HUMEURS HUMOUR

Le cas de la crotte de nez en voiture #Sixt

Il est là au feu rouge, il a ouvert sa fenêtre, posé son bras sur le rebord de la portière et il attend patiemment.

Puis discrètement, ses doigts partent explorer sa cavité nasale : le gars se cure le nez à la recherche du grâal ultime !

Mais si, depuis qu’il a appris que c’est bon pour la santé (oui cela stimule son système immunitaire), il redouble d’efforts pour aller trouver THE crotte de nez ! Celle qui chatouille, gratouille, pendouille mais dont on ne sait jamais quoi faire une fois en dehors de son habitacle naturel.

Oui, on en apprend des choses : regardez cette infographie très sérieuse que Sixt a dévoilée pour montrer que ses clients étaient finalement très respectueux de leur location de voiture malgré les statistiques.

Cette petite fille, par contre, fait un choix différent (mais finalement très peu calorique … 😉 )

 

Si vous n’êtes pas convaincus par cette méthode, je peux le comprendre.

Se curer le nez en toute élégance ? Comme dirait Valérie Lemercier dans un vieil épisode de Palace (les jeunes, vous ratez quelque chose 😉 ) : il vous suffit d’utiliser un mouchoir, ou mieux vous déplacer jusqu’aux toilettes pour pouvoir nettoyer la zone à débris nasaux loin des regards indiscrets 😉

Comme quoi il en faut pour tous les goûts (sans mauvais jeu de mots 😉 )

Article sponsorisé

HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE

Les amitiés : de l’attention discrète à la présence quotidienne

Il n’y a pas une amitié, il y a DES amitiés.

Longtemps j’ai cru que dire ami c’était pour les seuls, les vrais, ceux qui savent tout, qui ont tout partagé avec nous, qui ont certaines années de route à nos côtés, qui ont beaucoup de dossiers sur toi mais ne les utilisent jamais 😉

Longtemps on m’a fait croire que la vraie amitié c’était l’exclusivité, la possessivité : plus fort que l’amour, plus fort que la mort, mais qui te dévore …

Pour les autres, je disais copines, copains. Parce que connaissances c’était pas assez, mais amis un peu trop quand même, non ?

Parce que cela ne se fait pas de dire « j’ai pleins d’amis » au risque de passer pour une fille populaire mais pas sincère, bonne poire mais pas entière.

Pourtant je ne suis pas une fille facile, et je suis pleine de contradictions, je parle soit trop soit pas assez, pas du tout sérieuse ou beaucoup trop grave, réservée et solitaire ou volubile et entourée.

Alors copains, copines, ça reste du domaine sympa sans trop s’engager, on se voit on se voit pas mais on en a rien à foutre en vrai … mouais …

Finalement je constate de plus en plus que je n’ai pas peur de donner du mot ami. Car j’ai appris et j’apprends qu’il y a de nombreuses formes d’amitié et qu’elles sont toutes importantes.

Il y a celles qui t’envoient une paire de chaussettes quand tu as le moral dans les chaussettes, celles qui t’envoient un petit colis avec des choses soigneusement sélectionnées, il y a celles qui fabriquent de ses propres mains en peaufinant chaque détail pour que ce soit personnalisé au plus près.

Il y a celles qui envoient un texto, un message toujours au bon moment, qui trouvent les mots quand il faut.

Il y a celles qui pensent à toi pour des dates fortes des mois après, celles qui pensent à toi pour un jour banal juste pour te souhaiter une belle journée.

Il y a celles qui sont toujours là pour rire et boire, pour pleurer et chanter.

Il y a celles qui posent une journée pour te suivre où tu veux, celles qui font des kilomètres pour te faire une surprise, celles qui veulent se créer des souvenirs avec toi.

Il y a celles qui te suivent dans un grand-huit, ou sur un pont même quand elles ont le vertige, celles qui montent sur un bateau alors qu’elles ont le mal de mer, et celles qui te font surmonter tes propres peurs.

Il y a celles qui croient en toi + que toi, celles qui t’encouragent dans les dernières lignes droites quand tu as envie de renoncer.

Il y a celles qui t’offrent tes cadeaux d’anniversaire en retard mais ne l’oublient jamais, celles qui l’oublient toujours mais te font des kdos toute l’année.

Il y a celles qui insistent pour que tu leur trouves une date pour partager un thé, un repas du midi et qui ont raison d’insister car ça nous fait un bien fou.

Il y a celles qui savent s’éloigner pour mieux revenir, celles qui ne s’éloignent jamais mais te laissent la place dont tu as besoin.

Il y a celles qui parlent beaucoup quand j’ai envie d’écouter, celles qui écoutent quand j’ai besoin de parler.

Il y a tout ceux qui font partie de ma vie d’une façon ou d’une autre et que j’ai envie d’appeler amis car peu importe le temps, la rencontre, l’intimité, les confidences, ils me prouvent tous à leur manière que nous comptons les uns pour les autres.

HUMEURS HUMOUR, ZERO DECHET

2.5 km,18 paquets : l’invisible du quotidien

Cette photo s’intitule 2.5 km, 18 paquets.

