BEAUTE COSMETO MAKE UP, LA PAUSE FEMININE, Les cheveux blancs

5 raisons pour lesquelles j’ai arrêté de faire des colorations sur mes cheveux blancs

Voilà bientôt 1 an que j’ai arrêté les colorations capillaires !

Oui à 38 ans j’ai décidé de ne plus me colorer les cheveux et d’accepter mes racines blanches !

Ce projet « 50 nuances de gris » n’est pas complètement terminé mais je considère que le chemin le plus long a été parcouru.

J’avais déjà fait un petit bilan les premiers mois.

Il y a eu des longueurs vraiment problématiques, surtout entre 6-7 mois (je souhaitais garder mon carré pour éviter un autre changement supplémentaire qu’engendrerait un passage à une coupe courte … peut-être pas ma meilleure idée, mais j’en avais besoin à ce moment-là, même si avec le recul ce côté bicolore est atroce ;-)).

Et même si le chemin a été long et compliqué, cette décision est la transition vers un vrai changement sur plusieurs points.

(on reparlera probablement de tous les autres changements qui accompagnent cette jolie crise de la quarantaine en avance 😉 )

Alors si vous hésitez, voici les raisons pour lesquelles vous devriez sauter le pas :

1.Plus écologique : Les produits vendus en grande surface, tout comme ceux qu’appliquent votre coiffeur sur votre chevelure, ne sont pas anodins en terme d’impact environnemental et pour notre santé. De mon côté, j’avais souvent le crâne qui me démangeait la semaine après l’application et mon cuir chevelu était irrité. Même si on privilégie les colorations végétales, on n’est jamais vraiment sûr des conditions et des produits pour composer ce mélange. A savoir si vous voulez passer au henné (le plus naturel colorant à l’heure actuelle), que vous pouvez être allergique et pour ça vous devez réaliser un test au préalable. Et vous devez savoir également qu’il vous sera très difficile voire impossible de refaire une couleur du commerce par-dessus : cela ne prendra pas ou fera virer la couleur. Mais vos cheveux seront tout doux et en pleine forme : sachez qu’il en existe des « non colorants » pour faire des masques capillaires réparateurs.

2. Plus économique : Le calcul est assez rapide. Pour ma part, afin d’avoir des racines impeccables et que la démarcation entre la repousse et mes cheveux teints ne se voient pas, je devais renouveler l’opération toutes les 3 / 4 semaines. Même sans aller chez le coiffeur et en achetant une boite de coloration en promo, on était sur une moyenne de 15 euros par mois. Sur une année, c’est entre 150 et 200 euros, sans compter au moins 3-4 fois dans l’année une retouche en salon pour rattraper la totalité de la chevelure ou juste essayer d’obtenir une nuance plus naturelle : 50 à 80 euros suivant la longueur et les reflets, soit environ 300 euros. Bref avec environ 500 euros par an, cette première année j’ai pu donner de l’argent à une association et dès le mois prochain, je peux m’offrir des ateliers créatifs (ou des apéros 😉 ) ou concrétiser un projet voyage en économisant tous ces euros.

3. Plus de liberté : Pour moi, la coloration de mes cheveux blancs était devenue un véritable calvaire. Je ne prenais plus aucun plaisir à faire ma couleur comme dans ma jeunesse où je n’avais rien à « cacher » de mes racines et où la couleur était juste du fun pour changer de tête ou de style. Aller au salon de coiffure était désormais une corvée. Sans oublier que des cheveux colorés demandent aussi des soins spécifiques, de l’entretien, ils s’abîment plus vite, dégorgent (merci mon roux qui pendant des années m’a tâché toutes mes serviettes de bain blanches 😉 ) et sont du coup moins jolis, et plus difficiles à coiffer (déjà que je pars avec une texture indisciplinée bouclée épais souple ondulée 😉 ). Alors en arrêtant de les colorer, j’ai gagné en liberté : plus besoin de me soucier d’avoir une boite de produits d’avance ou de prévoir une soirée ou aprem où faire poser le mélange, ni de prendre rendez-vous, ni de craindre que l’on voit ma démarcation entre deux colorations. Certes, les premiers mois ont été compliqués à assumer car outre le côté négligé que l’on m’a souvent argumenté en voyant mes larges racines, il faut apprendre à se redécouvrir avec sa « vraie » couleur et ses cheveux blancs et gris. Un vrai travail sur soi d’acceptation. Mais au final on a la tête bien plus légère.

