LA PAUSE FEMININE, Les cheveux blancs

50 nuances de gris : assumer les cheveux blancs avant 40 ans ? Mon projet #mygrayhair #1

A 16 ans j’ai eu ma première coloration : une mèche rouge dont j’étais ultra fière ! Et ainsi j’ai pu jouer avec les couleurs comme avec les tenues … j’ai longtemps considéré la coloration maison comme un jeu et un plaisir au même titre que choisir un accessoire de mode.

C’était mon rouge à lèvres, moi qui me maquillais peu. Jusqu’à ce que ce soit presque mon identité : de grandes mèches noires, le total rouge claquant, les mèches blondes …

A 25 ans mes premiers cheveux blancs : 2-3 sur le devant, que j’arrache allègrement. Il n’y a finalement que moi qui les vois. Peu de coloration (une grossesse, un long allaitement : moins de temps, moins d’envie). Je reprends lentement le chemin du salon de coiffure et des colos maison deux à trois fois par an seulement et je trouve ma couleur le roux, qui se rapproche de mon châtain foncé avec reflets d’origine.

A 29 ans ma deuxième grossesse me donne du souci : la légende dit vraie ! Les cheveux blancs se multiplient. En grande mèche sur le devant, l’effet racines est visible tous les 1 mois et demi. Je prends donc l’habitude de me colorer les cheveux : souvent avec des produits du commerce, deux trois fois par an en salon. Le plaisir disparait : la contrainte commence. Le rythme s’impose, les démarcations me sautent aux yeux, les premières remarques fusent : »ouh t’as pas fait ta couleur ! », si j’ai le malheur de laisser à la repousse quelques semaines de trop …

A 37 ans, cela fait maintenant deux ans environ que je dois faire une coloration toutes les 3 semaines pour cacher tous mes cheveux blancs et ne pas avoir très vite un tranché bicolore. Quand je laisse passer un mois et demi, on ne peut plus ignorer ma chevelure poivre et sel près du crâne.

On fait aussi avec son histoire personnelle : ma mère et ma grand-mère maternelle se sont toujours colorées les cheveux, et j’ai grandi avec l’idée que c’était la seule alternative possible pour les femmes finalement.

J’ai longtemps lutté contre la nature de mes cheveux (frisés, ondulés, bouclés : bref indomptables) à coup de lisseurs. Pendant des années je me suis obstinée à les raidir quitte à les abîmer, quitte à passer des heures : je ne m’aimais que comme ça … Combien de temps perdu pour me rendre compte qu’en les acceptant je pouvais en faire autre chose ? Maintenant je n’imagine plus faire un brushing et les rares fois où cela m’arrive je ne me reconnais pas dans le miroir.

Pour la couleur c’est pareil, je me suis cherchée longtemps avant de trancher pour un châtain roux. Je ne me vois pas avec une autre coloration : ma carnation, mon maquillage, mes vêtements .. même ma personnalité me semble en adéquation avec cette couleur.

Mais voilà : plus je me colore (toutes les 3 semaines ), moins la coloration tient. Je fais de plus en plus de réaction cutanée avec le crâne qui pèle, démange … pendant une semaine au moins. Il me reste à peine une semaine pour en profiter pleinement que déjà je vois poindre les premiers retours du naturel. Acheter la couleur ou prendre rendez-vous, bloquer un créneau pour cette corvée : la pose, l’odeur, le rinçage, l’effet « couleur artificielle » des premiers jours … je n’aime plus du tout aucune de ces étapes.

Avant l’été, j’ai failli arrêter définitivement. Mon mari et mes enfants ont commencé à flipper : « tu vas laisser TOUS tes cheveux blancs ? ». Mes copines ont surenchéri :« c’est pas possible ma chérie ! file faire une colo ! »

Négligée, vieille, sorcière, mère Gothel, roots, écolo-bobo, anarchiste ? (il en manque à la liste probablement).