Non elle ne parle pas d’une énième campagne pour l’arrêt du tabac ou le cancer des poumons. Non je n’ai pas réussi à fumer 18 paquets en 2.5 km de marche. Non c’est juste une photo personnelle (même pas artistique ni instagrammable) que j’ai prise à la fin d’une de mes sorties où à la base j’étais partie pour courir.

Dès les premiers mètres j’ai aperçu 2 paquets. Je me suis dit que je n’y faisais même plus attention quand je courrais et j’ai poursuivi ma route en me disant que je les ramasserai au retour.

Plus loin un 3ème paquet. J’ai donc commencé ma petite cueillette en ramassant sur ma ligne droite tous les paquets de cigarette que je croisais.

(pas du tout efficace pour le cardio on en conviendra, mais redoutable sur les cuisses, vu que tu te plies tous les 130 mètres environ, car je n’ai pas le CAPES de maths, mais 18 paquets sur 2.5 km ça fait à peu près ça )

J’aimerais te dire que j’en ai ajouté pour que la photo soit plus parlante, mais le pire c’est que je ne me suis même pas baissée jusqu’aux fossés où j’en ai vu, que je n’ai pas rampé sous les buissons où j’en apercevais et même je vais te dire : je n’ai fait qu’un seul côté de cette route, même pas qualifiable comme très passante, dans un quartier plutôt résidentiel.

Donc ce que tu vois c’est la partie visible, la plus proche de nos yeux, mais qu’on ne voit même plus.

2.5 km : c’est rien, non ? Enfin en terme de sport on peut pas dire que ce soit une vraie performance, pas vrai ? Mais revenir les mains chargées de tous ces paquets vides (euh les gars, vérifiez un minimum avant de jeter dans la nature, j’ai quand même récupérer une cigarette, la moitié d’un paquet de tabac à rouler plein et une … boulette 😉 c’est au-delà du sprint.

Alors pour que nos amis fumeurs puissent fumer en toute liberté (nous avons besoin que quelqu’un paie toutes ces taxes, autant que ce soit des personnes qui le font de leur plein gré, et chacun fait bien ce qu’il veut. Moi je bois un peu trop, mais c’est en soutien aux vignerons, c’est différent, non ? 😉 ), mais surtout qu’ils puissent jeter leur paquet dans des poubelles, demandons à ajouter à côté de « fumer tue », « et détruit la nature »(ou « rend crade » au choix).

Enfin à tout ceux qui passent beaucoup de temps à me dire pour qui voter dimanche, j’ai envie de leur dire que j’irais voter car c’est mon droit, mais qu’agir est mon devoir et qu’il me parait aujourd’hui bien plus efficace de multiplier les petites actions que de parler pendant des heures (ce que font nos politiques finalement). Utilisez tout ce temps que vous passez à parler de votre candidat préféré à faire des choses réelles, ce sera plus concret et utile pour faire bouger le pays. A notre échelle nous pouvons changer les choses en agissant. Et ne me dites pas « ça ne sert à rien » car si tous nos « ça ne sert à rien » se mettent en action, ça servira à quelque chose.

N’hésite pas à liker, commenter et partager.

 

HUMEURS HUMOUR, voyage

Mes 6 envies de voyage

Nous revoilà pour un nouveau rendez-vous de la mini Team Bordeaux !

Pour relancer un peu la créativité de chacune, nous avons décidé de s’offrir un rendez-vous une fois par mois.

Chacune d’entre nous, si elle le souhaite et en a le temps, décline le thème du mois à sa sauce sur son blog.

Après « Vide ton sac ! » en Février, nous voici avec le thème « mes envies de voyage » !

Ah, c’est le moment de préparer les vacances d’Avril ou d’été, ou juste des petits week-ends car on a pas forcément le budget et le temps qui permettent d’aller loin.

J’ai très envie d’escapades en Europe ou même en France, mais je rêve aussi de découvertes un peu plus éloignées …

  • Le Canada : j’ai découvert le Canada quand j’avais 16 ans en allant voir des membres de la famille qui vivent là-bas ! Un vrai coup de coeur ! J’ai adoré le mélange de grandes villes surdimensionnées à l’américaine avec des petits villages à l’architecture typiques, des paysages mythiques entre forêt, lac et montagne … Bref, je veux y retourner. J’ai envie de connaitre un hiver là-bas, mais en même temps, moi la grande frileuse, vais-je supporter ? 😉

photo http://www.sejoursvoyagescanada.com

canada

  • La Louisiane et le Bayou : j’avais découvert il y a au moins 12 ans un documentaire sur le Bayou au .. Futuroscope ! La musique et les paysages m’avaient enchanté et c’est surtout l’ambiance générale et l’art de vivre des habitants qui m’avaient attiré. Ensuite la dessin animé de Disney, la princesse et la grenouille ont renouvelé mes sentiments 😉 Cette région des états-unis m’attire vraiment : son mélange d’Histoire, de culture et de paysages sauvages m’appellent.

