DECO, Dvt perso et organisation

Comment concevoir les plans de sa cuisine et lister ses besoins de rangement ?

Les travaux sont finis et nous savourons chaque jour les aménagements et la nouvelle disposition de notre cuisine.

Vous aimez ?

Vous êtes en plein déménagement ? Vous allez vous lancer vous aussi pour refaire cette pièce si importante pour cuisiner, prendre les repas, recevoir, passer du temps à faire de bons petits plats ? Vous ne savez pas par où commencer ? Vous avez peur de vous tromper ? Vous n’avez aucune idée de ce qui vous convient réellement en terme de taille de rangement ? De style de déco ?

Alors voici mes conseils et astuces : je les ai testés lors de la conception de notre cuisine, et je peux donc avec un certain recul vous dire que même si parfois cela vous parait extrêmement contraignant, chaque étape vaut le coup et a son importance.

C’est parti !

Commencer par trier et lister :

  • De quoi vous servez vous tous les jours
  • toutes les semaines
  • tous les mois
  • une à deux fois par an
  • jamais

Vous prévoyez de changer votre cuisine dans les 6 mois ? Parfait, je vais vous faire gagner du temps (enfin pas sur le moment, car vous allez me maudire en premier lieu 😉 )

Vous allez devoir vider votre cuisine dans les prochains mois pour les travaux alors autant commencer maintenant.

LA METHODE DU CARTON :

Videz tous vos placards et mettez dans des cartons toute votre vaisselle, vos plats, linge de maison, ustensiles, etc.

Déjà vous remarquerez qu’en rangeant tous ces objets dans des boites, en les catégorisant, vous allez fatalement en éliminer ou en reléguer dans une autre pièce.

Ai-je vraiment besoin d’un placard pour 3 nappes ? Ne peuvent-elles pas être rangé avec les torchons ou dans le buffet de salle à manger ?

Ai-je vraiment envie d’avoir mon appareil à raclette qui me prend un placard entier dans ma cuisine ? Ne puis-je pas le laisser au garage / cellier et ne le sortir que quand nous avons besoin ? Ou même le donner / vendre si on ne mange qu’une raclette par an et se faire prêter l’appareil par des amis pour la soirée raclette de l’année ?

Bref c’est tout un travail de réflexion en amont qui vous permet de savoir comment vous imaginez votre future cuisine au quotidien et surtout pourquoi vous allez acheter tel ou tel placard.

Même si le coût d’un déménagement peut revenir moins cher qu’on pense, c’est toujours plus facile si on a moins de cartons à transporter et à déballer.

Chaque aménagement intérieur de vos placards est un investissement, alors réfléchissez bien si vous souhaitez vraiment mettre des euros dans une étagère pour un appareil à fondue ou investir dans un très grand casserolier pour 6 casseroles alors que vous n’en utilisez réellement que 3 au final.

C’est d’ailleurs la base du minimalisme dans la maison et même si vous ne tendez pas vers cela, c’est toujours agréable d’y voir plus clair et de se débarrasser de l’inutile, surtout quand on prend de nouvelles habitudes avec de nouveaux meubles entre autre. C’est l’occasion de repartir sur des bases saines et de tendre vers votre idéal en terme d’organisation, possession etc… et de désencombrer.

Cette astuce peut paraître complexe et très chronophage mais tout mettre en carton c’est vraiment la solution pour y voir plus clair sur ses besoins véritables car on fait déjà un premier tri lors de la mise en carton et ensuite on va pouvoir se rendre compte de la place dont on a besoin pour ce dont on se sert le plus souvent et où on voudrait qu’il soit rangé.

Je m’explique.

Désormais tous vos placards sont vides. Vous allez devoir aller chercher dans vos cartons chaque fois que vous aurez besoin de quelque chose. Cela demande de sacrifier une partie d’une autre pièce pour stocker tout cela, mais je vous assure que c’est très efficace pour réaliser ce que l’on possède et surtout la place que prend ce qui reste et dont on ne se sert finalement pas ou trop peu pour être conservé ou y consacrer un placard.

Ensuite vous le mettrez à une place dans votre cuisine : l’endroit qui vous parait le plus logique. Essayez de faire abstraction de son ancienne place et voir si une autre ne serait pas plus pratique. Même si actuellement vos ciseaux risquent de se retrouver sur une étagère car vous n’avez pas encore de quoi les suspendre par exemple mais que leur place vous parait toute trouvée : en hauteur, près de l’évier.

Et ainsi vous allez faire revenir dans votre cuisine, les objets et accessoires qui constituent réellement votre quotidien et vos besoins.

Au bout de 2-3 semaines vous devriez déjà vous rendre compte qu’avec 1 moule à tarte et 1 moule à gâteau vous tournez bien, sans avoir la sensation d’en manquer, si vous mangez une fois par semaine ce genre de plats. Mais d’autres qui en font tous les jours en auront besoin de +, mais ne mangent peut-être jamais de plats asiatiques ou à la cuisson vive et n’auront pas besoin de wok, donc réaliseront que cette forme de plat leur prend de la place pour rien, idem pour un joli plat à tajine qui vous avez fait envie en rentrant de vos vacances au Maroc mais qui finalement ne vous a jamais servi car vous ne savez pas le cuisiner et préférez aller le manger chez vos amis 😉

Il y a pleins d’ustensiles de cuisine qui nous ont séduit sur le papier et qui s’avère trop compliqué/ inutile / pas conforme au résultat attendu … bref que l’on garde au cas où, ou parce que ça fait bien d’en avoir un, ou parce qu’on l’avait payé cher à l’époque, ou que c’était la mode … Mais pourquoi continuer à conserver ce qui ne fait que remplir un placard et nous encombre ?

