BEAUTE COSMETO MAKE UP, LA PAUSE FEMININE, LOOK MODE

5 questions à se poser avant de se faire tatouer et comment choisir son tatoueur

On m’a souvent poser la question ces derniers mois : comment choisir son tatoueur ?

Ainsi que d’autres interrogations autour du tatouage et des salons de tattoos.

Alors voici mes réponses (elles n’engagent que moi, mon vécu, mon expérience et ma façon de voir les choses).

Pour un premier tatouage : si tu as tout juste 18 ans, un tatoueur professionnel prendra le temps de te demander tes « motivations » pour te faire tatouer. Il refusera peut-être certains motifs qui lui paraissent inapproprié par rapport à ton âge ou certains endroits (les mains, le cou et le visage).

La mode est au tatouage et cela n’a plus rien de tabou ou malsain d’arborer un tattoo, mais c’est une réflexion qu’il faut mûrir longuement avant de sauter le pas.

Voici les 5 points à réfléchir :

  1. se poser les questions du tatouage symbolique ou impulsif : Parfois on a le coup de foudre pour un petit dessin simple qui nous correspond sans être très chargé en symbole ni même ultra personnalisé. Un mini ananas, un petit cactus, une jolie fleur miniature peuvent être fait rapidement mais on risque d’en voir sur d’autres personnes. C’est un choix personnel et le coup de cœur est autorisé 😉 Pour un tatouage symbolique avec de nombreuses significations personnelles, il faudra parler longuement de ce que tu attends, du style, de ta « vision » de ton tatouage. Un bon tatoueur pourra restituer tes envies (dans son style) et ainsi te proposer ton tatouage rien qu’à toi ! Attention, un tatoueur est un créateur : il n’est pas censé te proposer un copié-collé d’une image piqué sur le net ou reproduire à l’identique un motif qu’il a déjà tatoué sur quelqu’un d’autre. Du moins il doit te stipuler si ton tatouage n’est pas unique. D’où l’importance du point suivant :

2. rencontrer un tatoueur qui a le style qu’on aime, avoir un bon feeling et faire confiance : mes 4 tatouages ont été fait par 4 artistes différents . Chacun m’a mis à l’aise en m’écoutant, et en me conseillant : j’ai préféré des gens qui ne me disaient pas oui à tout et qui m’expliquaient pourquoi certaines idées n’étaient pas bonnes, peu réalisables ou seraient meilleures d’une autre façon. C’est leur travail, leur métier, ils ont l’expérience. Un bon tatoueur te dira peut-être des choses que tu n’as pas envie d’entendre mais au moins tu pourras affiner ton projet sans surprise et te faire tatouer en toute sécurité. J’ai entendu « il faut agrandir le motif si on veut des détails » alors que je voulais un petit tatouage, j’ai entendu « ce motif est fait pour être en couleur, il sera terne sans » alors que je ne voulais pas de couleur, j’ai entendu « on va rajouter + d’ombres pour donner du relief, cela embellira ton tatouage » alors que je voulais peu d’ombres … etc etc … et au final tu sais quoi ? C’est eux qui avaient raison ! Alors sans te laisser dicter ce que tu ne veux pas, il faut savoir assouplir sa vision d’un dessin, suivre les conseils d’un professionnel, pour ne pas être déçu du rendu final.

3. suivre les tatoueurs qui te plaisent sur leur compte instagram : tu peux commencer à échanger avec eux, avec les personnes qu’ils ont déjà tatouées etc. Tu pourras aussi y découvrir les motifs « flashs » de certains qui peuvent être tatoué + rapidement : ils ne sont pas dessinés spécialement pour toi, mais il y a des moments où le hasard et l’inspiration font bien les choses. Cela a été le cas pour un de mes tatouages qui m’a « sauté aux yeux » sur mon écran de smartphone alors que je ne savais pas encore vraiment ce que je voulais si ce n’est une thématique générale qui me tenait à cœur.

Se faire un tableau sur Pinterest avec les premières idées : en regardant souvent les tatouages qui nous plaisent, notre envie / choix va s’affiner on sélectionne, on supprime, on essaie de finir avec une dizaine d’images maximum pour sa sélection finale.

Définir si on souhaite de la couleur ou pas.

Tester avec des tatouages éphémères si on hésite entre plusieurs endroits pour trouver la partie du corps qui nous correspond le mieux.

4. se fixer un budget /demander un devis : même si j’ai toujours tendance à dire que les tatouages au rabais ce n’est jamais bon signe et surtout qu’il vaut mieux attendre et économiser longtemps pour un tatouage qui nous suivra toute notre vie que regretter un tatouage pas cher.

On réfléchit à l’endroit où on veut son tatouage : visible ou pas, sur une partie de son corps que l’on aime ou pas, à un endroit symbolique, suivant ses habitudes vestimentaires, sa profession car il faut penser aussi à la phase de cicatrisation.

