DIY tutos brico, Food, MANGER

DIY cadeau fait maison : L’huile d’olive pimentée aux aromates du jardin

Chaque année on essaie de se renouveler dans nos idées cadeaux pour les maîtresses, et instit’, ainsi que pour les amis et la famille qui apprécient le fait maison.

Cette fois-ci, j’avais anticipé dès la fin de l’été en ramassant les herbes aromatiques du jardin et les piments.

Les dernières feuilles de basilic ainsi que les petits piments rouges (appelés aussi piment oiseau) m’ont donné des envies d’Italie et de cuisine.

Mais je n’avais pas le temps de les cuisiner … alors j’ai commencé à remplir une bouteille d’huile d’olive avec ma récolte.

Et finalement comme septembre a donné encore de très beaux jours, j’ai ramassé encore pendant plusieurs jours des aromates dans mon jardin.

C’est ainsi que je suis allée acheter des petites bouteilles d’huile d’olive et commencer mes préparations.

Une recette ?

Il y en a 1000 !

Amusez-vous à tester : piment basilic, basilic ail, ou bien chaque herbe et condiments en solo.

Nous avons opté pour des huiles pimentées : toujours utile pour les pizzas ou pour relever un plat ou une salade !

Et aussi l’huile au basilic et à l’ail : je pourrais en mettre partout !

Je vous conseille de laisser infuser au moins 3 semaines / 1 mois à l’abri de la lumière.

Si c’est trop tard pour noël, cela fera un joli cadeau de fin d’année scolaire : la maîtresse pourra s’en servir pour les barbecues bien mérités de cet été ! 😉

Il ne vous reste plus qu’à coller l’étiquette et à offrir fièrement votre huile d’olive maison avec les bons produits de votre jardin.

Et si vous souhaitez d’autres idées de kit à offrir, voici la liste de nos cadeaux DIY :

N’hésitez pas à me laisser un petit mot pour me donner votre avis !

Et épinglez cette chouette idée sur un de vos tableaux Pinterest pour le retrouver au moment voulu 😉

Publicités
Food, OENOTOURISME - VINS, voyage

A la découverte de la route des vins d’Alsace en biodynamie

L’Alsace, c’est une région pour laquelle j’ai eu un véritable coup de cœur !

Tu as déjà pu le constater si tu as lu mon article sur Riquewihr et les jolis villages alsaciens.

Ce qu’il y a de bien, de très bien même, c’est qu’en plus d’avoir de belles villes, une architecture sublime, des paysages agréables : ils font du vin délicieux ! Et avec beaucoup de domaine en biodynamie !

Alors lorsque j’ai eu la chance de découvrir cette route des vins d’Alsace en rencontrant des vignerons passionnés et passionnants et faire des dégustations de leurs vins, je savais que j’allais être comblée !

 

Domaine Léon Boesch

Notre première halte a été un moment inoubliable !

Notre car des années 80 s’est garé devant le Domaine Léon Boesch.

Nous avons pu discuter et écouter Mathieu et son papa Gérard nous raconter leur engagement en biodynamie et leur choix de produire du vin de manière raisonnée et raisonnable.

Au-delà de « faire du vin », ils vivent le vin comme un cadeau de la nature.

La biodynamie amène à réfléchir à toutes ses valeurs et remettre la nature à sa place : au centre de tout, pour qu’elle donne le meilleur d’elle même, pour l’homme.

En faisant le choix de supprimer les traitements chimiques, le domaine Boesch avait fait un grand premier pas, mais quand on commence à voir les bienfaits d’un tel retour au naturel, tout se pense autour.

C’est ainsi que le chai a été reconstruit avec des matériaux naturels : la paille sert d’isolant et la végétalisation du dessus du toit remplit ses fonctions bioclimatiques,  ainsi sans utiliser de climatiseur ou autre système, on obtient une température optimale pour la cave et le chai.

Dans la cave un travail autour des matières mais également de la forme du bâtiment permet une meilleure circulation des énergies !

Oui la biodynamie ce n’est pas qu’une histoire de pesticides supprimés ou de plantation en jour racine, c’est aussi une croyance en une positivité de la vie et de la nature, qui nous renvoie son bien-être en pleine figure si on lui redonne sa place la plus harmonieusement possible.

