BONS PLANS, LA PAUSE FEMININE

5 conseils pour sortir d’un escape game dans les temps

Si vous vous apprêtez à faire votre premier escape game ou que votre première tentative s’est soldée par un échec, alors vous n’avez qu’une envie pour cette fois-ci : sortir avant le temps imparti pour pouvoir crier « yes ! on a réussi ! ».

Même si depuis tout petit on nous bassine avec « l’important c’est de participer », on sait bien que connaitre l’adrénaline d’une expérience de jeu soldée par un succès, c’est toujours plaisant 😉

J’ai maintenant à mon actif une presque dizaine de salles testées à Bordeaux et ailleurs en France, et je suis très impatiente d’en découvrir de nombreux autres ! Je suis devenue addict 😉

Tu peux d’ailleurs retrouver mon avis sur ces différents scénarios et décors.

Voici donc mes conseils lorsque tu vas franchir la porte pour démarrer ta quête :

  1. Observe la salle dans son ensemble : bien souvent on va se précipiter et rentrer dans les détails immédiatement. Or il y a fort à parier qu’une fois complètement en immersion on ne puisse plus avoir le regard objectif du début et des premières minutes. On sera ensuite « pollué » par ce qu’on a déjà trouvé ou les petites choses qu’on aura commencé à découvrir. La mise en perspective du décor global, d’inscriptions au mur, de disposition de certains éléments est essentielle. Le recul face à une grille peut par exemple te permettre de voir tes premiers indices ou de les garder en tête. Indispensable donc pour la suite de mémoriser, que lorsque tu es entré, tu avais identifié des lettres ou des chiffres à tel endroit.

2. Détermine ce que tu dois chercher. Bien sûr garde en tête le but final : cherches tu un objet, une clé, un code ?

Idem pour chaque piste, cadenas : cherches-tu un code à 3 chiffres, 4, ou 5, un mot, des points d’orientation, un objet, une clé ? Savoir cela te permettra de focaliser ton attention sur des éléments que tu n’aurais pas forcément pris en compte. Cette carte au mur, ces nombres qui se répètent dans les cadres, ces couleurs et symboles qui sont dessinés sur des meubles … Bref tu l’auras compris, avant de te mettre à chercher, sois sur de savoir QUOI chercher 😉

3. Communiquer un maximum avec ton ou tes partenaires. D’abord parce que si tu es venu faire ce jeu en équipe, c’est pour partager un moment et pas pour jouer tout seul dans ton coin. Deuxièmement, nous avons tous des forces différentes et chacun peut apporter sa pierre à l’édifice et voir ou comprendre des dénouements qui pour d’autres sont moins évidents. Moi par exemple, je suis beaucoup plus logique et manipulation, qu’orientation et calcul. Je ne vois jamais les combinaisons de chiffres, je ne sais pas lire une carte, je déteste les formes géométriques (mais pourquoi est-ce que je vais dans des escape game ??? 😉 ). Par contre, j’ai une certaine logique quand je vois des objets sur leur future utilité, je vois des « mots » et combinaison de lettres, je manipule assez bien les systèmes plus délicats ou minutieux. Donc quand un des membres de la team me dit : « ah y’a un alphabet ici ! » Beh je peux courir me mettre à plancher dessus car je sais que cela fait partie de mes points forts plutôt que rester devant une série de chiffres qui m’agace et que je peux refiler au logico-matheux de l’aventure. Donc dites aux autres ce que vous voyez, découvrez, avez trouvé. Ils l’entendront même s’ils ne répondent pas et reviendront peut-être dans quelques minutes vous demandez « t’avais pas trouvé un aimant toute à l’heure ? je crois qu’on va en avoir besoin maintenant ».

4. Repasser derrière les uns et les autres. Pas par manque de confiance ou parce que c’est vous qui faites mieux, ou qu’il faut qu’on vous surveille. Non, parce que certains mécanismes sont capricieux et qu’on croit qu’on n’a pas la bonne combi alors que c’est juste qu’on a mal actionné un cadenas. Idem sur la vision des couleurs : certains les voient mieux que d’autres surtout dans la pénombre, donc entre orange, rouge et rose, il peut y avoir confusion. Donc si ça ne fonctionne pas, avant de tout remettre cause, faire revérifier par une autre personne peut débloquer une situation.

5. Ayez l’esprit tordu oui, mais gardez en tête les règles de bases : pas la peine de démonter le décor si on vous a dit qu’il n’y avait rien au delà d’un mètre 50. Pas la peine non plus de tirer comme un fou sur une vis si on vous a dit qu’un enfant de 8 ans doit pouvoir tout désamorcer sans forcer. Encore moins la peine de conserver vos indices précédents si on vous dit que vous ne les utilisez qu’une fois dans le jeu. Chaque lieu de jeu a ses règles : à vous de bien les écouter pour ne pas perdre de temps inutilement sur des fausses pistes.