Tu peux aussi regarder des livres sur les tatouages : certains sont de véritables tableaux artistiques sur la peau et peuvent atteindre des prix dignes des toiles de maitres !

(clique sur les images ci-dessous pour acheter les livres sur amazon)

5. prendre rendez-vous / choisir la date si possible en hiver, automne puisqu’il faudra se priver de piscine, bain de mer, soleil etc jusqu’à cicatrisation complète soit un mois préconisé. Attention, certains tatoueurs ou tatoueuses sont très demandées, donc il faudra patienter pour avoir le dessin de son artiste préféré jusqu’à 1 an parfois !

Sur mes 4 tatoueurs, 2 sont partis à la retraite 😉 (oui mon premier tatouage n’est pas tout jeune ;-))

Mon premier tatouage est une bague sur le majeur de la main gauche.

Mon second est une ombre de Mary Poppins sur la cheville.

Mes deux derniers tatouages ont été réalisés par 2 jeunes femmes.

Jacky-tatouages vient en guest à Bordeaux régulièrement. Elle sera désormais sur Toulouse. Elle a réalisé ma tasse de thé en couleur que je porte sur la cheville.

Madeline_inked (alias Mélanie) est une permanente du salon de tatouage (et de thé) Sibylles Bordeaux. Elle a réalisé l’intérieur de mon avant-bras avec ses livres et ses coquelicots.

Tu peux la rencontrer en passant boire un chai latte, 3 rue Beaubadat à Bordeaux . Sur Insta : Madeleine_inked, et sa collègue Muk.tatouage .

On reparlera du tatouage très bientôt, alors si tu as des questions, n’hésite pas à me les poster en commentaire de cet article 😉

 

Publicités
DETENTE, LA PAUSE FEMININE

Mon Visionboard ou tableau de visualisation : l’inspiration et les envies prennent vie !

Janvier c’est le mois idéal pour penser à ce que l’on veut faire de cette nouvelle année. (même si on peut à tout moment décider de ce que l’on veut 😉 )

Les résolutions sont une tradition, mais faire une bucket list, ou tout simplement la liste de ses envies peut également aider à se recentrer sur ce que l’on souhaite vraiment.

Le bullet journal aide à s’organiser, là où le vision board aide à s’équilibrer.

Pas de changement radical ou de grands investissements : simplement mettre par écrit et visuellement ce qui nous inspire et ce que nous voulons faire entrer dans nos vies … un programme créatif, un rapprochement vers le vrai « soi », se sentir au bon endroit, s’ancrer dans ce qui nous fait sens … Bref être bien et heureux : simple ? 😉

Pour des projets d’écriture, entre autre, j’utilise souvent la technique du mood board.

Sur un tableau, je positionne les images d’une ambiance que j’ai imaginé, les personnages que j’ai dans ma tête peuvent ressembler à des gens existants ou avoir des traits de caractère que je peux matérialiser par une citation ou un décor. De même que pour les lieux que j’ai créé de toute pièce dans mon imagination, je peux retrouver des photos de paysages qui reflètent bien l’appartement de mes protagonistes ou leur maison de vacances. Le plus souvent c’est sur Pinterest que je pars flâner avec les mots clé qui vont aller piocher dans mes idées.

Pour le vision board, ce n’est pas juste une envie particulière ou un projet unique, c’est une organisation désordonnée de tout ce qui m’anime et que je veux voir apparaître ou réapparaître dans ma vie, ce qui me donne envie de créer, qui me met de bonne humeur, me donne de l’énergie positive.

C’est près de ce cadre composé d’images agréables que je viendrais me ressourcer et puiser la force les jours de moins bien, ou recentrer ma concentration quand je partirais dans tous les sens.

Un outil formidable qui va me guider dans mes choix !

Lancez une playlist, allumez une bougie, détendez-vous et gardez en tête vos objectifs !

  1. Rassembler le matériel 

Pour le faire, j’ai hésité entre plusieurs supports.

Un grand carton recouvert de tapisserie : facile et cela ne coûte rien !

J’ai choisi un papier peint imitation marbre : ne dit-on pas « des paroles gravées dans le marbre » ? Cela donnera encore plus de poids à cet engagement avec moi-même. Finalement il me servira simplement de moodboard pour mon prochain roman en cours d’écriture 😉

J’avais aussi envie d’utiliser un tableau de liège. Assez grand.

Je l’avais déjà mais j’avais envie qu’il reflète parfaitement mon état de renouveau du moment, alors j’ai repeint le contour en blanc.

J’ai placé du papier peint sur le liège pour l’éclaircir et l’harmoniser avec le reste. (Cela me permettra également de changer ce fond si je change d’inspiration en cours d’année).

J’ai également une grande planche épaisse de bois clair (récupérée aux encombrants ;-)) : j’aime aussi beaucoup cette matière.

