BONS PLANS, LA PAUSE FEMININE, SPORT

#1 Se mettre à courir, débuter en running : les avantages, l’équipement, les astuces, mais surtout LA VERITE ! ;-)

PART ONE : Les 5 avantages du running

Courir ? Après quoi ? pour qui ? pourquoi ?

Si on avait dit à la gamine que j’étais qu’un jour elle irait courir, de son propre gré, plusieurs kilomètres, je crois qu’elle en rirait encore, cachée derrière le buisson du terrain de foot du lycée pour ne pas que le prof de sport ne la voit s’arrêter (Toi même tu sais : casse-dédi Cécé 😉

Courir ? moi ?

Oui j’étais cette môme nulle en sport : LA nulle en sport, celle qui au saut en hauteur sautait sous la barre, celle qui au lancer de javelot lancait devant ses chaussures, celle qui en endurance n’arrivait pas à boucler un tour pendant que les autres en faisaient 10…

Non mais sérieusement, pourquoi j’irais courir ?

Puis quand je cours ça ressemble à ça !

phoebe running

Bref courir, c’était carrément hors de question (à la limite pour chopper mon tram, et encore, il me fallait une bonne demi heure pour m’en remettre ;-)).

Oui mais voilà, il faut se rendre à l’évidence : il ne faut JAMAIS dire JAMAIS (tout le monde a reconnu la rèf cinématographique de Fievel !) car courir a des avantages (beh tu penses bien qu’il faut creuser pour en trouver mais au final on en trouve ;-))

1. tu peux courir QUAND tu veux (bon JAMAIS n’est pas une option sinon on ne pourra pas dire à proprement parler que tu cours ;-)), c’est à dire que la meilleure heure est celle qui te convient : pas d’horaires de cours de fitness, ni de jours d’ouvertures de la salle de sport, ni d’histoires de « j’ai raté le seul entrainement de la semaine « … Tu cours quand tu as 1 heure devant toi comme 2 heures, une fois , 2 fois .. comme tu veux, comme tu PEUX. Tu es ta propre coach, ta propre limite (enfin tes gosses et ton mari sont aussi une bonne grosse limite parfois ;-)). Bon niveau timing, j’avoue que l’idée de courir le soir à la tombée de la nuit, seule, ne me fait pas vraiment kiffer.

2. Tu n’as pas besoin de ponctionner le livret A des enfants pour t’acheter du matos. Ce sport ne nécessite pas beaucoup d’équipements, contrairement à certains. Souviens toi en primaire quand pour t’inscrire au Twirling bâton (oui oui riez bande de hyènes, mais j’ai fait une saison de twirling !) il te fallait 2 justaucorps (en boutique spécialisée hein sinon c’est pas drôle), des élastiques spécial chignon (vendu par 10 alors que t’en veux 2 et qu’au cours de l’année tu te fais couper les cheveux bien courts), et bien sur le fameux bâton (le grâal, la baguette magique : la barre de fer qui coûte un rein à chacun de tes parents, le scotch crampon anti dérapant à paillettes en option obligatoire ). Bref un gouffre financier dès que tu franchis la porte du gymnase municipal.

Avec le running, une paire de bonnes baskets suffit (oui j’avoue il faut se sentir franchement bien dans sa godasse, sinon ça te dégoute ou tu te blesses, mais Decathlon en fait des supers rapport qualité prix (19 euros premier prix) ou sinon comme moi, traque les soldes et choppe ta pointure chez Asics en dernière démarque (j’ai payé mes chaussures 59 euros au lieu de 119, de la came de compèt’ ;-)) : première fois de ma vie que je me sens aussi bien dans des pompes en courant !) et un bon soutif de sport (sauf si comme certaines de mes copines tu es plate comme un vinyle d’Etienne Daho), mais là encore Kalenji chez Décath’ est un moindre investissement en premier prix (5 euros) avant de savoir si tu fouleras régulièrement le bitume. N’hésite pas à regarder la section « Bonnes affaires », ça vaut souvent le coup ! Et c’est tout !

Pour la tenue, un vieux jogging (celui que tu avais acheté en 2006 dans l’espoir d’aller à la zumba plus de 3 fois dans l’année), vieux tee-shirt (Dance Machine 1996 … par exemple hein … hum hum … ), vieux débardeur (oui dans mon armoire de sportive tout était vieux quand je me suis lancée .. ;-).

3. Tu peux courir Où tu veux. Bon j’admets 2-3 bémols à cette option : le sous-bois fréquenté par des junkies loin de toute habitation ou la rue déserte qui finit en cul-de-sac sur une décharge, c’est pas franchement le lieu rêvé ( ajoute l’option 1 : à la tombée de la nuit et tu obtiens le combo gagnant pour passer aux infos à la rubrique faits divers. Même si l’idée que Laurent Delahousse prononce mon prénom ne m’est pas désagréable, j’aimerais autant que ce soit pour d’autres circonstances que la reconnaissance de mon tatouage à la morgue … fin de la parenthèse humour noir)

Donc cours où tu veux, mais sois visible, audible et sur des lieux où d’autres runners /joggers s’aventurent. Après certains préfèrent la verdure (un jardin public), d’autres le bitume. (sinon t’as l’option tapis de course ;-))

4. Tu n’as pas de challenge ou obligation autre que ceux que tu te fixes , tu es indépendant (et c’est l’entrepreneure qui te parle : la liberté, ça n’a pas de prix … enfin si, celui d’un salaire fixe dont tu peux oublier le montant à 4 chiffres, mais passons ;-)): pas de gala de fin d’année où il faut retenir les chorés, pas de réunion de club, pas d’annulation de cours le jour où tu as la patate … bref t’es le boss ! (ok c’est aussi un des inconvénients du truc , on est d’accord 😉 Il faut une sacrée dose de motivation, de discipline et de volonté certains jours.

5. Tu compenses tes excès : oui la voilà ma motivation ! Je cours parce que j’aime picoler et manger ! Je cours parce que je ne sais pas faire de régime, mais que mes cuisses et mes hanches aiment emmagasiner les souvenirs de week-end barbecue ou de soirée champagne -mojito ! Alors dans mon cas, comme je n’arrive pas, à l’heure actuelle, à diminuer mes « excès », courir ne me fait pas maigrir, mais m’évite de grossir, et à tendance à me permettre de mincir un peu (en poids je n’ai pas bougé mais j’ai du FORCEMENT prendre du muscle, hein, on est d’accord ? … mon jean me dit en tout cas que je peux respirer sans risquer de péter le bouton ou la fermeture, c’est pour l’instant ma seule petite victoire et vu que je ne fais pas plus d’efforts je devrais m’en contenter.)

On se retrouve très vite pour la partie 2 : les astuces 😉

 

running-courir-course-entrainement-sport-equipement-vital-brassard-kalenji-nike-appli-application-iphone-apple

 

 

Publicités

5 thoughts on “#1 Se mettre à courir, débuter en running : les avantages, l’équipement, les astuces, mais surtout LA VERITE ! ;-)”

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s