellir.

Alors quand le site Toutlevin m’a proposée de rédiger des tutos bricolage sur le thème du recyclage du matériel autour du vin, j’y ai vu un challenge formidable mais aussi une façon de pouvoir m’éclater dans cette partie créative manuelle que j’ai toujours pratiquée.

Ce mois-ci on prépare la fête des mères !

Oui on peut gâter sa maman avec un cadeau pas cher, fait main, et qui fera un sacré effet car on peut le personnaliser à volonté !

Bijou + vin = le combo parfait pour une maman comblée, non ? (ah toutes les mamans ne sont pas comme moi ? 😉 )

On va donc trouver une façon originale et ultra simple d’accrocher les colliers !

Temps : 20 min (+1h de séchage minimum)

Coût : entre 3 et 12 euros

Matériel :

  • Une caisse de vin
  • Des petits crochets
  • Une bombe de peinture ou des restes de peinture
  • Un tournevis et une vis

Dépoussiérer la caisse de vin pour que la peinture puisse bien adhérer et préparer votre zone de travail en la protégeant des projections.

Bomber avec de la peinture en bombe ou peindre la caisse.

A vous de choisir le rendu : totalement opaque et lissé, ou plutôt effet vieilli à la chaux …

N’hésitez pas à passer plusieurs couches pour obtenir la couleur que vous souhaitez, laissez bien sécher entre chaque couche.

Vous pouvez également personnaliser en créant des motifs géométriques ou prévoir des emplacements pour des stickers.

Préparer la position de vos crochets.

Faciliter le vissage des crochets en préparant des trous à l’aide d’une vis et d’un tournevis, ainsi vos crochets se visseront parfaitement et sans difficulté.

Visser vos crochets : Varier les positions pour que les colliers qui y seront accrochés soient mieux en valeur et pour la praticité.

Personnaliser en dernière minute avec des photos de ses enfants chéris (ou de son acteur ou chanteur préféré 😉 )

Voilà vous n’avez plus qu’à lui offrir avec une bonne bouteille de vins et un collier et elle sera comblée.

Une vraie vitrine de bijoutier tout en récup’, c’est pas top ?

Si Maman a aussi beaucoup trop de boucles d’oreilles à ranger, vous pouvez compléter ce tuto DIY avec celui présent sur ToutleVin : un porte-bijou avec une étampe.

Toujours aussi facile pour beaucoup d’effet !

N’hésitez pas à nous montrer vos réalisations en nous envoyant vos photos et commentaires.

Retrouvez également mes autres tutos DIY comme : le plateau apéro !

 

 

LA PAUSE FEMININE

Naissance : comment créer son entreprise ou 5 conseils pour monter sa boite

Ce mois-ci, après le sac, et les voyages, la mini team Bordeaux a choisi le thème NAISSANCE !

Vaste sujet que chacun interprétera à sa façon, mais pour ma part, je souhaitais éviter de vous parler de mes épisiotomies et des contractions insupportables 😉

j’ai choisi de me pencher sur les nombreuses questions que je reçois sur la création d’entreprise.

Car oui c’est une naissance et la preuve en est que je considère mon entreprise comme mon 3ème bébé, vu que je n’en aurais pas d’autres

Je compare souvent la création d’une entreprise avec la naissance d’un enfant car on passe par de nombreuses phases qui, pour moi, se sont apparentées à la maternité.

5 ans de recul me donnent la légitimité de te parler d’un beau gros tabou : la création d’entreprise !

Cet Eldorado dont tu rêves parfois, mais que tu croies inaccessible, tu peux le vivre mais prépare-toi, la vie d’entrepreneur n’est pas un long fleuve tranquille …

Voici mon petit mode d’emploi avec quelques questions à se poser pour savoir si on est prêt et surtout comment ne pas flancher dans la phase de création :

  1. Croire en son idée : Oui je sais cela peut paraître bête vu comme ça, mais même si tu vas douter de toi, des interlocuteurs, de tout, tu ne dois pas douter de ce que tu fais ! Oui emballe toi, sois rêveur, utopiste ! Vois grand, vois loin, I believe I can fly. Tu dois être le premier persuadé que ce que tu proposes a une raison d’exister. Tu dois croire en ce que tu veux faire / vendre car comment convaincre les autres si toi même tu n’es pas convaincu. Pour cela, passe au 2.