Le bâtiment ainsi conçu et réfléchi en collaboration avec les Boesch est l’œuvre de l’architecte Mathieu Winter.

J’avoue que tout cela me parle terriblement et j’ai vraiment adoré toutes ces idées et démarches auxquelles je trouve un vrai sens et dans une vraie dynamique vertueuse !

Pour la qualité du vin, mais aussi pour une qualité de vie.

Nous avons ensuite partagé un repas dont on se souviendra longtemps : au cœur des vignes, baignés par le soleil d’Alsace, nous avons dégusté les vins de la propriété tout au long de ce moment convivial.

J’étais à la table de Gérard Boesch et j’ai bu ses paroles autant que son vin !

Il nous a raconté son Alsace, sa gastronomie, ses traditions, ses vendanges, ses souvenirs …

Une générosité et une gentillesse qui ont rendues cette journée vraiment spéciale !

Nous avons goûté un plat traditionnel, cuisiné pour l’occasion : le Baeckeoffe ! Un délice !

Une dégustation qui nous a permis de comparer et d’accorder avec chaque plat : difficile de ne pas tous les aimer !

Parmi tous les vins dégustés, j’ai eu un gros coup de cœur pour leur Zinkoepfle (dont le nom s’écrit sur le coteau comme à Hollywood) ainsi que le vendange tardive !

Il a fallu repartir vers d’autres aventures mais le domaine Boesch m’avait déjà conquise !

Nous sommes ensuite partis pour les montagnes de l’Alsace en faisant fumer un peu le moteur du bus de notre chauffeur Vincent !

La ferme auberge du Treh

Nous avions rendez-vous pour découvrir ce qu’était un Marcaire.

A la Ferme auberge du Treh, nous étions attendus pour partager un dîner dans leur restaurant au Markstein dans la plus pure tradition avec des plats typiques cuisinés avec les bons produits de la ferme.

Le marcaire c’est donc cela : une ferme auberge !

Après notre repas du midi qui nous avait bien rempli, une petite balade pour aller saluer les vaches et respirer le bon air alsacien, nous a fait le plus grand bien avant d’attaquer les dégustations du soir !

Nous avons assisté au coucher du soleil apaisant.

Ici vous pouvez acheter vos produits laitiers frais : beurre, fromage blanc, fromage (le rêve pour acheter du local !), et charcuterie en tout genre !

Le menu qui nous avait été concocté, est un pur repas marcaire.

Tourte à la viande, l’imprononçable mais délicieux roïgabrageldi ou roï (pommes de terre et oignons cuisent ensemble avec du beurre de la ferme à l’étouffé) et déclinaison du Munster de la ferme.

Le tout avec un accord mets et vins autour d’une dégustation des vins du domaine Klee Frères .

Une jolie histoire autour de ce domaine dont le papa était à la fois boulanger et vigneron.

L’amour des bonnes choses et du travail a été transmis aux fils qui poursuivent la tradition avec des vins très intéressants !

Un coup de cœur pour le Riesling Grand Cru Kaefferkopf

Après cette soirée qui s’est terminée en chanson dans le bus (la liqueur de bourgeon de sapin y était peut-être pour quelque chose ! ;-)), une bonne nuit de sommeil à Riquewihr et nous voilà reparti le lendemain matin, direction une nouveau domaine pour rencontrer d’autres alsaciens passionnés !

 

Le domaine Christian Binner

L’architecture n’est pas sans nous rappeler le bâtiment de son collègue du domaine Léon Boesch.

Pas étonnant car ils ont fait appel au même architecte, étant sur des engagements et visions similaires pour leur travail de la vigne en biodynamie.

Au domaine Christian Binner, ce sont Christian et Béatrice, frère et sœur qui nous reçoivent et nous entraînent rapidement pour une expérience unique : le pigeage !

Quelques camarades téméraires ont ainsi pu écraser le raisin aux pieds selon la tradition !

Des sensations qu’ils nous décrivaient avec beaucoup d’enthousiasme et de plaisir !

Cela faisait très envie de barboter dans tout ce raisin !

La dégustation de leurs vins nous a séduits : des découvertes et des surprises !