Chacun trouvera le support qui lui convient le mieux.

Niveau teinte, pour l’instant je suis partie sur du noir et blanc. Les couleurs peuvent être très positives mais là j’avais besoin de me recentrer sur l’essentiel, la simplicité qui seront mes mots totem pour cette année et ce sont donc les nuances de gris et le minimalisme qui m’ont de suite attirée.

2. Chercher l’inspiration, commencer le travail de visualisation

Ensuite je suis allée sur Pinterest et j’ai commencé à chercher les images qui correspondaient à mes grandes aspirations.

https://www.pinterest.fr/pteapotes/vision-board-2018-inspirations/

Puis je me suis amusée : j’ai pris le temps de bien regarder chacune des lumières qu’elles me renvoyaient.

J’ai vraiment ancré ce moment pour me rappeler ce qui compte pour moi et ce que je veux prendre en priorité pour remplir ma jauge de vitalité et de bien-être.

J’ai pensé à mes mots totem.

Un mot totem est, tout comme les images, un mot qui nous inspire, une valeur que l’on veut s’insuffler ou retrouver, une action que l’on se souhaite, des petits talismans qui nous font du bien.

Mes mots seront : liberté, simplicité, essentiel, écriture, lecture, apaisement, mojo, pulsion, pulsations, adrénaline, équilibre, force …

Je me suis fait ce cadeau : me recentrer sur mes besoins fondamentaux et pouvoir les avoir face à moi chaque jour.

C’est un véritable outil de développement personnel et de coaching.

Ce chemin peut être même douloureux, car on voit à côté de quoi on est passé, ce qu’on a fait taire ou mis de côté.

Pour laisser de la place aux envies de son conjoint, pour ne pas avoir à défendre un autre point de vue, pour remettre à plus tard, pour être mieux être accepter par les autres.

On peut passer à côté de soi sans s’en rendre compte. Parce que le temps passe vite, parce qu’on se dit « plus tard », « demain », « le mois prochain », parce qu’on attend d’avoir + d’argent, + de temps … mais il suffit de s’autoriser certaines choses, ou juste se laisser porter par nos envies les plus simples, les plus réalisables au final … celles qui nous demandent juste de mettre un pas devant l’autre mais de devenir acteur de sa vie, et ne plus la subir en la regardant passer, comme on regarde un train sur le bord d’un quai.

Se rappeler aussi celle qu’on était à 10 ans, à 20 ans … et ne pas trahir les idéaux de cette femme en devenir, retrouver ce qui n’a pas changé en nous.

3. Passer à l’action !

J’ai ensuite assemblé toutes ces images, photos, citations, dessins, et même partitions, sur mon tableau !

Je n’ai pas attendu, même si j’étais passée par une phase difficile en voyant certaines images (oui c’est bizarre, cela a agi sur moi comme une véritable thérapie, mais j’ai pris conscience que je devais être encore plus vigilante sur mes choix, que je devais écouter mon instinct mais ne pas répondre spontanément, apprendre à dire non aux autres pour mieux me dire Oui à moi-même, et surtout surtout toujours garder en tête ce qui est le plus important pour moi, ce que je veux pour moi !).

J’ai donc de suite compilé tout ça, impatiente au final de voir ce qui m’attendait !

J’ai laissé quelques espaces libres pour mettre des photos de mes proches : famille et amis.

Je lui ai ensuite trouvé sa place pour que je puisse le voir au mieux tous les jours : dans mon bureau, là où je suis la plus créative, inspirée, centrée, concentrée. Mon petit sanctuaire, mon autel créatif 🙂

Ainsi au-delà du fait d’avoir une déco qui me ressemble, je me laisse bercer et motiver par ce regroupement rassurant de tout ce qui m’apporte sérénité et énergie positive. C’est un apaisement et un coup de boost permanent !

4. Le regarder souvent et ne pas hésiter à le faire évoluer !

Il va agir comme un catalyseur et il aide à avancer dans la bonne direction ! Un peu comme un GPS dont on a entré la bonne adresse : on ne peut pas se tromper de destination, car on l’a sous les yeux !

Par contre il se peut que l’on change le parcours en chemin, on a le droit ! Moins de poésie et + de violence, c’est aussi la vie ! Ajouter de la magie ou de la douceur, vous en aurez besoin en abondance à certaines périodes.

Bref puisez dans votre vision board et alimentez-le de votre inspiration : c’est un échange avec soi-même, ni plus ni moins ! Donnez-vous ce que vous offririez à votre meilleure amie : de la bienveillance, des fous rires, un coup de pied au cul aussi parfois, un cocktail !

Voici des livres (souvent en anglais) sur le sujet




J’y ai ajouté un coin à bougies et une guirlande lumineuse, pour un côté HYGGE : vous connaissez ce mode de vie scandinave ? On en reparle bientôt 🙂

Avez-vous déjà fait un vision board ?

