Dvt perso et organisation, LA PAUSE FEMININE

S’autoriser à renouer avec la créativité et la création : créer le meilleur de soi

Grâce à mon bullet journal, il y a 2-3 ans, j’ai commencé par me remettre à dessiner …

D’abord des façades, puis des petits moments des vacances dans mon carnet de voyage.

Et j’ai essayé de me mettre à l’aquarelle pour me détendre.

Bien sûr à chaque fois ce sont des instants fugaces, cela ne dure ni un après-midi ni des heures, mais en une demi-heure je me sens ressourcer.

J’ai longtemps dit que je n’avais pas le temps, car pour moi, dessiner ou peindre, cela demandait beaucoup de temps : il fallait s’installer à une table, et sortir son matériel, et être équipé.

Je n’avais jamais ce qu’il fallait ou bien il me manquait des feuilles ou je ne savais pas sur quel carnet me lancer …

Je mettais un temps considérable à réfléchir à ce que j’allais dessiner ou peindre.

Ensuite je tournais autour du pot … de peinture, sans oser commencer, de peur de rater, de ne pas assez bien faire, de me décevoir, de perdre mon temps.

Bref je me mettais la pression, je me trouvais des excuses, et je finissais par me gâcher le plaisir et ensuite mon cerveau devait garder ces angoisses et ce stress, puisque je n’avais plus envie de m’y mettre et les arguments « contre » tournaient en boucle.

Puis en bonne élève disciplinée, j’ai décidé de m’offrir un livre pour « apprendre » à dessiner, ou peindre, pour trouver des techniques qui me feraient progresser, pour me « former » : ainsi j’allais légitimer ce temps que je m’accordais, comme une nouvelle corde à mon arc.

J’ai donc à nouveau perdu un après-midi en rayon artistique, à la recherche DU livre qui ferait que j’allais pouvoir enfin m’autoriser à passer un moment en tête-à-tête avec moi-même pour autre chose que juste « un loisir ».

Car oui c’est bien connu, un moment pour soi à ne rien faire de concret, c’est du gâchis ! (vous l’entendez la voix de la culpabilité ? de la femme overbookée ? de la mère qui vole des minutes pour elle au lieu d’être avec ses enfants à jouer ?)

Je n’ai rien trouvé sur les techniques ou les pas-à-pas de dessin ou peinture ou plutôt j’ai erré entre la multitude d’offres sans trouver mon bonheur, mais je suis tombée nez à nez avec un livre esseulé, un seul exemplaire qui m’attendait, sous une pile un peu isolé, un livre canadien : Créer le meilleur de soi de Manon Lavoie.

Je l’ai feuilleté très peu, mais sa couverture, son titre et les quelques mots glanés sur les chapitres ont fini de me convaincre.

C’était le livre que j’attendais pour m’autoriser à créer et arrêter de procrastiner ces moments ou me trouver des excuses pour les enfouir bien loin en moi.

Le coût (une trentaine d’euros) m’a d’abord fait hésiter, mais je peux vous dire qu’il vaut chaque euro et qu’il regorge de photos apaisantes, et de bons conseils.

263 pages de douceur.

C’est un voyage intérieur, un thé avec une amie, une déculpabilisation, des suggestions de différentes façons de mettre de la créativité ou de s’octroyer des moments pour lâcher prise sur la toile, sur un carnet ou même dans le tissu.

Des citations, des idées concrètes pour s’inspirer sur de petits projets créatifs qui font du bien, qui permettent aussi de mieux se connaitre, de poser sur papier, toile ou tout support, des intentions, des colères, des joies.

Car créer c’est aussi sortir une part de soi que parfois on ne sait pas où mettre.

Fin des mauvaises excuses : on rassemble dans une trousse une petite palette, un crayon, une gomme, un pinceau, un stylo feutre, un bout de torchon, un pinceau à réservoir, quelques feuilles aquarelles, un petit carnet.







On n’a pas besoin de plus pour s’amuser !

Oui il y a toujours des palettes + grandes, + complètes, oui il y a toujours de nouveaux coloris ou feutres + sympas …

mais au final l’essentiel n’est pas d’avoir des tonnes de matériel mais de s’en servir 😉

Alors quand on a un quart d’heure devant soi, ou qu’on veut décompresser pendant une vingtaine de minutes (pas plus longtemps qu’un épisode de Friends :-)) : on sort sa trousse et on est prêt à créer !