4. Plus original : La majorité des femmes cachent leurs cheveux blancs et surtout à mon âge il est très rare de voir une femme assumée les signes de l’âge. J’ai moi-même longuement hésité à cause de cet aspect physique : est-ce qu’on allait m’appeler Mamie ? Est ce que cela allait vraiment me vieillir tant que ça ? N’allais-je plus être désirable ? En fin de compte, j’ai fini par trouver que les mèches blanches que je découvrais au fur et à mesure de la repousse faisaient mon originalité. J’y trouve un petit côté rock’n’roll et surtout ma couleur suscite la curiosité. Et entre nous, les hommes y font bien moins attention que les femmes, et pour info, malheureusement les cheveux blancs n’empêchent pas la drague lourde 😉

5. Se retrouver / s’accepter : Avais-je envie de faire mon âge, ou plus jeune ? Etais-je prête à voir le nouveau moi ? De toute façon, mon visage prend des rides, mon corps n’est plus aussi ferme qu’à 20 ans, certes je peux user d’artifices puisqu’on me les mets à portée de main et surtout on nous dit que la normalité c’est de vouloir combattre les effets du temps. C’est bien simple, les magazines et les pubs nous bassinent avec des actrices de 50 ans qui en paraissent 30. Alors la femme de 40 est bien censée en faire 20 au maximum non ? J’aime toujours me maquiller, j’aime prendre soin de moi, et même de mes cheveux. Je crois bien que je ne les ai jamais autant regarder, coiffer et chouchouter que ces derniers mois, comme pour leur dire que l’on devait s’apprivoiser, que j’ai détesté mes cheveux blancs et que je m’en voulais un peu, car ils ne m’avaient finalement rien fait de mal. Alors maintenant, je laisse la place à la personne que je deviens : une femme qui se rapproche de ses 40 ans et qui a envie d’en découvrir les nouveautés qui accompagnent cette tranche de vie.

Peut-être un jour, je ferais marche arrière.

Peut-être qu’à une nouvelle période, je me sentirais en manque de confiance en moi et je ne me reconnaîtrai pas dans le miroir (cela m’arrive encore certains jours).

Mais j’espère qu’à ce moment là je me rappellerais ce voyage de plusieurs mois pour parvenir à cette crinière naturelle et atypique, et que je verrais autour de moi, que les cheveux blancs même avant 40 ans, ça peut être beau et accepté.

SI vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser en commentaire.

Publicités
BORDEAUX EN AMOUREUX, OENOTOURISME - VINS

La maison Martell : un parcours dédié à la découverte du Cognac !

Vous avez sans doute déjà entendu Papi en fin de repas de famille proposer un petit Cognac en guise de digestif ?

Souffrant injustement d’une image démodée et parfois ringarde, le Cognac a pourtant plus d’un tour dans sa bouteille !

Désormais on peut apprendre à l’apprécier lors de dégustation et surtout à le revisiter avec de nombreuses recettes de cocktails.

C’est à la Maison Martell, une des plus prestigieuses productrices de ce spiritueux, que l’on peut découvrir son histoire et sa fabrication : de la vigne jusque dans le verre !

Le bâtiment est design et va encore innover avec la création d’un rooftop pour l’été !

A travers des ateliers ludiques, on en apprend plus sur l’importance des différents sols, par exemple, ou de la tonnellerie.

Chaque étape est expliquée : de la vigne à l’alambic en passant par le design des flacons et les échantillons dans les montres, nom donné aux petites bouteilles qui renferme les récoltes et assemblages en test.

300 ans d’histoire d’une famille et d’un savoir-faire, à travers lesquels on se balade comme dans un album photos.

J’ai noté pour ma part qu’en 1911, le cognac Martell a été servi lors du couronnement du roi George V d’Angleterre.

Prestige royal pour les français et la Charente !