N’hésitez pas à me partager vos envies, et vos vision board sur Instagram avec le hashtag #pteavision !

BEAUTE COSMETO MAKE UP, LA PAUSE FEMININE

Mon projet #mygrayhair : 4 mois sans coloration, premier bilan #mygreyhair

Comme je vous l’avais annoncé en septembre, j’ai décidé d’arrêter les colorations capillaires pour plusieurs raisons et une belle cause.

Finie la corvée des raccords de racines toutes les 3 semaines … Cela fait maintenant 4 mois de liberté ! (depuis le 11 juillet date de la dernière colo)

Cela peut paraître presque facile finalement d’assumer tous ces beaux cheveux blancs … sauf qu’il y a des jours où je ne sais pas si je trouve cela beau.

J’entre dans une phase difficile où le doute n’est plus permis : on voit clairement de belles racines se démarquer du reste de ma chevelure encore colorée. Ce sont désormais 5-6 cm de cheveux qui montrent la voie que j’ai décidé de suivre.

Comme j’en parle parfois en instastories sur mon compte instagram, on me regarde droit dans les racines ! 😉

Cela interpelle, questionne, mais on ne me demande pas ouvertement ce qui se passe avec mes cheveux : je vois bien pourtant que les gens s’interrogent … Mais pourquoi donc a-telle soudainement autant de cheveux blancs ? (alors qu’elle fait si jeune … hum hum, bon ça, c’est moi qui l’imagine). N’a-t-elle donc pas les moyens de cacher les signes de vieillesse qui nous sautent aux yeux ? Quelle négligence de ne pas être parfaitement uniforme du bulbe à la pointe !

Je vous rassure, dans l’ensemble, c’est moi qui focalise dessus en me disant que les gens ne doivent voir que ça !!! Car quand on en vient à en parler, certaines personnes me disent n’avoir remarqué que lorsque je passe ma main dans mes cheveux et que je l’ai souligné.

Au bout de 3 mois, je commençais à faiblir dans ma motivation. Je me trouvais moche, vieille (et grosse, mais rien à voir avec les cheveux).

Alors j’ai appelé à l’aide à l’atelier de la coloration qui m’avait gentiment proposée de m’accompagner dans mon projet en me soutenant et m’apportant les conseils et astuces pour poursuivre mon chemin vers mes cheveux naturels sans passer par la coloration justement.

Arthur m’a reçu juste avant les vacances de Toussaint et m’a reboosté de toute son expertise et sa bienveillance dans le salon de coiffure intimiste et sur rendez-vous au Passage Sarget à Bordeaux.

(Et avec un très bon thé 😉

Pour lui j’entame la phase la plus délicate et raccourcir était un passage conseillé pour me sentir coiffée et pouvoir patienter sans finir déprimée de la racine capillaire.

On a alors convenu d’une coupe que j’ai de suite adoptée et dont j’ai beaucoup de compliments.

Facile à vivre, elle se met en place sans problème avec ma texture pourtant frisée-ondulée-volume-nimportequoi (mais si j’ai envie de les lisser la coupe est géniale aussi !)

J’avoue que j’ai mesuré toute l’importance d’être accompagnée pour ce projet car grâce à Arthur de l’atelier de la coloration j’ai maintenu le cap pour continuer mon voyage vers la nouvelle femme que je suis en train de devenir.

Si vous hésitez sur un changement radical (passer du long au court) ou que vous avez un doute sur une couleur plus claire ou plus foncée, ils vous orienteront sans vous forcer la main sur des techniques avec beaucoup d’entretien et au contraire chercheront à trouver la coupe et la couleur qui vous conviendront le mieux. Je suis vraiment heureuse de les avoir rencontrés. A aucun moment il ne cherche à me faire retourner vers la coloration mais m’ouvre les yeux sur ce qui m’attend et comment embellir les périodes délicates.

Je ne sais pas si j’assumerai jusqu’au bout, si un retour en arrière est possible, mais je sais que je gagne en liberté et que je suis reboostée pour les mois qui arrivent. (les bonnets et chapeaux vont peut-être m’aider aussi à passer la période Agnès Varda ;-))

 

BORDEAUX EN AMOUREUX, MANGER, OENOTOURISME - VINS, Resto

Le Chapon Fin : un accord mets et vins divin sous une architecture historique bordelaise

img_9628

Le Chapon Fin, autant dire que c’est un lieu mythique : une institution.

le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (4)

le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (1)

Point de rendez-vous d’illustres visiteurs tels que Toulouse Lautrec, Sacha Guitry ou Sarah Bernhardt, le restaurant connait un grand succès dès sa création.

le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat

D’autant plus que son architecture intérieure est surprenante grâce à Cyprien Alfred Duprat créateur du décor en pierre reconstituée (mais si souviens-toi, nous avions découvert une partie de son oeuvre et ses projets ambitieux pour Bordeaux, lors d’une expo-atelier avec les enfants au musée des arts décoratifs et du design ! ). On peut retrouver le même style au bar Castan.

le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (2)

Le lieu a toujours été un restaurant depuis 1825 et c’est donc un incontournable pour découvrir une cuisine d’exception à deux pas de la place des Grands Hommes.

le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (5)

Ce soir là nous avons fêté mon anniversaire avec quelques mois de retard et nous nous sommes embarqués dans le Menu Confiance cuisiné par le chef Nicolas Nguyen Van Hai et son accord mets et vins suggéré par le Chef Sommelier, Jordan Aniorté.