Idem, on arrête de vouloir un résultat parfait, on arrête de se dire qu’on ne sait pas quoi dessiner ou peindre, tout est sujet à s’évader : un oiseau qui passe devant la fenêtre, la tasse de thé qui est posée sur la table, une fleur qui fane dans le vase, une citation lue sur instagram le matin …

On recherche juste un moment de détente qui nous fait du bien : pas un dessin impeccable ou une représentation sans défaut !

Si on arrive à un résultat satisfaisant, tant mieux, sinon tant pis !

Parfois on trouve du mignon et du beau dans nos propres créations car ils représentent un moment agréable : tout simplement !

Et si on fait un truc moche, ce sera quand même notre truc moche à nous 😉

Ce livre m’a vraiment ouvert les yeux sur mon besoin de ses bulles créatives et sur le fait que je ne me les autorisais pas et que je trouvais toutes les raisons du monde de repousser ses parenthèses dans le quotidien.

C’est un moment de méditation, où je ne pense à rien d’autre et cela fait un bien fou !

En ce sens, le visionboard ou tableau de visualisation est aussi un bel outil pour s’amuser tout en visualisant ses besoins, envies et projets pour une période ou une année à venir !

Phrases inspirantes et illustrations ou photos permettent de garder un oeil sur ce qui vous inspirent et vous animent !

Et vous, vous prenez du temps pour vous ? Qu’est ce qui vous détend ? Quel est le dernier livre créatif qui vous a aidé à avancer ?

Dvt perso et organisation, LA PAUSE FEMININE

Le vision board : mon bilan d’une année de tableau de visualisation

Pour la première fois l’année dernière, j’avais l’envie et le besoin de me focaliser sur mes objectifs pour bien démarrer 2018.

J’ai donc réalisé un visionboard : ce tableau d’inspiration, ou moodboard, est élargi sur une ambiance générale pour des buts à atteindre ou un idéal qui nous motive.

On reprend ainsi des grands principes de visualisations au quotidien qui nous permettent d’ancrer en nous nos projets et de ne pas les perdre de vue.

Cela peut être du concret : débuter l’étude d’un instrument, se remettre au sport, écrire …

Mais cela peut également être un sentiment : se sentir + libre, lâcher-prise, prendre le temps, ou retrouver de l’énergie, positiver …

S’écouter, s’émerveiller, se recentrer, se concentrer …

Pour ça on peut tout aussi bien faire appel à des images de paysages qui nous font ressentir quelque chose, d’une personne célèbre qui dégage ce à quoi nous aspirons (confiance en soi, douceur, originalité, motivation …), ou des citations ou phrases qui résonnent en nous comme un mantra à se répéter ou relire régulièrement ( « Tout est possible », « Be yourself » …).

Je vous invite à relire mon article sur la création du vision board de manière concrète : matériel, recherche d’inspirations …

Le processus prend peu de temps physiquement, mais a la possibilité de mûrir pendant des mois dans votre tête pour trouver un écho en vous.

Mieux que des résolutions écrites ou un rétro-planning de to-do list qui font peser un poids sur les épaules, il apporte au contraire, une aide et allège l’esprit par son côté purement visuel.

Bilan de ce premier vision board :

Il a non seulement très bien fonctionné par son côté décoration personnalisée qui me faisait me sentir bien dans mon bureau, et à ma place dans cette pièce, mais également à ma place dans ma vie.

Je me suis remise au centre de ce qui m’intéressait, j’ai repris le contrôle de certains aspects de ma vie, tout en me laissant guider par ce qui comptait pour moi. J’allais vers les directions que j’avais visualisé et concrétisé sur mon tableau.

Je relisais quotidiennement les phrases d’inspiration et de motivation : je me les suis appropriées, pas comme une injonction sévère ou une autorité imposée, mais comme une bienveillance, un conseil d’ami, une dose d’énergie et de douceur.

Il m’a aidé à garder mon objectif d’écriture, à reprendre la part de folie que j’avais éteinte, à m’octroyer + de liberté d’être, à me concentrer sur des buts importants pour moi.

Donc on peut dire que ça a marché !