Les différents parcours sont très bien pensés pour susciter la curiosité et répondre à de nombreuses questions que l’on se pose sur ce breuvage reconnu partout dans le monde.

On peut même repartir avec sa propre petite mise en bouteille !

L’atelier cocktail m’a particulièrement plu : convivial, ludique, on apprend à exécuter une recette avec un professionnel et ensuite on déguste sa réalisation !

Les visites vont de 14 à 95 euros.

Retrouvez toutes les infos sur leur site !

Une belle idée cadeau pour la fête des pères mais aussi pour maman si vous l’aviez oublié il y a quelques jours 😉

Vous connaissiez cet endroit ?

 

          

 

BONS PLANS, voyage

Un week-end en famille au Yelloh Village près de Biarritz

Cette dernière période avant les grandes vacances est interminable !

Aussi j’aime bien organiser des petits week-ends qui permettent de recharger les batteries et en même temps se sentir déjà un peu en vacances 😉

Aussi quand on m’a proposé de tester un accueil de deux nuits dans un Yelloh Village, j’ai accepté avec plaisir !

J’ai pu ainsi découvrir le camping de luxe dans des mobilhomes ultra aménagés et confortables. ( et chose exceptionnelle il a même fait suffisamment chaud pour que je sorte mon maillot de bain cerise 😉 )

Nous avons séjourné au Yelloh Village Ilbarritz à deux pas de Biarritz, Bidart, et Saint-Jean-de-Luz !

Un bonheur de pouvoir profiter de cette région du sud-ouest que nous adorons !

C’est dans un cottage Haitza premium pour 4 personnes que nous avons posé nos bagages.

Le vrai plus : 2 chambres bien distinctes avec chacune leur douche et leurs toilettes !

Pas du tout négligeable avec nos deux grands enfants qui ont pu avoir leur espace et se préparer sans avoir à nous déranger et vice versa.

Très bien équipé avec cafetière, senseo, bouilloire et grille pain, ce logement nous a vraiment plu !

A l’intérieur il y a énormément de placards, ce qui sur un week-end est déjà appréciable mais j’imagine que sur une semaine, c’est le top pour tout ranger et s’installer sans que les sacs et paniers n’empiètent sur la circulation à l’intérieur de l’hébergement.

A l’extérieur, une terrasse avec table et bain de soleil permet de manger et se reposer en profitant de la nature autour.

Il faut dire que le lieu donne sur une forêt de pins, des bardages bois, et des massifs colorés et entretenus qui sont très agréables.

Tout est calme dans cette partie car il n’y a que des accès piétons par les petites passerelles : Un village dans le village !

Mais Yelloh Village c’est bien + que ça !

Il y aussi un club enfants, des animations en journée et en soirée, une aire de jeux, un terrain de tennis, des barbecues, un bar / restaurant et aussi 2 piscines : une piscine couverte, et une piscine extérieure avec des toboggans !

Bref tout ce qu’il faut pour passer un super séjour !

J’ai beaucoup aimé que la piscine soit surveillée : j’ai pu ainsi me plonger dans mon livre en étant moins attentive aux 50 allers retours de mon fils au toboggan !

J’ai pu aussi découvrir le yoga : j’avais raté le créneau de l’aquagym (ne le dites pas, mais je me suis assoupie en fait au bord de la piscine ;-)).

Un moment extra avec un prof attentif et bienveillant : ma pré-ado a validé aussi ce cours qui nous a permis un temps mère-fille de partage en douceur !

J’ai de mon côté validé aussi l’Apérol Spritz du bar : très important ! 😉

Nous avons profité de la soirée Karaoké qui n’a pas gâché la météo du lendemain 😉

La plage est à 900m, il y a une supérette, et une randonnée sur le littoral qui m’attirait beaucoup.

Je cherche des défauts mais excepté les jeux apéros que nous avons attendus sans succès, et le tire-bouchon qui manquait à notre inventaire ( heureusement j’en ai toujours un sur moi ;-)), le séjour était parfait !

Les enfants et les parents ont pu profiter chacun de leur week-end, en faisant des activités communes ou chacun de leur côté !