J’ai aimé le logo « les Vins Libres » : tout un programme dans un verre ❤

Mon coup de coeur Amour schwihr ! Et son étiquette est sublime pour offrir à un premier rendez-vous en amoureux, non ?

Même notre super chauffeur Vincent n’y a pas résisté 😉

Mais tout le monde devait garder un taux d’alcoolémie honnête car cette fois, nous devions tous conduire ensuite : oui nous avions quelques kilomètres de balade à faire à travers vignobles et villages, en vélo électrique !

Tu trouveras des vidéos de mes acolytes à la fin de cet article sur cette partie de la balade 😉

        

Cette vingtaine de kilomètres en vélo éléctrique à travers les vignes et les villages d’Alsace a été une belle parenthèse de liberté et nous avions un temps splendide qui nous a permis de profiter au mieux des paysages.

Nous avons ensuite rejoint un autre domaine pour assister à la préparation des escargots à l’alsacienne.

Domaine Charles Frey

Père et fils nous ont reçu pour nous parler de leurs vins et de leur façon de travailler.

Ici aussi on a pensé le bâtiment et le travail pour que le raisin donne le meilleur de lui-même sans ajout ni manipulation inutile.

Nous avons dégusté les vins du domaine sur un plat de schnake pour commencer.

Puis sur la meilleure choucroute d’Alsace : nous avons tous validé !

La visite du chai était également passionnante et on retrouve dans cette propriété familiale la même ambition que les autres domaines : la biodynamie comme outil incroyable !

Gros coup de cœur pour leur Riesling que j’ai pu goûté à nouveau à la maison

Notre dernière soirée s’approchait à grands pas et nous l’avons passé dans un tout nouveau bâtiment d’à peine un an au domaine Achillé.

Domaine Achillé

La modernité et la convivialité sautent aux yeux quand on arrive au domaine Achillé.

Ici on a le choix entre déguster des vins autour d’une table sur des bancs, ou dans des canapés moelleux, ou bien de profiter du soleil en terrasse avec la vue sur les vignes !

Ici une ambiance particulière règne au milieu des cuves inox : la musique berce le jus de raisin en fermentation.

La dégustation est surprenante : j’avoue avoir eu un véritable coup de cœur pour leur vin rouge « Granite » : un pinot noir qui m’a laissé un souvenir marquant !

Il était l’heure de partager une flammenkuesche ou plutôt tarte flambée sur la terrasse.

Puis de participer à un atelier de peinture au vin avec Laurent Bessot !

Il était l’heure de se dire aurevoir, mais je reviendrai en Alsace, cette région a conquis mon cœur et mes papilles ! ❤

Comme j’ai eu la chance de partager ce blogtrip avec des vidéastes, je vous mets leurs vidéos youtube : vous pourrez ainsi profiter de leurs superbes prises de vue avec des drônes ainsi que de la balade en vélo, car de mon côté j’avais besoin de mes deux mains pour me cramponner à mon guidon et les pauses ne me permettaient pas de dégainer assez vite mon appareil tellement j’étais concentrée sur mon activité de cycliste 😉

Fabien Lainé

Nicook 

Un grand merci à tous les domaines qui nous ont reçus si chaleureusement ! Egalement un merci à notre chauffeur, nos organisatrices accompagnatrices de choc de l’équipe Toutlevin, mes blogocollègues Mlle boit du rouge, Nicook, La valise à fleurs, Mellovestravel, Papilles et pupilles, tourdumonde.fr, Fabien Lainé, God Bless Bacchus, et Chez Misa.

Voici également la vidéo officielle de notre blogtrip ❤

Merci au CIFA et aux vins d’Alsace !

Merci à la nature pour ce qu’elle nous donne de si bon ❤

Food, MANGER, OENOTOURISME - VINS, recettes

La tarte flambée : la traditionnelle recette de flammekueche par un chef d’ Alsace

A peine de retour de l’Alsace, que déjà les saveurs alsaciennes me manquent !

Cette région est un bonheur pour la gastronomie et l’on découvre des recettes savoureuses, qui accompagnent à merveille les vins d’Alsace.

Je vous ai ramené dans mes valises la recette de la tarte flambée (flammekueche) que j’ai apprise à faire lors d’un cours de cuisine avec le chef du restaurant La Couronne, Didier Roeckel.