 

  • Brighton (Angleterre) : j’avais déjà entendu parler de Brighton et découvrir le bord de mer anglais m’a toujours attiré (j’aime l’Angleterre, mais je connais finalement assez mal en dehors de quelques villes et Londres surtout … j’ai envie désormais de campagne anglaise et de littoral ;-). Un documentaire sur « Echappées belles » m’a définitivement motivé à partir voir par moi-même cette petite ville charmante !

photo https://www.visitbrighton.com

brighton

  • Le Mont Saint Michel : il y a des petites pépites en France que je rêve de voir en vrai ! Le Mont Saint Michel en fait partie ! Je voudrais le voir sortir de l’eau, traverser les étendues, grimper ses ruelles, en apprendre sur son architecture et me perdre dans les couleurs d’un coucher de soleil !
  • L’île de ré, l’île d’Oléron, l’île d’Aix : nous sommes si proches, et pourtant nous n’avons jamais pris le temps (sauf une journée il y a 7 ans 😉 ) d’aller faire quelques jours sur une de ces îles paisibles. Se gorger d’iodes et d’air frais, aller dans un spa, ou faire des balades en vélo, pour se ressourcer le temps d’un long week-end en amoureux ou en famille ! Je peux faire ma valise très rapidement 😉
  • L’Italie : partir en road-trip comme nous l’avons fait pour l’Irlande, et l’Ecosse, et pouvoir découvrir plusieurs villes et régions italiennes. Me remettre à l’italien une langue que j’ai adoré apprendre au lycée mais que j’ai arrêté de pratiquer 😦 manger de vrais pizzas avec de vrais Spritz 😉 se balader dans les villes chargées de cultures et d’art, et filer vers des vignobles italiens dans la campagne ! La dolce Vita : un voyage à vivre au moins une fois non ?

Voilà il n’y a plus qu’à faire ma valise … et à trouver le budget 😉

Et vous, quelles destinations vous font rêver ou vous donnent envie de voyager ?

Retrouvez les autres articles du thème du mois sur les blogs de la Team Bordeaux !

Mamourblogue, Dress me and my kids, Modaliza photo, Hautes comme 3 pommes, Maman au balcon, Mummyaddict, Julie Podecolle My happy balance, Charly Chouquette, Le blog de Vio, Chroniques de maman

HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE

Le lundi au soleil, « t’as quand même la belle vie toi » et autres petites phrases assassines

futuroscope-parc-attraction-poitiers-bordeaux-charente-gironde-vienne-lapin-cretin-cinema-salle-imax-dynamique-fauteuil-arthur-minimoys-nouveaute-famille-enfant

Lundi, premier jour de la semaine

« Maman tu pourras m’amener au collège demain comme t’as pas d’ateliers à l’extérieur ce mardi, je l’ai vu sur l’agenda ? je commence à 9h »

Ma fille 7h20 en me faisant les yeux du Chat Potté.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’en l’amenant demain, je perds 40 minutes de temps de travail que je ne rattraperai qu’en travaillant pendant le week-end ou les vacances scolaires, et même si compter ce genre de choses m’ennuie, elle sera la première à râler si je suis en train de répondre à des mails sur mon iphone pendant le goûter du dimanche.

« Vous ne pourriez pas nous accompagner en sortie scolaire au pied levé ? Comme votre fils m’a dit que vous étiez à la maison aujourd’hui. »

La maîtresse 8h20 en me regardant d’un air culpabilisant.

Ce qu’elle ne sait pas c’est que je ne vais pas avoir le temps de pisser de cette fameuse journée à la maison, et qu’à l’heure où elle débauchera, j’irais embaucher au périscolaire, que je rentrerais à 18h15-18h30 et que je retravaillerais le soir (comme elle, ceci dit, on est un peu collègue au final, elle est censé comprendre que mon boulot ne s’arrête jamais à moi aussi … sans l’assurance d’être payé , ni d’avoir du boulot le mois suivant … j’admire les profs et les instit, mais je vois rarement cette admiration réciproque ;-))

« Tu pourrais me donner la taille des pneus de la voiture ? »

Le mari à 8h40 avec un petit SMS.

Ce qu’il ne sait pas c’est que j’ai pas encore débarrassé la table du petit déjeuner, que je dois vider le lave vaisselle avant un rendez-vous téléphonique à 9h.

« Oh je pensais pas que vous seriez chez vous un lundi matin, vous en avez de la chance !’

Le livreur 9h30 en me déposant mon colis UPS.

Ce qu’il ne sait pas c’est qu’il vient de me livrer 2 livres de 300 pages à lire et dont je dois faire une fiche de lecture et donner mon avis pour l’éditeur.

(temps approximatif estimé à la louche qui se veut toujours très optimiste : 7 heures. Certes j’ai un mois pour le faire)

« Ma fille elle bosse pas beaucoup, elle est souvent derrière son ordi à traîner sur internet, puis de temps en temps elle va faire le clown dans les médiathèques »

Ma mère à 10h30 avec ses collègues autour d’un thé.