Comme beaucoup de choses « magiques », le plus important c’est d’y croire, et après tout, cela ne coûte quasiment rien, alors si ça peut faire du bien, moi je dis que ça vaut le coup de tenter ce genre d’expériences.

Il n’a pas tellement évolué au fil de l’année, mais plusieurs fois j’ai eu envie de décrocher certaines images qui ne correspondaient plus à mes priorités, sans savoir pourquoi ni comment les remplacer.

Donc je pense que c’est un des points à améliorer cette année : ne pas avoir peur de changer de direction en cours de route ou de rayer de la carte certaines ambitions trop grandes ou achevées.

Le vision board est certes établie pour du long terme (une année en général, mais la bucket list vise carrément une vie ou une dead line comme une décennie ) mais n’a pas vocation à être figé.

Il doit avancer en même temps que nous, il doit se transformer en même temps que nos projets se dessinent et s’affinent.

Donc cette année je vais m’autoriser + de mouvement au sein de ce tableau magique qui m’inspire au quotidien.

Je ne sais pas encore s’il sera + coloré, s’il laissera la place à + d’images, ou de pensées positives, mais en tout cas, je vais le préparer dans les prochains jours avec beaucoup d’enthousiasme et de volonté !

J’ai d’ores et déjà collecté mes idées sur mon tableau Pinterest.

Je reviens vous en parler très vite.

Et vous, vous faîtes un vision board ou des moodboard ?

DETENTE, Dvt perso et organisation, LA PAUSE FEMININE

Mon Visionboard ou tableau de visualisation : l’inspiration et les envies prennent vie !

Janvier c’est le mois idéal pour penser à ce que l’on veut faire de cette nouvelle année. (même si on peut à tout moment décider de ce que l’on veut 😉 )

Les résolutions sont une tradition, mais faire une bucket list, ou tout simplement la liste de ses envies peut également aider à se recentrer sur ce que l’on souhaite vraiment.

Le bullet journal aide à s’organiser, là où le vision board aide à s’équilibrer.

Pas de changement radical ou de grands investissements : simplement mettre par écrit et visuellement ce qui nous inspire et ce que nous voulons faire entrer dans nos vies … un programme créatif, un rapprochement vers le vrai « soi », se sentir au bon endroit, s’ancrer dans ce qui nous fait sens … Bref être bien et heureux : simple ? 😉

Pour des projets d’écriture, entre autre, j’utilise souvent la technique du mood board.

Sur un tableau, je positionne les images d’une ambiance que j’ai imaginé, les personnages que j’ai dans ma tête peuvent ressembler à des gens existants ou avoir des traits de caractère que je peux matérialiser par une citation ou un décor. De même que pour les lieux que j’ai créé de toute pièce dans mon imagination, je peux retrouver des photos de paysages qui reflètent bien l’appartement de mes protagonistes ou leur maison de vacances. Le plus souvent c’est sur Pinterest que je pars flâner avec les mots clé qui vont aller piocher dans mes idées.

Pour le vision board, ce n’est pas juste une envie particulière ou un projet unique, c’est une organisation désordonnée de tout ce qui m’anime et que je veux voir apparaître ou réapparaître dans ma vie, ce qui me donne envie de créer, qui me met de bonne humeur, me donne de l’énergie positive.

C’est près de ce cadre composé d’images agréables que je viendrais me ressourcer et puiser la force les jours de moins bien, ou recentrer ma concentration quand je partirais dans tous les sens.

Un outil formidable qui va me guider dans mes choix !

Lancez une playlist, allumez une bougie, détendez-vous et gardez en tête vos objectifs !

  1. Rassembler le matériel 

Pour le faire, j’ai hésité entre plusieurs supports.

Un grand carton recouvert de tapisserie : facile et cela ne coûte rien !

J’ai choisi un papier peint imitation marbre : ne dit-on pas « des paroles gravées dans le marbre » ? Cela donnera encore plus de poids à cet engagement avec moi-même. Finalement il me servira simplement de moodboard pour mon prochain roman en cours d’écriture 😉

J’avais aussi envie d’utiliser un tableau de liège. Assez grand.

Je l’avais déjà mais j’avais envie qu’il reflète parfaitement mon état de renouveau du moment, alors j’ai repeint le contour en blanc.

J’ai placé du papier peint sur le liège pour l’éclaircir et l’harmoniser avec le reste. (Cela me permettra également de changer ce fond si je change d’inspiration en cours d’année).