Il nous a donné quelques astuces en démonstration au domaine Achillé, dont je vous parlerai très vite !

Facile et délicieuse à n’importe quelle saison, on peut en faire quelques variantes (gratinée d’emmental ou avec des champignons), mais voici la traditionnelle tarte alsacienne à déguster avec un Riesling 😉

L’avantage de cette recette, c’est que l’on peut en profiter à l’apéritif entre amis, en soirée plateau télé avec les enfants, en amoureux avec une salade …

Et pas forcément besoin de temps de repos pour la pâte alors c’est parti !

Voici la recette extraite de son livre de cuisine sur les plats traditionnels alsaciens :

Pour 4 personnes :

Pour la pâte :

500g de farine

250 g d’eau

10 g de levure de boulanger fraîche

2 cuillères à soupe d’huile

1 pincée de sel

Diluer la levure dans un peu d’eau tiède.

Tamiser la farine, creuser un puits puis ajouter le reste des ingrédients de la pâte.

Pétrir le tout jusqu’à avoir une pâte homogène.

Former une boule, couvrir d’un torchon et laisser reposer une heure (le chef l’a faite en direct et nous a expliqué que la phase de repos n’était pas nécessaire)

 

Pour la crème :

1 kg de fromage blanc à 0%

1/2 l de crème fraîche

10 cl d’huile de colza

1 œuf

1/2 cuillère à café d’ail semoule

sel, poivre, 1 pincée de muscade

Pour la garniture :

2 oignons

300 g de lard

 

Mélanger tous les ingrédients de la crème au fouet.

Emincer les oignons.

Couper le lard en lardons très fin.

Prendre 200g de pâtes, l’abaisser en rectangle (l’étaler le plus finement possible, c’est le secret : plus c’est fin, meilleur cela sera ! )

Répartir une louche de la crème, y disposer les oignons et les lardons.

Faire cuire 3/4 minutes dans un  four chaud à 250 degrés / thermostat 8. (Si votre four monte à une température supérieure c’est l’idéal : vous mettrez moins longtemps en cuisson mais cela évitera de déssecher les ingrédients.)

Pour accompagner votre tarte flambée, je vous conseille un délicieux riesling du domaine Achillé à Scherwiller, produit en biodynamie, ma nouvelle passion !

Bon appétit !

Pour d’autres recettes, je vous invite à aller voir mes tableaux Pinterest dédiés à la cuisine et aux recettes 😉

Vous avez déjà cuisiné de la tarte flambée ? Vous avez une variante délicieuse que je dois tester ?

N’hésitez pas à me le dire en commentaire.

On se retrouve très vite pour parler de l’Alsace et de ses petits villages digne des plus beaux décors Disney ❤

BONS PLANS, Food, MANGER

Une soirée tropicale : Cocktails et recettes pour un apéro estival !

Toupargel c’était pour moi le petit camion de livraison qui apportait les citrons givrés pour l’été chez ma grand-mère.

Depuis ce doux souvenir de vacances, je n’avais plus entendu parlé de cette marque de surgelés.

Et voilà que je découvre lors d’une soirée organisée pour l’occasion, que Toupargel fait aussi beaucoup d’autres produits : du frais, de l’épicerie, et bien sur, toujours leurs must-have du congélateur !

Lors de cette Tropical Party, nous avons fait plusieurs recettes mais avant tout nous avons pu élaborer deux cocktails, avec et sans alcool, grâce à CocktailsCréaConsulting (coucou Aurore !) et se concocter un apéritif exotique avec les produits Toupargel et quelques astuces d’amélioration d’Audrey Ma p’tite cuisine qui nous recevait chez elle, avec Joëlle, Nathalie et Marjolaine.

Voici donc le mode d’emploi pour un apéro dépaysant sous les Tropiques de ton parasol ! 😉

Cocktail avec alcool : le Mango Beach

Ingrédients : (pour 1 verre)

3 cl de rhum blanc old nick

2 cl de liqueur de pêche

1 cl de sirop de Falernum

1/2 pur jus de citron vert

5/6 morceaux de mangue Toupargel

2 cl de grenade bio

pour la déco : fève tonka râpée / bâton de cannelle

Mets le tout dans un blender et sers dans un verre à cocktail sans oublier la décoration !