2. Etre objectif : oui ton projet est génial (et tu dois en être convaincu, voir 1.), oui c’est certainement le meilleur truc qu’on est inventé depuis les verres à vin d’un litre, mais tu dois aussi y voir tout ce qui pourrait ne pas plaire aux autres. Aussi cherche tous les défauts que l’on pourrait te mettre sous les yeux, tous les côtés négatifs et inconvénients de ton idée, et démontes les arguments un par un. Oui il te faut chercher tout ce qui pourra faire tiquer le client, et que l’on pourrait te servir comme opposition, ainsi tu te prépares un peu à t’en prendre plein la tronche et c’est mieux si c’est toi qui penses à ce genre de choses plutôt qu’un banquier un samedi matin juste avant la signature d’un prêt essentiel à ta création ou qu’un futur gros client que tu auras mis 3 mois à démarcher.

3. Redescente sur terre : Je t’ai dit de voir grand et de rêver, puis de penser à tous les méchants qui voudraient démonter tes idées une par une. Maintenant on passe à la phase où tu dois devenir réaliste et tu dois confronter tes rêves de grandeur avec le monde extérieur qui ne ressemble pas au pays des bisounours, et où tu dois t’adapter.

Ton projet évoquait direct 3 salariés, et si tu pouvais démarrer avec un seul au début ? même si ça te demande beaucoup plus d’heures de travail à toi, ou de vendre quelques références en moins.

Tu voulais un local de 100 m2 en plein centre de Bordeaux ? Et si ça pouvait fonctionner dans la proche périphérie avec une boutique de 20 m2 ?

Bref plutôt que te ramasser parce que tu as voulu tout donner d’un coup, prévois une évolution sur 2-3 ans et laisse toi le temps de grandir, au lieu de griller toutes tes cartouches dès la première année et devoir dire au revoir à ton rêve parce que tu as eu la folie des grandeurs.

4. Auto-forme toi un max sur un max de choses : Certes tu auras peut-être les moyens ou l’obligation d’avoir un comptable dès les premiers mois, mais comprendre comment cela fonctionne te permettra de voir où tu vas sans le solliciter tous les jours, et pouvoir réctifier le tir si besoin.

Chacun son boulot oui, et tu n’es pas graphiste : mais dans un premier temps, paie toi ces services pour les essentiels de ta com’ et essaie de faire tes petits supports toi-même quand ils te permettent d’être réactif. Tu pourras t’offrir les services d’un community manager pour gérer ta page facebook ( contactez-moi au mail pteapotes@free.fr, idem pour de la rédac 😉 ) mais dans un premier temps, rien ne t’empêche de comprendre à quoi servent les réseaux sociaux et comment tu peux commencer à parler de ton projet.

5. Mange, dors, vis « création d’entreprise » : si tu fais déjà les 4 premières phases, tu as remarqué, tu es sur un plein temps voire un « jour et nuit » sur ton projet. Je te le dis d’entrée de jeu, cela ne s’arrêtera plus jamais si tu vas au bout de ta création d’entreprise.

Un chef d’entreprise est en veille perpétuelle, un chef d’entreprise a toujours un oeil sur le business des autres, un chef d’entreprise n’est jamais en vacances car même en vacances il pense à de nouvelles idées pour son entreprise, il ne décroche jamais, il dort mal si son entreprise va mal (où vais je trouver les fonds? comment attirer de nouveaux clients ?), il dort mal si son entreprise va bien (c’est trop de bonheur ce nouveau contrat ! Je suis tellement excité par tous ces nouveaux projets qui se profilent !).

Bref si tu veux compter tes heures, avoir 5 semaines de congés par an, des RTT, des congés maladies quand tu as de la fièvre, passe ton chemin ou dis-toi du moins que ce ne sera pas possible. Si ensuite tu y arrives, ce ne sera que du bonus ! 😉

Est-ce que tu as des question sur la création ? N’hésite pas à me dire en commentaire si cet article te parle ou si tu as envie d’échanger encore sur ce sujet.

Retrouvez les autres articles du thème du mois sur les blogs de la Team Bordeaux !

Mamourblogue, Dress me and my kids, Modaliza photo, Hautes comme 3 pommes, Maman au balcon, Mummyaddict, Julie Podecolle My happy balance, Charly Chouquette, Le blog de Vio, Chroniques de maman, ainsi que la vie d’une curieuse et Guiomarix !