La pression sociale a été plus forte que mon ras-le-bol et j’ai replongé (oui la coloration est une drogue dure, un conditionnement 😉 )

Sauf que l’été ce sont les baignades à répétition, le soleil, + de shampooings : une couleur qui dégorge + vite et des cheveux qui visiblement poussent + vite aussi. Il aurait fallu que 15 jours après je recommence déjà !

Je cherchais comment repousser l’échéance d’un total look gris ou blanc (pour moi je ne l’envisageais pas avant 50 ans ..) : des solutions naturelles (les colorations naturelles tiennent 3-4 shampooings … le henné je ne sais pas faire, pas sure que ça prenne sur mon cheveu, et en salon c’est hors de prix).

Mais voilà plus je réfléchissais, plus la solution m’apparaissait … Et pourquoi pas ? Pourquoi je ne laisserais pas mes cheveux tout comme ma peau, reflétaient mes années, ma personnalité, mes vrais traits, ma vraie couleur … Oui je m’aime en rousse, mais je n’aime plus toutes les étapes et contraintes pour être cette rousse. Et si je m’aimais avec mes cheveux blancs ? Si je vivais cela comme une libération, une acceptation, mon originalité …

Sauf que j’avais besoin d’une raison + .. légitime, quelque chose à laquelle personne ne pourrait dire « c’est de la feignantise, de la négligence .. » ou que sais-je de négatif. J’avais juste envie d’avoir une réponse à fournir qui cloturerait le débat, même s’il n’y a pas une seule raison derrière les acceptations de soi, ou non-acceptation.

L’argent a été ma motivation. Mon alibi.

L’ouragan Irma, puis José, ont fait des dégats considérables, et je voulais aider. Je voulais pouvoir envoyer de l’argent afin d’aider. Mais voilà, je ne roule pas sur l’or et envoyer 20 euros ça ne me semblait pas assez engageant de ma part. Je voulais faire tellement plus. Je voulais au moins 100 euros. Puis j’ai fait un petit calcul tout simple.

J’avais besoin d’une coloration maison toutes les 3 semaines : 15 euros (il y en a des moins chères mais j’ai choisi un prix rond, en comptant l’eau et le temps que cela prend 😉 ) puis mes 3 passages chez le coiffeur par an pour rattraper les longueurs en coloration totale (vu mon épaisseur il faut en général deux doses de couleur) + coupe + brushing, j’en ai pour 80 euros.

Je suis arrivée à un chiffre arrondi de 500 euros ! Wahou ! J’avais 500 euros de dispo pour aider des gens juste en supprimant ma corvée de la coloration !

C’est pas grand chose 500 euros quand on y réfléchit bien mais c’est ce que je peux faire à mon niveau et je tenais là mon déclic pour me lancer dans une année sans coloration (et peut-être + si j’arrive à m’apprécier, m’accepter et aimer ma couleur naturelle avec tous ces cheveux blancs).

J’ai par ailleurs 2 jokers dans mes placards puisque j’avais 2 boites de coloration végétale achetées d’avance, donc je m’autoriserais à les utiliser pour une raison x ou y qui me ferait replonger le temps de quelques semaines du côté de la roussitude 😉

Les vacances étant passées par là, cela fait 2 mois pile (le 11 juillet au 11 septembre) que je n’ai pas coloré mes cheveux.

Déjà 30 euros 😉

Je sais que le chemin va être long, difficile .. mais c’est bien peu face à ce que vivent certaines personnes, et je pense qu’un peu de second degré m’aidera à surmonter cette étape de ma vie de femme 😉

Je sais que ce changement va aussi s’accompagner d’autres changements : que certaines couleurs ne m’iront peut-être plus au teint, que je vais peut-être devoir changer ma façon de me maquiller … mais là aujourd’hui, je veux juste penser à pourquoi je le fais, pour qui je le fais : pour moi, pour eux, pour me sentir un peu plus active tout en ne faisant rien : c’est la difficulté dans la facilité qui rend ce projet intéressant pour moi.