  • Émulsion betterave aux agrumes

le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (8)
– Burrata au basilic, coques et ketchup maison – grave blanc / autrichien

le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (10)
– Écrevisses californienne déglacées aux cognac, girolles, oignons nouveaux

le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (11)
– Turbo de Noirmoutiers artichaut citron noir d’Iran, épices // pessac-leognan couhins lurton, nouvelle Zélande 100% sauvignon les 2

le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (12)

le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (13)
– Bœuf wyegu (Japon) oignons rôti, sauce basilic échalote, carotte.

le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (14)
– Plâteau de Fromages : Shropshire (anglais), sainte maure de Touraine (vache), Suisse (appenzeller)

chfin

le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (15)

  • Glace et Créme Renversée de Miel de Dianne Page et Mousse Romarin

chfin3

le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (18)

chfin2

  • Petites douceurs avec le café

le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (19)

Nous avons beaucoup discuté avec le chef sommelier , à propos des vins qu’il nous faisait découvrir tout au long de notre voyage gastronomique, et à la fin du repas nous avons eu la chance qu’il nous propose de visiter la cave ! Un lieu exceptionnel pour tout amateur de belles bouteilles.

chfin4

Le Chapon Fin reste une valeur sûre pour une très grande soirée d’exception en amoureux.

A réserver : la table dans l’alcôve centrale qui donne de l’intimité tout en ayant la vue sur toute la salle.

Menu confiance : menu en cinq saveurs 89 euros + 39 euros vins

le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (7)  le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (9)            le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (21) le-chapon-fin-chef-gastronomique-cuisine-ville-bordeaux-accrods-mets-vin-menu-decouverte-sommelier-cave-reference-decor-art-deco-bar-castan-cyprien-alfred-duprat (22)

Le Chapon Fin

5 rue Montesquieu, 33000 Bordeaux

HUMEURS HUMOUR

2 fois 18 ans … lettre à la jeune femme que j’étais

pteapotes-moi-18-ans-36-anniversaire-humeur-lettre-2

« Chère Moi de 18 ans,

Je t’écris depuis tes 36 ans et je dois dire que réaliser que j’ai le double de ton âge est à la fois un peu déstabilisant et terriblement excitant.

Aujourd’hui tu ne sais pas trop quelle direction va prendre ta vie, tu cherches encore le grand Amour, et tu vas de désillusions en rêves farfelus.

Tu avances tranquillement, un peu trop à ton goût, tu aimerais que tout aille très vite.

Tu sais déjà au fond de toi ce que tu veux et ce que tu ne veux pas, et crois moi, on aura beau te dire tout et son contraire, tu as déjà des idées pas si bêtes.

Tu ne comprends pas les enseignements théoriques de la Fac, tu les aimes, ils te rassurent, tu y prends plaisir, oui mais tu sais déjà pourtant que ça manque cruellement de réalité et de vie. (Par contre tu vas avoir une révélation avec le cours de phonétique : un nouveau monde s’ouvre à toi ! Tu vas vite devenir complètement dingue de cette matière !! Passion incomprise par grand nombre de tes camarades de promo, comme d’hab 🙂

J’aimerais te pousser car aujourd’hui je regrette un peu de ne pas être aller encore plus loin dans ces apprentissages qui me passionnaient, mais pourtant le reste de ton parcours même s’il te parait chaotique et décousu, trouvera un écho et s’emboitera parfaitement à un moment donné.

Patience !

Je sais que ce n’est pas ton fort, que tu voudrais que les choses avancent sans cesse, qu’il n’y ait jamais de période d’attente, que tout doit toujours donner un résultat.

Mais tu vas bien plus vite que tu ne le crois. Les choses se décantent en secret, autour de toi et dans ton inconscient.

Chaque brique trouvera sa place sur le mur de tes envies. Oui tu donnes l’impression d’avoir la bougeotte, d’apprendre à fond, puis de te lasser.

Tu vas faire le tour de plusieurs sujets puis tu changeras de direction. Tu ne sais pas aller dans une SEULE direction. Pour toi tous les chemins te semblent attirants, tu aimerais pouvoir tous les emprunter.

Alors ne sois pas surprise mais cela ne changera pas avec l’âge, ni avec l’expérience, ni une fois mère. Non tu es comme ça, il te faudra l’accepter, à défaut que les autres l’acceptent.