Ce qu’elle ne sait pas c’est qu’à cette heure là, j’ai écrit déjà 1 article en 2 heures (j’avais commencé un brouillon un dimanche après-midi, là j’ai rédigé avec photos renommées, liens, SEO, mot clé) ce qui prend normalement 3 heures quand on veut tout bien faire, mais que je dois rendre aujourd’hui impérativement donc j’ai essayé d’être la plus efficace possible pour que mon travail soit rendu à temps et pouvoir toucher dans 3 mois 60 euros, enfin non, 36 euros car je vais payer mes charges, enfin non 15 car je dois en mettre un peu de côté pour mes congés, ma retraite qui ne sont pas inclus dans ce tarif, bien sûr je n’ai pas le droit d’être malade car je n’ai pas de congé maladie)

« Je suis en pause déjeuner. J’ai vu un t-shirt trop sympa pour toi en faisant les boutiques. »

Ma copine adorable à 12h30 qui a une heure pour manger chaque midi, loin de chez elle et de son tas de linge.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que je l’envie. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que moi je vais manger en 15 minutes en faisant la liste des choses qu’il me reste à faire cet aprèm, enfin les 3 heures qu’il me reste avant d’aller embaucher ou manger devant mon ordi, ou ne pas manger et préparer le repas du soir pour gagner un peu de temps sur mon retour, ou lancer une machine car je suis à la maison, alors bon, si je fais pas au moins ça, j’aurais vraiment rien branler de ma journée de sale feignasse.

« Vous pouvez nous envoyer un devis rapidement. Avant demain ce serait bien. »

Une structure petite enfance à 14h dans le flot de la quinzaine de mails qui attendent des réponses urgentes et auxquels je vais passer une heure à répondre sans trainer, ni aller aux toilettes, ni faire de pause clope ou café.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que j’avais prévu de préparer le brouillon pour de la rédaction web pour la dernière heure qu’il me reste avant de partir. Mais je ferais son devis car c’est une réaction professionnelle et je ferais mon brouillon ce soir après 20h quand les enfants seront couchés. J’ai de la chance, je peux travailler même la nuit si je veux, mon bureau est toujours ouvert, et je suis chez moi, alors vraiment, quelle chance.

« Dis donc t’es chargée avec tout ton matériel, tu veux que je t’aide ? »

La responsable du périscolaire bienveillante qui me voit porter ma caisse de matériel qui pèse 11 kilos (ce jour-là, parfois il y en a des plus lourdes ;-)) sous la pluie.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que j’ai déjà chargé cette caisse une fois en partant de chez moi, et que je la déchargerais encore en arrivant, et qu’il m’arrive de faire cela 8 fois dans la même journée avec jusqu’à 4 allers retours à la voiture pour une seule prestation lorsque j’ai beaucoup de décors et de matériel suivant la thématique de ma séance du jour.

 » Il commence à nous chanter les comptines en anglais, il adore vos séances. Vous avez tellement d’énergie !  »

Un papa à 17h15 en récupérant son fils après les Temps d’Activités Périscolaires, très bienveillant.

Ce qu’il ne sait pas, c’est que les 10 gamins de mon groupe ont eux aussi beaucoup d’énergie et que je me suis donnée à fond pour que justement les enfants s’éclatent et les parents soient fiers. Mais que j’ai toujours pas été faire pipi et que je fatigue quand même un peu en pensant que je vais devoir aller récupérer mon propre fils au périscolaire de son école après avoir rangé mon matériel.

« Oh j’adore votre blog ! C’est drôlement sympa ! Et vos petits statuts sur Facebook ! Vous avez tout le temps un verre à la main 😉 »

Une maman d’école super sympa à 18h15 qui pense que blogueuse c’est mon métier et qui voit passer des photos de moi en soirée avec des verres de cocktails et qui se dit que vraiment j’ai la belle vie à être toujours en vadrouille.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que la plupart du temps je planifie mes statuts Facebook sinon je n’ai pas le temps d’y aller pour ça et que je tiens pourtant à répondre à chaque commentaire car j’adore cet espace qui est le mien, le votre, le notre et que pour rien au monde je ne veux le laisser tomber. Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’écrire cet article m’a pris 1h et que je ne suis pas payée pour ça (chacun ses loisirs) mais que je ne veux pas décevoir mes lecteurs et qu’écrire est une passion, qui ne rapporte rien, mais qui est chronophage. Ce qu’elle ne sait pas c’est que la dernière soirée du vendredi où elle m’a vu boire un verre avec d’autres blogueuses, j’étais épuisée, je n’avais pas vu mon mari depuis 4 jours (puisqu’il a lui aussi des soirées pour son travail et des déplacements), et que je ne pouvais pas me contenter de boire le verre et me poser en papotant comme elle le fait en soirée avec ses copines, car je devais twitter (avec une main, l’autre est prise par le verre ;-)), instagramer, prendre des photos, prendre des notes pour faire un futur article, et échanger avec les personnes présentes car personne ne veut d’une nana fatiguée qui s’assoit sur une banquette et s’éclipse de la soirée super tôt car le lendemain matin elle est en médiathèque pour faire un spectacle avec 12 gamins et autant de parents (matériel à porter, installer inclus).