Autour, nous avons pu aller à Saint-jean-de-luz acheter quelques macarons à la Maison Adam

Du marché de Bidart à taille humaine et tellement chaleureux ❤

Et bien sûr de Biarritz, tout proche et toujours aussi dépaysant et agréable surtout quand vient l’heure d’un dîner avec coucher de soleil

Nous nous sommes régalés des plats thaï de la carte du restaurant Les baigneuses

Et il a fallu rentrer … des souvenirs pleins la tête et les batteries rechargées ! 🙂

N’hésitez pas à aller voir dans mes stories à la une sur mon instagram pour la visite du cottage en vidéo 😉

Vous connaissiez Yelloh Village ? Ceux d’une autre ville ?

 

Merci au Yelloh Village pour son accueil !

 

*Partenariat*

CULTURE, LA PAUSE FEMININE, Livres et CD

5 idées lecture : mes derniers livres lus préférés #mai2018

 

Pour acheter les livres sur Amazon, cliquez sur les photos.

Quatre murs et un toit de Camille Anseaume

L’histoire :

Quand elle apprend que ses parents ont mis en vente  la maison où elle a grandi, Camille décide d’y séjourner  une dernière fois afin de s’imprégner du lieu et lui  faire ses adieux. Chaque pièce résonne encore de  l’écho des joies et des peines passées et la replonge  dans les souvenirs : les manies de sa mère, les blagues  de son père, les amis du grand-frère dont elle est  follement amoureuse, les disputes entre soeurs…des cris, des rires, des larmes, et surtout beaucoup,
beaucoup d’amour. Mais une semaine, est-ce suffisant  pour dire adieu à son enfance ?
On se retrouve tous un peu dans ces histoires de famille, d’enfance. C’est un peu de nos souvenirs aussi qui se distille et des moments du quotidien avec nos parents et fratrie qui remonte comme des bouffées de nostalgie.
Il y a des lieux qui marquent mais avant tout des instants d’amour qui font les adultes que nous devenons.
Ce récit se lit très (trop) vite et on en redemande. Parfait avant d’aller en vacances dans la maison familiale !

Le premier jour de ma nouvelle vie de Marie-Laure Cuzac

L’histoire :
Un mari aimant, deux enfants magnifiques, un travail : alors qu’elle pensait que c’était ça, le bonheur, Fanny se rend compte qu’il manque malgré tout quelque chose à sa vie. Dépassée par les exigences du quotidien, la jeune femme réalise qu’elle n est pas heureuse. Une drôle de rencontre va bouleverser son existence. Et si ce qui manquait à Fanny, c’était l’estime d’elle-même ? Bien décidée à changer, elle se heurte à l’incompréhension de son entourage. Parviendra-t-elle à écrire un nouveau chapitre de son existence sans y laisser trop de plumes ?

On a tous connu ce moment de ras-le-bol où tout part à volo. Ici l’héroïne se sent dépassée et pas à sa place : heureusement c’est à ce moment-là qu’un « coach » inattendu va lui ouvrir les yeux sur ce qu’elle peut faire, dire et changer pour que les choses évoluent positivement et que le changement opère progressivement.

On suit les aventures de Fanny comme celles d’une amie que l’on voit remonter la pente et enfin retrouver la petite étincelle qui lui s’était éteinte ! Un livre feel-good avec de vraies astuces de coaching à appliquer dans sa vie !

 

Les rêveurs d’Isabelle Carré


L’histoire :
Quand l’enfance a pour décor les années 70, tout semble possible. Mais pour cette famille de rêveurs un peu déglinguée, formidablement touchante, le chemin de la liberté est périlleux. Isabelle Carré dit les couleurs acidulées de l’époque, la découverte du monde compliqué des adultes, leurs douloureuses métamorphoses, la force et la fragilité d’une jeune fille que le théâtre va révéler à elle-même. Une rare grâce d’écriture.

On connait l’actrice. Mais ici c’est l’auteur et surtout une Isabelle telle qu’on ne la soupçonne pas dans son enfance et adolescence compliquée avec des parents paumés que l’on découvre. Ecrit sans véritable chronologie, ce livre donne des fragments de vie et des clefs pour mieux comprendre la maturité et la sensibilité de cette jeune fille dont on ne soupçonne pas le parcours.