Le jugement des autres te fait peur, te hante parfois. Tu es franche dans tes choix, mais tu ne les assumes pas toujours. Tu voudrais que l’on te dise que tu vas dans la bonne direction, mais dis toi que tout le monde est aussi paumé que toi dans l’affaire, et que ceux qui ont l’air sûr d’eux et dont le chemin semble si bien tracé, n’arriveront pas forcément à une plus jolie destination.

Sache qu’il n’y a pas de mauvais choix, s’ils sont assumés.

Les donneurs de leçon te paraîtront plus intelligents que toi, les gens bien pensants te sembleront bien plus forts et détenir la vérité, mais tu t’apercevras que les cases (et la cage) qui leur conviennent ne sont pas faites pour toi.

Sois plus indulgente avec toi-même : tu apprendras que tout le monde ne peut pas t’aimer, que tu ne peux pas être de tous les combats, et que la vie est finalement plus belle quand on s’y frotte, même si cela demande plus d’énergie, que de vouloir s’en écarter.

Tu essaieras de rentrer dans le moule, mais au détriment de ta propre personnalité.

Etre soi-même quand on nous dit que l’on est comme personne, c’est difficile.

Vouloir être plus discrète quand on aime tant l’originalité. Essayer d’être plus rigide et conforme, quand on n’arrive qu’à aimer la rêverie et l’inattendu, c’est compliqué.

Mais ne t’enferme pas dans ce que tu n’es pas, cela ne te réussit pas. Ne regrette pas d’aimer autant, d’être une passionnée, de vouloir la fougue, la douceur et l’équilibre ! Le chaud et le froid peuvent tout à fait se rencontrer sans pour autant rendre ta vie tiède ! 😉

Laisse ces jeunes hommes te faire croire que tu es tout pour eux, et tout te reprendre aussi. Laisse les te dire que tu es belle et même leur idéal, laisse les te faire du bien et du mal.

Tu ne sauras pas ce que tu attends des suivants, mais tu sauras ce que tu ne voudras plus … crois-moi c’est ainsi que tu rencontreras l’homme de ta vie, du moins celui de ta vie d’aujourd’hui, celle de tes 36 ans, car rien n’est jamais acquis et rien n’est moins sûr que l’amour.

Tu deviendras une maman : la maman que tu rêvais d’être, en moins parfaite, mais c’est peut-être mieux 😉

Tu auras des enfants franchement géniaux : une fille qui à l’heure où je t’écris s’apprête à rentrer au collège dans quelques mois ! Oui aujourd’hui encore quand elle m’appelle maman, parfois je regarde derrière moi, surprise d’être SA maman, d’être une maman. Et une maman d’une future collégienne, va falloir assurer ! Mais elle est aussi brillante, qu’attachante, d’une douceur extrême avec un rire et des yeux pétillants comme des feux d’artifice. Elle sera ce qu’elle voudra, mais je sais qu’elle saura être heureuse, elle en a toutes les capacités de part son imagination, sa passion des livres, et son empathie.

Un garçon aussi ! Celui là il te fait fondre en un regard : je n’aurais jamais pensé pouvoir aimer aussi fort un mec 😉

Il est d’une créativité débordante, d’une logique fascinante et d’une camaraderie exemplaire. Il aime aider et créer. Le plus dur reste sa colère à maitriser : face à une injustice ou un échec il peut se transformer en vrai diable en ébullition ! Quel tempérament de feu ! Mais il reconnait toujours ses erreurs, et n’aime pas rester fâché longtemps. Il sait toujours trouver le meilleur parti de chaque situation : cet optimisme fera son bonheur, j’en suis sûre.

Tu as aussi créer ton entreprise, ton 3ème bébé, qui te donne du boulot, des soucis, et tellement de plaisir ! Tu as réussi à t’épanouir en fabriquant ton propre job : tu doutes encore souvent, mais qu’importe, tu sais que désormais c’est possible !

Oui tu vois tu as 18 ans, et tu n’imagines pas un instant que tu seras capable de tout cela, et peut-être encore beaucoup d’autres choses.

Mais patience ! Chaque âge apporte son lot de surprises ! Bonnes ou mauvaises, elles nous font grandir et nous construisent. Elles font ce que nous sommes, ce que l’on devient chaque jour.

Aujourd’hui je me retourne sur toi, petite jeune femme de 18 ans, et je te dis « Refais tout pareil, même si c’est dur ! Et croque la vie comme elle vient, en avançant sur ton bonhomme de chemin. »

Moi de 36 ans dans une semaine ….

 

Ps : la liste des choses que je voudrais faire avant mes 50 ans.