Alors vendez / donnez ce qui ne vous sert plus, ou en double / triple (oui ça nous arrive à tous n’est ce pas ?) ou ne correspond plus à vos besoins actuels (par exemple, les enfants ont grandi, inutile de conserver trop de petits récipients ou la vaisselle de bébé : un set si vous avez encore des enfants en bas âge dans votre entourage suffira et encore uniquement s’ils viennent souvent chez vous).

Déjà après ce deuxième gros tri vous devriez y voir plus clair : certains placards vous paraissent désormais trop grands, ou bien vous réalisez qu’au contraire vous auriez besoin d’un très grand tiroir car vous faites des plats familiaux et que vos contenants sont imposants, mais que vous pouvez tout à fait supprimer un des 2 tiroirs où vous amassiez 3 fois trop de petites verrines et autres mini-cocottes qui ne correspondent pas du tout à votre façon de cuisiner ou recevoir.

Bref commencez à réfléchir à vos habitudes de cuisine : vous mangez beaucoup de surgelés ou vous surgeler tous vos plats / restes etc pour tout un tas de raisons, alors vous avez besoin d’un plus grand congélateur.

C’est plus facile si vous avez déjà vécu dans l’appartement ou la maison que si vous n’avez pas encore en tête la disposition de la pièce parce que vous n’avez pas encore vécu dans ce logement et vous sortez à peine des cartons du déménageur Bordeaux.

Mais rien ne vous empêche de lister ce qui ne vous plaisait absolument pas dans votre ancien foyer et que vous ne voulez surtout pas reproduire ; parfois ne pas savoir ce qu’on veut, c’est moins compliqué si on sait ce qu’on ne veut pas. C’est valable pour à peu près tout d’ailleurs 😉

Au contraire, avez-vous envie de changer votre organisation à cause d’un changement d’emploi (vous aurez moins de temps le soir, mais vous rentrez entre midi et deux ?), les enfants grandissent (il faut qu’ils puissent atteindre le micro-ondes, ou avoir suffisant d’espace sur le plan de travail pour cuisiner avec vous), vous avez investi dans un robot multifonction et vous souhaitez lui trouver une place de choix, ou au contraire vous aimez cuisiner et souhaiter investir dans des éléments plus pro comme un four vapeur etc …

Quoiqu’il en soit, il faut garder en tête que vous ne devez pas regarder la cuisine de votre amie ou voisin pour refaire à l’identique parce que c’est joli (même si vous pouvez vous inspirer de ces couleurs, styles, matières). De même, ne prenez pas un gros frigo parce que c’est la mode, ou un mur entier de rangements parce que tout le monde vous dit qu’il faut beaucoup de rangement, ou des étagères parce qu’on met + de choses que dans un tiroir ( c’est faux) ou un grand tiroir parce que vous aurez toujours des choses pour le remplir …

Essayez de concevoir votre cuisine pour VOUS ! pour VOS besoins, et VOS affaires.

J’ai envie également de vous alerter sur le fameux « pour quand on a des invités » : les 3 services vaisselles dont vous ne vous servez que quand vous avez du monde, du plat de service que vous ne sortez que pour noël, du moule à gâteau en forme de nounours que vous gardez pour le jour où il y a des enfants à la maison …

Au final vous oubliez une fois sur deux de vous servir de ces objets, ou même si vous y pensez, est-ce que cela vous procure vraiment du plaisir ou est-ce une contrainte de laver à la main la porcelaine au liseré doré, ou les verres en cristal de mamie ? Alors cela signifie que vous payez un placard pour LES AUTRES, ou pour stocker des choses inutiles.

Maintenant vous pouvez passer à la phase de conception de la cuisine.

Vous avez en tête le style que vous aimez, vous connaissez les mesures de votre pièce, les contraintes techniques (arrivée d’eau, évacuation, éléctricité, fenêtre, mur porteur …).

Plusieurs sites dont Ikea proposent des logiciels en ligne pour concevoir sa cuisine. Vous avez les placards standards mais aussi l’éléctroménager, les aménagements intérieurs, etc. Cela vous donnera déjà une idée globale et plus ou moins détaillée de votre cuisine, mais également une estimation du prix.

Sachez que certaines choses peuvent faire monter ou descendre la facture : le plan de travail sur mesure fait basculer très rapidement la note dans le rouge. Alors ne soyez pas trop pressé et regardez bien les possibilités d’implantation dans votre pièce.

Pensez à respecter les normes de sécurité et le sens de circulation et les distances entre feu / eau / prise.

Demandez autour de vous si des amis ou connaissances ont le modèle qui vous plait, s’ils en sont contents à l’usage (trace de doigts, usure, solidité, praticité …) et pourquoi pas visitez l’intérieur de leur placard. J’ai passé un certain temps à demander à mon entourage leur plus grand regret en terme de cuisine, et leur meilleure idée.

Pour l’instant voici mon best que je savoure chaque jour dans ma cuisine :

  • un seul bac d’évier, relativement grand : on a la place d’y mettre une passoire amovible et de laver une cocotte minute sans souci.
  • les grands plans de travail
  • pas de placards hauts : je ne suis plus jamais sur la pointe des pieds (du coup il faut que je prévois des cours de stretching ;-)). Tellement agréable de ne pas avoir à farfouiller dans un rangement inaccessible, et d’avoir fait place nette.
  • le frigo tiroir : une nouvelle organisation au début mais vraiment plus logique pour nous
  • le four et le micro ondes légèrement plus bas qu’avant
  • une plaque gaz avec 5 feux : on peut lancer plusieurs préparations en même temps, c’est top !
  • les quelques placards qui s’ouvrent côté salle à manger : idéal pour mettre les bols de l’apéritif, les plateaux, les bouteilles, les accessoires du vin etc ..
  • des tiroirs à la place d’étagères : beaucoup plus pratique

Mes regrets :

  • un seul pour l’instant : pas de freezer pour les glaçons dans mon frigo 😉 Je dois aller jusqu’au congélateur.