Un livre plein d’authenticité et de sincérité.

 

Seulement si tu en as envie de Bruno Combes

L’histoire :
lls se sont connus à seize ans, sur les bancs du lycée d’Arcachon, puis chacun a fait sa vie de son côté.
Camille est devenue une brillante avocate parisienne, Stephen vit de sa passion des livres entre Londres et Paris. Ils n’auraient jamais dû se revoir, mais le hasard en a décidé autrement.
Les souvenirs s’entrechoquent, laissant apparaître les failles de l’attente et du désir.
Leur histoire aurait pu être banale, jusqu’à ce que Camille découvre les pages blanches du « manuscrit inachevé ».

Le premier amour : comment réagir quand celui-ci ressurgit à un moment de la vie où l’on se sent perdue ?

Camille est une de ces femmes qui résistent à la tentation malgré une vie de couple chaotique, jusqu’à ce qu’elle revoit cet homme qu’elle a connu à l’adolescence.

Un livre qui se lit bien, mais que j’ai moins aimé que mes autres lectures du mois.

 

Chanson douce de Leila Slimani

L’histoire :
Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame. À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

 

Poignant, bouleversant ! Une famille et la nounou qu’elle emploie. La confiance d’un couple qui confie ses enfants, mais aussi petit à petit sa vie à une femme qui perd pied, qui se sent seule et s’invente une vie … On bascule très vite dans le voyeurisme, le huit clos …

Cette lecture ne peut pas laisser indifférent avec les sensations amères qu’elle laisse et les questionnements : comment peut-on sombrer dans la folie …

 

Mes autres sélections livre des derniers mois :

Avril 2018 :

Mars 2018 :

Janvier 2018 / Février 2018 : 4 idées lecture

Décembre 2017 : 4 idées lecture

En Novembre 2017 : 4 idées lecture

En Octobre 2017 : 4 idées lecture

En Septembre 2017 : 4 idées lecture

En Août 2017 : 4 idées lecture

En Juillet 2017 : 4 idées lecture

En Juin 2017 : 5 idées lecture

En Mai 2017 : 5 idées lecture

En Avril 2017 : 4 idées lecture

En Mars 2017 : 4 idées lecture

En Février 2017 : 6 idées lecture

En Janvier 2017 : 4 idées lecture

En Décembre 2016 : 6 idées lecture

En Novembre : 5 idées lecture

En Octobre : 5 idées lecture

En septembre : 5 idées lecture

En juillet -août : 7 idées lecture

En juin : 5 idées lecture

En avril -mai : 6 idées lecture

happy-2

DETENTE, Thé Tea

Origines tea and coffee : le thé bio de Bordeaux !

Au centre saint Christoly face à Monoprix et à côté de Naf Naf, il y a une boutique de thés et de cafés : Origines tea and coffee.

Oui mais attention, si comme moi, tu es un grand amateur de thé, tu vas vouloir tout goûter !

J’ai jeté mon dévolu sur leur nouvelle gamme : une édition spéciale autour de saveur en hommage à notre belle ville de Bordeaux et sa région !

Les boites aux couleurs vives sont décorées de très chouettes illustrations de notre capitale girondine !

On reconnait les monuments et la vie bordelaise !

J’ai pour ma part acquis 3 parfums sur les 5 qui existent (de cette édition).

Goûter de Bordeaux ( thé noir du Rwanda, orange, saveur crêpe)

Au premier abord, ce thé marque déjà des points car les thés noirs restent mes préférés malgré mes efforts pour m’ouvrir au thé vert et au rooibos et ainsi découvrir les vertus plus intéressantes de ces mélanges. L’orange est aussi parmi les parfums que j’apprécie particulièrement tout comme la plupart des agrumes. La saveur crêpe apporte de la gourmandise et finie de me convaincre ! Verdict : j’aime beaucoup !

