BORDEAUX EN FAMILLE, CULTURE

L’imprimerie du journal Sud-Ouest : les coulisses d’un quotidien girondin !

sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (22)

Il y a des incontournables pour un bordelais.

Le journal Sud-Ouest en fait partie : pour ma part c’est le dimanche, avec son supplément Le Femina et le Tv Hebdo. Je lis les chroniques littéraires, mon mari fait les mots croisés, le tout fini en papier mâché, pour protéger une table de la peinture ou dans les écoles pour d’autres projets artistiques. Rien ne se perd 😉

J’ai eu la chance de découvrir le lieu où le journal prend vie matériellement : l’imprimerie Sud-Ouest.

sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (21)

sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (7)

Avec la troupe de joyeux instagramers girondins, nous avons visité les coulisses de notre quotidien régional !

sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (10)

Le rendez-vous nocturne a des airs d’enquêtes secrètes !

Tout débute par un petit film qui donne pas mal d’infos pour resituer un peu l’histoire du journal. Puis très vite on part explorer les différentes salles gigantesques où sont stockées le papier, les machines, et même l’encre.

sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (2)

sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (4)

Tout est immense, à taille de géant !

sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (6)

Puis l’étape ultime où les machines se mettent en route pour démarrer l’impression et où les premiers journaux arrivent dans nos mains.

Le long de la visite, un guide répond à toutes nos questions et dynamise drôlement la visite : un vrai moment de partage !

sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (8)

Jusqu’à fin juin 2016, du lundi au vendredi, Sud Ouest vous invite à découvrir les coulisses de son imprimerie, sur la rive droite de Bordeaux.

De 22h30 à minuit environ, suivez pas à pas les étapes du processus permettant la fabrication du journal et son expédition quotidienne dans les huit départements de la zone de diffusion de Sud Ouest.

Ouvertes aux groupes (de 15 à 45 personnes) ainsi qu’aux individuels, les visites sont gratuites et guidées.

Inscriptions auprès d’Agnès Dupont-Philippe au 05.35.31.22.15 ou a.dupont@sudouest.fr

sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (1)    sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (5)    sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (9)  sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (11) sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (12)  sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (14) sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (15)  sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (17) sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (18) sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (19) sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (20)    sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite (24)  sud-ouest-journal-impression-imprimerie-edition-quotidien-presse-france-gironde-bordeaux-rive-actualité-information-visite

 

DETENTE, Dvt perso et organisation, LA PAUSE FEMININE

Se retrouver en famille au quotidien avec le coffret « j’arrête d’être débordée »

debordee-organiser-livre-jeu-carte-famille-coach-methode-aide-fun-amusant-pratique-guide-barbara-meyer (2)

Cela fait peut-être partie de vos bonnes résolutions : passer du temps en famille, arrêter d’être débordée, mieux s’organiser, se dégager du temps pour soi … d’ailleurs il n’est pas trop tard, et de supers articles de coaching t’aident à faire ta petite liste et réaliser les points souhaités.

(je crois que tous les ans, c’est en tout cas, dans mes objectifs de WonderMaman : mais tout gérer c’est quand même compliqué !)

Cette sensation de ne faire que courir, de rater des moments avec les enfants, de savoir apprécier le quotidien sans le subir …

On en reparlera prochainement car j’ai mis en place mes propres rituels pour essayer de vivre au mieux la vie d’une femme multitâches de notre siècle !

debordee-organiser-livre-jeu-carte-famille-coach-methode-aide-fun-amusant-pratique-guide-barbara-meyer (3)

Le coffret « J’arrête d’être débordée » en fait partie. (éditions Eyrolles, auteur Barbara Meyer)

J’avais déjà adoré le livre « j’arrête d’être débordée » que je te présentais ici.

Ce coffret est un vrai outil de bienveillance et de partage en famille.

Je trouve qu’il porte mal son nom car ici l’objectif ne réside pas dans l’organisation mais plutôt dans la mise en lumière de l’harmonie entre enfant, parent, conjoint.

Grâce à des cartes variées et ultra sympas, chacun va pouvoir aider, communiquer, offrir, échanger, s’alléger aussi.

Car c’est bien connu, si on extériorise ce qui nous tracasse, on se sent mieux et surtout mis en évidence par les membres de notre famille, les soucis nous paraissent parfois dérisoires au final.

C’est à vous de choisir le moment opportun pour sortir ses cartes : le dimanche soir, pour éviter le blues de la semaine qui recommence, le vendredi soir pour fêter le week-end, ou juste quand vous en ressentez le besoin et l’envie.

debordee-organiser-livre-jeu-carte-famille-coach-methode-aide-fun-amusant-pratique-guide-barbara-meyer (1)

Les enfants piochent une carte entre « quotidien » et « famille » : pour « famille » ils peuvent tomber sur « raconter un souvenir de vacances que vous avez partagé tous ensemble » ou « citez 2 avantages de vivre dans une famille comme la votre » (de quoi voir ce que les enfants ne nous disent pas forcément tous les jours mais apprécient ).  Pour « quotidien », cela peut être « interdiction de bouder ou faire la tête pendant 24 heures » ou « occupez vous du diner un jour de la semaine en fonction de votre âge, peu importe le menu, on appréciera de ne pas avoir à le faire ».