Je vais de ce pas me motiver à travers de beaux exemples de nanas canons avec leurs cheveux blancs.

source Sarah Davis-eisenman

N’hésitez pas à suivre l’évolution sur mon instagram, mon Facebook et à me laisser des commentaires sous cet article.

Si un / une photographe veut participer au projet de manière artistique en suivant la transformation, ou si vous aussi vous êtes tentés par l’aventure : sauter ne serait-ce que 2 mois de coloration c’est 30 euros que vous pouvez donner à l’association qui vous tient à coeur (et il y a tellement de belles causes que nous aurions envie d’aider en se disant que l’on n’a pas les moyens).

 

 

Publicités
Livres et CD

Nos histoires du mois : lecture en famille pour raconter, lire ou apprendre #février2017

lecture-famille

Voici la récap du mois, légèrement en retard, avec notre jury de testeurs : le petit Kik 7 ans le lecteur débutant en soif de création, la grande Pourriture 11 ans dévoreuse de bouquins en tout genre, et Crenouillette la nièce parfaite de 2 ans pour les albums destinés aux plus petits.

J’espère que ce rendez-vous  donne envie de découvrir encore + de beaux livres, et belles histoires et d’offrir et vous offrir des moments de lecture en famille pour se détendre ou pour apprendre !

(Pour acheter les livres sur Amazon, cliquez sur l’image.)

Le gros livre des petits Bricolages (seuil jeunesse)

livre-jeunesse-anatomie-seuil-delamartiniere-editions-corps-humain-usborne-lecture-enfant-jeune-public-decouverte-21 livre-jeunesse-anatomie-seuil-delamartiniere-editions-corps-humain-usborne-lecture-enfant-jeune-public-decouverte-19

Pas une histoire, mais un livre de bricolage, de bidouilles, de créations …

Le petit Kik l’a direct mis dans sa besace. Lui qui est fan de récup et bricolages en tout genre il a de suite compris le pouvoir de ce livre.

Il adore fouiller dans la poubelle du recyclage pour en ressortir cartons et bouchons. Ici il y a mille idées pour se construire des villages merveilleux, des maisons rigolotes, ou des petites chambres colorées.

Seule difficulté chez nous, il manque de matériel car nous avons de moins en moins d’emballages et donc de déchets de ce genre 😉

 

Will you be my friend ? d’Eric Battut (Didier Jeunesse)

L’histoire :

«  »On ne veut pas être ton amie ! » disent les souris grises à Souris verte. Alors, baluchon sur l’épaule, elle part à la recherche d’un ami, vert comme elle. »

C’est un livre en anglais ( traduction en français à la fin de l’album) de la série « les bilingues » de chez Didier Jeunesse. J’adore cette série, car cela permet d’avoir de belles histoires à la maison que je peux réutiliser également pour mes séances d’éveil à l’anglais car ils sont adaptables pour plusieurs âges !

On peut faire des parallèles avec la comptine de la souris verte en français, et on découvre du vocabulaire des petits animaux du bord de l’étang, avec cette douce question qui revient « will you be my friend ? » … qui trouvera réponse vers l’ami le plus improbable 😉

 

Contes du Yoga : Cendrillon, être optimiste ( Hatier Jeunesse)

« l’idée : Un concept original 100% bien-être pour découvrir le yoga et apprivoiser ses émotions.
Les contes du yoga associent une histoire à une pratique corporelle. Au fil des mots, l’enfant est amené à vivre ses émotions et à les mimer. Chaque titre de la collection propose un bienfait général : vaincre ses peurs, développer l’optimisme…
Le parent conduit la séance (de 20 minutes environ) grâce à des conseils avisés et des postures illustrées. »

On connait tous l’histoire de Cendrillon et pourtant il y a encore tellement à faire autour de ce conte.

Cette nouvelle collection chez Hatier permet de redécouvrir l’histoire tout en étant acteur de sa lecture : on bouge, on se détend, on se met en mouvement en fonction des pages pour vivre au rythme des personnages !