Poutou de Saint-Emilion (thé vert de chine, saveur macaron, fleurs)

Le thé vert n’est pas forcément ma tasse de thé : souvent très amer si on ne respecte pas le temps d’infusion et surtout si on le dépasse. Ici j’ai été agréablement surprise car il est très peu amer, et la note d’amande est tout en subtilité. Ce n’est pas mon préféré mais il a le mérite de m’avoir fait apprécié un thé vert !

Balade en Médoc (vigne rouge, raisins, saveur pêche)

La vigne rouge je ne connaissais pas en goût mais j’avais entendue parler de ses vertus notamment sur le côté drainant et favorisant la circulation sanguine. Les raisins et la pêche s’harmonisent bien : on est sur une boisson fruitée tout en légèreté mais qui reste goûtue ! Un coup de coeur qui mériterait d’être également testé en thé glacé quand le soleil se décidera à pointer son nez !

Sans grand étonnement, mon préféré est donc « goûter de Bordeaux », mais j’ai beaucoup apprécié ces mélanges créatifs !

 

Je suis très curieuse de découvrir les 2 autres parfums de cette collection limitée : Chaï basque (et son breuvage pimenté ) et Dune d’amour (qui promet des notes fondantes et crémeuses comme la célèbre patisserie) !

Il y a aussi bien d’autres mélanges et choix : avec du thé mais aussi du café !

Les emballages sont réutilisables et donc rechargeables : très bon point pour le zéro déchet !

Le café est moulu selon la mouture adaptée à votre machine.

Les thés bio, une fois importés, sont aromatisés et agrémentés à Mérignac.

Bref voilà une boutique qui a tout pour me plaire !

Vous pouvez également commander en ligne si vous n’êtes pas de la région : http://www.originesteaandcoffee.com/

Vous connaissiez ?

 

 

BORDEAUX EN AMOUREUX, BORDEAUX EN FAMILLE, BORDEAUX ENTRE COPINES, OENOTOURISME - VINS

A la découverte des premières côtes de Bordeaux et Cadillac : vignobles et patrimoine au coeur de l’entre deux mers

Soleil de printemps, nous voilà !

Envie d’escapade sans partir bien loin de notre belle Gironde ?

Que ce soit en famille (aire de jeux, pique-nique), entre amis ou en amoureux, désormais on peut compter sur Cadillac et sa maison des vins pour nous trouver un circuit agréable ou carrément nous accueillir pour ses journées portes ouvertes !

Cette année elles auront lieu le 19 et 20 mai : au programme, 43 châteaux ouvrent leurs portes et proposent des animations ou restaurations pour faire découvrir leur vin et leur patrimoine !

Des ateliers ludiques, un marché des producteurs, des dizaines de voitures de collection, bref de quoi passer un très bon moment entre vignes et dégustation !

N’hésitez pas à consulter le programme —-> ici

Toute l’année c’est un parcours à travers des paysages qui ne sont pas sans rappeler l’Italie !

D’ailleurs cette partie de la région n’a pas volé son surnom de « petite Toscane » : on s’y croirait !

A vous de choisir la route qui vous entraînera d’une commune à une autre pour découvrir un moulin, ou une abbaye …

Vous pourrez vous arrêter dans un domaine ou un château, et ainsi profiter de l’occasion pour rencontrer des passionnés qui se feront un plaisir de répondre à toutes vos questions !

Il existe plusieurs circuits : disponible à la maison des vins de Cadillac ou à l’office de tourisme.

Très bien fait, il n’y a qu’à suivre l’itinéraire et se laisser guider !

   

Des vins qui méritent le détour : en blanc, comme en rouge, laissez-vous surprendre par leur diversité et leur qualité !

        

Vous connaissiez Cadillac et ses routes du vignoble ?

Merci à la maison des vins de Cadillac pour son accueil, ainsi qu’à nos chauffeurs, et aux châteaux qui nous ont ouvert leurs portes et leurs bouteilles ! ❤

A consommer avec modération

Celui qui boit c’est celui qui ne conduit pas

Lors de dégustation, n’hésitez pas à demander un crachoir surtout si vous conduisez

 

CULTURE, LA PAUSE FEMININE, Livres et CD

5 idées lecture : mes derniers livres lus préférés #avril2018

 

Pour acheter les livres sur Amazon, cliquez sur les photos.