Dernier conseil pour les expérimentés : Certes les salles que vous avez déjà découvertes et vos jeux précédents vont vous permettre d’acquérir certains réflexes de jeu.

Vous gagnerez probablement en rapidité en ayant mis en place vos propres habitudes d’organisation, mais attention à ne pas vous laisser trop influencer par vos expériences passées. A vouloir calquer un schéma déjà vécu dans un autre escape room, vous pourriez partir sur de mauvaises bases et, chaque scénario et établissement de jeu d’évasion est différent. Alors gardez un oeil neuf et ne soyez pas trop surs de vous, car s’échapper de certaines pièces peut s’avérer bien plus compliqué que vous ne l’auriez cru.

Ces conseils vous ont été utiles ? Avez-vous d’autres suggestions ? Quelle est votre salle préférée ?

Publicités
LA PAUSE FEMININE

Les 5 trucs que j’ai le plus utilisés en tant que maman ( objets et astuces) : quoi offrir à la maternité ?

Ce mois-ci, après le sac, les voyages, et le thème de la NAISSANCE (pour ma part celui d’une entreprise), la mini team Bordeaux a décidé de vous confier ces 5 trucs et astuces les plus utilisés en tant que maman, mais également les objets qui nous ont parus les plus utiles et donc qu’on aime offrir pour une jeune maman et son tout nouveau bébé !

Fort est de constater qu’à la maternité tu as droit à tout un tas de cadeau pour ton enfant qui parfois ne te serviront pas du tout ( un tire lait si tu n’allaites pas par exemple) ou que tu ne pourras mettre qu’une fois à ton tout-petit ( le pyjama taille naissance on en parle ? ) ou que tu ne souhaiteras jamais utiliser (le mouche bébé) ou lui mettre ( l’ensemble à carreaux de Tante Germaine taille 6 mois ramené de son voyage en martinique).

Mais il y a des indispensables que tu ne soupçonnes pas au premier abord, ou de simples astuces qui peuvent te changer la vie.

Voici ce qui pour ma part m’a le plus servi pour mes deux bambins :

  • le mini plaid ou la couverture taille bébé : celle que j’avais n’était ni trop fine ni trop épaisse (parfaite pour la plier en 4 dans le sac à langer ou dans le bac sous la poussette, idéale pour la positionner sur bébé quand il s’endormait, ou bien à déplier lorsque nous avions oublier le nécessaire imperméable pour allonger bébé et pour changer la couche. A choisir dans une matière qui se lave facilement (un polaire c’est l’idéal car cela sèche vite en plus, mais éviter en matière synthétique pour l’éléctricité statique). Bref on y pense jamais assez mais ce simple bout de tissu épais peut te suivre dans toutes tes aventures ! En plus tu pourras la faire personnaliser, broder, et ce sera un cadeau qui se gardera longtemps ! (la notre a été recyclée pour le chat 😉 rien ne se perd 😉



  • les plats surgelés pour la maman ! Oui oh j’avoue que bien sûr que quand tu frôles le burn out l’idéal c’est du fait maison, des bons légumes bien cuisinés pour reprendre des vitamines et retrouver la ligne … WHAT THE FUCK ? Non quand tu es en manque de sommeil, de temps, de vie sociale (un joyeux combo) tu as juste envie de comfort food vite prêt et surtout de tes plats préférés même le midi (surtout le midi : quand tu es seule avec un bébé qui ne dort QUE collé à toi). Alors offrez des bons d’achat chez Picard ! C’est mieux si tu peux offrir un chef à domicile mais déjà je peux te dire que si j’avais eu un livreur Picard qui m’aurait apporté un couscous surgelé ou des macarons les premières semaines de mes enfants, j’aurais été capable de lui pleurer de joie dans les bras ! Alors je sais je renie tous mes principes du Zéro déchet mais quelques semaines de ces petits plats peuvent permettre justement de récupérer mieux pour ensuite passer à une étape plus sereine de sa vie.

 

  • Prendre une aprem pour soi : coller bébé à Papa ou quelqu’un de confiance et s’autoriser d’aller lire sur un banc dehors au soleil, s’offrir un massage, un ciné, ou juste aller dormir 😉 On ne le dira jamais assez, mais prendre soin de soi c’est pouvoir ensuite mieux s’occuper de son bébé. Mais il n’est pas toujours facile d’éloigner la culpabilité : celle que l’on ressent dans le regard des autres ou des petites phrases assassines (« ah mais comme tu travailles pas, pourquoi tu le fais garder une aprem ? ») ou celle que l’on se met toute seule … la pire !