J’ai également une grande planche épaisse de bois clair (récupérée aux encombrants ;-)) : j’aime aussi beaucoup cette matière.

Chacun trouvera le support qui lui convient le mieux.

Niveau teinte, pour l’instant je suis partie sur du noir et blanc. Les couleurs peuvent être très positives mais là j’avais besoin de me recentrer sur l’essentiel, la simplicité qui seront mes mots totem pour cette année et ce sont donc les nuances de gris et le minimalisme qui m’ont de suite attirée.

2. Chercher l’inspiration, commencer le travail de visualisation

Ensuite je suis allée sur Pinterest et j’ai commencé à chercher les images qui correspondaient à mes grandes aspirations.

https://www.pinterest.fr/pteapotes/vision-board-2018-inspirations/

Puis je me suis amusée : j’ai pris le temps de bien regarder chacune des lumières qu’elles me renvoyaient.

J’ai vraiment ancré ce moment pour me rappeler ce qui compte pour moi et ce que je veux prendre en priorité pour remplir ma jauge de vitalité et de bien-être.

J’ai pensé à mes mots totem.

Un mot totem est, tout comme les images, un mot qui nous inspire, une valeur que l’on veut s’insuffler ou retrouver, une action que l’on se souhaite, des petits talismans qui nous font du bien.

Mes mots seront : liberté, simplicité, essentiel, écriture, lecture, apaisement, mojo, pulsion, pulsations, adrénaline, équilibre, force …

Je me suis fait ce cadeau : me recentrer sur mes besoins fondamentaux et pouvoir les avoir face à moi chaque jour.

C’est un véritable outil de développement personnel et de coaching.

Ce chemin peut être même douloureux, car on voit à côté de quoi on est passé, ce qu’on a fait taire ou mis de côté.

Pour laisser de la place aux envies de son conjoint, pour ne pas avoir à défendre un autre point de vue, pour remettre à plus tard, pour être mieux être accepter par les autres.

On peut passer à côté de soi sans s’en rendre compte. Parce que le temps passe vite, parce qu’on se dit « plus tard », « demain », « le mois prochain », parce qu’on attend d’avoir + d’argent, + de temps … mais il suffit de s’autoriser certaines choses, ou juste se laisser porter par nos envies les plus simples, les plus réalisables au final … celles qui nous demandent juste de mettre un pas devant l’autre mais de devenir acteur de sa vie, et ne plus la subir en la regardant passer, comme on regarde un train sur le bord d’un quai.

Se rappeler aussi celle qu’on était à 10 ans, à 20 ans … et ne pas trahir les idéaux de cette femme en devenir, retrouver ce qui n’a pas changé en nous.

3. Passer à l’action !

J’ai ensuite assemblé toutes ces images, photos, citations, dessins, et même partitions, sur mon tableau !

Je n’ai pas attendu, même si j’étais passée par une phase difficile en voyant certaines images (oui c’est bizarre, cela a agi sur moi comme une véritable thérapie, mais j’ai pris conscience que je devais être encore plus vigilante sur mes choix, que je devais écouter mon instinct mais ne pas répondre spontanément, apprendre à dire non aux autres pour mieux me dire Oui à moi-même, et surtout surtout toujours garder en tête ce qui est le plus important pour moi, ce que je veux pour moi !).

J’ai donc de suite compilé tout ça, impatiente au final de voir ce qui m’attendait !

J’ai laissé quelques espaces libres pour mettre des photos de mes proches : famille et amis.

J’ai varié les punaises, épingles, masking tape et autocollants.



Je lui ai ensuite trouvé sa place pour que je puisse le voir au mieux tous les jours : dans mon bureau, là où je suis la plus créative, inspirée, centrée, concentrée. Mon petit sanctuaire, mon autel créatif 🙂

Ainsi au-delà du fait d’avoir une déco qui me ressemble, je me laisse bercer et motiver par ce regroupement rassurant de tout ce qui m’apporte sérénité et énergie positive. C’est un apaisement et un coup de boost permanent !

4. Le regarder souvent et ne pas hésiter à le faire évoluer !

Il va agir comme un catalyseur et il aide à avancer dans la bonne direction ! Un peu comme un GPS dont on a entré la bonne adresse : on ne peut pas se tromper de destination, car on l’a sous les yeux !