Celle qui a dit Fuck d’Anne-sophie et Fanny Lesage

L’histoire :
« Moi, c’est Alice, jeune femme attachiante (si j’en crois mon entourage) qui a des rêves plein la tête. Pourtant, j’ai l’impression de subir ma vie plutôt que de la vivre vraiment ! J’ai une fâcheuse tendance à me mettre la pression, à être trop exigeante avec moi-même, à culpabiliser pour tout et surtout pour rien (#chargementale), et à courir après cette fucking perfection !
Mon quotidien n’est plus que to-do lists et longues heures de réflexion sous la douche : Comment être à la fois la Caroline Ingalls de mon foyer et l’Oprah Winfrey de mon job ? Comment assurer le bien-être de ma future progéniture alors que j’ai laissé mon chat s’enfuir au bout de trois jours ? Comment garder le piquant de mon couple tout en m’enfilant le soir cinq épisodes de Game of Thrones… dans mon pyjama de la honte ?
I have a dream : clore le bec à mes ruminations incessantes !
Moi, Alice, j’ai (enfin) décidé de me foutre la paix, de vivre ma vie et de partir en quête du graal : le lâcher-prise.
Je veux être celle qui a dit fuck ! #imparfaiteetfieredeletre
Je veux oser jusqu’au bout de mes socquettes ! #freeandwild
Il est temps… voilà pourquoi je commence mon journal ! »

Un style léger, sous forme de journal intime décontracté où l’on suit cette nana qui nous ressemble ou ressemble à ce que nous étions à un moment de notre vie ! A la croisée entre le livre de développement personnel, le roman, le carnet d’une copine, cet ouvrage est une bouffée d’air frais sans prise de tête qui nous invite à lâcher prise et à se détendre !

Parfait pour les premiers jours de soleil au jardin !

Les ignorants de Etienne Davodeau

L’histoire :
« Un vigneron chez Jean-Pierre Gibrat ou chez Emmanuel Guibert, et un auteur de bande dessinée dans la vigne : mais qui sont-ils ? Deux ignorants ! Comment, pourquoi, et pour qui faire des livres ou du vin ? Les réponses à ces questions forment le récit vivant et joyeux d’une initiation croisée. »

Gros coup de coeur pour cette BD qui nous entraine autant dans les coulisses d’un auteur de bande dessinée que dans la vie d’un viticulteur ! Addictif de voir à quel point la passion et la créativité peuvent se trouver dans tous les métiers pour peu qu’on ne compte pas son amour du travail et que l’on reste curieux de tout !

Cette BD m’a donné très envie d’aller passer du temps au pied des vignes !

 

Derrière le mur coule une rivière de Saverio Tomasella

L’histoire :
« Au bureau comme sur son tapis de course, à table ou au mariage de sa meilleure amie, Estelle contrôle tout. Elle compte ses kilomètres et ses calories, ne tolère aucune erreur, ni avec sa fille ni dans les comptes de ses clients ni dans le comportement de son petit ami, qu’elle congédie au moindre faux pas.
Seule avec ses remords, elle s’épuise à ruminer ses échecs et son insatisfaction. Jusqu’au jour où Béa, sa voisine, la soixantaine épanouie, frappe à sa porte. Avec son rire et sa sensibilité, son franc-parler et son écoute, cette bonne fée va bouleverser sa vie et l’aider, enfin, à lâcher prise… »

Me voilà toujours dans le thème du « lacher prise », il faut croire qu’en ce moment j’en ai besoin ! Cette histoire est celle de beaucoup de femmes qui essaient de TOUT bien faire : travail, éducation, hygiène de vie … mais finalement on finit par s’oublier soi et ne plus prendre de temps pour ce qui nous passionne vraiment ! Ici c’est un retour à la vie plus douce, une ode à l’écoute intèrieure ! Se retrouver pour mieux briller ! Toute cette énergie mal utilisée que l’on déploie pour des choses qui ne nous réussissent pas : une leçon de vie pour ré-apprendre à s’écouter !