Les parents tirent aussi une carte « couple » : « coupez vos téléphones et ordinateurs toute une soirée » ou « amenez les enfants jouer à l’extèrieur pour que l’autre ait 2 heures rien que pour lui dans le calme ».

debordee-organiser-livre-jeu-carte-famille-coach-methode-aide-fun-amusant-pratique-guide-barbara-meyer (4)

Et maman, elle, a la grande chance d’avoir aussi une carte « bonus maman » : parce que, soyons honnêtes, les mamans ne s’autorisent pas ou peu de temps pour elles. Des cartes pour « s’auto complimenter », « se réserver un moment rien que pour soi », ou juste « remercier ceux qui vous ont aidé cette semaine et dites leur ce que vous aimez chez eux » (oui car les mamans râlent beaucoup mais parfois elles en oublient de dire tout ce qui roule super bien dans le chaos ;-))

Bref dans cette petite boite, c’est de la douceur et de la bonne humeur garanties pour démarrer l’année du bon pied !

debordee-organiser-livre-jeu-carte-famille-coach-methode-aide-fun-amusant-pratique-guide-barbara-meyer

Pour acheter le coffret ou le livre sur Amazon, cliquez sur la photo ci-dessous

 

BONS PLANS, Dvt perso et organisation, LA PAUSE FEMININE, ZERO DECHET

Les 5 trucs éco #zerodechet qui facilitent la vie ! Se simplifier sans impacter, oui c’est possible !

Suite à la conférence Zéro déchet de Béa Johnson, prêtresse du mouvement Zéro waste, beaucoup m’ont demandé un résumé voire des conseils.

Promis je vous ferais une récap (quoique le mieux c’est encore de lire le livre de Béa Johnson qui est ultra complet et qui permet d’y revenir pour chaque changement que l’on veut insuffler dans sa vie quotidienne)

 

Pour ma part, le changement se fait très doucement (peut-être trop) depuis 2 ans maintenant, même si certaines choses étaient déjà mises en place par souci d’économie ou de logique liée à mon éducation de ne jamais gaspiller ni jeter (mais ça c’est aussi une tare difficile à combattre le « au cas où je garde » ;-))

Donc voici les 5 trucs qui ont réellement changé mon quotidien et qui ont réduit les déchets tout en étant pour moi une alternative beaucoup plus agréable, pratique que son homologue jetable.

  • la cup : quoi qu’est ce donc ? alors elle s’appelle divacup, mooncup, ou même en français dans le texte, coupe menstruelle .. Bref, c’est la VRAIE alternative aux tampons hygiéniques et autres Tampax nett …

Pourquoi ? parce que je vous laisse faire le calcul du nombre de tampons que l’on jette sur cette pèriode du mois … multipliez par le nombre de mois, puis par le nombre d’années où une femme est réglée …

Voilà déjà le premier résultat d’un vrai impact écologique. Je ne culpabiliserais pas celles qui en plus utilisent un applicateur, ou des serviettes hygiéniques, car j’ai moi aussi longtemps cru que c’étaient de toute façon les seules choses qui me convenaient (plus ou moins) et surtout existaient.

J’ignorais complètement que dans un monde parallèle, sous le manteau, certaines femmes se faisaient déjà passé l’adresse de revendeur de cup et vivaient déjà leur petite révolution personnelle !

Car oui, j’ai commencé à en entendre parler par ces groupuscules sous-jascents que je prenais pour des bobos écolos bio radicaux qui voulaient que je retourne la terre pour enterrer mon caca, oui j’ai moi aussi pensé qu’être un temps soit peu écolo c’était tout renié, devoir tout faire jusqu’au bout .. que c’était TOUT ou RIEN !

Je ne te cache pas que comme toute nouveauté (et surtout de ce côté là, j’ai envie de te dire), cela demande une certaine adaptation : au début tu tatonnes, tu galères même un peu mais lorsque tu as pigé le truc et pris tes habitudes, tu sais que tu ne pourrais absolument jamais revenir en arrière, tellement c’est top !

Je ne me considère toujours pas comme écolo malgré tout ce que j’ai mis en place depuis plusieurs mois, années, voire les principes avec lesquels j’ai été élevés.

Comme dit ma mère, dans les années 80-90 si tu consommais moins on te traitait de radins; si tu recyclais ou réutilisais c’est que tu n’avais pas les moyens ou que tu ne voulais pas dépenser tes sou-sous.