    • les chaussons cuirs souple : oui je devais en parler car si tu n’es pas maman tu ne réalises pas le calvaire et le nombre de fois mises bout à bout où ton bébé perd ses chaussures ou ses chaussettes … tu sais les trucs super mignons que tu as acheté pendant ta grossesse en imaginant ses petits petons dedans ? Ouais beh ses petons ne font que mouliner et RIEN ne tient à ses pieds démoniaques ! RIEN sauf Les chaussons en cuir souple : moi mes chouchous c’était ceux de la marque Robeez ! Je les ai presque collectionnés : super qualité, des dessins et couleurs trop funs. Ils ont ensuite fait d’autres enfants et ils sont toujours en très bon état, même après des lavages en machine ! Bref si tu veux offrir des petits chaussons trop mignons : choisis ceux là, c’est une valeur sûre !



  • des lingettes lavables super canons et supers écolos : parce que c’est toujours plus facile de passer aux lingettes lavables qu’aux couches lavables (même si je l’ai fait pour mon 2ème car cela me tenait à coeur, cela reste un véritable engagement et surtout pas évident en sortie). Les lingettes lavables, elles, tu pourras les utiliser pendant des années, et les ajouter aux bavoirs et autres serviettes de toilettes et torchons : donc cela ne te fera pas de machines en plus au final mais par contre un vrai gain financier, déchet, et surtout c’est tellement plus joli et respectueux de la peau que les lingettes jetables ❤



Retrouvez les autres articles du thème du mois sur les blogs de la Team Bordeaux !

Mamourblogue, Dress me and my kids, Modaliza photo, Maman au balcon, Mummyaddict, Julie Podecolle My happy balance, Charly Chouquette, Le blog de Vio, Chroniques de maman, ainsi que la vie d’une curieuse et Guiomarix !

LA PAUSE FEMININE

Naissance : comment créer son entreprise ou 5 conseils pour monter sa boite

Ce mois-ci, après le sac, et les voyages, la mini team Bordeaux a choisi le thème NAISSANCE !

Vaste sujet que chacun interprétera à sa façon, mais pour ma part, je souhaitais éviter de vous parler de mes épisiotomies et des contractions insupportables 😉

j’ai choisi de me pencher sur les nombreuses questions que je reçois sur la création d’entreprise.

Car oui c’est une naissance et la preuve en est que je considère mon entreprise comme mon 3ème bébé, vu que je n’en aurais pas d’autres

Je compare souvent la création d’une entreprise avec la naissance d’un enfant car on passe par de nombreuses phases qui, pour moi, se sont apparentées à la maternité.

5 ans de recul me donnent la légitimité de te parler d’un beau gros tabou : la création d’entreprise !

Cet Eldorado dont tu rêves parfois, mais que tu croies inaccessible, tu peux le vivre mais prépare-toi, la vie d’entrepreneur n’est pas un long fleuve tranquille …

Voici mon petit mode d’emploi avec quelques questions à se poser pour savoir si on est prêt et surtout comment ne pas flancher dans la phase de création :

  1. Croire en son idée : Oui je sais cela peut paraître bête vu comme ça, mais même si tu vas douter de toi, des interlocuteurs, de tout, tu ne dois pas douter de ce que tu fais ! Oui emballe toi, sois rêveur, utopiste ! Vois grand, vois loin, I believe I can fly. Tu dois être le premier persuadé que ce que tu proposes a une raison d’exister. Tu dois croire en ce que tu veux faire / vendre car comment convaincre les autres si toi même tu n’es pas convaincu. Pour cela, passe au 2.

2. Etre objectif : oui ton projet est génial (et tu dois en être convaincu, voir 1.), oui c’est certainement le meilleur truc qu’on est inventé depuis les verres à vin d’un litre, mais tu dois aussi y voir tout ce qui pourrait ne pas plaire aux autres. Aussi cherche tous les défauts que l’on pourrait te mettre sous les yeux, tous les côtés négatifs et inconvénients de ton idée, et démontes les arguments un par un. Oui il te faut chercher tout ce qui pourra faire tiquer le client, et que l’on pourrait te servir comme opposition, ainsi tu te prépares un peu à t’en prendre plein la tronche et c’est mieux si c’est toi qui penses à ce genre de choses plutôt qu’un banquier un samedi matin juste avant la signature d’un prêt essentiel à ta création ou qu’un futur gros client que tu auras mis 3 mois à démarcher.

3. Redescente sur terre : Je t’ai dit de voir grand et de rêver, puis de penser à tous les méchants qui voudraient démonter tes idées une par une. Maintenant on passe à la phase où tu dois devenir réaliste et tu dois confronter tes rêves de grandeur avec le monde extérieur qui ne ressemble pas au pays des bisounours, et où tu dois t’adapter.

Ton projet évoquait direct 3 salariés, et si tu pouvais démarrer avec un seul au début ? même si ça te demande beaucoup plus d’heures de travail à toi, ou de vendre quelques références en moins.

Tu voulais un local de 100 m2 en plein centre de Bordeaux ? Et si ça pouvait fonctionner dans la proche périphérie avec une boutique de 20 m2 ?