Totalement embarqués par le concept, nous avons découvert des postures de Yoga sans même nous en rendre compte et nous avons vraiment partagé un temps de lecture peu ordinaire. Une chouette idée, vraiment bien travaillée !

 

Mon lapin Patate de Christine Roussey (de la martinière jeunesse)

L’histoire :
« La drôle de rencontre entre un lapin nain pas tout à fait comme les autres et son petit maître. »

Tu le sais, si tu me suis que j’adore le trait et la tendresse qui se dégage des albums de Christine Roussey. Mais surtout son ton décalé, et tous les bons sentiments de simplicité et d’authenticité qui en découlent. Là encore nous avons à faire à un animal banal, très banal, trop banal, voire moche et bête. Bref encore un de ces fameux chien qui pue ou chat boudin qui en apparence ne servent à rien ! Mais la compagnie d’un animal finit toujours par être indispensable !

A lire d’urgence pour comprendre l’adage « la beauté intérieure » et surtout aimer nos amis, tels qu’ils sont, avec leurs défauts mais leurs nombreuses qualités.

(pour info, elle vient également de sortir un très joli « album de bébé » pour accompagner les premiers instants de vie et collecter les souvenirs ; si vous aimez son talent d’illustratrice, foncez !

 

Un amour sur mesure (album Nathan)

L’histoire :
« Garganton, le géant minuscule, n’était guère aimé des autres géants et Mimolette, la naine immense, était rejetée par ses congénères, les nains. Un jour, le géant tout petit et la naine très grande se rencontrèrent… »

Au pays des nains, la naine très grande est rejetée. Au pays des géants, le géant très petit est rejeté. Après avoir essayé d’aller dans le pays de l’autre, ils devront se trouver leur propre norme dans un monde où il faut rentrer dans les cases. Une belle leçon de morale avec des illustrations colorées et dynamiques. Coup de coeur !

 

 

Alors ça vous a plu ?

 

Pour acheter les livres sur Amazon, cliquez sur l’image.

HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE

A toi le 3 ème enfant que je n’aurai pas

Il est difficile d’imaginer la place que tu prendrais, ou celle que l’on te ferait.

Nous y avons parfois pensé mais chaque fois, nous avons chassé l’idée.

Notre équilibre à 4 nous semble si juste et commence à devenir si agréable.

Avec toi nous aurions vu Le petit devenir un moyen, la Grande devenir une double Grande : et toi dans tout ça ?

Un petit dernier … tu aurais été choyé c’est sûr mais où aurais-je trouvé le temps que j’ai pu consacrer à tes 2 ainés ?

J’ai déjà un 3ème bébé qui me prend beaucoup d’énergie (mon entreprise), et ce blog qui m’apporte tant de joie …

Je ne manque pas d’occupations avec l’écriture qui continue à être une obsession.

Alors toi ? Oui je t’aurais aimé, oui tu aurais pu, on se serait arrangé, on aurait couru chez la nounou ou à la crèche, on t’aurait donné ton bain avant de se remettre au boulot le soir, on aurait fait le ménage pendant ta sieste et emmené les grands aux activités à tour de rôle.

Mais on aurait aussi dû attendre encore au moins 3 ans avant de repartir au cinéma en famille, avant de pouvoir faire des randonnées allégées, avant de s’installer en terrasse pendant des heures pour bouquiner ou boire un jus de fruit (hum hum : il m’aurait fallu dire non aux apéros pendant au moins 9 mois et encore + si je t’avais allaité comme tes ainés).

Parfois je t’imagine : aurais-tu été une petite brune comme ta soeur ou un petit rouquin comme ton frère ? m’aurais-tu ressemblé contrairement à ces deux enfants ingrats qui n’ont pas grand chose de moi 😉

Difficile de se dire à 36 ans, à l’heure où certaines ont désormais leur premier enfant, que moi je ne porterai plus jamais la vie … difficile de se dire que l’on a fait ce choix, que l’on a décidé que notre famille ce serait nous 4, alors qu’on a encore tellement d’amour à donner, que j’aime tellement les bébés, les enfants …

Peut-être parce que justement je les aime tant, que j’ai envie de prendre du temps pour chacun, que je préfère ne pas te sacrifier à mes heures pro, à mes heures loin, à mes heures égoïstes où je n’ai plus besoin de changer des couches et calmer des coliques.