Donc certes, à la maison, il fallait compter chaque franc et on ne gaspillait RIEN ! Ni l’éléctricité (ne laisse pas la lumière allumée quand tu quittes une pièce), ni l’eau (une douche et pas 2 heures !), ni les emballages (on ne jette pas le papier qui entoure les yaourts c’est pour noter mes listes de courses !), ni les rouleaux de PQ vides (on fera des bonhommes avec les petits en atelier peinture !), ni les épluchures de légumes ou coquilles d’oeufs, d’huitres (on va les donner aux poules de mamie à la campagne), ni les bocaux vides (on les donnera à mamie pour faire des confitures !) …

Je peux continuer la liste encore longtemps car ça c’était en vivant en immeuble rive droite de Bordeaux, alors avec la maison à la campagne les week ends je crois que j’étais une des seules gamines à avoir vu un composteur avant l’invention du composteur 😉

  • Et ma transition est parfaite car je dois vous avouer que j’ai un composteur depuis plusieurs années.

Pourquoi ? tout d’abord parce que je n’aime pas jeter des trucs qui peuvent encore servir alors dès qu’on me dit qu’une coquille d’œuf ou une pelure de patate ça peut encore faire de l’engrais , moi je garde 😉

deuxio, je déteste aller vider ma poubelle : fermer le sachet, l’amener jusqu’au bon bac, aller mettre le bac dans l’allée … Moins je peux répéter ces gestes, mieux je me porte .. (même si ça me permettrait de faire quelques pas supplémentaires et ainsi bouger plus … mais bon on en reparlera avec le coach sportif un peu plus tard 😉

Et j’ai envie de te dire (d’ailleurs je te le dis) qu’avec les litres de thé que je bois, les feuilles de thé constituent une grosse partie de mes déchets compostables et qu’apprends-je, c’est quasiment le top pour un engrais géniallissiiiime ma chériiiiiie ! (oui il y a du glamour dans le compost … après « l’amour est dans le pré », le glamour est dans le compost 😉

Tertio quand j’ai besoin de rempoter une plante (keuf keuf … enfin mon mari, parce que moi le jardinage tout ça euh, c’est pas trop mon truc … voyez que je ne suis pas une vraie écolo …) eh bien, j’ai ma petite réserve rien qu’à moi !

Régulièrement la CUB fait des campagnes de dons de composteur pour équiper et former les foyers à cette action simple mais qui peut rapporter gros.

C’est d’ailleurs comme ça que j’ai obtenu le mien, livré avec sa notice et son bio-seau pour mettre les déchets de la cuisine avant de les emmener au composteur (ah ouais faut quand même aller le vider de temps en temps si tu veux pas commencer à faire ton engrais dans le bio-seau 😉

Tu trouveras le guide du compostage ainsi que toutes les infos dont tu as besoin sur le site de la CUB. Je m’y réfère d’ailleurs quand j’ai des doutes sur ce que je dois mettre également dans mon bac gris et mon bac vert.

  • mon autre révolution se passe dans la salle de bain avec les lingettes démaquillantes lavables ou débarbouillettes pour toute la famille : cela fait plusieurs années déjà que j’avais recyclé mes coussinets d’allaitements lavables en disques démaquillants lavables pour les soins/gommages visage etc. Je trouvais que c’était beaucoup plus pratique qu’un coton et plus ergonomique qu’un gant.

Puis il y a quelques mois j’ai encore franchi un cap en achetant des lingettes supplémentaires après avoir vu la poubelle de ma salle de bain.

Avec les enfants qui utilisent seuls et donc ont tendance à avoir la main lourde, avec les nouveaux mascaras tellement waterproof que tu es limite dans le maquillage permanent, bref la consommation de cotons avait franchement augmenté … sans pour autant que je me sente satisfaite de cette méthode de lavage, vu que la plupart du temps je repasse encore de l’eau derrière les produits (oui, la plupart des laits démaquillants se rincent .. ).

Bref les lingettes lavables sont aujourd’hui 100% adoptées et depuis un peu plus d’un an, il n’y a plus du tout de cotons à la maison. Il faut, du coup, que j’investisse dans des lingettes supplémentaires : mes préférées toutes douces sont en fibre de bambou et emprisonnent le maquillage comme personne !

 

  • l’évidence même : l’eau du robinet et des gourdes (j’adore ce mot : GOURDE 😉 ça me fait toujours marrer … enfin bref ! on n’est pas là pour parler des mots qui me font marrer … mais dans le genre je pouffe pour les mots « miettes », « crouton », « clic-clac » … vous avez des mots comme ça vous, ou j’suis folle ? ;-))

Donc des gourdes et l’eau du robinet : en quoi est ce plus pratique que des bouteilles en plastique déjà pleines me diras-tu ? eh bien je vais te le dire (patience).

Outre le fait que tu gagnes de l’argent une fois tes gourdes achetées (et donc très vite rentabilisées), tu n’as pas à porter de packs d’eau !! (oui tu vas me dire « et le sport ? et le drive ? », ok admettons).

Tu n’as pas à les stocker : alors là avoue c’est un gros point pratique ! Je t’offre des mètres carré en + l’air de rien ! Pas besoin de trouver de la place ou condamner une partie de ton garde manger, buanderie, pour des bouteilles en plastique !!