Bref plutôt que te ramasser parce que tu as voulu tout donner d’un coup, prévois une évolution sur 2-3 ans et laisse toi le temps de grandir, au lieu de griller toutes tes cartouches dès la première année et devoir dire au revoir à ton rêve parce que tu as eu la folie des grandeurs.

4. Auto-forme toi un max sur un max de choses : Certes tu auras peut-être les moyens ou l’obligation d’avoir un comptable dès les premiers mois, mais comprendre comment cela fonctionne te permettra de voir où tu vas sans le solliciter tous les jours, et pouvoir réctifier le tir si besoin.

Chacun son boulot oui, et tu n’es pas graphiste : mais dans un premier temps, paie toi ces services pour les essentiels de ta com’ et essaie de faire tes petits supports toi-même quand ils te permettent d’être réactif. Tu pourras t’offrir les services d’un community manager pour gérer ta page facebook ( contactez-moi au mail pteapotes@free.fr, idem pour de la rédac 😉 ) mais dans un premier temps, rien ne t’empêche de comprendre à quoi servent les réseaux sociaux et comment tu peux commencer à parler de ton projet.

5. Mange, dors, vis « création d’entreprise » : si tu fais déjà les 4 premières phases, tu as remarqué, tu es sur un plein temps voire un « jour et nuit » sur ton projet. Je te le dis d’entrée de jeu, cela ne s’arrêtera plus jamais si tu vas au bout de ta création d’entreprise.

Un chef d’entreprise est en veille perpétuelle, un chef d’entreprise a toujours un oeil sur le business des autres, un chef d’entreprise n’est jamais en vacances car même en vacances il pense à de nouvelles idées pour son entreprise, il ne décroche jamais, il dort mal si son entreprise va mal (où vais je trouver les fonds? comment attirer de nouveaux clients ?), il dort mal si son entreprise va bien (c’est trop de bonheur ce nouveau contrat ! Je suis tellement excité par tous ces nouveaux projets qui se profilent !).

Bref si tu veux compter tes heures, avoir 5 semaines de congés par an, des RTT, des congés maladies quand tu as de la fièvre, passe ton chemin ou dis-toi du moins que ce ne sera pas possible. Si ensuite tu y arrives, ce ne sera que du bonus ! 😉

Est-ce que tu as des question sur la création ? N’hésite pas à me dire en commentaire si cet article te parle ou si tu as envie d’échanger encore sur ce sujet.

Retrouvez les autres articles du thème du mois sur les blogs de la Team Bordeaux !

Mamourblogue, Dress me and my kids, Modaliza photo, Hautes comme 3 pommes, Maman au balcon, Mummyaddict, Julie Podecolle My happy balance, Charly Chouquette, Le blog de Vio, Chroniques de maman, ainsi que la vie d’une curieuse et Guiomarix !

LA PAUSE FEMININE

Gagner du temps en faisant des trucs qui prennent moins de 10 minutes chrono ou Comment être efficace même en situation d’attente

J’ai souvent des journées avec des « trous » : non je ne vis pas dans un gruyère, c’est juste que j’ai un planning un peu atypique qui me permet de rentrer chez moi pour de plus ou moins longs créneaux.

Souvent je retourne chez moi 20 minutes après l’école avant d’aller faire une séance, puis je reviens le midi, je repars à 13h faire quelques courses, je reviens à 14h30 puis je repars à 15h15. Idem le soir, où je retravaille parfois après le repas. Et quand je ne reviens pas à la maison, j’ai parfois 10 minutes à « attendre ».

Vous aussi vous avez sûrement 10 minutes quelque part dans votre emploi du temps où vous vous dites  » mais en 10 minutes je n’ai le temps de rien faire, cela ne vaut pas la peine que je fasse quoique ce soit … »

Sauf que … n’hésitez pas à lancer le chrono : on peut faire beaucoup de choses en 10 minutes, si on le prend comme un petit défi 😉

Mais surtout on se met en mode « efficace » quand on joue contre la montre.

img_8062

Chez soi : Vous n’avez que 10 minutes avant de partir chercher les enfants à l’école, avant de repartir travailler ou d’aller à un rendez-vous ?

  • Lancer une quiche / tarte salée / recette express : vous n’aurez que la cuisson à faire le soir venu.
  • Eplucher les légumes pour la prochaine soupe. S’il reste du temps sur le chrono, pelez et coupez-en un peu plus et mettez le surplus au congélateur, ce sera une soupe encore plus rapide la prochaine fois 😉
  • préparer le menu de la semaine, vous trouverez pleins d’idées dans le livre « On fait quoi pour le diner ? »

  • faire la liste des courses : un petit coup d’oeil dans le frigo, dans le garde manger, les placards, et à votre menu de la semaine. (on n’oublie pas de regarder s’il y a une sortie scolaire de prévu, un anniversaire, ou des amis qui viennent dîner )
  • Passer un coup d’éponge sur votre plan de travail, évier, mettez ce qui traine dans le lave vaisselle ou laver les 3 bols sales à la main : ça prend peu de temps mais ce sera ça de moins quand vous aurez besoin de vous installer en cuisine ou si vous rentrez tard ce soir, vous trouverez ça tellement agréable d’avoir la vue dégagée sur une cuisine propre.

