DETENTE, HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE

5 livres feel-good à lire toute l’année

Depuis quelques années, on voit désormais les rayons des librairies revendiquer un corner « Feel Good » : autrement dit, de la lecture qui fait du bien !

La plupart de ces livres ont un fond de développement personnel, avec souvent une envie de changement, un besoin de retrouver du positif dans sa vie.

Et comme il n’y a pas de saison pour retrouver le moral et savourer des lectures positives, voici mes 5 indispensables dans ta bibliothèque Feel Good ou dans ta valise cet été (mais que tu pourras lire auprès de la cheminée cet hiver 😉 pour un moment Hygge 😉 )

Mange, prie, aime d’Elizabeth Gilbert

L’histoire :

A trente et un ans, Elizabeth Gilbert possède tout ce dont une Américaine ambitieuse peut rêver : un mari dévoué, une belle maison, une carrière prometteuse. Elle devrait nager dans le bonheur, pourtant elle est rongée par l’angoisse, le doute, l’insatisfaction… S’ensuivent un divorce, une dépression et une liaison désastreuse qui la laissent exsangue et encore plus désemparée. Elle décide de tout plaquer pour partir seule à travers le monde. À elle de se construire la vie qu’elle s’est choisie ! En Italie, elle goûte aux délices de la dolce vita et prend les « douze kilos les plus heureux de sa vie », en Inde, ashram et rigueur ascétique l’aident à discipliner son esprit (lever à 4 heures du matin, méditation et nettoyage des sols !) et en Indonésie, elle cherche à réconcilier son corps et son âme pour trouver l’équilibre qu’on appelle le bonheur…

Mon avis :

Très spirituel et carrément mystique par moment, ce livre a le mérite d’être un vrai voyage au delà du simple voyage initiatique ! L’écrivain nous entraîne dans un tourbillon de questionnement et d’émotions : on se laisse embarquer sans problème (la partie « divine » n’a rien de totalitaire et à un côté plutôt poétique). On traverse les pays et les phases d’évolution de ce personnage (réel) qui se cherche. Une lecture qui donne envie de donner + de sens à sa vie, de voyager seule et de juste savourer la beauté des choses simples.

Existe en film avec la sublime Julia Roberts

 

Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent d’Ellie Grimes

Mon avis :

Je l’ai lu il y a un peu plus d’un an et j’en ai un souvenir d’un moment extra ! Ce livre est bourré d’humour, rythmé, on ne s’ennuie jamais et cela reste un de mes plus grands coups de coeur pour rire depuis très longtemps ! Il n’a rien à voir avec le développement personnel mais comme je trouve que se marrer est aussi feel good que se torturer l’esprit à chercher comment vivre mieux, je me devais de le mettre dans cette sélection !

 

Derrière le mur coule une rivière de Saverio Tomasella

L’histoire :

Seule avec ses remords, elle s’épuise à ruminer ses échecs et son insatisfaction. Jusqu’au jour où Béa, sa voisine, la soixantaine épanouie, frappe à sa porte. Avec son rire et sa sensibilité, son franc-parler et son écoute, cette bonne fée va bouleverser sa vie et l’aider, enfin, à lâcher prise…

Mon avis :

Un livre sur le lâcher prise ! Savoir dire non, stopper la recherche de perfection permanente, savourer un bain sans culpabiliser, s’écouter … autant de choses que le personnage principal pensait inconcevable et va découvrir pour son plus grand bonheur !

A lire si on se met beaucoup trop la pression ou à offrir à une copine pour qu’elle relâche vraiment en vacances !

 

Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman

L’histoire :

À la mort de sa mère, Brett Bohlinger pense qu’elle va hériter de l’empire de cosmétique familial. Mais, à sa grande surprise, elle ne reçoit qu’un vieux papier jauni et chiffonné : la liste des choses qu’elle voulait vivre, rédigée lorsqu’elle avait 14 ans. Pour toucher sa part d’héritage, elle aura un an pour réaliser tous les objectifs de cette life list… Mais la Brett d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec la jeune fille de l’époque. Enseigner ? Elle n’a aucune envie d’abandonner son salaire confortable pour batailler avec des enfants rebelles. Un bébé ? Andrew, son petit ami avocat, n’en veut pas. Entamer une vraie relation avec un père trop distant ? Les circonstances ne s’y prêtent guère. Tomber amoureuse ? C’est déjà fait, grâce à Andrew, à moins que… Malgré tout, Brett va devoir quitter sa cage dorée pour tenter de relever le défi. Et elle est bien loin d’imaginer ce qui l’attend.