Tu évites de charger ta poubelle (donc tu vas la vider moins souvent), tu fais du bien pour la planète, et tu as de l’eau à volonté sans jamais tomber en rade ! En fait, entre nous, je te le dis tout net, être écolo, c’est plus facile qu’on ne croit, c’est même carrément un truc de fainéant si tu veux mon avis 😉 Surtout des gourdes y’en a des canons. Nous en avons des en inox, une pour chaque membre de la famille : sauf la mienne elle vient de chez Powertec , elle est rose et elle a une poignée, et je l’adoooore !

kordelta500_pink

 

  • Le vinaigre blanc : alors lui c’est carrément le truc à tout faire dans la maison ! Il peut remplacer quasiment tout ce qui sert à nettoyer dans la maison. Grosso modo, voilà le tableau : plus de liquide de rinçage dans le lave-vaisselle ? tu le remplaces par du vinaigre blanc. Plus d’adoucissant pour ton linge (bon moi j’en mets jamais) ? tu le remplaces par un peu de vinaigre blanc. Besoin d’un anti calcaire ? vinaigre blanc. Entretien des plans de travail dans la cuisine ? vinaigre blanc (d’ailleurs je te le dis tout net, dans les écoles, on nettoie les tables de la cantine avec un mélange eau -vinaigre blanc, c’est le plus sécure pour les enfants en cas de mauvais rinçage … le vinaigre blanc n’est pas toxique). On peut continuer comme ça, car je suis sûre que l’on peut tout faire avec le vinaigre blanc. Et tu sais quoi ? c’est vraiment pas cher, et tu gagnes de la place avec un seul produit à stocker qui remplace tous les autres ! A toi l’espace libre pour stocker du pinard … euh oups …

Bref voici comment j’ai débuté, sans même m’en rendre compte, la réduction de mes déchets.

Je vous ferais une petite récap par pièce de vie sur les changements adoptés, les trucs faciles, mais aussi les difficultés, et ce que je n’arrive absolument pas à changer …

BONS PLANS, DIY tutos brico, LES ACTIVITES KIDS

#DIY Le calendrier de l’avent avec des bocaux recyclés

Ah ! Noël !! C’est une période que j’aime tellement !

Pour les cadeaux un peu c’est vrai, mais aussi pour les décorations, les chants de noël à l’ancienne (je suis + Let it snow que Petit Papa noël et dès mi-novembre tu peux entendre Sinatra chanté dans ma voiture « santa claus is coming to town » ;-)), et pour tout le temps que l’on consacre à penser à ce qui ferait plaisir à nos proches et en particulier à nos enfants.

Alors pour moi ça commence forcément le plus tôt possible et avec le calendrier de l’avent.

diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (10)

Cela fait plusieurs années que je m’amuse comme une petite folle à allier décorations et surprises, tout en essayant un maximum de recycler et de ne pas dépenser.

L’année dernière nous avions fait un calendrier avec des étoiles découpées dans un joli papier et accrochées avec du masking tape.

Cette année c’était tout vu : j’avais encore entassé beaucoup trop de bocaux vides, que j’avais déjà soigneusement lavé et désétiquetté.

Il ne me restait plus qu’à les noëliser 😉 (j’ai le droit d’inventer des mots, c’est mon blog, je fais ce que je veux 😉

diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (8)

Au programme les bombes de peinture qu’il me restait : du noir, du gris, et du argent/alu.

IMG_3486

IMG_3488

Pas très coloré tout ça … oui mais avec quelques étoiles pailletées, la magie a opéré.

Un noël chic et sobre avec juste ce qu’il faut de fantaisie (c’est tout moi non ??? mouhahahaha !)

diy-avent-calendrier-noel-etoiles-paillettes-sapin-decembre-cadeau-enfant-bocal-bocaux-recyclage-recycler-ecolo-verre-facile-pteapotes (1)

Le masking tape vient de chez Hema, les stickers étoiles paillettes, le scotch paillettes et les boules argent viennent de chez Maisons du monde.

J’ai utilisé la technique des figurines collées sur quelques couvercles (oui nous avons un joueur de basket sur un bocal, et alors ? les joueurs de basket ont aussi droit de fêter noël non ? 😉

Ce qui fait le charme de ce calendrier, c’est d’alterner des bocaux de tailles différentes et de mélanger les chiffres. Bon, par contre je t’avoue que la partie vraiment amusante pour toi, c’est quand tu dois retrouver quel couvercle va avec quel bocal … hum !! De bonnes minutes d’angoisse en perspective 😉 (j’ai testé pour toi : il y avait un couvercle solitaire qui n’avait aucun bocal alors qu’il ne me manquait aucun chiffre … bizarre hein ?)