C’est le seul pour le moment 😉

Et vous, qu’est-ce que vous adorez dans votre cuisine ? Que vous referiez ou que vous ne referiez pas ? La pire mauvaise idée pas pratique ? La meilleure idée qui vous facilite la vie ?

N’hésitez pas à aller voir ma cuisine AVANT / APRES .

LE BASSIN D'ARCACHON EN FAMILLE

La librairie générale : le temple du livre à Arcachon

La librairie Générale c’est LA librairie d’Arcachon !

Un établissement de tradition qui perdure depuis des dizaines d’années tout en sachant s’adapter et se renouveler.

Ici, ils ont les dernières nouveautés et la section jeunesse et tout-petit est très bien alimentée.

90 ans et pas une ride pour cette belle adresse incontournable !

Toute l’équipe est aux petits soins pour conseiller au mieux et trouver l’ouvrage convoité.

Les petites mains auront tout le loisir d’y découvrir de beaux livres cartonnés ainsi que des albums jeunesse très colorés.

La librairie organise régulièrement des animations et des dédicaces en faisant venir des auteurs connus et moins connus.

Alors n’hésite pas à entrer dans ce temps de la lecture pour donner envie à ton petit de découvrir de grandes aventures par les histoires du jour ou du soir !

 

Le +  : Cette librairie ancienne reste moderne avec un blog très actif !
Adresse : 49 cours de Lamarque, 33120 Arcachon


Tel : 05.56.83.53.32

Site web : http://librairiegeneralearcachon.blogspot.fr/

Horaires : du mardi au samedi 9h-12h15 et 14h30-19h15 et le lundi 14h30-19h15

BONS PLANS, Dvt perso et organisation, LA PAUSE FEMININE, SPORT

#3 les 10 petits indispensables pour courir : gagner en confort et rendre la course + agréable ! + CONCOURS

Après PART ONE : les 5 avantages du running 

Après PART TWO : les 10 astuces des premières fois

 

Voici mes 10 petits indispensables pour courir : gagner en confort et rendre la course plus agréable !

Alors oui quand tu commences à tenir 5 km 2 fois par semaine tu ne dis plus « je vais courir de temps en temps », mais « je fais du running » (oui une équipe de publicistes spécialisés en marketing est passée par là pour rendre ce qui était à la base de la course à pied, un mouvement fun et canon ! 😉

Faire du running, ce n’est pas la même chose que « courir » .. Non ça implique une allure, un mode de vie, un « staïle » 😉

AbsolutelyFabulousOlympics3_600x338

Certaines choses sont complètement futiles (=inutiles) mais dans ce petit monde qui s’ouvre à toi, pas mal de ces accessoires dont tu ne vois pas vraiment le besoin d’investir au début, peuvent changer ta vie (oui rien que ça ;-))

1. Les chaussettes de running : oui, un vrai confort pour les petons, c’est moins de bobos dans les talons ! ( Tu as des premiers prix chez Decathlon qui tiennent très bien la route !)

2. Les brassières : là encore, une bonne brassière n’est pas forcément très chère. Kalenji (toujours chez Decathlon) propose plusieurs modèles. Pour ma part j’en ai acheté 3 modèles différents allant de 9.90e à 25e et je tourne avec.

3. Les matières techniques : Ah, te voilà vraiment dans le rayon « running » ! Anti-transpirant, aéré, garde la chaleur … Bref de quoi courir par tous les temps ! Ma base : 2 tee-shirt et un « pull, veste, tunique » : j’ai craqué pour ce modèle … Chez Kalenji 😉 Je l’adore ! C’est mon chouchou, super confort, quand il fait froid (j’ai couru jusqu’en décembre l’année dernière et j’ai repris en mars !)

Je n’ai pas encore investi pour les bas, depuis mes douleurs cervicales, mais je sais d’avance que je trouverais un ou 2 corsaires sympas dans la nouvelle collection.

running-courir-course-entrainement-sport-equipement-vital-brassard-kalenji-nike-appli-application-iphone-apple

hd_b36b920fe963477c96be024e1bfa5fd9

4. Un brassard de téléphone ( avec ses amis les écouteurs et le téléphone ) : Courir en musique c’est le top ! J’ai acheté le mien chez … LIDL ! Oui, oui, il y a des arrivages pour les sportifs, et j’ai trouvé que les chaussettes running achetées chez LIDL étaient également très bien pour un prix tout mini ! Le brassard te permet d’amener ton téléphone : Tu peux chanter à tue -tête (oui enfin surtout DANS ta tête parce que chanter en courant ce n’est pas donner à tout le monde … :-)), tu peux également lancer ton appli préférée : voire le n°5 😉

running-courir-course-entrainement-sport-equipement-vital-brassard-kalenji

5. Une application téléphone indicateur de temps et distance : mes 3 préférées runtastic, nike +, smilesrun . Tu peux ainsi suivre tes progrès, challenger tes amis, découvrir des programmes de coaching, et connaitre tes meilleurs temps / distance. Bref tu te prends au jeu 😉

6. Les produits après courses : il ne faut pas négliger la phase de récupération et la douche en fait partie. J’aime particulièrement la gamme à l’arnica de Weleda : gel douche, bain, et huile de massage, un combo gagnant pour se sentir bien ! Mon petit rituel-récompense d’après sport.


running-courir-course-entrainement-sport-equipement-vital-brassard-kalenji-weleda-arnica  running-courir-course-entrainement-sport-equipement-vital-brassard-kalenji-bain-weleda-reconfort-arnica

7. Les magazines : oui quand un phénomène devient un vrai créneau, la presse s’en empare.

Bien sur, tu retrouves des conseils dans des livres (le cahier de running des paresseuses a été ma bible les premiers temps, d’ailleurs très prochainement je vais t’en faire gagner un exemplaire si tu es sage ;-), mais également depuis quelques mois dans des magazines.