« Vous pouvez venir manger dimanche midi ? »

Une amie chère à mon coeur à 19h30 qui a laissé un message sur mon répondeur pendant qu’on dinait.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que je travaille les samedis matins ce mois-ci car avec moi on ne sait jamais vu que ça change tout le temps et que ce n’est jamais fixe, et que quand le dimanche est mon seul jour de repos, parfois j’ai juste envie de ne voir personne et me poser. Mais comme elle a vu une photo de moi sur instagram un mardi matin dans Bordeaux (un rendez-vous professionnel, mais ça elle ne le sait pas), je culpabilise de lui dire que je suis fatiguée de ma semaine. Puis je ne fais tellement rien de mes journées à rester chez moi et/ ou aller faire le clown / sortir le soir entre blogueuses, que ce serait mal pris de refuser son invitation. Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’après son coup de fil, je vais certainement me remettre au boulot (peut-être sur le canapé ou même dans mon lit, ça par contre, c’est un sacré avantage .. ou pas) ou peut-être glander devant une série ou un film (c’est possible aussi hein ;-))

Elle ne sait pas, il ne sait pas, personne ne sait, car c’est difficile à comprendre, c’est difficile à expliquer. Parce que j’aime vraiment tout ce que je fais et que je dois tout faire pour être pleinement moi mais aussi gagner un minimum ma vie (bien moins qu’un temps partiel payé au SMIC pour entre 25 et 50 heures de travail par semaine). Parce que tout le monde a des journées de dingue, mais que les miennes ont toujours l’air plus faciles vu de l’extérieur.

C’est un jour classique parmi une semaine classique : il y en a des moins intenses, c’est vrai, (des plus intenses aussi mais je ne veux pas faire peur à ceux qui voudraient créer leur entreprise ;-)) mais ce lundi est quand même très proche d’une journée typique.

Alors oui il y a des semaines où tu me croiseras dans Bordeaux un mardi matin en train de boire un thé, peut-être et je l’espère, j’aurais pris enfin le temps de m’asseoir avec une copine pendant une demi-heure pour papoter et rigoler, parce que j’ai eu besoin de souffler et que je bosserai ce week-end parce que ça me convient, mais peut-être que c’est aussi un rendez-vous professionnel où je dois défendre un projet autour de l’apprentissage de l’anglais ou montrer ma capacité à m’organiser (really ? ;-)) pour faire de la rédaction web.

Tu me croiseras peut-être un mercredi après-midi accompagner mon fils au solfège et tu diras que j’ai bien de la chance de pouvoir m’occuper de lui et ses activités, mais si tu regardes bien pendant son heure de cours ou sa demi heure de guitare, j’ai un mini ordi ou un cahier (et je travaille sur la petite table à l’accueil, ou je lis pour me former encore et toujours et apprendre).

Peut-être tu verras passer des photos d’un moment totalement bouleversant et intense sur les réseaux sociaux où je me sens très chanceuse d’avoir cette vie-là et où tu me trouveras chanceuse toi aussi, mais où ma chance est parfois dû un tout petit peu à mon travail.

 

Cet article n’a pas pour but de me plaindre ou de dénigrer les horaires « classiques » de travail, juste de faire le point sur mon statut un peu « batard » de free-lance qui a des avantages et des inconvénients et qui reste souvent incompris ou inconnu, car justement il n’est pas « classique ».

Il n’a pas pour but non plus de dire que je n’aime pas bloguer (bien au contraire) et que c’est une corvée casée dans l’emploi du temps, idem pour les soirées blog : juste de remettre dans le contexte que tout n’est pas que plaisir et qu’il y a une vraie part de travail derrière, même s’il m’appartient le droit d’en modifier le rythme et de faire des choix de « sens » et « envie » dans cette partie de ma vie.

J’aime passionnément toutes les fonctions de mon job/ mes jobs (bon ok, sauf la compta et les coups de fil au RSI ;-)) et je suis parfaitement heureuse de mes choix même lorsque je sens que financièrement mon épanouissement a réellement un coût pour notre compte en banque, et qu’un emploi différent me permettrait de renflouer les caisses de manière fixe et sereine avec peut-être moins d’heures ou un cadre plus défini.

Mais autant que la femme au foyer que j’ai pu être, la free-lance que je suis, sourit tristement en entendant qu’elle ne fait rien de ses journées, ou qu’elle s’amuse, ou qu’elle glande devant son ordi.

 

BONS PLANS, DETENTE, HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE, ZERO DECHET

Mes 8 top astuces pour s’organiser et gérer (presque) tout à la maison

Une maison, deux enfants, une entreprise, un blog, 1000 projets et passions, travailler à l’extérieur, travailler à la maison, amener les enfants à leurs activités … Je vous épargne le reste de la liste qui comprend ménage et cuisine, vous vous en doutez.

Et cette phrase qui nous ronge : « mais comment je vais faire pour TOUT gérer ? »

Alors je t’arrête de suite, ami perfectionniste, et je te déculpabilise : PERSONNE ne gère TOUT !