J’ai fabriqué quelques étiquettes numéro pour chaque jour de l’avent, et il n’y avait plus qu’à découper et coller.

diy-avent-calendrier-noel-etoiles-paillettes-sapin-decembre-cadeau-enfant-bocal-bocaux-recyclage-recycler-ecolo-verre-facile-pteapotes

diy-avent-calendrier-noel-etoiles-paillettes-sapin-decembre-cadeau-enfant-bocal-bocaux-recyclage-recycler-ecolo-verre-facile-pteapotes (3)

Trop fastoche je vous dis ! Et comme je suis sympa, je te file les étiquettes : tu n’as plus qu’à les imprimer et à te mettre au boulot 😉

(si tu les partages, sois sympa de mettre le lien, thanks ! Même si je te l’accorde, elles sont toutes simples et sans travail de graphiste derrière, elles ont le mérite de remplir leur fonction en toute sobrièté 😉 )

etiquettebocavent-page-001 etiquettebocavent-page-002

Le plus difficile ? Trouver une idée pour chaque jour qui ne demande pas trop d’investissement et qui permette des surprises pour les 2 enfants. (Bien sur, les surprises ne rentrent pas dans les bocaux 🙂 ils trouvent un petit papier à l’intérieur qui leur indique le cadeau du jour).

diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (12)

On privilégie les moments un peu hors du commun ou alors tout simplement on achète quelque chose dont on a besoin régulièrement genre « brosse à dents » en prenant pour cette fois, un motif un peu plus fun.

Ma vision de ce calendrier de l’avent : inclure des moments en famille, des sorties, des petites exceptions dans le quotidien, et également offrir des choses dont ils auraient besoin en y choisissant une petite touche de fantaisie.

diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (2)

Voici la liste de l’année dernière que j’ai encore complété (vous en avez + de 24, à vous de piocher en fonction de l’âge de vos bambins, de vos envies, et de votre budget)

1. bon pour une séance de ciné

2. bon pour un pyjama de noël

3. bon pour une paire de chausson-chaussettes ( je les trouve chez Calzedonia )

4. bon pour un chocolat chaud

5. bon pour un distributeur PEZ

6. bon pour un petit déjeuner au lit

7. bon pour une balade sur les quais

8. bon pour une figurine Playmobil ou Lego (j’ai craqué pour les mini-figurines Monsters cette année 😉

9. bon pour des autocollants / tampons ( chez Hema )

10. bon pour un repas crèpes ou gaufres

11. bon pour un livre de noël

12. bon pour un coloriage de noël

13. bon pour une décoration de sapin ( coup de foudre amoureux passionné pour cette théière en verre chez Habitat !!! On s’en fout si les mômes vont de suite comprendre que je ME suis fait plaisir 😉

14. bon pour un atelier perle hama

15. bon pour se coucher 30 min plus tard

16. bon pour un atelier sablés de noël

17. bon pour une journée pyjama dvd

18. bon pour un soirée mini-disco pendant 30 minutes

19. bon pour une brosse à dents

20. bon pour un mcdo ou une pizza

21. bon pour une bouteille de champomy et apéro dinatoire

22. bon pour un produit pour le bain

23. bon pour un CD compil fait maison

24. bon pour un joli masking tape

25. bon pour aller à la ludothèque une après midi

26. bon pour une journée « vous êtes les parents, on est les enfants »

27. bon pour un élastique / barrettes

28. bon pour des papiers pour ateliers Origami

29. bon pour un stick beurre de cacao / gloss

30. bon pour une mini photo de famille avec un petit mot de papa et maman derrière pour dire à quel point on les aime ❤

diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (1)

Je dois avouer que pour quelques surprises je suis attendue au tournant. Par exemple, ils kiffent vraiment les chaussons chaussettes .. comme je n’en achète que 2 paires par an et que celle de noël est toujours super fun !

diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid

Et ils trépignent de pouvoir faire les parents encore cette année ! (un bon délire en famille, où j’assure grave dans le rôle de la gamine capricieuse qui couine sur le canapé en regardant un dessin animé, et eux nous épatent en parents super organisés et responsables !

diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (9)

Et vous, vous avez d’autres idées pour enrichir cette liste ?

 

diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (3)  diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (5) diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (6) diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (7)    diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (11)  diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (13) diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (14) diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (15) diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (16) diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (17) diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (18) diy-avent-advent-calendrier-calendar-brico-tuto-jar-bocal-bocaux-peinture-paillettes-recup-recyclage-verre-facile-pas-cher-gratuit-idee-noel-vacances-enfant-kid (19)

 

HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE

La fin d’une ère …

Je sais que c’est normal, qu’à un moment donné, cela doit arriver …

C’est écrit c’est comme ça. Depuis des siècles, des générations, on passe tous par là.

Cet instant où on réalise que là, maintenant, on n’a plus de Lillet … euh de bébé.

J’avais déjà senti le truc venir quand on avait jeté la dernière couche de caca bio fumant.

Je m’étais préparée quand on t’avait inscrit, toi, mon petit dernier, en Toute-petite section et que j’avais pleuré des litres de larmes maternelles le jour de la rentrée, pendant que tu me jetais de la classe à grands coups de « allez, c’est bon, j’suis grand ».

Je m’y attendais un peu quand pourtant, si petit garçon, tu avais arrêté de faire des siestes l’après-midi, préférant un foot avec des copains qui grandissaient beaucoup plus vite que lui (toi tu restais mon bébé évidemment ).