Par contre il se peut que l’on change le parcours en chemin, on a le droit ! Moins de poésie et + de violence, c’est aussi la vie ! Ajouter de la magie ou de la douceur, vous en aurez besoin en abondance à certaines périodes.

Bref puisez dans votre vision board et alimentez-le de votre inspiration : c’est un échange avec soi-même, ni plus ni moins ! Donnez-vous ce que vous offririez à votre meilleure amie : de la bienveillance, des fous rires, un coup de pied au cul aussi parfois, un cocktail !

Voici des livres (souvent en anglais) sur le sujet




J’y ai ajouté un coin à bougies et une guirlande lumineuse, pour un côté HYGGE : vous connaissez ce mode de vie scandinave ? On en reparle bientôt 🙂

Avez-vous déjà fait un vision board ?

N’hésitez pas à me partager vos envies, et vos vision board sur Instagram avec le hashtag #pteavision !

BORDEAUX EN FAMILLE, CULTURE, LES ACTIVITES KIDS

Les ateliers « pour créer » de l’Institut Bernard Magrez : un pochoir comme Banksy

atelier-banksy-institut-bernard-magrez-kids-pochoir-streetart-bordeaux-pteapotes-2

L’institut Bernard Magrez organise régulièrement des expositions artistiques.

atelier-banksy-institut-bernard-magrez-kids-pochoir-streetart-bordeaux-pteapotes-4

Que ce soit de la photographie, des sculptures ou des peintures, chaque fois on découvre de nouveaux artistes et on s’émerveille devant ceux que l’on connait déjà.

atelier-banksy-institut-bernard-magrez-kids-pochoir-streetart-bordeaux-pteapotes-9

Mais saviez-vous qu’ils organisent également des ateliers pour créer ?

Sur le modèle d’un artiste et selon sa technique, on apprend à réaliser sa petite oeuvre personnelle.

Les animations sont aussi variées qu’il y a d’expression d’art.

Apprendre à capter un regard en photo, s’initier au travail à l’encre, ou fabriquer un mobile, chacun y trouvera son compte en fonction de ce qui l’attire et l’inspire.

Ce jour-là, enfants et adultes étaient réunis autour d’un artiste populaire de street art : Banksy.

atelier-banksy-institut-bernard-magrez-kids-pochoir-streetart-bordeaux-pteapotes-11

Mes enfants avaient entendu parler de cet artiste à travers le livre « ils / elles ont changé le monde » (éditions De La martinière Jeunesse).

Ils ont été passionnés par son histoire d’anonymat, d’art de rue, de peinture.

Le choix du thème de notre atelier était donc évident : on découvrirait comment utiliser la technique du pochoir pour faire une peinture à la « Banksy ».

atelier-banksy-institut-bernard-magrez-kids-pochoir-streetart-bordeaux-pteapotes-14

Après avoir sommairement découvert l’expo et l’oeuvre de Banksy présente, l’animatrice a présenté le matériel disponible pour créer son tableau.

Elle aide sans faire à la place et permet à chacun de fonctionner en toute autonomie.

atelier-banksy-institut-bernard-magrez-kids-pochoir-streetart-bordeaux-pteapotes-32

atelier-banksy-institut-bernard-magrez-kids-pochoir-streetart-bordeaux-pteapotes-22

atelier-banksy-institut-bernard-magrez-kids-pochoir-streetart-bordeaux-pteapotes-31

atelier-banksy-institut-bernard-magrez-kids-pochoir-streetart-bordeaux-pteapotes-39

Tout le matériel est fourni et chacun repart avec son oeuvre.

atelier-banksy-institut-bernard-magrez-kids-pochoir-streetart-bordeaux-pteapotes-41

Mon fils a donc réalisé un Minion façon Banksy, avec une légère touche Mary Poppins 😉

atelier-banksy-institut-bernard-magrez-kids-pochoir-streetart-bordeaux-pteapotes-40

atelier-banksy-institut-bernard-magrez-kids-pochoir-streetart-bordeaux-pteapotes-25

L’atelier dure 1 heure.