 

IMG_5561 (2)

LES ACTIVITES KIDS

#concours Bioviva : les petites boites de jeu qui aident à grandir #madeinfrance

Après avoir découvrir la pleine conscience, le Yoga pour les petits, et les activités Montessori, je commence à vraiment apprécier toutes ces nouvelles techniques qui mettent l’enfant au coeur de son apprentissage et qui lui donnent confiance en lui.

Et c’est justement le thème de la petite boite Bioviva que j’ai testé avec mon p’tit gars.

bioviva-activité-grandir-autonomie-aide-mon-enfant-confiance-rassurer-emotions-comprendre-montessori-france-jeu-format-pratique-noel-anniversaire-cadeau-offrir

Bioviva développe plusieurs thèmes sur le même principe (dépasser ses peurs, améliorer sa concentration, développer sa créativité …): à l’intérieur des mini-jeux, situations, qui permettent à l’enfant à travers différentes activités de prendre confiance en lui.

Il va apprendre à exprimer ses émotions et mettre un mot dessus grâce à Emo-mimes, il va dessiner un papillon, bref des activités ludiques et faciles à partager avec son enfant.

bioviva-activité-grandir-autonomie-aide-mon-enfant-confiance-rassurer-emotions-comprendre-montessori-france-jeu-format-pratique-noel-anniversaire-cadeau-offrir (3)

Le matériel est simple et facilement transportable dans sa petite boite : les cartes peuvent également être laissées dans la voiture pour les longs trajets (notre option ;-)).

Chacun aura son activité préférée : la notre, c’est l’arbre à souhaits.

Nous avons commencé à travers une balade en forêt en famille à ramasser quelques éléments de la nature. Il nous tarde la prochaine virée pour continuer à constituer notre arbre : ainsi nous pourrons passer à l’étape suivante. Il faudra réfléchir très fort à nos souhaits, nos voeux, nos rêves et les accrocher en les symbolisant par des bandelettes de tissus ou des petites enveloppes. Une activité parfaite pour les bonnes résolutions et projets de la nouvelle année, n’est ce pas ? Cela ne fait pas de mal aux adultes non plus de rêver un peu et de tout faire pour réaliser les rêves !

bioviva-activité-grandir-autonomie-aide-mon-enfant-confiance-rassurer-emotions-comprendre-montessori-france-jeu-format-pratique-noel-anniversaire-cadeau-offrir (1)

Bioviva a également des jeux d’ambiance, d’énigmes ou les défis nature, car ils ont un label environnemental selon une charte bien définie. Bonus : leurs jeux sont made in France.

J’ai une bonne nouvelle !! Bioviva vous propose de remporter la même boite que moi ! 

Pour participer, c’est simple !

Vous laissez un commentaire sous cet article.

+1 chance : Si vous aimez la page facebook Les p’tea potes

+1 chance : Si vous aimez la page facebook Bioviva

+1 chance : si vous me suivez sur Twitter @pteapotes

+1 chance : si vous me suivez sur Instagram @pteapotes33

+1 chance par partage sur les réseaux sociaux

(merci de mettre vos pseudos ainsi que les liens de partage)

Tirage au sort du gagnant samedi soir !

Concours valable uniquement pour la France Métropolitaine.

Bonne chance !

EDIT : RESULTAT : participation 71 ,la gagnante est missrélie aurelie breton ep arroseres !! 

 

Pour vous procurer les boites de jeux Biovia, cela se passe entre autre chez Oxybul Eveil et jeux, vus également à Cultura Bègles ou directement sur le site http://bioviva.fr/boutique/activite-pour-grandir/26-j-aide-mon-enfant-a-avoir-confiance-en-lui.html

 

BORDEAUX ENTRE COPINES, LA PAUSE FEMININE, LOOK MODE

Se reprendre en main … 2ème partie

Tu as pu voir dans la 1ère partie, que depuis début septembre, je me suis reprise en main.

IMG_3178

Pour me motiver et pour que le changement, avant d’être visible, soit bénéfique et puisse me permettre de me sentir vraiment bien dans ma peau, j’ai également rencontré une conseillère en image.

Oui un genre de Cristina Cordula, l’accent et la gestuelle en moins, mais l’expertise bien présente.

C’est donc Diane, de Conseils de Brune, qui m’a reçu un après-midi pour que l’on fasse un bilan.

Un bilan simple qui me permette de savoir quel était mon style, ce que je pouvais faire pour le garder tout en y ajoutant, la touche féminine que j’oubliais parfois, et que j’avais envie de faire ressortir.

J’ai aussi beaucoup apprécié la démarche qui m’a permis de faire du tri dans ma garde robe et mieux cibler ce dont j’avais besoin, et non pas repartir à chaque fois vers les mêmes rayons de pièces que j’avais déjà (les tee-shirts rigolos motif dessin animé ou ananas par exemple 😉 )

Du coup, en triant j’en ai profité pour adopter la méthode Konmari pour mes rangements de vêtements : c’est fou comme j’y vois + clair, et surtout comme ça motive à poursuivre le tri.