Je savais au fond de moi que c’était un signe, ta façon de savoir mettre tes chaussures tout seul, et même décapsuler ma bière comme un serveur du Régent (faut dire que je te donne de l’entrainement).

J’avais compris que tu t’éloignais de l’âge « poupon » lorsque tu m’as annoncé « au fait papa te fait dire qu’il a ta série « Orange est le nouveau noir » .. j’te traduis hein .. » Oui tu connaissais déjà tes couleurs en anglais : petite victoire sur moi-même !

J’aurais dû me douter que tu basculais vers ce grand garçon qui allait devenir encore plus grand quand tu as demandé à ta soeur comment papa mettait la graine à maman et que les SUPERtozoïdes devenaient des bébés.

Pourtant lorsque ton père t’a solennellement expliqué, le matin de Pâques cette année, que « la cloche c’est moi » (qui en doutait encore ?), tu as éclaté en sanglots, nous traitant de trop méchants, parce que toi, tu pensais vraiment que des cloches lächaient du chocolat Lindt dans le jardin (ah si seulement !) et tu as fait caché 4 fois tes Kinder à ton traitre de père, car oui tu voulais encore les chercher, même si maintenant tu savais que la cloche c’était lui ( qui en doutait encore VRAIMENT ?).

Pourtant quand à l’expo des dinosaures, tu as entendu rugir le T-rex, tu t’es blotti tout contre moi, ton petit coeur battant la chamade, et le pipi pas loin dans la culotte. La trouille au ventre, tu serrais fort ma main de maman tueuse de dinos !

Pourtant au premier cauchemar, même si tu ne te rappelle pas de quoi tu rêvais (alors que moi oui, je dormais paisiblement !), c’est MAMAAAAAAAN que tu cries en venant coller tes petons glacés contre les miens, tout aussi glacés, dans le grand lit parental, qui devient familial.

Alors non, aujourd’hui je ne vais pas déprimer, non Marie, copine d’apéro, tu vois, je tiens le cou (p), la tête haute (aïe), le buste droit (ouïe) … et je ne pense pas que mes problèmes vertébraux soient dûs au fait que je ne porterais plus de bébé sur mes épaules, ni que je n’aurais plus de tout-petits qui me sauteront dans le dos …

En septembre, mon bébé rentre en CP.

C’est la fin de l’école maternelle …

La fin d’une ère …

1391927_10202207698823613_1452854833_n

HUMEURS HUMOUR

t’as tes règles ou quoi ?

Mercredi soir, on rentre crevée du boulot.

On s’est tapé une heure d’embouteillage, le dernier dossier à boucler a merdé, mais à part ça, tout va bien.

On a qu’une envie : s’avachir sur le canapé devant « Joséphine ange gardien » en grignotant des gâteaux apéros (allez, avouez !)

Mais bon, faut pas rêver.

On franchit le seuil de la porte avec un infime espoir : ce soir ça va être zen, hein ?

Effectivement, il semblerait que la zen attitude ait contaminée un seul individu : l’Homme.

Lui, il est serein, décontracté, cool … enfoncé dans le fauteuil du salon, il fait ses mots croisés.

« Salut, ça va chérie ? Oh moi je suis crevé. Je ne peux plus rien faire. »

Déjà il annonce la couleur.

« Par contre, j’ai une de ces dalles !! » et il replonge dans ses grilles illico.

Ok, on a compris le message.

En gentille femme bien docile, on se dit que c’est notre devoir de « nourrir l’homme » et de gérer la maison. (Merci à toutes les femmes de notre famille d’avoir fait peser le poids de cette tradition qui remonte au temps des cavernes, sur nos épaules de femme moderne) et on entend encore résonner la voix de la grand-mère qui nous dit « de toute façon pour garder un homme, y’a pas de secret, il faut lui faire de bonnes choses à manger . »

Ouais beh ce soir, il bouffera des pâtes le coco.

Bien sur on culpabilise car les enfants en ont déjà mangé une fois cette semaine.

On part mettre l’eau à bouillir, tout en lançant une machine à 30 degrés et en rangeant les affaires de sport du grand.

La petite dernière vient nous réclamer un câlin : on la prend dans nos bras tout en retournant les steaks hachés et en allant vérifier les devoirs du premier. On répare également le bras d’une poupée, tout en pliant 24 culottes petit bateau.

Et c’est au moment où, vidant le lave vaisselle d’une main, faisant couler le bain des enfants d’une autre, et vérifiant le stock de yaourts, que le mâle s’approche.

« Ah beh je vois que tu t’en sors très bien. T’as besoin d’aide? » (Notez que la dernière partie de la phrase se produit dans le meilleur des cas, soyons honnêtes, car la plupart du temps il repart s’asseoir aussi sec pour feuilleter le programme télé)

« Mets la table ça m’aidera ! »

Bizarrement on répond d’un ton sec (on se demande bien pourquoi) et ça ne plait pas à monsieur.

« Tu pourrais être un peu plus aimable quand même » (manquerait plus que ça !)

Sur cette altercation, on passe à table.