Tous les mercredis et dimanches à 15h

tarif adulte 12 euros

Tarifs enfants et adhérents (goûter compris) 10 euros

Renseignements et réservations sur le site de l’Institut Bernard Magrez

atelier-banksy-institut-bernard-magrez-kids-pochoir-streetart-bordeaux-pteapotes-1

LA PAUSE FEMININE, LES ACTIVITES KIDS

Ma feel box : la boite DIY et bien-être mensuelle pour partager de doux moments de création et de détente

Il y a quelques temps j’avais reçu un colis surprise

Ma Feel Box - Logo Julia (2)

Julia, créatrice de Ma Feel Box, m’avait gâté avec un thé du Palais des thés, des produits cosmétiques bio et du petit matériel pour relever des défis créatifs !

Tout ce que j’aime pour passer un moment de détente sans avoir à me déplacer 😉

(Les défis consistaient en la réalisation d’un joli bouquet de fleurs en papier, et la création d’un accessoire de mode avec un joli tissu de satin …)

Ma Feel Box - La Box (2)

 

Le concept est parfait pour les femmes pressées, qui veulent s’octroyer une parenthèse dans le quotidien, sans avoir à courir à nouveau, pour aller acheter du petit matériel.

( et encore quand on revient, on a toujours oublié quelque chose ;-))

Là tout est dans la boite ! Même un magazine pour t’aider pas à pas à créer …

Tu peux découvrir des produits partenaires, toujours choisi avec soin pour leur valeur éthique.

 

Les enfants de 3 à 7 ans n’ont pas été oublié et avec un supplément (9.90 euros par enfant), ils pourront également fabriquer leur petit bricolage perso !

Un bon moment de complicité en perspective !

Voilà une chouette idée pour être sûre d’avoir partagé un peu de temps dans le mois écoulé …

 

Je te laisse découvrir en musique le concept Ma Feel Box de l’univers My Feel Life

 

La créatrice a pensé à tout, et à tous, et en plus c’est made in Bordeaux : alors on craque ? 😉

 

Pour commander c’est sur le site Ma Feel Box

 

Le prix est de 19.90e (frais de port compris, pas de mauvaise surprise !)

VITE ! Si tu t’abonnes dès maintenant, tu reçois en cadeau un joli vanity en édition limitée !

AUJOURD’HUI, dernière limite, pour t’inscrire et recevoir ta box de juin !!!!!!

 

Page Facebook de Ma feel Box

 

J’aurais le privilège de te présenter chaque mois son contenu en tant qu’ambassadrice Ma Feel Box.

Autant te dire, qu’il me tarde déjà, de voir ce que Julia nous réserve …

 

Dis, toi, elle te plait, cette super box ? 😉

 

 

 

Food, MANGER

JOCK : la crème dessert de notre enfance, mais pas que …

Tu veux du Jock ?

Qui n’a pas connu les goûters d’hiver avec sa crème Jock encore tiède ? ou son flan chocolat bien frais en dessert dans un moule à charlotte ? (Maman et ses Tupperware increvables !)

Creme-Tradition-page

Mais est ce que vous saviez que Jock c’est un produit de chez nous ? Oui, Oui, là juste à quelques kilomètres de cet ordi qui vous écrit se trouve la fabrique de Jock !!

Fondée en 1938, la marque créée par Raymond Boulesque est toujours restée sur Bordeaux mais dessert (sans jeu de mots ;-)) toute la France. Aujourd’hui l’usine s’agrandit et innove avec des préparations pour gâteaux .

Si tu aimes le rugby, tu as aussi pu remarquer que Jock est le partenaire de l’UBB (Union Bordeaux Bègles) avec leur slogan « élevé au Jock » 😉

Sur place, une boutique Jock vous accueille   : alors amis bordelais, allez saluer Carole de ma part et découvrez toutes les idées de dessert que Jock propose, au 190 quai de Brazza à Bordeaux (limite Lormont)

Les nouveautés sont complètement démentes : fondants au spéculoos, fondants au caramel beurre salé et moelleux noix de pécan et sirop d’érable !

(Adieu régime et maillot de bain ! Je pars dans les abîmes de la gourmandise !!)

fondants_caramel-page

Pour ce premier test nouveauté, j’ai misé sur du classique du sud-ouest : le gâteau basque … mais j’ai décidé de l’allier avec la Bretagne dans une version Far Breton 😉

Voici donc comment épater la galerie, et faire manger des pruneaux aux enfants en toute discrétion 😉

Gateau-basque-page

Il te faut une préparation Jock pour gâteau basque, un bocal de pruneaux et suivre le mode d’emploi.