Alors nous serons 4, je n’aurai que 2 enfants. Mais parfois je penserai à toi en me disant que tu aurais pu faire partie de notre jolie famille …

f101325568

LES ACTIVITES KIDS

Les jeux de société : en famille ou entre amis ! Les 5 classiques à avoir #1

Je sais que Noël est dans un peu plus de 2 mois, mais il faut commencer à y penser 😉

Voici une première liste des indispensables à avoir, des classiques à posséder dans sa petite ludothèque personnel : Ce sont les meilleurs investissements, des intemporels, indémodables qui se jouent longtemps, très longtemps.

Avec les enfants :

Dès 2 ans : Ton enfant connait les couleurs ? Le bonheur des premières parties de Uno s’offre à toi ! Tu pourras décliner les règles de jeu : uniquement avec les couleurs pour les plus petits, puis avec les chiffres, puis ajouter les cartes +2,+4, et changement de sens, puis en faire des versions plus rapides, pour terminer par la version ultime « gros batard » qui t’oblige à prendre 2 cartes chaque fois que tu ne joues pas dans la seconde (si ! si ! y’a des malades qui jouent comme ça ! J’en connais 😉

Bref INDISPENSABLE !

Dès 5 ans : l’incontournable Mille bornes ! On pourrait croire que le jeu a vieilli mais crois-moi cela reste une valeur sûre !

Les enfants peuvent se liguer contre les parents, les règles peuvent être assouplies (finir le jeu avant les 1000 km pour raccourcir la partie si les enfants ont école le lendemain 😉 C’est un classique à absolument posséder dans son armoire de jeux !

Dès 6 ans ( dès que ton enfant sait lire) : tu peux accéder au graal : le Time’s up ! le Family pour jouer avec les enfants, et n’importe quelle autre édition pour les amis et les ado / adultes ! C’est toujours un super moment, surtout que le jeu se déroule en 3 manches : faire deviner le mot en expliquant, puis faire deviner en un seul mot et enfin en mimant.

L’avantage c’est que chacun a sa manche de prédilection et que quelqu’un peut être très fort en devinette mais nul en mimes 🙂

Les autres éditions sont plutôt pour les adultes car ils demandent de la culture générale. Indispensable pour les soirées entre amis !


 

Les petits jeux DJECO : ils sont vraiment top ! Facile à emporter, ils ne prennent pas de place et on passe toujours de bons moments, surtout on peut y jouer du plus petit au plus grand pendant longtemps !

Nos Chouchous :

Piou piou

Diamoniak ou Piratak

 

Quels sont les classiques chez toi ? les jeux dont tu ne peux pas te passer et lequel est ton meilleur investissement ?

 

BORDEAUX EN FAMILLE, SORTIES KIDS

Quantum Arcana : une appli ludique et intéractive pour découvrir le musée d’Aquitaine #bordeaux

Ah ! Les musées !

Oui mais avec des enfants, ça peut très vite tourner au cauchemar, même s’il existe des astuces pour visiter un musée avec des enfants dès 2 ans et demi. 

Pourtant les nouvelles technologies, tablettes et autres applications smartphones, peuvent bel et bien nous aider à faire découvrir une expo ou rendre plus vivant des objets inanimés et sous vitrine.

C’est le pari réussi du Musée d’Aquitaine.

IMG_2987

Celui-ci avait d’ores et déjà fait une belle place aux livrets-jeux, et manipulations possibles au sein de ses salles qui présentent l’Histoire de Bordeaux et de l’Aquitaine.

Aujourd’hui ils innovent encore avec Quantum Arcana.