LOOK MODE

La petite robe noire : rock ou chic ? INDISPENSABLE ! #outfitherfashionday

DECO, DIY tutos brico, ZERO DECHET

Rendez-vous déco : la rénovation de la salle de bain avant / après travaux

Dans notre chez-nous, nous avons refait petit à petit …

Des travaux plus ou moins gros, plus ou moins longs, mais toujours beaucoup de patience pour essayer de bricoler nous-même, de transformer à moindre coût parfois, puis de faire appel à des pros quand il le fallait vraiment.

Pour la salle de bain, j’ai attendu presque 10 ans … oui comme quoi, il y a du provisoire qui dure !

A notre arrivée la salle de bain n’était ni faite ni à faire, mais elle était propre et nous n’avions plus de budget pour nous lancer dans son aménagement. J’ai donc suivi pendant quelques semaines les émissions Déco de Valérie Damidot du temps de sa splendeur et j’ai décrété que j’allais avec quelques euros, transformer ma salle de bain. J’avoue que j’ai bien fait, même si vu de 10 années passées, l’ensemble me parait très camouflage, j’ai au moins pu avoir la salle de bain rose que je voulais à l’époque 😉 Oui on a tous des rêves étranges quand on est plus jeune.

J’avais passé de la peinture de rénovation (sans oublier sa sous couche d’accrochage … maintenant on en trouve qui ne nécessite pas de sous-couche), un bon vieux lino imitation teck, un plan de travail le moins cher de chez Brico Dépot, une nouvelle vasque (je crois que c’était le plus cher de tout) deux meubles d’expos de chez Brico Leclerc, un miroir Ikéa et j’étais ravie. J’avais une salle de bain neuve pour moins de 200 euros.

Là autant vous dire, que 10 ans plus tard, pour de la vraie rénovation, l’enveloppe financière n’est pas la même, même en ayant essayer de faire attention au budget.

D’abord j’ai tout voulu changer (sauf ma vasque, mon robinet et mon sèche serviette).

Nous avons décollé les carreaux, le lino, enlevé les meubles (vendus sur le bon coin pour dépanner des étudiants).

Ensuite nous avons fait appel à des pros pour poser le carrelage métro, faire la plomberie, et poser la baignoire et les carreaux de ciment.

Carrelage métro blanc Castorama (existe en noir, rouge et marbré)

Sur ce point d’ailleurs, ce sont des « imitations » carreaux de ciment, car on m’a déconseillé le vrai carreau de ciment pour une pièce d’eau sauf si traitement particulier du carrelage avec un produit spécial, à entretenir régulièrement.

Bref je voulais me simplifier la vie.

Carreaux imitation carreaux de ciment Kerion revendus par Franceschini

J’ai opté pour une baignoire car nous avons une deuxième pièce d’eau avec une grande douche à l’italienne.

Baignoire modèle New York Le monde du bain

Pour les meubles je voulais moins de rangements.

J’ai opté pour les plus simples de chez Castorama, posés en décalé et recouvert d’un plan de travail.

Meubles Nida Castorama

Oui une vraie volonté de ma part était d’avoir moins de placards et tiroirs pour mettre moins de bazar.

Je remarque que la plupart des meubles dès qu’ils sont posés, ont un genre de sirène d’alarmes qui appellent « Venez me remplir », « venez me charger de trucs inutiles mais que peut-être que ça peut servir un jour ou que tu auras besoin d’en avoir d’avance au moins 3 flacons ! ».

Ananas Maison du Monde
similaire :

Autres inspirations :



 

Donc avec ma vague Zéro déchet et mes envies de minimalisme, j’ai trié et supprimé le superflu pour ne me consacrer qu’aux objets que j’aime et aux produits qui me conviennent vraiment.

Bien sûr les puristes trouveront qu’il y a encore trop de choses, mais j’avance à mon rythme. (à 80 ans c’est certain je frôlerai la perfection).

Je voulais un maximum de blanc. Des touches de noir et un peu de bois pour apporter de la chaleur.

Petite boite bijou Ancienne collection Maison du monde similaire ici

Le plan de travail a été poncé et lasuré pour être protégé.

Nous avons choisi de faire un retour sur le deuxième meuble pour compléter l’ensemble et également d’ajouter un bout de plan de travail en haut de la colonne en guise de finition.