Mon avis :

Un roman qui résonne encore aujourd’hui alors que je l’ai lu il y a plus de 2 ans ! Savoir se remémorer ses rêves d’enfant et surtout ses rêves tout court ! C’est d’ailleurs ce livre qui m’a aussi poussé à faire cette année mon visionboard pour garder bien visible mes envies ! Ce livre se parcourt comme une promesse faite à soi même : tout est possible, si on le veut vraiment ! Rien ne nous oblige à enterrer ce qui nous anime vraiment : au contraire, nous devons écouter cette petite voix en nous qui sait ce qui nous rendra heureux !

 

Celle qui a dit Fuck de Anne sophie et Fanny Lesage

L’histoire :

Le journal d’une jeune imparfaite qui décide d’en finir avec les prises de tête : à travers ses chroniques pleines de piquant, de nombreuses pistes, des rituels express et des outils pour assumer une féminité décomplexée. Oser dire  » Fuck « , ça se travaille… Beyoncé ne s’est pas faite en un jour !

Mon avis :

Le lâcher prise et l’autodérision pour maitre mot ! Dans cette lecture facile, on « révise » plusieurs méthodes de coaching et pistes pour se retrouver et arrêter de se prendre la tête, tout en suivant le personnage délirant qui nous fait bien sourire !

Livre de plage parfait, à relire à la rentrée quand on se sentira submergée ! 😉

 

Le livre bonus : ça reste pour moi le Feel-good à avoir dans sa bibliothèque et à reprendre en cas de suffocation : il est simple, mais reprend plusieurs méthodes de développement personnel pour lutter contre la routine et le sentiment que notre vie nous échappe !

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaelle Giordano

 

Publicités
DETENTE, LA PAUSE FEMININE

Mon Visionboard ou tableau de visualisation : l’inspiration et les envies prennent vie !

Janvier c’est le mois idéal pour penser à ce que l’on veut faire de cette nouvelle année. (même si on peut à tout moment décider de ce que l’on veut 😉 )

Les résolutions sont une tradition, mais faire une bucket list, ou tout simplement la liste de ses envies peut également aider à se recentrer sur ce que l’on souhaite vraiment.

Le bullet journal aide à s’organiser, là où le vision board aide à s’équilibrer.

Pas de changement radical ou de grands investissements : simplement mettre par écrit et visuellement ce qui nous inspire et ce que nous voulons faire entrer dans nos vies … un programme créatif, un rapprochement vers le vrai « soi », se sentir au bon endroit, s’ancrer dans ce qui nous fait sens … Bref être bien et heureux : simple ? 😉

Pour des projets d’écriture, entre autre, j’utilise souvent la technique du mood board.

Sur un tableau, je positionne les images d’une ambiance que j’ai imaginé, les personnages que j’ai dans ma tête peuvent ressembler à des gens existants ou avoir des traits de caractère que je peux matérialiser par une citation ou un décor. De même que pour les lieux que j’ai créé de toute pièce dans mon imagination, je peux retrouver des photos de paysages qui reflètent bien l’appartement de mes protagonistes ou leur maison de vacances. Le plus souvent c’est sur Pinterest que je pars flâner avec les mots clé qui vont aller piocher dans mes idées.

Pour le vision board, ce n’est pas juste une envie particulière ou un projet unique, c’est une organisation désordonnée de tout ce qui m’anime et que je veux voir apparaître ou réapparaître dans ma vie, ce qui me donne envie de créer, qui me met de bonne humeur, me donne de l’énergie positive.

C’est près de ce cadre composé d’images agréables que je viendrais me ressourcer et puiser la force les jours de moins bien, ou recentrer ma concentration quand je partirais dans tous les sens.

Un outil formidable qui va me guider dans mes choix !

Lancez une playlist, allumez une bougie, détendez-vous et gardez en tête vos objectifs !

  1. Rassembler le matériel 

Pour le faire, j’ai hésité entre plusieurs supports.

Un grand carton recouvert de tapisserie : facile et cela ne coûte rien !

J’ai choisi un papier peint imitation marbre : ne dit-on pas « des paroles gravées dans le marbre » ? Cela donnera encore plus de poids à cet engagement avec moi-même. Finalement il me servira simplement de moodboard pour mon prochain roman en cours d’écriture 😉

J’avais aussi envie d’utiliser un tableau de liège. Assez grand.

Je l’avais déjà mais j’avais envie qu’il reflète parfaitement mon état de renouveau du moment, alors j’ai repeint le contour en blanc.