 

Cocktail sans alcool : le Fresh Pineapple

Ingrédients : (pour 1 verre)

5/6 morceaux de mangue Toupargel

une dizaine de morceaux d’ananas Toupargel

2 cl de sirop de Falernum

2 cl de pur jus de citron vert

quelques feuilles de menthe

pour la déco : noix de coco râpée et chocolat râpé

Le tout dans un blender : tu pulses et c’est prêt !

Mais quoi manger avec ces boissons ? Les beignets de crevettes, les acras de morue, les mini-boudins, blinis et guacamole : le tout de chez Toupargel, absolument délicieux.

Pour les accompagner, nous avons cuisiné 2 sauces pour lesquelles j’ai eu le coup de foudre !

La sauce aigre douce :

3 CS de ketchup

1 CS de miel

2 CS de vinaigre

2 CS d’eau

piment

Faire chauffer pour bien mélanger les ingrédients. Laisser refroidir et direction le réfrigérateur.

 

La sauce crème aromatique :

Fromage blanc

ail

coriandre

sel poivre

Bien mélanger et servir frais.

Pour compléter nous avons concocté une verrine de tartare de saumon avocat tomates citron avocat pour apporter de la fraîcheur à cette chaude soirée d’été !

Pour le reste du repas nous nous sommes régalés de grosses crevettes marinées avec sa purée de patate douce et sa poêlée Thaï au wok, et en dessert une délicieuse coupe glacée à base de mangue.

Quasiment tout a été cuisiné avec les produits commandés chez Toupargel autant le frais que les herbes aromatiques, ainsi que les surgelés, idem pour les cocktails puisque tu peux trouver de l’alcool, du vin, des jus de fruits également sur le site en ligne.

CODE REDUC

Si toi aussi tu veux découvrir ou redécouvrir les produits Toupargel, voici un code de réduction rien que pour toi !

Avec le code PTEAPOTES, tu auras 30 euros offerts sur une commande de 60 euros !

Ne tarde pas, le code n’est valable que pour les 100 premiers, et jusqu’au 31 juillet 2018.

Tu connaissais Toupargel ?

Partenariat

BORDEAUX EN AMOUREUX, MANGER, OENOTOURISME - VINS, Resto

Les tables Vatel à Bordeaux : choisir un vin pour découvrir un plat !

J’ai déjà testé plusieurs accords mets et vins sur Bordeaux et j’avoue que j’adore découvrir des vins en fonction des plats que j’ai choisis.

Aussi quand j’ai été contactée par les Tables Vatel pour me présenter leur concept inversé, j’ai très vite voulu me rendre sur place pour me laisser surprendre.

En effet, dans leur restaurant situé au 114-115 quai des chartrons à Bordeaux, les tables Vatel proposent un menu dégustation pour le moins original : on choisit son vin pour chaque moment du repas et ensuite le chef Marc Hammani se charge de nous surprendre avec des plats qui s’accordent avec les différents breuvages.

Ce soir-là nous avons fait des choix qui se sont parfaitement mariés avec les plats du chef.

Après un apéritif surprenant et agréable

les amuses-bouches que nous avons découvertes, ci-dessous

Puis les entrées sont arrivées accompagnées de leurs accords Vins

DASHWOOD – PINOT NOIR – 2015

L’œuf à 64°C, velouté de champignons, écume iodée : une entrée savoureuse !

COUR DE RECRE – F. VILLARD 2015

Cannelloni de céleri au Foie Gras : copieux et goûtu, ce plat a été une révélation !

plats

MUXAGAT TINTA BARROCA : ce vin du Portugal m’a conquise !

Volaille noire des Landes en deux services

CHIANTI – MAJNONI GUICCIARDINI – 2016

Ris de veau mijoté, champignons du moment : un pari audacieux que de proposer du ris de veau ! Heureusement j’adore ça : et celui-ci est définitivement le meilleur que j’ai jamais mangé ! gros gros coup de coeur !

Dessert

LANGLOIS CHATEAU – CREMANT DE LOIRE ROSE BRUT : complètement bluffée par ce crémant rosé !

Crème brulée au safran : je ne suis pas une grande amatrice de crème aux oeufs ou crème brûlée. Mais ici, j’ai eu l’impression de découvrir ce dessert pour la première fois ! Mes papilles ont eu une belle surprise !