 

Papa et maman sont dans un bateau de Marie-Aude Murail

L’histoire :
« Pauvres Doinel ! Ils s’aiment, mais n’ont pas le temps de se le dire. Ils ont chacun leurs angoisses, leurs soucis mais les gardent pour eux. Marc Doinel, le père aux allures de cow-boy, n’a toujours pas parlé du rachat de sa boîte par des Hollandais décidés à restructurer au lance-flammes. Nadine, la mère débordée, n’évoque jamais la lassitude qui l’accable devant les  » fiches de suivi d’acquisition des compétences  » de ses élèves de maternelle. Charlie, la fille aînée, se demande bien pourquoi elle est amoureuse de Kikichi, un héros de manga bisexuel, plutôt que d’un garçon de sa classe. Et pourquoi se sent-elle si transparente au collège ? Le petit Esteban, lui, ne se plaint jamais, au point de se laisser maltraiter sans broncher par les grands de l’école. Pauvres Doinel ! S’ils savaient qu’ils partagent un rêve secret… En feuilletant un magazine, chacun d’entre eux est tombé en arrêt devant la même photo. Celle d’une yourte mongole plantée dans une clairière bretonne. »

Cette histoire m’a touchée : elle fait appel à nos vies de famille où chacun vit dans son coin et où on finit par ne plus partager grand chose. A chaque âge les personnages nous apportent leur lot de lassitude et de rêves : ils ont encore des envies mais ne savent pas comment se sortir de ce quotidien et de cette routine ! Les responsabilités des parents, les angoisses des enfants, ici tout est dépeint très justement avec cette touche d’humour parfaite !

Je pense que je suis partie pour lire tous les livres de cette auteure, après avoir dévoré la série des « Sauveur et fils » 😉

 

Une journée particulière d’Anne-Dauphine Julliand

L’histoire :
« Le 29 février ne revient que tous les quatre ans, il s’agit du jour de la naissance de Thaïs – la petite fille d’Anne-Dauphine Julliand -, atteinte d’une maladie génétique orpheline. Thaïs a vécu trois ans trois quarts : une courte mais belle vie. Lorsque le 29 février réapparaît sur le calendrier, Anne-Dauphine s’offre une parenthèse, sans travail ni obligations, pour vivre pleinement cette journée particulière. Le passé se mêle alors au présent. Chaque geste, chaque parole prend une couleur unique, évoque un souvenir enfoui, suscite le rire ou les larmes. Anne-Dauphine Julliand aime à penser qu’il est possible de gravir des montagnes en talons hauts. Elle a le talent de croquer les émotions de tous les jours. Elle nous raconte sa vie, Loïc, ses fils, Gaspard et Arthur, mais aussi Azylis, son autre princesse, malade, elle aussi. Une leçon de bonheur et une merveilleuse histoire d’amour. »

Une vraie leçon de vie ! Quand on se dit que l’on ne peut pas survivre à ce qu’Anne Dauphine a survécu, elle nous montre que nous avons tous les ressources si on veut bien s’y attarder et que l’essentiel d’une vie n’est pas toujours là où on pense.

J’ai été submergée par l’émotion, par la force et par tout l’amour qui est dépeint à chaque page de ce livre !

Des lectures comme on devrait régulièrement en lire pour que l’on apprenne toujours à savourer le bonheur !

 


Mes autres sélections livre des derniers mois :

Mars 2018 : 3 idées lecture

Janvier 2018 / Février 2018 : 4 idées lecture

Décembre 2017 : 4 idées lecture

En Novembre 2017 : 4 idées lecture

En Octobre 2017 : 4 idées lecture

En Septembre 2017 : 4 idées lecture

En Août 2017 : 4 idées lecture

En Juillet 2017 : 4 idées lecture

En Juin 2017 : 5 idées lecture

En Mai 2017 : 5 idées lecture

En Avril 2017 : 4 idées lecture

En Mars 2017 : 4 idées lecture

En Février 2017 : 6 idées lecture

En Janvier 2017 : 4 idées lecture

En Décembre 2016 : 6 idées lecture

En Novembre : 5 idées lecture

En Octobre : 5 idées lecture

En septembre : 5 idées lecture

En juillet -août : 7 idées lecture

En juin : 5 idées lecture

En avril -mai : 6 idées lecture

happy-2