Il faut se fixer des priorités et déléguer certaines tâches. Et au milieu, eh bien un seul secret : l’OR-GA-NI-SA-TION !

(oui tu t’en doutais un peu)

Voici comment cela fonctionne chez nous (mais chaque personne doit trouver l’organisation qui lui convient en fonction de son mode de vie, de ses contraintes, de ses facilités … Pour moi, c’est un avantage et un désavantage de travailler souvent depuis la maison, mais j’essaie d’en tirer le meilleur parti dans mon quotidien. Quand je suis à la maison, je dois bosser vite et bien, tout en résistant à l’appel du lave vaisselle à vider ou de la lecture du nouveau Flow, mais je peux aussi faire une pause dans mon boulot en préparant la quiche du soir ou en buvant un thé avec une copine : inconvénient VS Avantage )

  1. TOUT noter pour mieux anticiper et se faire des rétro plannings : un pique nique ? je note de suite dans l’agenda et dans mon bullet journal (dont je t’invite à lire l’article si tu veux te lancer car ça me change la vie !) et en même temps je me note 3-4 jours avant de prévoir les produits pour le pique nique. Sport tous les lundis pour le petit ? je me note au dimanche soir de préparer le sac, et au samedi de vérifier que le / les affaires sont propres ou lancer la machine. Des vacances ? je me note une semaine avant les trucs indispensables à acheter s’il en manque (crème solaire, anti-moustique, ou gants de ski trop petits à changer, etc). Cela peut paraître contraignant mais quand on le fait de suite, ça a le mérite de donner de la visibilité, de prévoir et donc ne pas être au dépourvu la veille pour le lendemain (chose que je déteste et encore + avec notre démarche zéro déchet puisque l’on essaie de faire un max de choses « maison ») … et surtout une fois posées là sur le papier, toutes ces choses nous libèrent l’esprit. On peut passer en phase 2.

bujo-bullet-journal-carnet-dessin-agenda-organisation-creation-envie-stabilo-giotto-doodle-4_ink_li

2. Ne pas remettre à plus tard et donc faire un max à l’avance : pourquoi ? tout simplement parce qu’en se disant qu’on le fera plus tard, soit on ne le fait pas, soit on le fait vite et donc plus ou moins mal, soit on le fait bien mais au détriment d’une autre activité que l’on aurait préféré à ce moment-là. Exemple : pique nique. si on prépare les affaires 3-4 jours avant, en ayant les trucs frais tous sous la main pour faire la veille tranquillement le sac, on a eu le temps d’acheter ce qu’il faut, au meilleur rapport qualité prix, au marché, sans emballage etc. La veille on est zen et on peut passer la soirée peinarde. Si on s’y prend la veille en revenant du travail, on court au supermarché, on prend le premier sandwich emballé qu’on paie cher. On est speed pour rentrer faire à manger (on a dû aller faire des courses, se taper la queue à la caisse … alors qu’on a juste envie de se poser). Au pire, on zappe et on voit pique nique le matin même avant de partir bosser : on jette 3 trucs dans un sac en culpabilisant toute la journée que notre enfant n’ait pas eu un pique nique convenable (et on espère que les autres parents auront mis un peu de rab pour le notre ;-)). Faire à l’avance cela permet aussi les jours de flemme d’avoir des « réserves » : avoir fait de la cuisine à l’avance, permet une soirée à juste à avoir à décongeler un truc fait maison 15 jours avant.

Idem pour la paperasse : j’ai toujours 4-5 RIB d’imprimés en avance pour gagner du temps quand j’en ai plusieurs à donner à mes clients (ce qui ne ne permet pas qu’ils me paient plus vite mais j’ai bon espoir 😉

3. Rassemble ce dont tu te sers pour une activité en un même point : C’est là que vont te servir tes plateaux, boites et petites pochettes trop mignonnes 😉 Exemple : pour le petit déjeuner, installe dans ton placard / étagère, tous les condiments sur un même plateau. Le matin tu n’auras qu’à attraper ce plateau avec la confiture, le nocciolata, la boite à biscuits, le miel … un seul voyage pour plusieurs choses !

Idem pour les papiers administratifs, fais toi une panière avec à l’intérieur des enveloppes, des timbres, un stylo, un tampon adresse, des RIB, un chéquier : quand vient le moment de répondre aux factures tu n’as qu’à prendre ta panière pour trouver tout ce dont tu as besoin.

Bref plus te facilite la vie en amont, plus vite tu te débarrasses des corvées ! Plus vite c’est prêt, plus vite c’est rangé ! Tu gagnes du temps : c’est bien ce qu’on cherche toujours ?

4. Déléguer : oui voilà un des secrets les mieux gardés ! Tu ne peux pas tout gérer alors apprends à demander de l’aide, à missionner tes enfants ( un vide le lave vaisselle, l’autre met la table et tout le monde débarrasse, on change la semaine suivante) , à donner une nouvelle habitude à ton conjoint ( il aime faire du vélo le dimanche matin : qu’il fasse un détour par le marché avec la liste qu’on lui aura préparé, ou chez le boucher puisque c’est lui qui gère le barbecue de vendredi prochain !).