Principalement sur l’accord avec les vins, le concept peut se décliner sur du sans alcool et même avec du thé, par exemple.

Ce voyage aux pays des saveurs nous a permis de nous laisser embarquer vers des contrées étonnantes. Nous avons joué le jeu de choisir également des vins qui nous étaient peu ou pas connus. Un pari réussi pour ces accords !

Voilà un restaurant et une proposition qui peut faire un très joli cadeau de noël : en amoureux ou entre amis !

 

Les tables Vatel

http://www.restaurantvatel.fr/fr/bordeaux/tables-vatel

114-115 quais des Chartrons

Highlights info row image
05 56 11 58 88
BORDEAUX EN AMOUREUX, BORDEAUX ENTRE COPINES, MANGER, Resto

Le Symbiose : une cuisine savoureuse sur les quais des chartrons à Bordeaux

Bordeaux regorge désormais de restaurants, mais peu sont ceux qui arrivent à innover et proposer une cuisine inventive et savoureuse tout en gardant des prix corrects.

Le Symbiose fait partie de ceux qui nous régalent à moindre coût tout en faisant voyager nos papilles !

Pour 20 euros le midi, c’est un menu complet et copieux qui vous est servi.

C’est au début du quai des chartrons que le chef Félix Clerc offre une carte pétillante avec des produits frais !

Il nous avait déjà ravi au Château de la Dauphine avec un accord mets et vins sublime !

Le décor est sobre, les assiettes sont dans des matières naturelles : la pierre, le bois, le gré permettent de mettre en valeur les mets qui nous sont servis.

Une carte des vins avec de belles propositions : notamment sur des vins étrangers et des conseils avisés !

Ce jour-là nous avons dégusté le menu suivant :

Entrée : Palourdes et harengs fumés , fromage blanc, carottes et capucines

Mon accolyte a pris le Filet de boeuf au saté, brocolis au sésame et pickles

Plat : Pavé de cabillaud, vierge de poivrons, risotto d’épeautre à la crème d’asperge, courgettes violons et petits pois

Mon binôme a quant à elle pris l’option viande avec Ribs de cochon, jus aigre doux, patate douce, daikon, et accompagnements

Pour le dessert pas de jalouses, nous n’avons pas pu choisir autre chose que leur spécialité : la Tarte choco/whisky caramel beurre salé

 

Retrouvez toutes les infos du Symbiose sur leur page Facebook.

Réservations conseillées.

Le Symbiose, 4 quai des chartrons, 33000 Bordeaux

tel : 05.56.23.67.15

BORDEAUX EN AMOUREUX, BORDEAUX ENTRE COPINES, MANGER, Resto

Le Taquin fête ses 1 an : un restaurant devenu incontournable à Bordeaux

Déjà un an que le Taquin a ouvert ses portes et commencé à régaler les papilles de tout Bordeaux et je n’avais pourtant pas eu l’occasion et le temps d’y aller.

C’est ainsi que sans le savoir, nous avons réservé pour un repas en amoureux, le soir d’un menu spécial pour leur anniversaire !

La carte était donc bouleversée pour proposer un menu unique concocté rien que pour ce soir-là mais qui nous donnait un bon aperçu du savoir-faire du chef !

Nous avons débuté par une succulente coupe de champagne Soutiran avec des amuses bouches délicieux.

Puis nous sommes très vite rentrés dans le vif du sujet avec des plats renversants.

Ravioles aux herbes fraiches, farce fine de homard et émulsion fermentée

Le poisson déclinaison autour du Saint-Pierre

La viande, pigeonneau artichaut barigoule

Le dessert : la fraise, biscuit pistache, crème chocolat blanc et girofle, sorbet plein fruit

les mignardises :

financier amandes, guimauve fleur d’oranger et croustillant chocolat noisette

Bref un diner succulent !

Sachant que le midi, l’équipe du Taquin propose un menu à 20 euros entrée plat dessert, il y a vraiment intérêt de réserver !

Par ailleurs ils ont aussi une carte de cocktails très alléchante que j’espère pouvoir tester rapidement !

Le Taquin, 1 quai sainte croix, Bordeaux

tel : 05.56.78.97.10