J’ai placé du papier peint sur le liège pour l’éclaircir et l’harmoniser avec le reste. (Cela me permettra également de changer ce fond si je change d’inspiration en cours d’année).

J’ai également une grande planche épaisse de bois clair (récupérée aux encombrants ;-)) : j’aime aussi beaucoup cette matière.

Chacun trouvera le support qui lui convient le mieux.

Niveau teinte, pour l’instant je suis partie sur du noir et blanc. Les couleurs peuvent être très positives mais là j’avais besoin de me recentrer sur l’essentiel, la simplicité qui seront mes mots totem pour cette année et ce sont donc les nuances de gris et le minimalisme qui m’ont de suite attirée.

2. Chercher l’inspiration, commencer le travail de visualisation

Ensuite je suis allée sur Pinterest et j’ai commencé à chercher les images qui correspondaient à mes grandes aspirations.

https://www.pinterest.fr/pteapotes/vision-board-2018-inspirations/

Puis je me suis amusée : j’ai pris le temps de bien regarder chacune des lumières qu’elles me renvoyaient.

J’ai vraiment ancré ce moment pour me rappeler ce qui compte pour moi et ce que je veux prendre en priorité pour remplir ma jauge de vitalité et de bien-être.

J’ai pensé à mes mots totem.

Un mot totem est, tout comme les images, un mot qui nous inspire, une valeur que l’on veut s’insuffler ou retrouver, une action que l’on se souhaite, des petits talismans qui nous font du bien.

Mes mots seront : liberté, simplicité, essentiel, écriture, lecture, apaisement, mojo, pulsion, pulsations, adrénaline, équilibre, force …

Je me suis fait ce cadeau : me recentrer sur mes besoins fondamentaux et pouvoir les avoir face à moi chaque jour.

C’est un véritable outil de développement personnel et de coaching.

Ce chemin peut être même douloureux, car on voit à côté de quoi on est passé, ce qu’on a fait taire ou mis de côté.

Pour laisser de la place aux envies de son conjoint, pour ne pas avoir à défendre un autre point de vue, pour remettre à plus tard, pour être mieux être accepter par les autres.

On peut passer à côté de soi sans s’en rendre compte. Parce que le temps passe vite, parce qu’on se dit « plus tard », « demain », « le mois prochain », parce qu’on attend d’avoir + d’argent, + de temps … mais il suffit de s’autoriser certaines choses, ou juste se laisser porter par nos envies les plus simples, les plus réalisables au final … celles qui nous demandent juste de mettre un pas devant l’autre mais de devenir acteur de sa vie, et ne plus la subir en la regardant passer, comme on regarde un train sur le bord d’un quai.

Se rappeler aussi celle qu’on était à 10 ans, à 20 ans … et ne pas trahir les idéaux de cette femme en devenir, retrouver ce qui n’a pas changé en nous.

3. Passer à l’action !

J’ai ensuite assemblé toutes ces images, photos, citations, dessins, et même partitions, sur mon tableau !

Je n’ai pas attendu, même si j’étais passée par une phase difficile en voyant certaines images (oui c’est bizarre, cela a agi sur moi comme une véritable thérapie, mais j’ai pris conscience que je devais être encore plus vigilante sur mes choix, que je devais écouter mon instinct mais ne pas répondre spontanément, apprendre à dire non aux autres pour mieux me dire Oui à moi-même, et surtout surtout toujours garder en tête ce qui est le plus important pour moi, ce que je veux pour moi !).

J’ai donc de suite compilé tout ça, impatiente au final de voir ce qui m’attendait !

J’ai laissé quelques espaces libres pour mettre des photos de mes proches : famille et amis.

Je lui ai ensuite trouvé sa place pour que je puisse le voir au mieux tous les jours : dans mon bureau, là où je suis la plus créative, inspirée, centrée, concentrée. Mon petit sanctuaire, mon autel créatif 🙂

Ainsi au-delà du fait d’avoir une déco qui me ressemble, je me laisse bercer et motiver par ce regroupement rassurant de tout ce qui m’apporte sérénité et énergie positive. C’est un apaisement et un coup de boost permanent !

4. Le regarder souvent et ne pas hésiter à le faire évoluer !

Il va agir comme un catalyseur et il aide à avancer dans la bonne direction ! Un peu comme un GPS dont on a entré la bonne adresse : on ne peut pas se tromper de destination, car on l’a sous les yeux !

Par contre il se peut que l’on change le parcours en chemin, on a le droit ! Moins de poésie et + de violence, c’est aussi la vie ! Ajouter de la magie ou de la douceur, vous en aurez besoin en abondance à certaines périodes.