img_5128

Dans la voiture : En attendant que votre fille sorte du collège, que le service de la mairie ouvre, que votre maman arrive à l’arrêt minute de la gare où vous êtes venus la chercher …

  • vider les vide poches, portières, sol : ramasser tous les papiers qui trainent ou autres surprises.
  • trier la boite à gants : CD, constat, éthylotest ( attention aux dates de péremption) …
  • vérifier le kilométrage pour la prochaine vidange, révision, et planifier le rendez-vous, idem pour le contrôle technique, l’assurance auto : ça prend deux minutes à repérer et appeler, et ça peut faire économiser du stress et de l’argent au prochain contrôle de police.
  • faire un comparatif en ligne pour votre assurance auto tant que vous avez tous les papiers sous la main : c’est peut-être le moment de payer moins cher 🙂
  • laisser un livre dans la voiture : plutôt un bouquin factuel ou documentaire qu’un roman, quelque chose qui se lit par chapitres, sans se sentir frustrée quand il faut arrêter sa lecture 😉

sac-griottes

A l’extérieur : attente chez le doc, avant une réunion, un rendez-vous, devant l’école …

si vous avez internet sur votre smartphone, vous allez pouvoir vous éviter de retourner sur l’ordi le soir :

  • trier ses mails
  • trier ses photos
  • lire un article que vous aviez mis de côté comme celui-ci par exemple 😉
  • faire une to do list du quotidien : pour mieux se libérer l’esprit ensuite.
  • faire une to do list agréable : pour se rebooster !

Mais ces 10 minutes elles peuvent aussi servir à … RIEN !

Juste se détendre, lire une page de magazine en sirotant un thé, regarder les nuages passer, rêver et souffler.

img_5118

Alors faites de ces 10 minutes ce que vous voulez ! 😉

Livres et CD

Apprenti écrivain : des livres pleins d’idées et conseils pour les enfants passionnés d’écriture

img_0380

Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours écrit.

Des petites histoires, des poèmes, de grandes histoires, des lettres, des fiches de lecture … J’écrivais dans mes cahiers, et lorsque j’ai réalisé mon rêve d’avoir une machine à écrire pour noël, j’ai tapé dessus pendant des heures.

Aujourd’hui le plaisir est intact quand je tape sur le clavier ou que je gratte dans un carnet.

Un rêve de gosse qui semble inaccessible : devenir écrivain. Aujourd’hui j’essaie d’y travailler pour que ce rêve devienne un jour réalité.

Mais qu’est ce que j’aurais aimé étant enfant, avoir des livres qui m’auraient confortée dans mes envies, qui m’auraient donnée matière à m’entraîner …

Voici 2 ouvrages complètement indispensables si vos enfants aiment écrire :

Pour les premiers pas, à partir de 6-7 ans, dès qu’ils savent écrire

Le livre du petit écrivain (éditions Usborne)

Véritable petite boite à outils de l’écrivain en devenir, chaque page propose un thème différent sur des techniques littéraires ou sur l’importance de développer certaines parties dans une histoire.

Imaginez le lieu, le décor.

Faire des comparaisons entre deux personnages pour mieux les décrire.

Imaginez un récit d’aventure.

Ou bien tout simplement faire une liste de ses rêves, commençant par « j’aimerais que … »

On passe du personnel à l’imaginaire, du loufoque au plus sérieux. On fait appel à la fantaisie et au réel.

Bref un indispensable pour débuter sa carrière 😉

Carnet de l’apprenti écrivain de Susie Morgenstern (delamartinière jeunesse)

A partir de 10 ans

Je pense que je n’ai pas besoin de te remettre une couche sur l’admiration que je voue à Susie Morgenstern ?

Alors quand celle-ci écrit un carnet avec ses conseils, ses astuces, et ses pistes pour nous pousser à écrire, à chercher son style, à développer des automatismes et surtout à réaliser que quand on a ça en nous, on ne prend jamais cela comme un travail. Le plaisir est la clé ! L’entrainement fera le reste.

300 pages à compléter, partant toujours d’une citation, suivie d’une question puis d’un conseil : ce livre / carnet est passionnant !

Comment imaginez-vous votre vie plus tard ?

Cherchez dans un journal un article sur un thème qui vous intéresse.

C’est la révolution à la cantine : imaginez ce qui l’a déclenchée et ce qui se passe.

Autant de pistes pour pousser à sortir de sa zone de confort, pour faire de vrais ateliers d’écriture.

Bref un gros gros coup de coeur !!