IMG_2988

arcana-quantum-musee-aquitaine-bordeaux-gironde-histoire-jeu-application-appli-ludique-pedagogique-enfant-ado-interactif-decouverte-innovation

Derrière ce drôle de nom se cache une application très ludique, créé par FLAT226 en association avec la région Aquitaine, permettant au jeune public de déambuler à travers les collections du musée à l’aide d’un jeu.

arcana-quantum-musee-aquitaine-bordeaux-gironde-histoire-jeu-application-appli-ludique-pedagogique-enfant-ado-interactif-decouverte-innovation (5)

Destinée au premier abord au 13-18 ans, Quantum Arcana séduira aussi des enfants plus jeunes (il faut tout de même savoir lire) qui pourront ainsi mieux comprendre la chronologie et devenir acteur de leur visite.

IMG_2993

IMG_2994

Tour à tour, archéologue, chercheur, expérimentateur, ou bien conservateur de musée, l’enfant va devoir retrouver des indices et valider les étapes de son jeu pour obtenir des récompenses (les arcanes) qui lui permettront d’accéder au jeu suivant.

arcana-quantum-musee-aquitaine-bordeaux-gironde-histoire-jeu-application-appli-ludique-pedagogique-enfant-ado-interactif-decouverte-innovation (3)

arcana-quantum-musee-aquitaine-bordeaux-gironde-histoire-jeu-application-appli-ludique-pedagogique-enfant-ado-interactif-decouverte-innovation (2)

Bonus : la difficulté augmente petit à petit, et surtout, on peut revenir au musée reprendre nos aventures suivant une nouvelle sélection que l’on n’aura pas débloqué. Un nouveau parcours est alors au programme.

arcana-quantum-musee-aquitaine-bordeaux-gironde-histoire-jeu-application-appli-ludique-pedagogique-enfant-ado-interactif-decouverte-innovation (4)

Je connaissais déjà le musée d’Aquitaine pour l’avoir visité plusieurs fois seule, et avec mes enfants, mais cette application nous transporte encore d’une autre façon à travers l’Histoire de Bordeaux et nous fait voyager dans le temps …

arcana-quantum-musee-aquitaine-bordeaux-gironde-histoire-jeu-application-appli-ludique-pedagogique-enfant-ado-interactif-decouverte-innovation (6)

IMG_2992

 

DIY tutos brico, Food, MANGER

{DIY} Recette de l’amûuuuuuuure : glace sorbet à la mûre et framboise, facile comme un jeu d’enfant ! (moule tupperware et sirop Teisseire)

glace-mure-framboise-fruit-rouges-sorbet-naturel-bio-tupperware-moule-fait-maison-home-made-diy-enfant-été-vacances    glace-mure-framboise-fruit-rouges-sorbet-naturel-bio-tupperware-moule-fait-maison-home-made-diy-enfant-été-vacances-ecureuil-monoprix-planche

Voilà plusieurs semaines que les mûres arrivent petit à petit dans le jardin … un beau bol par jour …

mais que faire avec ?

La confiture ? mouais, les enfants n’ont pas adhéré à cette idée …

Puis en rangeant mon placard, je suis retombée nez à nez avec ces moules Tupperware

glace-mure-framboise-fruit-rouges-sorbet-naturel-bio-tupperware-moule-fait-maison-home-made-diy-enfant-été-vacances-ice-tea-sirop-eau-teisseire-sucre

De là à dire que c’était un signe du destin il n’y a qu’un pas (qui mène à l’estomac et à notre gourmandise ;-))

Sachant que je n’ai pas de sorbetière, je cherchais l’efficacité maximum pour un minimum d’effort

(mon adage : « Pas de violence, c’est les vacances ! »)

glace-mure-framboise-fruit-rouges-sorbet-naturel-bio-tupperware-moule-fait-maison-home-made-diy-enfant-été-vacances-ingredient