J’avoue que VITAL a eu mon coup de coeur et comme il ne sort que tous les 2 mois, il ne se répète pas (trop) et propose un contenu relativement varié et surtout ça change un peu de la presse féminine habituelle.

Son petit frère VITALFOOD donne de très belles idées recettes healthy et permet de connaitre aussi les calories des plats, nos alliés poids / sport et puis surtout nous met l’eau à la bouche avec des photos sublimes ! D’ailleurs si vous savez comment se procurer des anciens numéros ?

IMG_2964 IMG_2965

8. Le bracelet traqueur d’activité : pour ma part j’ai opté depuis bientôt 3 mois pour le Fitbit découvert et acheté à la Grande boutique Orange de Bordeaux. Un très bon allié au quotidien car il ne sert pas qu’à courir mais aussi à compter le nombre de pas, de calories et la qualité du sommeil !

Je vous en ferais un petit bilan pour les 3 mois de bons et loyaux services 😉

IMG_2720

9. la playlist chargée dans le téléphone : pour ma part elle n’est pas encore au point. Je cherche encore la musique idéale pour garder le rythme , rester motivée et pouvoir chantonner dans ma tête. Le meilleur compromis à l’heure actuelle c’est un Best Of de Michael Jackson ! Bon Jovi ayant été un bon partenaire mais trop mélancolique dans les ballades, et Robbie me donnant vraiment la motiv’ mais j’ai tendance à vouloir faire systématiquement un duo .. donc bon, hum hum … 😉

Mais il semble que Spotify permette bientôt des playlists qui suivent ton rythme de course : un véritable moteur ! 🙂

10. Un Resqme Defendme : pour la sécurité, une vraie petite alarme de la taille d’un porte clé. Lorsqu’on tire dessus d’un coup, elle se détache en 2 parties et active un son ultra violent et audible depuis le fin fond de la Gironde ! Le bruit d’une alarme à incendie sur soi ! Bref de quoi bien assourdir et surprendre un éventuel agresseur ou un gros relou. A emporter partout (même quand on ne va pas courir d’ailleurs)

61g7hXTRXkL._SL1135_

61aR0pUxK3L._SL1224_

Et comme je me soucie de toi, mon petit bouchon, je te propose d’en gagner 2 sur le blog !

Pour participer, facile : tu mets un commentaire sous cet article 😉

Si tu likes la page facebook Les p’tea potes, que tu suis l’instagram, et que tu follow le twitter, ça ne te fera pas de chance en plus, mais ça me fera bien plaisir et tu seras au courant dès qu’il y aura du nouveau par ici 😉

Tirage au sort de 2 gagnants lundi . EDIT : Les gagnants sont le n°24 et le n°26 : Eva et Baras ! Félicitations !!

D’ici là, va chausser tes baskets et file bouffer du bitume 😉

BORDEAUX ENTRE COPINES, LA PAUSE FEMININE, LES ACTIVITES KIDS, OENOTOURISME - VINS

Lézard Créatif : des ateliers artistiques de peinture au vin à Pessac #Bordeaux

Je t’ai déjà parlé de Lézard Créatif puisque mes enfants avaient testé un atelier dans celui de Bordeaux Centre.

Cette fois, c’est une parenthèse pour moi, car j’ai pu testé 2 ateliers adultes de peinture aux vins avec le Lézard Créatif de Pessac.

Quand on connait ma passion pour le vin, cela parait logique 😉

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-9

Le premier atelier se passait à la boutique de Pessac Centre.

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-13

Là-bas tu peux bien sûr t’équiper avec tout ce qui se fait de mieux en matière de loisirs créatifs et matériel artistique : les meilleures marques y sont répertoriées et on te conseille en toute bienveillance.

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-12

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-16

Mais tu peux surtout participer à des séances de découverte ou remise à niveau, dans différentes techniques.

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-15

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-14

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-11

J’ai donc découvert qu’on pouvait peindre avec le vin en utilisant la technique de l’aquarelle.

La Porte Cailhau était notre esquisse de départ et peu à peu nous avons donc superposer les couches de 2 vins : un Madiran et un Pape Clément, pour voir apparaitre les ombres et les détails qui rendent le tableau unique.

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-22

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-21

Chaque vin ayant son tanin et sa couleur, c’est tout naturellement que l’on réalise la palette de nuance qui s’offre à nous.

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-20

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-19

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-10

J’ai adoré cet atelier : 2 heures super agréables, avec un maximum de 8 personnes, tout le matériel fourni, une animatrice plasticienne pour donner des conseils au groupe puis en individuel, de la bonne humeur, et un sirop d’orgeat délicieux 😉

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-18

Pour 25 euros, tu passes un doux moment de détente et tu repars avec ton oeuvre.

Un instant zen, dans la routine et le stress du quotidien : prendre du temps pour soi. Une expérience que j’ai très vite renouvelé pour un second atelier.

Cette fois-ci, le rendez-vous était directement à la boutique du Château Pape Clément.