 

 

 

 

ZERO DECHET

Réduire ses déchets : Dans la cuisine (partie 1) #zerodechet

Concrètement quand tu veux réduire tes déchets, il faut aussi passer par une phase de tri (attention on ne dit pas de « jeter », mais vendre, donner, recycler …) et une phase d’investissement ou nouvelles habitudes à acquérir pour partir sur du durable ou du moins sur des choses qui t’évitent d’avoir à créer du déchet.

Il y a des choix à faire quand tu dois consommer, et des questions à se poser.

 

Ce commencement est parfois un peu long, mais on gagne finalement en confort, en temps et en argent ! (si ! si ! beh déjà tu ne paies plus des mètres carrés pour des pièces tellement encombrées que tu n’y vas plus, ou des placards achetés une blinde pour charger de robots ou de produits ménagers que tu n’utilises pas … alors ?? ;-))

Je t’avais déjà parlé de nos premières habitudes venues assez naturellement et qui nous facilitaient même la vie.

Pour que tu réalises que je ne passe pas ma vie à trier dans ma poubelle et que cela ne prend pas forcément beaucoup de temps, voilà comment ça se passe à la maison, pièce par pièce, avec aujourd’hui : LA CUISINE !! Tadam !

  1. Je privilégie l’achat en vrac ou le rechargeable. Pour l’instant je suis assez limitée avec uniquement la biocoop, le marché, le drive fermier et le boucher. J’aimerais pouvoir dire que je trouve tout, mais il y a encore trop de choses que je ne peux pas acheter en vrac ou consigné. Je privilégie les achats dans des bocaux en verre ou bouteille en verre car je peux les réutiliser et/ ou les jeter (le verre est 100% recyclé, c’est un des déchets qui se recycle le mieux si on le jette dans les poubelles verre bien entendu). Je mets le tout dans des bocaux rigolos ou dans de jolies boites. Mon produit vaisselle se re-remplit à la bio coop, mais pour le lave vaisselle il va falloir que je passe à des recettes maison. A Bordeaux tu as La Recharge et l’Epicerie Générale Darwin.

green-ma-thé-noir-blanc-vert-boutique-en-ligne-eshop-bio-naturel-tea-time-theiere-mandarine-gingembre-citron-leopard-earl-grey-bleuet-classique-original-melange-tisane-verveine-melisse (1 (18)

2. J’ai adopté les gourdes squiz pour les desserts compote (mais tu peux aussi y mettre la soupe) et les goûters en extérieur/pique nique.

zero-dechet-cuisine-reduire-gourde-reutilisable-squiz-enfant-gouter-pique-nique-lavable-design-illustration-londres-london-new-york-reine-angleterre

Attention parenthèse polémique : pourquoi achetez des gourdes encore en plastique, même si elles sont réutilisables ? (sachant qu’elles ne durent pas toute la vie, puisqu’elles sont usables). Pour ma part, je dois entrainer dans mon sillage 2 enfants de 7 et 10 ans, qui même s’ils ont compris la démarche et sont globalement très fiers de l’appliquer, se confrontent régulièrement aux jugements des autres. Moi, adulte, avec mes valeurs et mes choix, je peux tout à fait prendre du recul et expliquer quand on me taquine sur mes pratiques ou mes positions. Mais dans une cour d’école ou une sortie scolaire, cela devient plus compliqué. Alors pour que la transition se fasse en douceur et que leur lien social puisse ne pas souffrir de notre démarche, les gourdes réutilisables sont notre salut ! Et comme nous sommes de vrais citadins, le moindre retour à la simplicité est vécu par les autres comme un acte paysan (au sens le moins noble du terme) voire d’arriéré, alors si on peut leur prouver que réduire ses déchets cela peut être moderne et design, moi je suis pour. Fin de la parenthèse polémique.

zero-dechet-cuisine-reduire-gourde-reutilisable-squiz-enfant-gouter-pique-nique-lavable-design-illustration-londres-london-new-york-reine-angleterre (1)

Je recharge donc mes 4 gourdes avec de la compote maison ou achetée en bocaux. Ma grande kiffe l’illustration New York ultra tendance, et moi je frime avec la reine d’Angleterre 😉 Voyez que le Zéro déchet ça peut être drôlement fun !

Elles vous plaisent mes gourdes Squiz ? Ca vous dit d’en gagner ? 😉

zero-dechet-cuisine-reduire-gourde-reutilisable-squiz-enfant-gouter-pique-nique-lavable-design-illustration-londres-london-new-york-reine-angleterre (3)

 

3. Nous faisons un maximum de gâteaux maison : pour le petit déjeuner et le goûter. C’est clairement avec les paquets de biscuits que les déchets sont les plus importants.

Des cookies, des sablés, des brioches. Certes cela prend un peu plus de temps que de déballer ses Pitchs de 15 emballages plastiques individuels, mais c’est un moment que nous passons ensemble avec les enfants et qui nous prend une heure max, rangement compris pour toute la semaine, voire +.