Distributeur de savon Mason jar


Savons Mojito et été

 

Le clou du spectacle était de trouver un miroir très grand : je voulais que le tour soit noir.

Je n’étais pas parti pour ce style, puis un matin, l’homme m’a appelé de chez Castorama en me disant que le modèle d’expo en parfait état était très bien soldé. J’ai craqué et je ne regrette pas.

Miroir Harmon Castorama

Une petite desserte Ikéa finit le tout en me permettant de mettre en particulier les produits que je veux utiliser dans mon bain : gommage, masque …

et de les rapprocher de la baignoire grâce aux roulettes. (En vrai cela permet aussi d’accueillir un petit verre de vin et un bouquin après une dure journée 😉 J’avais prévu sa place dès le début en prenant un plus grand plan de travail que le meuble, permettant de créer un vide dessous exprès.

Desserte ikéa (existe en beige, noire, rouge)

Boite métal Ananas Maison du monde

J’ai raccroché mon porte bijou/vernis fait maison car il est vraiment pratique !

Pour accorder mon linge avec ma nouvelle salle de bain, j’ai trouvé un système économique.

J’ai teint les serviettes de toilettes qui étaient roses ou qui pouvaient avoir des tâches (vive les colorations cheveux rousses 😉 ) avec une teinture pour linge. J’ai choisi Noir.
Franchement on dirait du linge de toilette tout neufs et cela m’évite d’avoir à en racheter pour le moment.

Bref une idée si vous en avez marre ou que certains font un peu « passés ».

Et voilà il ne me manque plus que quelques boules de bain Lush pour me faire un Spa à la maison.

Qu’en pensez-vous ?

Retrouvez mes inspirations déco et projet salle de bain sur mes tableaux Pinterest.

 

CULTURE, LA PAUSE FEMININE, Livres et CD

4 idées lecture : mes derniers livres lus préférés #mars2017

happy-2

 

Beaucoup de projets, beaucoup d’envies de lecture, mais si peu de temps …

Au final j’arrive à lire 4-5 livres en ce début d’année, mais difficile de faire + en ce moment … pourtant j’apprécie tellement lorsque je me lance dans des heures de lecture !

Voyons ce que cela a donné en Mars, avec un emploi du temps encore bien chargé.

(Cliquez sur les photos pour acheter les livres sur Amazon)

 

Drôle de Karma de Sophie Henrionnet

L’histoire :

« Joséphine est une trentenaire ordinaire. Jusqu’au moment où, en quelques jours, toute sa vie bascule : elle découvre la double vie de son petit ami et se fait licencier. Pour couronner le tout, sa voisine meurt sous ses yeux, victime d’une chute de pot de fleurs sur la tête ! Certains diraient que Joséphine a un mauvais karma, qu’elle enchaîne les catastrophes… Qu’à cela ne tienne, pour conjurer le mauvais sort, elle décide de quitter Paris. Cap sur l’Angleterre. Mais là-bas non plus, la vie de Joséphine n’est pas un long fleuve tranquille. Au beau milieu d’une excentrique famille d’aristocrates, les choses prennent même une tournure franchement délirante. Drôle de karma, décidément… »

Je me suis laissée prendre au jeu avec cette lecture détente. La partie en Angleterre a un côté Downton Abbey qui m’a beaucoup plu et même si la romance est évidente, l’enquête prend elle aussi sa place.

Un subtil mélange de genre qui fait du bien !

 

Culottées 2 de Pénelope Bagieu

L’histoire :
Sonita, rappeuse afghane et exilée militante ; Thérèse, bienfaitrice des mamies parisiennes ; Nellie, journaliste d’investigation au XIXe siècle ; Cheryl, athlète marathonienne ; Phulan, reine des bandits et figure des opprimés en Inde… Les Culottées ont fait voler en éclat les préjugés. Quinze nouveaux portraits drôles et sensibles de femmes contemporaines qui ont inventé leur destin.

Avec des portraits de femmes moins connues que dans le premier opus, le deuxième volet retrace à nouveau des parcours d’exception.

Des destins de femme bluffants ! Il reste tellement de choses à accomplir ! Passionnant ! Penelope Bagieu nous instruit sans jamais perdre la pointe d’humour qui la caractérise !