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-6

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-8

L’atelier a débuté par une dégustation de vins : 3 grands noms pour des découvertes complètement différentes, dont un très grand vin que l’on ne retrouve pas tous les jours dans son verre.

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-7

Une responsable de la boutique a pris le temps de nous parler de chaque vin et de nous faire découvrir leurs fabrications et leurs particularités.

Ensuite direction les jardins pour s’installer sous le soleil de cette belle soirée d’été.

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-5

La lumière naturelle, les couleurs et l’architecture : nous étions dans un cadre idyllique et propice à la création.

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-jardin

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-lumiere

Là toujours l’ambiance est détendue : on découvre que l’on va peindre le château que l’on a sous les yeux.

Un modèle en visu réel, c’est carrément de l’immersion dans notre tableau ! 😉

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-modele

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-3

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-2

La plasticienne prend le temps de redonner quelques astuces, de nous apprendre des techniques ou tout simplement de nous féliciter sur notre avancée 😉

Cet atelier coûte 36 euros pour 2 heures 30 TOUT INCLUS.

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation

Un vrai moment privilégié à s’offrir ou à offrir pour se remettre à la peinture ou tout simplement pour découvrir que l’on est capable de faire nous aussi de petites oeuvres d’art.

N’hésite pas à suivre toute l’actualité du Lézard Créatif de Pessac sur leur page Facebook afin de connaître les dates des prochains ateliers.

lezard-creatif-bordeaux-pessac-centre-ville-art-peinture-vin-aquarelle-atelier-seance-chateau-pape-clement-merlot-esquisse-tableau-technique-decouverte-degustation-24

Un grand merci à toute l’équipe du Lézard Créatif de Pessac pour sa bonne humeur et sa gentillesse.

BONS PLANS, LA PAUSE FEMININE, SPORT

#2 Se mettre à courir, débuter en running : les avantages, l’équipement, les astuces, mais surtout LA VERITE ! ;-)

Après PART ONE : les 5 avantages du running , Voici :

PART TWO : les 10 astuces des premières fois

Tu es motivée, tu t’apprêtes à faire ta première sortie de running ?
Ou peut-être tu as définitivement renoncé 😉

Alors attention, jeune Padawan, ne va pas te dégoûter direct ou te dire que tu vas courir de suite un semi-marathon …

Pour ma part, voici comment j’ai procédé et je procède encore (je me considère encore largement au stade débutant, donc pour l’instant, ce déroulement me convient)

1. D’abord fixe toi un objectif raisonnable : le mien était 5 km .. en marchant à bonne allure ! Oui Oui 😉 Les 3 premiers mois, j’ai marché !

Entre 5 et 10 km. D’abord pour découvrir des chemins, des circuits, ensuite pour évaluer le terrain (dénivelé, passage étroit en bord de route …), puis pour entraîner mon corps qui n’aurait vraiment pas pu démarrer direct par de la course.

Peut-être seras tu beaucoup plus douée que moi (ça sera pas difficile ;-)) et que très vite tu auras envie de courir et passer à la vitesse supérieure, peut-être que direct tu voudras voir le paysage défiler plus vite, car nous sommes tous différents, et je ne livre là que mon ressenti perso et mon expérience rien qu’à moi (c’est très égocentrique cette histoire ;-)).

Tu peux aussi démarrer avec du renforcement musculaire : quelques squats, du gainage … bref des petites réjouissances pour mettre ton corps en route, surtout si tu n’as jamais fait de sport, ou que tu n’en as pas fait depuis longtemps.

2. Ne néglige pas l’échauffement. Pour pouvoir progresser, tenir et mieux récupérer, fais monter le cardio tranquillement.

La plupart du temps je fais entre 600 m et 1 km en marchant (de plus en plus vite sur les derniers mètres). Cela me permet de me mettre en route, de m’équiper tranquillement (va essayer d’enlever une veste ou d’enfiler un pull en courant , tiens ! ;-)) et de faire les derniers réglages de musique si besoin 😉

3. Démarre lentement. Les premières fois, on veut courir, mais vraiment … on voudrait sentir le vent dans les cheveux, voir les autres s’extasier devant notre allure de grand sportif, ressembler à WonderWoman pimpante et rutilante …

En réalité, on se crame dans les premiers mètres et quand on réalise qu’on a fait 800 mètres mais qu’on est déjà complètement essoufflé, rouge et au bord du malaise, on se dit « mais putain je n’suis qu’une grosse merde ! » .. alors non, tu n’es pas une grosse merde, mais tu as tout simplement voulu aller trop vite !

On fait de l’endurance, pas de la course contre la montre. Alors oui, au début tu ne vois quasiment pas de différence d’allure entre ta marche rapide et ton pas de course, oui, les escargots te doublent et les vaches sur le bord des routes se demandent pourquoi tu te traînes comme ça … mais tu t’en fous, tu cours quand même et tu veux tenir ton premier objectif !

4. Attention le conseil qui vaut de l’or : pense à respirer ! (ouais merci Lydie, j’avais zappé que je ne pouvais pas survivre en apnée ;-)). Sérieusement, n’aies pas peur de respirer bruyamment (on s’en fout des autres !), expire et souffle bien ! (Mon coach de boxe m’avait dit, il y a quelques années, un truc qui est resté : » on pense toujours à inspirer, ça se fait naturellement, mais expirer se fait moins facilement, donc concentration sur l’expiration ! » Il avait raison le bougre : grâce à ça, je n’ai JAMAIS eu la pointe de côté depuis ce conseil !