Notre estomac prend finalement le dessus sur notre rancoeur et on affiche presque un sourire (j’ai dit « presque », faut pas pousser non plus)

Mais c’est sans compter sur chéri pour nous sortir sur un ton glorieux :  « au fait, t’as vu, je T’ai sorti la poubelle .. »

(comme si la poubelle nous appartenait et qu’il nous avait fait une faveur énormissime digne des plus grosses négociations commerciales entre l’import-export international)

Là c’est le ponpon ! Impossible d’intèrioriser une seconde de plus, déjà on s’estime heureuse de s’être retenue de lui envoyer notre verre d’eau à la tronche, mais on ne peut réprimander un :« PAUV’ TYPE ! »

« Quoi ? Qu’est ce qu’il y a ENCORE ? » l’animal semble ne pas comprendre.

« Tu veux que je te fasse un dessin, Monsieur De la glandouille Du J’en-fous-pas-une ? »

« Oh la ! Ca va pas de gueuler comme ça ? T’as tes règles ou quoi ? »

A cet instant précis, on se dit qu’on aurait dû virer lesbienne, la vie serait plus simple.

« Dis maman, c’est quoi les règles ? » nous interroge une petite voix, la bouche pleine de pâtes.

« Demande à ton père, il doit bien avoir cette définition dans ses mots croisés .. hein, chéri ? »

truffaut-flower-party-jardin-jardinerie-magasin-diy-tuto-brico-deco-plantes-fleur-cadeau-creation-lydie

photo @modaliza photographe

HUMEURS HUMOUR

Acheter une table basse chez Ikea … simple comme bonjour en suédois ! ;-)

Il est 9h50. Dans 10 minutes, votre magasin ouvre ses portes, dit la voix d’hôtesse. Visiblement je ne suis pas la seule à vouloir acheter une table de salon ce matin.

C’est la première fois que je me trouve à faire l’ouverture d’Ikéa.

Je suis entourée d’une bonne trentaine d’acheteurs matinaux et à ma grande surprise, nous petit-déjeunons tous ensemble. Quel élan d’amour et de partage que tous ces consommateurs de meubles en kit buvant d’un seul et même élan leur thé bouillant et dégustant leur biscuit krejnestuk (imprononcable mais tout à fait mangeable).

En même temps je me sens seule. J’aurais aimé pouvoir me blottir contre un homme et choisir avec lui la teinte du bois et le voir pousser notre petit chariot.

Boh, après tout, ai je vraiment besoin d’un homme pour ça ? Je suis tout à fait capable de pousser moi même ce chariot. Puis je me serais probablement disputer avec l’homme à propos de la couleur et de la forme de la dite table. C’est bien connu les hommes n’ont pas de gouts et puis c’est ma table après tout c’est à moi de la choisir.

« Nous vous souhaitons une agréable journée » : l’hôtesse n’a pas encore reposé le micro que la foule monte les marches 4 à 4 pour être les premiers à atteindre les appartements vitrines . On se croirait à l’inauguration d’une nouvelle attraction à Disneyland. Me voilà devant un salon chambre cuisine de 4 mètres carré parfaitement aménagé et il y a même encore la place pour garer un monospace dans le salon. Ils sont balèses quand même ! Oh la voilà ! C’est MA table ! Je la reconnais ! Elle m’attendait , elle a été faite pour moi (et pour environ 100 000 autres personnes en quête d’une table basse design et bon marché, mais qu’importe je me sens complètement épanouie à l’idée de m’offrir cette table, symbole de mon indépendance financière et de mon autonomie en matière de déco : eh oui une table peut représenter tout ça !)

Je repère le nom du produit (un mélange de consonnes et voyelles digne d’un tirage des chiffres et des lettres), l’allée et le numéro (ça m’a toujours épaté de savoir que chaque meuble a sa propre adresse à l’intérieur du magasin), tout ceci est noté à l’arrière d’un vieux ticket de caisse avec le crayon à papier des mini pouss offert par le magasin.

Je pousse mon petit chariot de manière tout à fait aisée, j’ai même une certaine classe en avançant vers le dépôt. Je pense que les gens que je croise se disent «  quelle femme ! » (j’ai les fesses qui partent légèrement vers l’arrière, essayant de faire contre poids avec tout le reste de mon corps face à ce chariot maudit qui part en direction opposée à ma volonté !)

Nous y voilà! Devant moi se dresse 5 mètres de cartons de table basse. Je jette un coup d’oeil autour de moi : pas l’ombre d’un monte charge ou d’un bras musclé. Réflechissons : s’ils laissent les meubles en libre service, vu le nombre de femmes seules en france, divisez par les probabilités qu’elles soient elles aussi en tailleur et talonts hauts pour faire leurs courses, multipliez par le fait qu’elles aient un gros manteau qui tient très chaud et qu’elles soient garés à l’autre bout du parking tout comme moi, cela signifie que le meuble ne doit pas être si lourd que je veux bien l’imaginer et que le carton paraît volumineux parce qu’il est sur d’autres cartons. Elémentaire mon cher watson !

Si tout le monde y arrive, je dois pouvoir y arriver : il n’y a pas de raisons !