Un planning pour les enfants : vider le lave vaisselle, mettre la table … même s’ils sont petits ils peuvent aider à leur échelle : ils sont valorisés, responsabilisés et participent à la vie de la famille ( tu participes à leur équilibre : si ! si ! ce sont les pédopsys qui le disent !! alors ne t’en prive pas ;-)) N’hésite pas non plus à te faire aider régulièrement ou ponctuellement : quelques heures de repassage dans l’année pour les moments de rush, une heure de ménage par semaine pour faire les sanitaires et la pièce principale (avec un peu de chance en chèque emploi service avec la participation de l’entreprise ou la défiscalisation, tu ne sentiras pas passer le coût … ou cela peut être une motivation pour arrêter la cigarette et s’offrir avec ce tarif, l’aide d’une femme de ménage). Si Belle-maman ne sait pas quoi offrir à son fils pour noël, elle peut lui donner un bon cadeau pour des heures de cours de cuisine aussi : voilà de l’argent bien investi 🙂

5. Faire des listes : de courses, de menu, de choses que chacun peut faire pour aider. Pour les courses, notez aussitôt que quelque chose manque, ou que l’on veut faire un menu en particulier. Commencez à regarder ce qu’il reste pour les premiers menus d’avant courses, puis prévoir les prochains repas. Avant je notais scrupuleusement ce que j’allais faire, maintenant j’adapte pour environ la moitié des repas de la semaine ; je sais que j’ai toujours ce qu’il faut pour la base ( de quoi faire une pâte brisée / pizza, une sauce tomate, du gruyère, des oeufs : et ensuite j’improvise selon les légumes qu’il reste). Idem l’hiver, j’ai toujours des pommes de terre et quelques oignons : il n’y a plus qu’à compléter avec les légumes qui montrent des signes de faiblesse et on lance une soupe ! Gardez toujours des bases, faites en avance ce que vous pouvez et puis n’hésitez pas à inventer de nouvelles recettes 😉 (le fourre-zytout est ma spécialité !)

6. Jouer du minuteur : ah ! qu’est ce que je ferais sans mon / mes minuteurs ! C’est bien simple c’est devenu mon habitude d’organisation numéro Uno ! Il m’a même permis de ne pas oublier mes enfants à l’école (oui bon sauf une fois, pardon mon fils ! ). Car quand tu es lancée dans une aprem COMPTA, beh je peux te dire que tu oublies tout et que tu ne vois pas le temps passer, et que tes seules pensées sont des chiffres … et des lettres comme RSI (Si toi aussi tu connais, tape dans tes mains !).

Ou quand il te reste 20 minutes, pas une de plus, entre le moment où tu reviens d’un rendez-vous pro et le moment où tu dois partir chercher les enfants à l’école, beh tu optimises : tu lances ton minuteur et tant qu’il n’a pas sonné, tu essaies de t’avancer un max dans la maison : ces 20 minutes là c’est un défi , mais ce sont les plus efficaces ! (bon parfois tu peux aussi utiliser ces 20 minutes en Joker et te les garder rien qu’à toi pour te poser avec un thé, un bouquin … tu seras tout aussi efficace plus tard si tu t’es accordée cette pause … il suffit d’assumer son choix ;-))

7. Envoyer tout balader : une matinée, une heure, une journée, un week-end ! Savoir se ressourcer, ne penser qu’à soi, s’octroyer une parenthèse loin de toute organisation et de contraintes pour faire le plein d’énergie … d’ailleurs planifier ces moments-là, c’est aussi de l’organisation, non ? 😉

 

HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE

Liebster Award : je réponds aux questions

Sur la toile j’ai vu passer plusieurs fois des questionnaires Liebster Award.

Une nomination tagguée dans l’article de quelqu’un d’autre et tu dois, si tu le veux bien, répondre à ses questions.

J’ai trouvé cela sympa, et cela permet de livrer quelques secrets sur soi à ses super lecteurs bienveillants (vous déchirez, et vous me connaissez déjà tellement bien !!! ❤ )