La recette ? Archi simple que j’ai presque honte de vous la donner (ma réputation de chef gastronomique va en prendre un coup ;-))

des mûres (mais aussi des framboises … bref je pense que ça peut marcher avec tous les fruits tiens 😉 : quantité d’environ 2 bols petit-déj Barbie et Cars 😉

un peu de sucre (3 cuillères à soupe suffisent pour ma part : nos mûres étaient déjà très sucrées … à voir avec des plus acides)

une petite brique de crème liquide (allégée ou non , ça fait le job ;-)) 20 cl … c’est facultatif si on veut faire + un sorbet … genre glace à l’eau …

glace-mure-framboise-fruit-rouges-sorbet-naturel-bio-tupperware-moule-fait-maison-home-made-diy-enfant-été-vacances-simple-cuisson

On met les mûres à cuire 5 minutes …

on ajoute le sucre …

on porte à ébullition 5 minutes …

on écrase bien tout ça ..

on passe à la passoire très fine ou au chinois …

on laisse tièdir …

on ajoute la crème …

on touille ..

on met dans les moules …

et le plus difficile : on attend environ 4-5 heures que la glace prenne bien !

 

A vous les « c’est trop délicieux ce que tu as fait ! » et les « qu’est ce qu’elles sont bonnes tes glaces ! »

glace-mure-framboise-fruit-rouges-sorbet-naturel-bio-tupperware-moule-fait-maison-home-made-diy-enfant-été-vacances-tup-simple-murier-jardin

Je ne vous cache pas que les moules L’Age de Glace ont eu un gros succés aussi 😉

Comme quoi l’ami Mc Donalds fait parfois des cadeaux utiles dans ses Happy Meal !

(Je ne les avais jamais utilisés … depuis 2-3 ans qu’ils étaient dans le placard … ils attendaient bien sagement leur heure de gloire 😉

glace-mure-framboise-fruit-rouges-sorbet-naturel-bio-tupperware-moule-fait-maison-home-made-diy-enfant-été-vacances-mc-donalds-jouet-cadeau-happy-mealglace-mure-framboise-fruit-rouges-sorbet-naturel-bio-tupperware-moule-fait-maison-home-made-diy-enfant-été-vacances-mcdoglace-mure-framboise-fruit-rouges-sorbet-naturel-bio-tupperware-moule-fait-maison-home-made-diy-enfant-été-vacances-age-de-glaceglace-mure-framboise-fruit-rouges-sorbet-naturel-bio-tupperware-moule-fait-maison-home-made-diy-enfant-été-vacances-lion-age-de-glaceglace-mure-framboise-fruit-rouges-sorbet-naturel-bio-tupperware-moule-fait-maison-home-made-diy-enfant-été-vacances-dessin-anime-scratch

Niveau Tupperware, plusieurs avantages pour leurs moules :

ils se démoulent très bien, sont bien ergonomiques pour que les petites mains puissent bien les tenir

j’ai une ancienne version : mais la nouvelle version a l’air vraiment top !

Pleine de couleur, clipsables entre eux … voilà de sympatiques réformes 😉

004668-0686-0025_rdax_288x216

Tupperware a d’autres supers ustenciles et moules qui me tentent bien et qui semblent parfaits pour le quotidien avec les enfants … nous qui adorons cuisiner ensemble, il va falloir qu’on teste ça 😉

 

Le deuxième jour de l’expérience glace, les mûres n’ayant pas le temps de murir aussi rapidement que les enfants dévoraient, il m’a fallu enclencher le plan B avec un sirop Iced Tea de Teisseire et de l’eau …

(je dose 1 demi moule de sirop pour 5 et demi d’eau)

glace-mure-framboise-fruit-rouges-sorbet-naturel-bio-tupperware-moule-fait-maison-home-made-diy-enfant-été-vacances-delicieux-dessert-facile-simpleglace-mure-framboise-fruit-rouges-sorbet-naturel-bio-tupperware-moule-fait-maison-home-made-diy-enfant-été-vacances-ice-tea-sirop-teisseire-eauglace-mure-framboise-fruit-rouges-sorbet-naturel-bio-tupperware-moule-fait-maison-home-made-diy-enfant-été-vacances-resultat

Bref, on n’a pas fini de manger des glaces par ici …

Et vous, vous avez des recettes de glace maison ?