En plus on maitrise ainsi exactement la quantité de sucre et autres ingrédients : nous savons ce que nous mangeons.

Pour aller au parc ou autre, on embarque nos biscuits dans un tupperware ( celui avec la fameuse phrase de Joey a beaucoup de succès ;-)) : pas plus encombrant qu’un paquet de gâteaux industriels et on ne laisse aucune trace derrière nous !

smartphoto-friends-objet-photo-impression-deco-cuisine-joey-citation-quotes-planche-decouper-lunchbox-boite-conservation-repas-boulot-fun-saint-valention-complice-pteapotes

Mais également pour l’apéro ! On adore nos cookies raclettes, entre autre 😉

IMG_4292

Idem pour les soupes de légumes ! On en fait très souvent : pratique quand certains légumes tirent la tronche, cela évite de gaspiller. Même si chez nous, tous les déchets organiques vont au compost.

4. Le compost donc. Il nous absorbe une grosse quantité de déchets. Quand nous faisons les gâteaux : coquilles d’oeufs. Pour les soupes, les épluchures. Bref quand on regarde une poubelle, c’est déjà plus de la moitié qui peut être réutilisée pour la terre du jardin ou des plantes en pot.

5. Les appareils ménagers : cafetière, théière, bouilloire …

J’ai supprimé la Tassimo et autres cafetières dosettes pour une cafetière à filtre réutilisable non éléctrique. Le seul déchet : le marc de café et le papier emballage kraft du torréfacteur où j’achète le très bon café fraîchement torréfié au poids : le tout va direct au compost. La théière : j’achète du thé en vrac au maximum : j’essaie de ramener mon emballage kraft ou ma boite métallique. Je n’utilise plus de sachet sauf rarement (en voyage par exemple) et s’ils sont sans agrafes et compostables comme par exemple les tisanes du Jardin Bio. Actuellement je me sers encore de ma bouilloire éléctrique dont j’attends l’obsolescence programmée (si j’en crois la durée de vie des 2 dernières et vu mon utilisation intensive, d’ici 6 mois elle est cuite). En relais viendra la bouilloire qui va sur le gaz avec son petit sifflement à l’ancienne. Pas beaucoup moins rapide, et tellement plus chic, non ? 😉

075 IMG_4370

J’ai désormais un compagnon pour faire + vite mes gâteaux et autres brioches : le Kmix de Kenwood ! Je vous en parlerais très bientôt avec nos meilleures recettes de biscuits. Il ne nous quitte plus !

IMG_5181

6. Produits ménagers : comme je l’ai dit plus haut, je peux recharger mon liquide vaisselle à la bio coop, et j’envisage de trouver une recette pour le lave vaisselle. Pour le reste un seul produit à agrémenter ou diluer : le vinaigre blanc ! Il est utilisé dans les écoles car pas du tout nocif et parfaitement efficace ! J’y ajoute quelques gouttes d’huile essentielle de citron, je le mets dans un spray avec de l’eau et le tour est joué. Fini les produits spécial plan de travail ou évier étincelant, un produit tout en un et tout terrain puisqu’il me sert dans les autres pièces !

 

Pour poursuivre notre aventure Réduction des déchets, nous irons dans une autre pièce de la maison …

Mais tu peux aussi regarder la sélection de livres pour parler écologie avec toute la famille dès 4 ans.

lecture-livre-enfant-zero-dechet-famille-ecolo-bio-lanete-vert-environnement-questions-decouverte-petit-grand-adulte-responsable (1)

Et vous quelles sont vos indispensables et astuces dans la cuisine pour réduire vos déchets ?

 

BORDEAUX ENTRE COPINES, LA PAUSE FEMININE, LOOK MODE

Se reprendre en main … 2ème partie

Tu as pu voir dans la 1ère partie, que depuis début septembre, je me suis reprise en main.

IMG_3178

Pour me motiver et pour que le changement, avant d’être visible, soit bénéfique et puisse me permettre de me sentir vraiment bien dans ma peau, j’ai également rencontré une conseillère en image.

Oui un genre de Cristina Cordula, l’accent et la gestuelle en moins, mais l’expertise bien présente.

C’est donc Diane, de Conseils de Brune, qui m’a reçu un après-midi pour que l’on fasse un bilan.

Un bilan simple qui me permette de savoir quel était mon style, ce que je pouvais faire pour le garder tout en y ajoutant, la touche féminine que j’oubliais parfois, et que j’avais envie de faire ressortir.

J’ai aussi beaucoup apprécié la démarche qui m’a permis de faire du tri dans ma garde robe et mieux cibler ce dont j’avais besoin, et non pas repartir à chaque fois vers les mêmes rayons de pièces que j’avais déjà (les tee-shirts rigolos motif dessin animé ou ananas par exemple 😉 )

Du coup, en triant j’en ai profité pour adopter la méthode Konmari pour mes rangements de vêtements : c’est fou comme j’y vois + clair, et surtout comme ça motive à poursuivre le tri.