 

Tu n’avais peur de rien de Stéphanie Fugain

L’histoire :
«  »Ma princesse, on s’en est raconté des histoires, le doigt posé sur le globe aux continents colorés et aux océans azur. Nous sautions les frontières à grands éclats de rire. Tu les ferais ces voyages, disais-tu, un jour, plus tard, quand viendrait le temps de vivre tes aventures. Celui-là, tu ne l’avais pas prévu, pourtant nous l’avons fait ensemble, main dans la main, yeux dans les yeux, peau contre peau. Un aller simple en enfer où les saisons passaient au rythme de ta respiration. Et d’où je suis revenue seule. Tu voulais voyager, écrire. Mais ton bateau est resté à quai. Pour toi, j’ai pris la plume et le vent. J’ai raconté tes rires, tes envies, tes passions, tes rêves. Ces paysages ensoleillés où tu t’enfuyais en fermant les paupières. Et celui, vitrifié, blanc, où tu questionnais ton destin, forte, déterminée, courageuse. » Stéphanie Fugain »

On connait tous l’histoire de Laurette Fugain qui est décédée d’une leucémie et dont les parents et particulièrement sa mère on portait la cause du don de plaquettes qui était totalement méconnu en France.

Ici c’est l’histoire de Laurette : l’histoire rêvée des voyages qu’elle aurait pu et l’histoire réelle de sa maladie qui l’a arraché à elle-même et aux siens.

Le livre est bouleversant. L’écriture simple et simpliste mais les sentiments authentiques. En tant que maman, je n’ai pu refermer ce livre sans mesurer la chance d’avoir des enfants en bonne santé et une boule dans la gorge face aux drames qui touchent de nombreuses familles.

 

J’arrête de surconsommer (Editions Eyrolles)

Résumé :

« Devenons des « consomm’acteurs » ! Nous sommes tous des consommateurs, mais nous avons le choix de réguler nos achats pour que notre consommation coïncide avec les valeurs qui nous sont chères. Herveline Verbeken et Marie Lefevre proposent un programme ludique et décomplexé en 21 jours pour repenser notre consommation et prendre conscience de nos actions sur notre environnement. Exercices et témoignages à l’appui, elles nous aident à déterminer notre profil de consommateur, puis à agir concrètement dans notre quotidien grâce à des alternatives économiques et écologiques. Elles proposent des conseils et astuces pour réaliser nos produits cosmétiques et d’hygiène, revoir notre alimentation, réduire nos déchets, apprendre à nos enfants à consommer moins et mieux…  Grâce aux points planète, éthique, bien-être et économies, chacun mesure ses progrès dans la « Green conquête » ! Finie la passivité, place à l’action et à la prise de conscience pour un monde solidaire et éthique. »

J’aime beaucoup cette série de livres pratiques qui approfondit bien les questions et proposent de vraies idées et solutions avec des exercices ludiques à mettre en place.

J’avais adopté « J’arrête de râler » et « j’arrête d’être débordée » et celui-ci « j’arrête de surconcommer » est totalement en complément et continuité de ma démarche de consommation. Du coup il y a déjà beaucoup de choses qui sont entrées dans mes habitudes, et la prise de conscience était déjà là, mais j’y ai trouvé encore d’autres pistes pour poursuivre sur ma lancée, déjà bien entamée.

Au delà du souci écologique, le but financier peut également être un bon moteur pour comprendre que bien manger ne coûte pas plus cher si on choisit les bons interlocuteurs (fini les supermarchés, vive les marchés) ou si on comprend que ne pas gaspiller, ou acheter une fois pour toute une microfibre plutôt que des rouleaux et des rouleaux de sopalin tous les mois, revient beaucoup beaucoup beaucoup moins cher …

 

Mes autres sélections livre des derniers mois :

En Février 2017 : 6 idées lecture

En Janvier 2017 : 4 idées lecture

En Décembre : 6 idées lecture

En Novembre : 5 idées lecture

En Octobre : 5 idées lecture

En septembre : 5 idées lecture

En juillet -août : 7 idées lecture

En juin : 5 idées lecture

En avril -mai : 6 idées lecture

 

BORDEAUX EN AMOUREUX, MANGER, OENOTOURISME - VINS, Resto

Le Prince Noir : un restaurant gastronomique Bordeaux rive droite à la sauce Pays basque par Vivien Durand

Venue du temps de Jean-Marie Amat aux commandes, j’avais très envie de redécouvrir le restaurant Le Prince Noir qui se trouve à deux pas de chez moi et surtout dont le lieu me rappelle tant de souvenirs d’enfance. Combien d’histoires ai-je pu imaginer quand nous revenions dans l’Opel Kadett familiale sur notre rive droite et que nous passions au pied du pont d’Aquitaine face à la ruine qu’était alors à cette époque le château du Prince Noir ?