Mais je ne peux pas dire que je sois devenue complètement adepte de cette méthode, mon idéal étant surtout de tendre vers « Less is more » et donc d’avoir moins de choses, tout simplement.

Le livre Zéro déchet, même s’il ne traite pas du même sujet, permet aussi de réfléchir énormément sur la façon dont on veut vivre … et même si c’est difficile à mettre en place j’ai, depuis 2 ans, déjà changé pas mal de choses. Si ça vous intéresse, on en reparlera 😉

Diane m’a fait comprendre que je n’avais pas à renier ma personnalité mais juste à associer ses vêtements avec des pièces + chics, au tombé nickel, et avec de belles matières.

Je me suis rendue compte que je n’avais jamais eu de trench, alors que c’est une pièce qui pourrait vraiment me correspondre et compléter des looks à la mi saison. J’ai réalisé que je n’avais pas un seul vrai bon jean adapté à ma morphologie, ni même une jupe en jean basique, ou des boots toute simple. Mais par contre j’avais beaucoup trop de sweat-shirt aux coupes douteuses, ou de tennis fantaisies.

Désormais je connais mon style : le chic décontracté ! 😉 Je me doutais bien que je n’étais pas dans le modèle « ultra sophistiqué », ni « classique », ni même « fashion ».

Elle m’a également permis de découvrir un peu mieux les couleurs qui me correspondaient en fonction de mon teint, ma couleur de cheveux, d’yeux.

Nuancier

Il semblerait que j’appartienne donc à la catégorie du nuancier automnal : ça tombe bien, j’aime plutôt ces couleurs.

Ce genre de rendez-vous peut parfois permettre de vraiment reprendre confiance en soi, et aller de l’avant.

Pour ma part, cela m’a permis d’y voir plus clair sur ce dont j’avais envie au fond de moi, et là où je devais faire des efforts pour toucher du doigt mon objectif.

IMG_3165

Depuis notre rencontre, j’ai acheté un trench : j’avoue que, j’ai tourné autour, que j’ai hésité sur la couleur (l’imper beige pour moi c’était soit les pervers des squares, soit l’inspecteur Gadget ou Colombo), que je me suis beaucoup tatée. ( Trench Promod)

Mais c’était l’évidence : c’est la pièce de mon automne, et je n’en ai que des compliments. Ma fille m’a même sorti en me voyant nouer la ceinture à la taille : » mais en fait t’es super mince au ventre ! »

Car oui avec cette coupe, je peux mettre en avant ma taille fine, et mes hanches larges paraissent moins larges 😉

N’hésitez pas à aller voir sur le site Conseils de Brune, tout ce qui est inclus dans sa prestation complète ( je n’ai fait que la partie 1 : diagnostic et coaching vestimentaire) car même si le coût est important, pour le total je trouve qu’au final, il y a énormément de choses comprises (coiffure, cours de maquillage …) et que cela peut être un très beau cadeau à se faire offrir pour noël par exemple, ou à s’offrir quand on a besoin de se recentrer sur ce que l’on veut vraiment être et donc renvoyer comme image aux autres.

Sinon c’est l’heure du Bilan des 1 mois et demi de reprise en main :

perte de poids : – 1.800 kg . On ne peut pas dire que ce soit la fonte magistrale, mais j’ai un peu dégonflé du bide.

sport : j’ai laissé tomber le Top Body Challenge. Pour 2 raisons : la première, les exercices ne conviennent pas à ma situation (douleurs cervicales, nuque souvent engourdie, abdos qui partent de zéro …). Du coup je devais changer pas mal d’exercices proposés, pour les adapter à mon niveau et mes faiblesses afin de ne pas me faire mal. Puis je suis tombée sur l’avis de cette spécialiste de fitness. Ca a fini d’achever ma motivation et de confirmer mes peurs de me blesser. Deuxième raison : rester chez moi pour pratiquer du sport, ne me motive absolument pas. J’ai tenté mais rien n’y fait. Je passe déjà beaucoup de temps à travailler chez moi, j’ai donc besoin de sortir pour me vider la tête et me faire du bien ! La course me manque. A défaut de m’y remettre encore complètement, j’ai décidé de reprendre par de la marche rapide. Car + que perdre du poids, j’ai surtout envie d’affiner et tonifier mon corps. Et sans sport, cela me semble impossible, on est d’accord ? 😉

Prochain bilan fin novembre pour les 3 mois !

Cliquez pour acheter les livres sur Amazon



Trench Promod

En attendant, je vous propose de gagner le livre l’armoire idéale des paresseuses ! Pour que vous puissiez vous aussi, faire du tri, revoir vos bases, et surtout préparer la liste de ce dont vous aurez besoin d’acheter pendant les soldes 😉

Pour participer et tenter votre chance, cela se passe sur ma page Facebook Les p’tea potes ! Bonne chance !