5. Ne cours jamais direct après manger, et vide ta vessie avant de partir ! J’ai couru une seule fois après manger, j’ai eu mal au bide tout le long, envie de vomir, l’horreur !! Et l’envie de pipi vient d’autant plus vite que si tu es une nana, tu tapes sur ton périnée à chaque rebond,(d’ailleurs pas de running sans avoir fait sa rééduc périnatale mesdames mesdemoiselles, sous peine de finir avec des couches libra avant la quatantaine !) alors si tu ne veux pas devoir courir encore plus vite pour rentrer faire pipi chez toi, va aux toilettes avant ! (c’est con, mais on se dit « non non ça va, j’ai pas envie » comme des gosses, et au bout de 2 minutes .. tu connais la chanson ;-))

6. Motive toi, essaie de tenir le plus loin, mais … si tu dois t’arrêter avant ton objectif, MARCHE ! Ne t’arrête pas là comme ça pour faire une pause ! Ne te stoppe pas net, genre « non mais là j’en peux vraiment plus ! ». Marche jusqu’à ton objectif. Certes tu ne l’auras pas fini en courant, mais marcher te permettra de mieux récupérer, de visualiser ce qu’il te restait à parcourir (la plupart du temps tu te rendras compte que tu étais finalement très près du but … alors la prochaine fois tu tiendras 😉 et également de renforcer ton endurance sur la distance que tu t’étais fixé. Bref marcher n’est pas tricher 😉

 

7. Le retour au calme : je fais toujours entre 500 m et 1 kilomètre en marchant au retour pour reprendre mon souffle et ralentir progressivement. Au fur et à mesure, je me rends compte que j’ai besoin de moins en moins de distance et temps pour récupérer mais cette phase me permet aussi de prendre du recul sur ma course avant de rentrer et d’avoir un sas de décompression.

8. Les étirements : mais oui c’est bien sur ! Tu sens bien qu’il n’y a pas que ta respiration et ton cardio qui ont travaillé ! Tes petits mollets et tes petites cuisses ont aussi fait une grosse part du boulot (et crois moi, si tu ne t’étires pas, tu le sentiras bien ;-))

Alors on étire tout ça : pas besoin de prendre des heures. En 10 minutes max, l’affaire est pliée, et tu me remercieras demain (enfin surtout après-demain ;-)). Voici les étirements que je fais : je les connais par coeur, je sais bien les faire, ils me conviennent. (ce sont pour moi les 3 conditions qui font que je les adopte et qu’ils deviennent automatiques, très importants pour ne pas les zapper ou se faire mal). Lentement, par série de 15-20 secondes chaque coté en alternant au minimum 3 fois.

Etirement-chaine-musculaire-posterieure-SanteSportMagazine-28-Macadam-Tonic Etirement-mollet-SanteSportMagazine-28-Macadam-Tonic Etirement-quadriceps-SanteSportMagazine-28-Macadam-Tonic

sources images étirements santé sport magazine

9. L’eau : celle que tu dois boire après avoir couru : tu verras, ce verre d’eau là, juste quand tu reviens, c’est le meilleur !! 😉

L’eau gazeuse est vraiment top pour te réhydrater !

Mais aussi celle de la douche, là aussi, récompense toi de tes efforts et associe un « parfum » à ce moment. Pour ma part, c’est Weleda et sa gamme à l’arnica qui sont désormais mes produits d’après running. Je trouvais l’odeur spéciale au début, mais je ne peux plus m’en passer … et c’est un vrai moment de détente après la souffrance.

running-courir-course-entrainement-sport-equipement-vital-brassard-kalenji-weleda-arnica

running-courir-course-entrainement-sport-equipement-vital-brassard-kalenji-bain-weleda-reconfort-arnica

10. Félicite toi ! Non pas en sautant sur le premier apéro venu (hum hum … même si la bière est, parait il, un bon moyen de se réhydrater aussi ;-)), mais en regardant le chemin parcouru, les réussites (as tu couru + ? + vite ? t’es tu senti moins essoufflée ? ou tout simplement sois fière d’avoir été courir aujourd’hui plutôt que de n’avoir rien fait !).

Moi, en tout cas, je te dis BRAVO !!

JE PRECISE QUE JE NE SUIS PAS COACH SPORTIF, QUE JE N’AI PAS DE DIPLOME DE SANTE DU SPORT : C’est pourquoi j’ai demandé à un entraineur sportif diplomé et qualifié, coach sportif, entraineur de champions de boxe anglaise, Himed Herzi, de valider ses conseils. Merci à lui pour sa gentillesse, son partage, sa patience et surtout surtout ses reprises chantées de « l’apéro-bic » 😉 ❤

On se retrouve très vite dans un prochain article pour mes petits indispensables pour courir : gagner en confort et rendre la course plus agréable !

 

 

 

 

 

 

 

BONS PLANS, LA PAUSE FEMININE, SPORT

#1 Se mettre à courir, débuter en running : les avantages, l’équipement, les astuces, mais surtout LA VERITE ! ;-)

PART ONE : Les 5 avantages du running

Courir ? Après quoi ? pour qui ? pourquoi ?

Si on avait dit à la gamine que j’étais qu’un jour elle irait courir, de son propre gré, plusieurs kilomètres, je crois qu’elle en rirait encore, cachée derrière le buisson du terrain de foot du lycée pour ne pas que le prof de sport ne la voit s’arrêter (Toi même tu sais : casse-dédi Cécé 😉

Courir ? moi ?

Oui j’étais cette môme nulle en sport : LA nulle en sport, celle qui au saut en hauteur sautait sous la barre, celle qui au lancer de javelot lancait devant ses chaussures, celle qui en endurance n’arrivait pas à boucler un tour pendant que les autres en faisaient 10…

Non mais sérieusement, pourquoi j’irais courir ?