Bref puisez dans votre vision board et alimentez-le de votre inspiration : c’est un échange avec soi-même, ni plus ni moins ! Donnez-vous ce que vous offririez à votre meilleure amie : de la bienveillance, des fous rires, un coup de pied au cul aussi parfois, un cocktail !

Voici des livres (souvent en anglais) sur le sujet




J’y ai ajouté un coin à bougies et une guirlande lumineuse, pour un côté HYGGE : vous connaissez ce mode de vie scandinave ? On en reparle bientôt 🙂

Avez-vous déjà fait un vision board ?

N’hésitez pas à me partager vos envies, et vos vision board sur Instagram avec le hashtag #pteavision !

DETENTE, LA PAUSE FEMININE

La To Do list qui donne la pêche : 8 choses à programmer d’urgence pour se rebooster

L’été sera bientôt fini.

Le soleil, les apéros, le farniente en bord de plage ou de piscine ne seront que de vieux souvenirs face à la grisaille de l’automne qui se pointera dans quelques jours. (t’as vu comment je suis capable de pourrir l’ambiance en 1 phrase … 😉 j’ai un don, que veux-tu)

Des listes vous en avaient fait, et vous en faites des tonnes : prendre rendez-vous chez le dentiste pour le petit, inscrire le grand à la piscine, passer refaire carte grise, contacter l’assurance …

Bref une To Do list pas franchement agréable, qui épuise d’avance. (Je vis la même chose je te rassure … mode zombie activé !)

Alors si pour compenser on faisait une To Do list méga chouette qui nous motive ? ça vous dit ?

C’est parti !

  • réserver les prochaines vacances : même si elles sont dans longtemps ou plus proche, même si on ne sait pas encore le budget, on peut commencer à noter des idées. Et c’est déjà commencer à voyager un peu dans sa tête ? Ou, ne serait-ce qu’un week-end sympa qui dépayse …

  • prendre rendez-vous chez le coiffeur, l’esthéticienne : ce qui vous fait le plus plaisir comme moment rien qu’à vous et qui vous fera vous sentir belle et bien dans votre peau ! On oublie les autres listes pendant ce temps 😉 Et puis à la fin de l’été c’est toujours agréable de couper les pointes sèches, ou d’hydrater la peau qui a souffert du soleil. Si tu dois n’y aller qu’une fois dans l’année, c’est NOW !

  • programmer une soirée entre filles : Apéro tapas, ciné sushis, karaoké, disco, ou juste chez l’une d’entre vous à papoter toute la soirée ! L’essentiel c’est quelques bonnes copines prêtes à jouer le jeu de ne parler ni gosse, ni école, ni boulot, et si l’une d’entre elles sait faire les Apérol Spritz c’est encore mieux 😉

  • prévoir une soirée en amoureux : un resto ou ne serait-ce qu’un repas en tête à tête à la maison, mettre une jolie table, des bougies et … se laisser servir par son homme 😉

  • noter une journée OFF : un RTT à prendre, un jour de congé en semaine … pour aller voir une expo en solo, faire les boutiques, ou juste flâner dans sa ville pendant que tout le monde bosse ! 😉

  • réserver dans sa médiathèque un livre que l’on veut absolument lire ou le demander aux copines pour qu’elles nous le prête : on se programme déjà des moments de lecture.

  • noter sur son agenda la sortie de son magazine préféré (Flow ❤ ) ou de la sortie d’un film qu’on attend impatiemment (Bridget Jones !!!)

  • bloquer un créneau un soir pour un bon bain chaud avec gommage, masque et toute la panoplie pour un spa à la maison : dites aux enfants et au mari que vous n’êtes là pour personne ! Sauf si l’un d’eux tient à vous amener une coupe de champagne dans la salle de bain 😉

On rajoute quoi ? Vous avez des idées pour allonger la liste ? 😉

HUMEURS HUMOUR

Ces étiquettes qui collent à la peau de nos enfants … ne pas les mettre dans des cases

Comme vous le savez maintenant si vous me suivez sur ce blog, je suis intervenante en structure petite enfance, en médiathèque et en école maternelle pour faire des ateliers d’éveil à l’anglais pour les plus petits.

Lorsque je découvre un groupe d’enfants pour la première fois, j’ai des habitudes : je me présente, je tiens à connaitre chacun par son prénom … et je ne veux pas savoir comment ils sont.