J’entreprends donc une extension de mes bras en passant par un hissement de toute ma personne sur mes gigantesques orteils (je vous jure ils sont super longs ! On dirait des doigts !) qui me permettent donc de gagner 2 bons centimètres (presque suffisants pour atteindre le carton avant d’entendre un crac sur les phalanges de mes doigts de pied)

Oubliant ma souffrance pédestre, je fais une deuxième tentative. Yes ! Ce carton est mien … et de tout son poids ! Mon dieu ! Cette table pèse un âne mort (ou bien vivant plutôt, on dirait même qu’il utilise sa force contre moi). A peine essouflée (suis je asthmatique ?) je le dépose délicatement sur mon (trop) petit chariot. (bon ok je l’ai lâché violemment de toute ma hauteur et il a atterri à moitié par terre … mais ces meubles là c’est du solide non ?)

Bon le plus dur est fait, non ? Victorieuse et fière de moi, j’arrive à la caisse. (Je t’épargne la file d’attente avec la personne qui vit dans une maison constituée uniquement de bougies vu le nombre qu’elle achète). Je règle ma table basse : c’est officiel : elle m’appartient et il ne tient qu’à moi de la charger dans ma voiture. Je sors du magasin et je découvre que le chariot, lui, n’a pas le droit de quitter le périmètre de la porte automatique. Ne pouvant abandonner ma toute récente acquisition à son triste sort pour rapprocher ma voiture, je jauge rapidement la distance qui me sépare du but.

4,5,6,7 rangées de voitures et il ne pleut même pas. Allez je ne vais pas me décourager maintenant, d’autant que j’ai déjà soulever ce carton à l’intérieur du magasin (bon une micro seconde et j’ai cru mourir écrasée sous le poids des planches)

Bien sur il n’y a aucune prise sur le carton, il est 2 fois plus large que moi et il me paraît encore plus lourd que tout à l’heure. J’arrive à le soulever sur une distance héroïque (1 mètre !! whoua !) puis je décide en commun accord avec moi même, de faire une petite pause bien méritée. Le carton de 2 tonnes (d’après mes estimations ) repose sur le dessus de mes pieds. J’ai le visage sclérosée par mes efforts, je suis en nage sous mon manteau pure laine, je ne sens plus mes bras, mes mains et mes doigts commencent à présenter une jolie couleur rouge sang et des entailles disparates. Tel un athlète donnant tout ce qu’il a dans les entrailles dans la dernière ligne droite, je me motive pour parvenir en un seul sprint final à la ligne d’arrivée.

Sauf que j’ai oublié ma dopamine.

Je suis maintenant exactement à équidistance (eh je savais bien que ce mot appris en cours de maths me servirait un jour dans la vie : j’ai bien fait de pas sécher les cours au lycée dis donc !) du magasin et de la voiture, lorsque la pluie se met à tomber.

Pas une petite pluie fine et innocente. Non ! Une pluie tout droit issue d’une punition divine qui me serait directement adressée. Je reçois donc l’équivalent de 2 seaux d’eau en moins d’une minute. Le carton se détrempe à la vitesse opposée à laquelle je suis arrivée jusqu’ici (ouh que de mathématiques aujourd’hui), mes cheveux se collent irrémédiablement devant mes yeux m’empêchant de voir tout obstacle (plot et autre joie du parking). Dans un dernier soupir, je puise une énergie nouvelle, l’énergie du déséspoir qu’on appelle ça je crois, et j’arrive à ma voiture !

Je pleure de joie en sortant mes clefs. J’y suis arrivée ! Un dernier effort et le bonheur sera complet. J’arrive presque à partager la joie et la douleur de l’accouchement. J’en suis à la dernière poussée : puis la délivrance ! Ça y est ! J’ai acheté une table basse !!

Assise derrière mon volant je me félicite tout en reprenant mon souffle. Je tourne la clé dans le contact : Rien !

Feintant n’avoir rien vu, ni entendu, je renouvelle mon geste rotatif : Rien !

Noooooooooooooooooon ! Pas aujourd’hui ! Pas maintenant !

Eh bien si ! Je suis en panne, coincée à vie sur le parking où j’ai connu les pires souffrances que mon corps ait pu endurer !

Je vous épargne l’épisode de la dépanneuse et de la honte devant tous les clients des quelques dix magasins qui partagent ce parking (j’ai même appris que c’était le troisième plus grand d’europe, c’est dire !)

mais le dépanneur (un sosie de danny de vito en + gros et + petit) était un homme d’une grande gentillesse (il m’aurait même hébergé pour me « dépanner » bien sur, en précisant qu’il n’avait qu’une seul lit) et m’a monté le carton jusqu’à l’appartement. En échange j’ai du lui donner mon (faux) numéro de téléphone. Tout en réalisant que ça ne servait pas à grand chose puisqu’il savait désormais où j’habitais (que voulez vous je ne peux pas penser à tout lorsque j’improvise)

voilà il ne me reste plus qu’à monter ma table basse : 1 tournevis et c’est parti pour le show !