Puis quand je cours ça ressemble à ça !

phoebe running

Bref courir, c’était carrément hors de question (à la limite pour chopper mon tram, et encore, il me fallait une bonne demi heure pour m’en remettre ;-)).

Oui mais voilà, il faut se rendre à l’évidence : il ne faut JAMAIS dire JAMAIS (tout le monde a reconnu la rèf cinématographique de Fievel !) car courir a des avantages (beh tu penses bien qu’il faut creuser pour en trouver mais au final on en trouve ;-))

1. tu peux courir QUAND tu veux (bon JAMAIS n’est pas une option sinon on ne pourra pas dire à proprement parler que tu cours ;-)), c’est à dire que la meilleure heure est celle qui te convient : pas d’horaires de cours de fitness, ni de jours d’ouvertures de la salle de sport, ni d’histoires de « j’ai raté le seul entrainement de la semaine « … Tu cours quand tu as 1 heure devant toi comme 2 heures, une fois , 2 fois .. comme tu veux, comme tu PEUX. Tu es ta propre coach, ta propre limite (enfin tes gosses et ton mari sont aussi une bonne grosse limite parfois ;-)). Bon niveau timing, j’avoue que l’idée de courir le soir à la tombée de la nuit, seule, ne me fait pas vraiment kiffer.

2. Tu n’as pas besoin de ponctionner le livret A des enfants pour t’acheter du matos. Ce sport ne nécessite pas beaucoup d’équipements, contrairement à certains. Souviens toi en primaire quand pour t’inscrire au Twirling bâton (oui oui riez bande de hyènes, mais j’ai fait une saison de twirling !) il te fallait 2 justaucorps (en boutique spécialisée hein sinon c’est pas drôle), des élastiques spécial chignon (vendu par 10 alors que t’en veux 2 et qu’au cours de l’année tu te fais couper les cheveux bien courts), et bien sur le fameux bâton (le grâal, la baguette magique : la barre de fer qui coûte un rein à chacun de tes parents, le scotch crampon anti dérapant à paillettes en option obligatoire ). Bref un gouffre financier dès que tu franchis la porte du gymnase municipal.

Avec le running, une paire de bonnes baskets suffit (oui j’avoue il faut se sentir franchement bien dans sa godasse, sinon ça te dégoute ou tu te blesses, mais Decathlon en fait des supers rapport qualité prix (19 euros premier prix) ou sinon comme moi, traque les soldes et choppe ta pointure chez Asics en dernière démarque (j’ai payé mes chaussures 59 euros au lieu de 119, de la came de compèt’ ;-)) : première fois de ma vie que je me sens aussi bien dans des pompes en courant !) et un bon soutif de sport (sauf si comme certaines de mes copines tu es plate comme un vinyle d’Etienne Daho), mais là encore Kalenji chez Décath’ est un moindre investissement en premier prix (5 euros) avant de savoir si tu fouleras régulièrement le bitume. N’hésite pas à regarder la section « Bonnes affaires », ça vaut souvent le coup ! Et c’est tout !

Pour la tenue, un vieux jogging (celui que tu avais acheté en 2006 dans l’espoir d’aller à la zumba plus de 3 fois dans l’année), vieux tee-shirt (Dance Machine 1996 … par exemple hein … hum hum … ), vieux débardeur (oui dans mon armoire de sportive tout était vieux quand je me suis lancée .. ;-).

3. Tu peux courir Où tu veux. Bon j’admets 2-3 bémols à cette option : le sous-bois fréquenté par des junkies loin de toute habitation ou la rue déserte qui finit en cul-de-sac sur une décharge, c’est pas franchement le lieu rêvé ( ajoute l’option 1 : à la tombée de la nuit et tu obtiens le combo gagnant pour passer aux infos à la rubrique faits divers. Même si l’idée que Laurent Delahousse prononce mon prénom ne m’est pas désagréable, j’aimerais autant que ce soit pour d’autres circonstances que la reconnaissance de mon tatouage à la morgue … fin de la parenthèse humour noir)

Donc cours où tu veux, mais sois visible, audible et sur des lieux où d’autres runners /joggers s’aventurent. Après certains préfèrent la verdure (un jardin public), d’autres le bitume. (sinon t’as l’option tapis de course ;-))

4. Tu n’as pas de challenge ou obligation autre que ceux que tu te fixes , tu es indépendant (et c’est l’entrepreneure qui te parle : la liberté, ça n’a pas de prix … enfin si, celui d’un salaire fixe dont tu peux oublier le montant à 4 chiffres, mais passons ;-)): pas de gala de fin d’année où il faut retenir les chorés, pas de réunion de club, pas d’annulation de cours le jour où tu as la patate … bref t’es le boss ! (ok c’est aussi un des inconvénients du truc , on est d’accord 😉 Il faut une sacrée dose de motivation, de discipline et de volonté certains jours.

5. Tu compenses tes excès : oui la voilà ma motivation ! Je cours parce que j’aime picoler et manger ! Je cours parce que je ne sais pas faire de régime, mais que mes cuisses et mes hanches aiment emmagasiner les souvenirs de week-end barbecue ou de soirée champagne -mojito ! Alors dans mon cas, comme je n’arrive pas, à l’heure actuelle, à diminuer mes « excès », courir ne me fait pas maigrir, mais m’évite de grossir, et à tendance à me permettre de mincir un peu (en poids je n’ai pas bougé mais j’ai du FORCEMENT prendre du muscle, hein, on est d’accord ? … mon jean me dit en tout cas que je peux respirer sans risquer de péter le bouton ou la fermeture, c’est pour l’instant ma seule petite victoire et vu que je ne fais pas plus d’efforts je devrais m’en contenter.)