Alors je réponds aux questions de Délires et des rires de maman

  1. Quel est ton plus ancien souvenir d’enfance ? La naissance de mon frangin : je me souviens avoir vomi une tomate farcie parce que mon père m’avait forcé à la manger ne sachant pas que je détestais ça, et ma mère étant à la maternité, il avait tenu à affirmer son autorité, résultat du haut de mes 3 ans et demi je suis arrivée dans la maternité en racontant à TOUT le service, devant mon père rouge de honte : « J’ai TOUT vomi les tomates farcies ! Même sur la moquette ! Je lui avais dit que j’aimais pas ça ! ».
  2. Quel métier exerces-tu dans ta vie rêvée ? écrivain, j’écris, j’écris, et j’écris, et je vois mon nom sur un livre. Mais je continue aussi à faire mes séances d’éveil à l’anglais à mes p’tea potes. J’aimerais pouvoir faire les deux en fait 😉
  3. Raclette ou tartiflette ? pourquoi choisir ! J’avoue que si je dois vraiment choisir je prends tartiflette pour le vin blanc dans la sauce 😉img_0888
  4. Ton Disney préféré ? (mais si t’as forcement un Disney préféré !! ) En toute objectivité Mary Poppins est un chef d’œuvre de son époque, mélanger dessin animé et film, comédie musicale et film familial, et la morale est tellement belle. Et quand ensuite on connait l’histoire de l’auteur du livre et de Walt Disney, ça le rend encore plus touchant ! Mais dans un autre style j’aime aussi vraiment beaucoup d’amour « Basile détective privé » … le côté british ça fait mouche à chaque fois chez moi 😉 img_1053
  5. Tu es parachutée sur une île déserte, tu as droit à 3 objets… y’a le wifi ? alors je prends mon iphone (qui du coup me permet d’écouter de la musique : Robbie ❤ , de répondre à mes mails, regarder les photos de mes enfants en chouinant parce qu’il me manquerait trop;-)), une liseuse avec 1000 livres (ouais je triche un peu ;-)), un tir bouchon (t’imagines si je trouve une bouteille et que je peux pas l’ouvrir ??? il faut TOUJOURS un tir bouchon avec soi)
  6. Quel est le sport que tu détestes le plus ? le cyclisme, une minute devant le tour de France et je dors. Une minute sur un vélo et je râle.
  7. T’as prévu quoi pour le 31 ? bonne question, rien pour le moment. Mais il y aura du champagne et du vin, c’est certain 😉
  8. Tu es plutôt réincarnation, paradis, le néant … ? ( oui elle envoie du lourd celle là ! ) : Le paradis j’aimerais y croire mais ça veut pas dans ma tête. Le néant ça me fait un peu peur, même si c’est ce que me dit la raison. L’adolescente passionnée par la religion bouddhiste que j’étais, te dirait la réincarnation, parce que peut-être que je pourrais devenir un pull de Robbie et là, ça vaut le paradis 😉
  9. Ton apéro favori ? un seul ?? J’hésite entre Lillet rosé et Apérol Spritz. Mais un bon verre de Tariquet ou Pouilly fumé, ou un rouge bien tannique me comble aussi 😉img_0769
  10. Le prénom de tes grand-mères ? Madeleine et Irène.
  11. Ton péché mignon ? ça dépend de l’heure : Un couscous avec un verre de Médoc !! Un thé fumé avec une tarte au citron meringué !!

Voilà, j’ai tout bien répondu ?

Je rajoute 7 choses bizarres ou inavouables sur moi … 

1. J’ai la phobie des crucifix et des berceaux anciens VIDES … je ne sais pas d’où ça vient car pourtant niveau humour noir et côté obscur de la force je serais plutôt du genre à déconner sur les cercueils et compagnie mais là ça je peux pas … visuellement je bloque. img_1031

2. J’ai des compils persos dans ma voiture où l’on passe de Richard cocciante à Dorothée, de Rikiki pouce pouce à La salsa du démon, de Abba à Patrick Sébastien : j’appelle ça les compils de la honte et à chaque fois que je me fais arrêter par les flics je suis en train de chanter à tue-tête sur « y’a pas que les grands qui rêvent » ou « le pudding à l’arsenic ».

3. Je n’ai jamais pu regarder un seul des volets du « seigneur des anneaux » en entier … je me suis endormie à chaque fois…

4. Mon repas idéal c’est couscous, thé à la menthe, Griwech (patisseries orientales au miel) … hum … j’ai dû trop trainer dans la cage d’escalier à sentir les odeurs de cuisine de ma voisine algérienne …

5. A ses premières lectures (vers 12 mois) la grande Pourriture adorait les 101 dalmatiens et dès qu’on tombait sur la page avec Cruella elle disait « maman » … ça en a fait marrer + d’un !

6. Y’a des mots qui me font rire : miette, clic-clac, goutte …

7. Je déteste la couleur bleue .. je ne sais pas pourquoi, mais sur moi je n’aime absolument pas.

A mon tour je vais nominer 3 blogueuses qui devront répondre aux questions suivantes. (sinon je vais bouder !! 😉

Je nomine donc Petdeprincesse, viedunecurieuse, et lesféespipelettes 🙂

  1. Quelle est ta plus grande peur, phobie au quotidien ?
  2. Tu n’as plus qu’un seul livre à lire toute ta vie en boucle, lequel ?
  3. idem pour la musique : un seul album ?
  4. Tu peux passer une soirée avec une célébrité, personne connue, en tête à tête tu choisis qui ?
  5. Tu as 500 euros à dépenser uniquement pour toi (pas le droit de le donner ou de te faire des cadeaux aux autres) tu t’offres quoi ?
  6. Ton apéro préféré ?
  7. La photo où tu trouves la plus jolie ? elle date de quand, prise par quoi, pourquoi ?
  8. Ton film préféré de tous les temps ?
  9. Un prénom que tu aurais aimé porter ?
  10. Un mot que tu détestes ?

jwrg

Si vous avez des questions, mettez les en commentaire. On refera peut-être un petit article de ce genre si ça vous intéresse.