Une fois ta pâte et ta garniture étalées, place quelques pruneaux (dénoyautés c’est quand même plus sympa ;-)) et finis avec la deuxième pâte …

25 min au four et c’est prêt !! (Oui, j’avoue j’avais envie de passer du temps à tester mon nouveau vernis plutôt que d’être en cuisine … Pour ces jours-là, ces préparations sont parfaites !!)

jock-crème-dessert-préparation-gâteau-goûter-enfant-bordeaux-usine-boutique jock-crème-dessert-préparation-gâteau-goûter-enfant-bordeaux-usine-boutique-basque-pruneaux2-jock-crème-dessert-préparation-gâteau-goûter-enfant-bordeaux-usine-boutique-basque-pruneaux-2

Si vous êtes sages, dans un prochain article, je vous emmène visiter la boutique de l’usine !

 

Vendus dans toutes les bonnes grandes surfaces. Il existe également une boutique en ligne.

Toutes les infos sur le site de Jock.

 

Merci à Carole pour sa gentillesse et ses attentions.

 

 

BORDEAUX : Les idées du week-end avec enfants, LES ACTIVITES KIDS, SORTIES KIDS

10 idées sortie pour les vacances de Pâques à Bordeaux avec les enfants (Avril 2014)

Avant toute chose, n’oublie pas de relire notre kit de survie pour occuper les enfants en situation d’attente : restau, caisse, ou autres moments qui s’éternisent.

 

1. On découvre le musée d’Aquitaine qui propose pleins d’ateliers ! (3-5 ans, 6-8 ans, et 8-10 ans)

Le programme des ateliers : Renseignements et inscriptions auprès du service médiation au 05 56 01 51 04.

2. On leur fait faire un stage de cinéma d’animation avec le cinéma Le Festival à Bègles. (7-12 ans)

Renseignements et réservations sur le site

3. On leur propose des ateliers de petits scientifiques à Cap Sciences. (8-14 ans)

Le programme des ateliers : Réservation obligatoire au 05 56 01 07 07

4. On remonte le temps au château de Vayres. Avec des animations sur-mesure les mercredis 16 et 23 avril. (3-12 ans)

Le programme des ateliers : Réservation : 05 57 84 96 58 ou contact@chateaudevayres.com

214

5. On les emmène à une expo-atelier à Cap Sciences : Des Elles, des Ils (3-6 ans)

Renseignements et réservations.

6. On part rencontrer des dinosaures ! Au Zoo de Pessac, l’opération Raptors les fascinera.

Renseignements tarifs et horaires sur le site

zoo-pessac-bordeaux-enfant-sortie-parc-animalier-dinosaure-opération-raptors-squelette-décoration-découverte

7. On se glisse dans la peau d’un douanier ou on mène l’enquête au Musée des Douanes. (dès 3 ans)

Le programme des ateliers : Réservation fortement conseillée au  05 56 48 82 82 ou par mail : mediation@musee-douanes.fr

8. On les glisse dans notre caddy, direction le centre commercial Rives d’arcins où tous les après-midis des ateliers leur sont réservés (de 7 à 12 ans)

Le programme des ateliers : renseignements et inscriptions : 05 56 49 34 77 – 06 23 37 29 26 – aquaforum@ocean.asso.fr

9. On les fait dessiner au Musée des Beaux Arts de Bordeaux (3-14 ans) mais également des ateliers-visites.

Le programme des ateliers et cours de dessin : renseignements et réservations : 05 56 10 25 25 ou i.beccia@mairie-bordeaux.fr

10. On les inscrit à un stage de théatre ou à une chasse au trésor au Musée des Arts Décoratifs (6-10 ans et 6-12 ans)

Le programme des animations (page 12) : renseignements et réservations : 05 56 10 14 00

 

Piochez également des idées sur le blog avec la récap’ ci-dessous :

Si tu vas près de Paris :

 

Mon option ? Les envoyer chez les grand-parents et partir  !!!! 🙂 ( Tu le vois que je chante bien fort « Libérééééeee, délivréééééeee …. »

CLUB DES MERES INDIGNES 😉

SONY DSC

Et vous, vous faites quoi pendant ces vacances ? 😉