On se retrouve très vite pour la partie 2 : les astuces et conseils pour tes premiers kilomètres 😉

running-courir-course-entrainement-sport-equipement-vital-brassard-kalenji-nike-appli-application-iphone-apple

 

 

BORDEAUX : Les idées du week-end avec enfants, CULTURE

10 astuces pour visiter un musée avec un enfant dès 2 ans et demi (oui, c’est possible !)

Tu crèves d’envie d’ouvrir ton petit à l’art, la culture ou tout simplement de lui faire découvrir ton musée préféré ?

Voici mes conseils testés et approuvés pour organiser une balade vers la première expo de ton bambin :

1- amener le doudou (d’abord parce que si ton môme a un besoin soudain de câlins tu seras bien heureux d’y avoir penser …) pour faire voyager doudou dans le musée. S’amuser à faire poser doudou ( ou une figurine) devant une sculpture, ça rend de suite la visite plus ludique. Coucou Jojo lapin !

british-museum-londres-musee-histoire-egypte-pierre-rosette-enfant (3)

2- chercher les détails d’une thématique, en général, les animaux : on trouve TOUJOURS des animaux (représentés en peinture, en sculpture, en objet …). Cela permet de rendre la visite plus accessible et ludique.

andrea-branzi-expo-bordeaux-musee-arts-decoratifs-design-junior-enfant-canape-tapis

3- ne pas vouloir passer plus d’une heure dans le musée … je t’ ai dit qu’on pouvait aller au musée avec un tout-petit, pas que tu allais pouvoir y passer la journée en lui faisant faire une thèse sur Picasso.

Il faut toujours garder en tête que cette sortie sera rythmé par l’enfant.

Respecter le fait qu’il ne puisse pas se concentrer et arpenter les galeries pendant aussi longtemps qu’un enfant de 12 ans … ça parait logique, mais bien souvent on en demande trop au niveau de l’attention. Alors si au bout de 40 minutes il en a marre, tu peux quand même le féliciter de sa performance !

premiers-arrives-site-boutique-ligne-jouets-jeux-ludique-enfant-montre-sablier-temps-notion-autonomie-dent-brossage-jouets-esthétique

4- préparer la visite seul : oui si on sait d’avance ce qu’on va y trouver, si on a déjà pu soi-même se renseigner un peu sur 2-3 « histoires » à raconter autour de l’œuvre, l’époque, la ville ou de l’artiste, c’est toujours plus facile d’intéresser l’enfant et de rendre « vivante » sa visite.

5- se poser : prendre 5 minutes pour s’asseoir devant un tableau ou pas … boire un peu d’eau, croquer un gâteau (lorsqu’il y a un endroit qui l’autorise dans le musée). La pause est nécessaire, en milieu de parcours.

squiz-gourde-plastique-compote-reutilisable-lavable-resistante-enfant-petit-gouter-pomme-lydie-pteapotes-pratique

6- prévoir en fin de visite d’aller courir, marcher, bouger … canaliser son énergie, se concentrer, parler doucement, écouter, tout ceci demande de gros efforts aux enfants. Il faut savoir leur permettre de se relâcher ensuite. Un tour dans un square pour jouer au toboggan et balançoire sera l’idéal.

square-vinet-rue-cancera-sainte-catherine-bordeaux-centre-jeux-enfants-balancoire

7- instaurer un petit rituel : l’achat d’une carte postale, d’un porte clé, d’une tasse … bref c’est un peu la carotte on est d’accord, mais c’est aussi surtout l’occasion de voir dans la boutique de souvenirs ce que ton enfant a le plus aimé comme œuvre ( lui laisser le temps de choisir fait aussi partie de ton épreuve de patience … mais c’est le deal ;-)). Ainsi il pourra se faire une petite collection, mais également se remémorer certaines visites qui l’auront + marquées que d’autres.

IMG_1185

8- Se précipiter à l’accueil pour demander le livret-jeu pour enfants. Beaucoup de musées jouent le jeu et propose un petit guide pour les kids. La plupart sont gratuits, certains musées te le feront payé 1 ou 2 euros. Mais dans tous les cas, c’est une aide précieuse pour orienter ta visite et avoir un support écrit pour tes plus grands qui savent lire.

f112558528

9- si le musée l’autorise, et bien sur, en réglant l’appareil SANS FLASH, aide ton enfant à prendre quelques photos souvenirs … s’il est assez grand pour manipuler seul un petit appareil, confie lui !

Tu seras surpris de voir ce que ton enfant a mitraillé et que parfois tu n’auras peut-être même pas vu 😉 pourquoi pas ensuite lui constituer un petit cahier sur ces visites au musée … ainsi il pourra même comparer les musées entre eux .. attention ! on est à 2 doigts d’en faire un vrai critique d’art ou un paléontologue 😉

f191898816

10. préparer la visite avec l’enfant, grâce à des livres la plupart du temps, lorsqu’il s’agit d’un grand musée très connu. Ainsi on pourra rechercher dans le musée, ce qu’on avait vu dans le livre (ne pas hésiter à emmener le bouquin ), faire des rapprochements , le laisser étaler sa science sur le fait que cet objet il sait à quoi il sert car il l’a lu avec papa / maman 😉

téléchargement

Prêt pour aller arpenter un musée ?

f218851456

Les musées à voir en famille testés et approuvés :

A Bordeaux :

Le musée d’Aquitaine

L’expo Branzi au musée des Arts décoratifs et du design

– Le musée des douanes

A Londres :

Le musée de Londres

Le V&A musée de l’enfance

A Paris :

Le musée en herbe (expo Hundertwasser)

Le château de Versailles