Ca surprend souvent, mais j’arrête de suite la personne qui essaie de me décrire le comportement d’un enfant, d’un groupe, un caractère particulier …

En effet, au tout début de mon activité, lorsque j’arrivais, les premiers mots étaient souvent dirigés à me « prévenir » des « cas » les plus difficiles

« oh attention à Mathis, c’est un garçon très turbulent, il n’écoute RIEN »

 » Enora est une vraie peste, elle ne tient pas en place »

Si vous saviez le nombre d’enfants qui déjà porte avec eux le poids de leurs erreurs de quelques mois ou semainesle catalogue de leurs bétises mis à jour à la moindre écartade … le casier judiciaire du petit teigneux de la cour de récré …

Je me suis aperçue alors, que si on me disait « attention à Mathis », je me focalisais sur cet enfant … j’appréhendais tous ces gestes, je guettais la faille, j’attendais le premier faux pas …

Pourtant le camarade de Mathis a crié , tapé sa voisine … j’ai juste dit STOP 2 fois, tout est rentré dans l’ordre, mais c’était Mathis qui était attendu au tournant.

Pourquoi ? parce qu’on me l’avait décrit, signalé. Parce que c’était lui qui devait retenir mon attention et que c’était avec lui que je devais insister sur les règles.

Mais non, Mathis a été captivé par mon intervention, a tapé dans les mains , a souri … et a écouté tout au long de la séance.

A la sortie, compte rendu : « alors Mathis, il t’en a pas trop fait voir ? »

« Non, Mathis a été adorable et participatif . » Bouche bée, silence et incompréhension de l’animatrice. « Ah ok, c’est bizarre ».

Depuis ce jour, j’ai décrété que je ne voulais plus savoir

Travailler avec des enfants, c’est se laisser surprendre

Rester en équilibre sur un fil, rester ferme avec des règles précises mais savoir accepter de déborder de son propre cadre …

Savoir rester positive avec chacun, car on a tous des qualités et des défauts.

J’ai depuis des exemples pleins les poches …

Le petit Loan, tout sourire, attentif, intéressé, drôle, qui me demandait un calin à chaque fin de séance, les larmes aux yeux quand je lui ai dit qu’on se voyait pour la dernière fois : « oh je voudrais pouvoir faire de l’anglais tous les jours avec toi …  » avec son petit bouquet de marguerites aux tiges trop courtes à la main et son dessin très coloré.

Loan a 4 ans, déjà catalogué le cancre de l’école, on le sépare même des petits dans la cour, les animatrices l’envoient jouer au ballon avec les primaires même parfois car il est trop violent, crie et n’écoute rien. Loan, il faut le surveiller hein ? Puis n’hésite pas à le punir, il n’en fait qu’à sa tête.

Mais non, Loan n’est pas comme ça … Loan ne m’a jamais obligé à hausser le ton, ni à menacer de punition. Loan a écouté attentivement mes règles : peu nombreuses, simples mais fermes et contrebalancées par des encouragements et de la liberté.

Ces étiquettes j’arrive maintenant à les décoller en demandant à ne pas les connaitre.

Pourtant hier, je me suis aperçue que moi aussi je collais des étiquettes .. et à mes propres enfants.

Ma grande Pourriture, c’est la sage, l’intellectuelle, la peureuse.

Mon petit Kik’, c’est le rigolo, le fonceur, le manuel.

Hier, Kik’ 5 ans a récité la poèsie de sa sœur par cœur (elle est rentrée en CM 1).

Une poèsie avec quelques mots complexes , des allusions littéraires.

Il a récité, sérieux, avec les intonations, la ponctuation.

Et mon premier reflexe a été de me dire « oh c’est marrant un petit bout qui récite comme ça super sérieux ! »

Alors que pour sa grande sœur, je me serais dit « mais qu’est ce qu’elle est intelligente ! »

J’ai réfléchi … combien de fois est ce que je dis à sa sœur qu’elle est drôle ? Jamais, alors que franchement, elle nous fait bien marrer … combien de fois dis-je à mon fiston qu’il est sage et intelligent ? Jamais, alors qu’il récite à 5 ans une poèsie de CM1 avec l’applomb d’un grand orateur.

Alors voilà, on a la tête dedans et on ne s’en aperçoit pas, c’est dans le quotidien …

Mais essayons de ne pas coller des étiquettes à nos enfants, et n’acceptons pas qu’on leur en colle.

Parce que nous sommes tous tour à tour, gentils, pénibles,  intelligents, drôles, spontanés, énervés, enthousiastes, généreux, souriants, agaçants, calmes …

 

584