Je crois que j’y ai vu un fantôme derrière les fenêtres brisées, une princesse dans la tour tagguée, un chevalier dans la cour en friche …

Toujours est-il que désormais le restaurant a su faire revivre ce lieu mystérieux et que le Prince Noir renait de ses cendres pour nous régaler !

Ce soir-là, nous avons découvert la toute nouvelle carte du chef Vivien Durand avec un menu Identité en 4 plats et son accord mets et vins.

1 étoile au Guide Michelin 2017, le restaurant propose une cuisine fortement inspirée du Sud-Ouest tout comme son accent 😉

Derrière les pierres du bâtiment imposant, un intérieur résolument moderne nous accueille !

Mais pour débuter, rien de mieux qu’une flûte de champagne Krug grande cuvée brut millesime Mélange

pour accompagner nos amuse-bouche résolument tournées vers une ambiance tapas

Entrée  Huîtres poulpe et bouillon Pétoncle gratiné et beurre persillé

ravioles de sole

bouchée au céleri et à la truffe avec ses 2 jus

Puis une viande d’une tendresse infinie …

fromages

Pour les accords mets et vins :

Région beaujolais la grande rose fleurie 2013

Meursault 2014 grand cru

et le clou du spectacle un Chateauneuf du Pape Grande réserve 2009

avec un petit rafraichissement succulent avant le dessert.

dessert

Un brin de vintage pour les nostalgiques !

Voyez bien que ce restaurant ne fait rien comme les autres ! 😉

 

Restaurant le Prince Noir

1 rue du Prince Noir 33310 Lormont

05 56 06 12 52

 

 

voyage

Une escapade à La Rochelle : un week-end de découvertes à 2h de Bordeaux !

Il y a des villes qui ont des airs de vacances !

Des monuments historiques qui se dressent fièrement, des bateaux qui sont amarrés au port, des poissons exotiques qui attendent de vous émerveiller, des histoires de familles passionnées, des produits locaux à découvrir et à déguster …

La Rochelle rassemble tous ces points et + encore !

Et elle est si proche finalement, que l’on peut facilement faire son sac sur un coup de tête pour un week-end ou un court séjour totalement dépaysant !

Pour le transport 

La voiture évidemment, mais sachant qu’ensuite tout est à portée de jambes et de vélo, on aurait surtout tort de se priver d’une solution plus confortable et finalement économique : le train !

Oui plusieurs fois par jour, Intercités avec la SNCF propose des allers-retours en un temps équivalent à la voiture !

A l’intérieur des wagons, les rames proposeront dès cet été un confort inégalé.

Une petite sieste ? Répondre à des mails sur son ordi ? Partager un carré en famille pour jouer aux cartes ? A vous de choisir ce qui vous permettra de ne pas voir passer ces 2 heures qui vous séparent de vos mini-vacances !

Les tarifs sont très abordables avec un aller-retour pour 30 euros en moyenne. Des ventes flash avec des billets enfant à 5 euros !

Prendre son billet et s’installer dans un train, c’est déjà se sentir en vacances !

Pour loger 

A 5 minutes à pied depuis la Gare, vous pouvez poser vos bagages au Mercure Hotel du Vieux Port !

Idéalement placé à côté de l’Aquarium, il offre un confort et un accueil au top !

Le buffet du petit-déjeuner y est épatant avec beaucoup de choix et les chambres modernes et chics !

Une bouilloire pour un thé en chambre : la touche qui fait la différence pour moi !

( pour les amateurs de café, une Nespresso permet aussi une pause !)

Toute l’équipe est attentive et le personnel ne recherche qu’à vous faire passer un agréable séjour.

La vue sur le port ajoute au charme de cet établissement chaleureux.

Pour Manger 

Pourquoi ne pas cuisiner vous-même ce que vous allez déguster ? Découvrir les produits de la mer, c’est aussi apprendre à les accommoder !