Mais je ne peux pas dire que je sois devenue complètement adepte de cette méthode, mon idéal étant surtout de tendre vers « Less is more » et donc d’avoir moins de choses, tout simplement.

Le livre Zéro déchet, même s’il ne traite pas du même sujet, permet aussi de réfléchir énormément sur la façon dont on veut vivre … et même si c’est difficile à mettre en place j’ai, depuis 2 ans, déjà changé pas mal de choses. Si ça vous intéresse, on en reparlera 😉

Diane m’a fait comprendre que je n’avais pas à renier ma personnalité mais juste à associer ses vêtements avec des pièces + chics, au tombé nickel, et avec de belles matières.

Je me suis rendue compte que je n’avais jamais eu de trench, alors que c’est une pièce qui pourrait vraiment me correspondre et compléter des looks à la mi saison. J’ai réalisé que je n’avais pas un seul vrai bon jean adapté à ma morphologie, ni même une jupe en jean basique, ou des boots toute simple. Mais par contre j’avais beaucoup trop de sweat-shirt aux coupes douteuses, ou de tennis fantaisies.

Désormais je connais mon style : le chic décontracté ! 😉 Je me doutais bien que je n’étais pas dans le modèle « ultra sophistiqué », ni « classique », ni même « fashion ».

Elle m’a également permis de découvrir un peu mieux les couleurs qui me correspondaient en fonction de mon teint, ma couleur de cheveux, d’yeux.

Nuancier

Il semblerait que j’appartienne donc à la catégorie du nuancier automnal : ça tombe bien, j’aime plutôt ces couleurs.

Ce genre de rendez-vous peut parfois permettre de vraiment reprendre confiance en soi, et aller de l’avant.

Pour ma part, cela m’a permis d’y voir plus clair sur ce dont j’avais envie au fond de moi, et là où je devais faire des efforts pour toucher du doigt mon objectif.

IMG_3165

Depuis notre rencontre, j’ai acheté un trench : j’avoue que, j’ai tourné autour, que j’ai hésité sur la couleur (l’imper beige pour moi c’était soit les pervers des squares, soit l’inspecteur Gadget ou Colombo), que je me suis beaucoup tatée. ( Trench Promod)

Mais c’était l’évidence : c’est la pièce de mon automne, et je n’en ai que des compliments. Ma fille m’a même sorti en me voyant nouer la ceinture à la taille : » mais en fait t’es super mince au ventre ! »

Car oui avec cette coupe, je peux mettre en avant ma taille fine, et mes hanches larges paraissent moins larges 😉

N’hésitez pas à aller voir sur le site Conseils de Brune, tout ce qui est inclus dans sa prestation complète ( je n’ai fait que la partie 1 : diagnostic et coaching vestimentaire) car même si le coût est important, pour le total je trouve qu’au final, il y a énormément de choses comprises (coiffure, cours de maquillage …) et que cela peut être un très beau cadeau à se faire offrir pour noël par exemple, ou à s’offrir quand on a besoin de se recentrer sur ce que l’on veut vraiment être et donc renvoyer comme image aux autres.

Sinon c’est l’heure du Bilan des 1 mois et demi de reprise en main :

perte de poids : – 1.800 kg . On ne peut pas dire que ce soit la fonte magistrale, mais j’ai un peu dégonflé du bide.

sport : j’ai laissé tomber le Top Body Challenge. Pour 2 raisons : la première, les exercices ne conviennent pas à ma situation (douleurs cervicales, nuque souvent engourdie, abdos qui partent de zéro …). Du coup je devais changer pas mal d’exercices proposés, pour les adapter à mon niveau et mes faiblesses afin de ne pas me faire mal. Puis je suis tombée sur l’avis de cette spécialiste de fitness. Ca a fini d’achever ma motivation et de confirmer mes peurs de me blesser. Deuxième raison : rester chez moi pour pratiquer du sport, ne me motive absolument pas. J’ai tenté mais rien n’y fait. Je passe déjà beaucoup de temps à travailler chez moi, j’ai donc besoin de sortir pour me vider la tête et me faire du bien ! La course me manque. A défaut de m’y remettre encore complètement, j’ai décidé de reprendre par de la marche rapide. Car + que perdre du poids, j’ai surtout envie d’affiner et tonifier mon corps. Et sans sport, cela me semble impossible, on est d’accord ? 😉

Prochain bilan fin novembre pour les 3 mois !

Cliquez pour acheter les livres sur Amazon



Trench Promod

En attendant, je vous propose de gagner le livre l’armoire idéale des paresseuses ! Pour que vous puissiez vous aussi, faire du tri, revoir vos bases, et surtout préparer la liste de ce dont vous aurez besoin d’acheter pendant les soldes 😉

Pour participer et tenter votre chance, cela se passe sur ma page Facebook Les p’tea potes ! Bonne chance !