La classe des gourmets (de Grégory Coutanceau) propose des ateliers culinaires à partir de 38 euros.

Les grandes thématiques tournent autour des mets locaux : le poisson, les fruits de mer.

Cuisiner la Saint-Jacques ou la Sole, une vraie aventure ! On est sacrément fier de pouvoir refaire le plat appris et qui à coup sûr nous rappellera les vacances !

Il existe également des ateliers enfants.

 

Mais si l’on souhaite se laisser surprendre et vivre l’expérience rochelaise, il faut s’enivrer de la table du Bar André ! (5, rue St-Jean du Pérot)

Une institution avec une histoire de femmes et d’hommes qui font de ce lieu LA véritable brasserie de la Mer de la ville.

La soupe de poisson est un délice, le fish and chips à tomber !

Ils proposent une formule entrée + plat + dessert, valable midi et soir à 22 euros.

Le décor y est authentique autant que la cuisine et chaque salle vous transportera à bord d’un paquebot qui sait toujours garder à flot la tradition et l’amour des produits frais et de qualité.

Les huîtres Gillardeau en sont un exemple ! La qualité, la qualité, la qualité !

Ne manquez pas de terminer le repas par une dégustation de Cognac : la maison Normandin Mercier propose des visites de la propriété également.

Pour visiter 

Une balade est obligatoire !

Il y a tellement de choses à voir dans cette ville à taille humaine que le vélo est une très bonne option !

Mais mieux encore, connaissez-vous le Segway ?

Cet étonnant moyen de locomotion peut surprendre et j’avoue que j’appréhendais, mais cela se conduit avec une grande facilité et surtout qu’est ce qu’on s’amuse tout en voyant défiler le paysage et en découvrant les différents quartiers de La Rochelle !

Mobilboard propose plusieurs circuits ainsi que des trottinettes électriques (mon prochain véhicule à tester 😉 oui je suis une fille tout-terrain ! 😉

Regardez-moi ça si on n’est pas au top ?

Et on peut ainsi voir un maximum de choses sans trop se fatiguer 😉

Un peu plus d’histoire ? Tu as l’embarras du choix avec les 3 tours dont la tour Saint Nicolas qui regorge d’anecdotes, de petits recoins comme un vrai labyrinthe et t’offre une vue imprenable sur le port !

L’office de tourisme saura te proposer un programme adapté à tes envies et à ton rythme.

N’hésitez pas à prendre le bateau-navette pour passer entre les deux tours et avoir quelques sensations de navigation fluviale !

Passionnés de faune et flore aquatique, vous devez aller à l’aquarium de La Rochelle !

Une véritable histoire de famille qui arrive sur la 3ème génération et toujours avec la même envie de faire partager l’amour des fonds marins.

L’établissement plaira à coup sur aux enfants mais pas seulement : on ne se lasse jamais de voir nager les poissons, les tortues de mer, les requins, les méduses …

Les microcosmes sont tellement colorés et fragiles que l’on peut rester des heures à regarder ce qui se cache derrière un coquillage ou une rocaille.

L’expérience est surtout très ludique et enrichissante car on apprend énormément de choses sur le monde sous-marin et on ressort de là avec l’envie de protéger les océans et les mers tant ils regorgent de trésors !

Si vous voyagez avec Intercités à La Rochelle, vous bénéficierez de 2€ de réduction sur le prix de votre ticket d’entrée à l’Aquarium de La Rochelle (sur présentation de votre billet de train)

A vous d’adapter votre programme pour une parenthèse dépaysante et apaisante !

Et vous quelles sont vos incontournables et bonnes adresses sur La Rochelle ?

Un immense merci à l’aquarium de La Rochelle pour son accueil royal, à l’hôtel Mercure du vieux port pour son confort princier, à Mobilboard pour ses carrosses ludiques, à l’office de tourisme pour ses découvertes prestigieuses, à Intercités Sncf pour son transport et son organisation digne d’un grand chambelan, à la Classe des Gourmets pour son atelier convivial, au Bar André pour sa générosité majestueuse, aux huitres Gillardeau et au Cognac Normandin Mercier pour leurs dégustations impériales, et à mes complices de voyage Alexandra, Anne, Laura, Gaëlle pour leur bonne humeur grandiose ! Un dernier merci à Berny 😉