LA PAUSE FEMININE

Un week-end de folie à Anglet à l’hôtel Atlanthal : surfer avec Pauline Ado grâce à Lov’organic !

Il y a des messages que tu as du mal à croire même quand tu les lis plusieurs fois.

C’est ce qui m’est arrivée il y a quelques semaines quand j’ai vu en sujet d’un mail « Vous avez gagné le concours Lov’organic « .

J’ai d’abord cru que j’avais gagné une chance supplémentaire pour un éventuel tirage au sort (on en reçoit tous des comme ça 😉 ), puis je me suis dit que j’avais dû gagner du thé : j’étais déjà joie rien qu’à cette idée, moi qui en bois des litres par jour !

Mais en lisant bien attentivement, j’avais gagné le gros lot : un week-end à Anglet … pour un cours particulier de surf avec la championne du monde Pauline Ado !

Autant vous dire que je n’arrivais pas à le croire et surtout à m’imaginer sur une planche avec une sportive de haut niveau pour me conseiller sur ma première fois en surf !

Voilà comment je me suis retrouvée heureuse et avec un sourire permanent sur le visage dans le train SNCF direction Biarritz au départ de Bordeaux un vendredi soir.

J’ai embarqué une amie dans ma valise pour partager ces moments complètement fous et inoubliables !

Arrivées à Anglet après avoir été récupérées à la gare de Biarritz par la navette, nous avons été accueillis par l’office de tourisme d’Anglet et l’hôtel Atlanthal pour un cocktail de bienvenue !

Apérol spritz, et plancha, nous ont mis dans l’ambiance festive et détendue de ce week-end 100% plaisir et VIP !

La chambre spacieuse et confortable offrait également une terrasse dont nous avons pu profiter grâce au soleil magnifique qui ne nous a pas quitté des 2 jours !

Une table et deux fauteuils nous ont permis de déguster les infusions offertes par Lov’organic dans notre chambre. J’ai pu goûter « run for love » que je ne connaissais pas : elle a pris toute sa saveur le lendemain soir 😉

Mais avant ça, le samedi matin après une nuit à dormir comme des bébés, nous avons pris notre petit-déjeuner en chambre.

Puis nous nous sommes faites chouchouter au spa avec des soins thalasso : je me suis endormie à chaque fois !

Bain relaxant, douches multijets, massage californien : le tout avec un passage à l’espace marin Le Lagon pour se détendre dans de l’eau de mer chauffé à 33 degrés.

Le combo parfait pour se préparer à nos émotions de l’après-midi : la rencontre avec Pauline Ado, championne du monde de surf, pour notre premier cours !

Le temps est avec nous : ciel bleu, chaleur, et vagues hospitalières 😉

Souriante et pédagogue, Pauline nous a donné rendez-vous à l’école de l’océan et nous met de suite à l’aise.

Nous enfilons nos combinaisons. Une planche sous le bras, nous nous mettons dans la peau de surfeuses … avec une bonne dose d’appréhension et de stress sous nos maillots !

    

Après quelques explications sur le sable, nous voilà très vite dans l’eau pour tester la température mais surtout se jeter dans le grand bain 😉

En bonnes élèves appliquées, nous étions concentrées et nous avons donné toute notre énergie pour essayer de progresser rapidement et rendre fière notre prof !

Et quel bonheur que de découvrir de nouvelles sensations, d’apprendre encore à nos âges où les premières fois sont de plus en plus rares, où les zones de confort se chamboulent plus difficilement : l’eau salée, l’air marin, glisser, et sentir ses muscles travailler, savourer chaque seconde de ce moment privilégié où Pauline a été d’une grande patience et pleine d’encouragements pour les deux débutantes que nous étions.

Nous sommes sortis de l’océan avec une sensation de bien-être rare : l’adrénaline, la retombée du stress, la satisfaction d’avoir accompli quelque chose d’inhabituel, mais aussi réaliser notre chance d’avoir eu une si bel après-midi en si bonne compagnie !

Encore MERCI Pauline pour tout !

Nous nous sommes remises de nos émotions en continuant notre découverte d’Anglet sur la promenade (et si nous étions rentrées à l’hôtel, la sieste nous aurait emportée encore plus loin que les vagues ;-)). Le soir nous avons fêté nos exploits avec une coupe de champagne et des macarons de chez Thierry Bamas offerts par l’office de tourisme d’Anglet sur notre terrasse privée depuis la chambre.

Ai-je besoin de préciser que nous avons dormi profondément ? (malgré l’apparition des premières courbatures 😉 )

Le dimanche midi nous avions la chance de terminer notre week-end par un brunch à la Beach House d’Anglet : un lieu au cadre idyllique pour se poser et bien manger.

Des produits frais, bien cuisinés (le saumon mariné ❤ ), savoureux (l’avocado toast ❤ ) : une adresse à retenir !

Pour ne rien gâcher j’ai croisé Margot du blog You make Fashion, qui brunchait à la table voisine de la mienne : c’est donc officiellement The place to be à Anglet !

Le retour a été beaucoup plus calme : des étoiles pleins les yeux, des souvenirs pleins la tête …

Encore Merci Lov’organic !

Ainsi que l’office du tourisme d’Anglet, l’hôtel Atlanthal, le Beach House et Pauline Ado !

 

Publicités
voyage

De l’ile d’oléron à Fort Boyard : 3 jours et 3 incontournables pour une escapade dépaysante

Après avoir découvert l’île de ré et être tombé sous son charme, direction l’île d’oléron.

Nous avons loué un petit bungalow en Air B’n’B dans le jardin de particuliers.

C’était une solution qui nous convenait pour les 3 jours que nous avions sur l’île. Et l’endroit était très sympa !

Nous avons pu découvrir les plages à quelques pas …

Mais nous avons surtout fait le plein de couleurs et d’aventures.

Voici nos 3 endroits préférés lors de ce séjour :

On découvre pleins de petits artisans qui redonne vie à ces anciennes cabanes de pêcheurs et proposent des objets faits à la main ou de véritables oeuvres d’art (sculptures, peintures …).

  • Le port de la côtinière : avec son phare et ses bateaux colorés c’est vraiment un endroit très agréable.

  • Le Fort boyard : au départ de Boyard ville, nous loin de Fouras, nous avons embarqué avec Ile ou Aile pour une croisière en direction du Fort. Un rêve de gosse !

Même si on ne peut pas aller dedans ( encore un rêve !) on passe tout près et on admire le bâtiment.

Les navigateurs nous en apprennent plus sur ce lieu et nous livrent des anecdotes croustillantes. On leur en a appris également : ils ne savaient pas que Passe-partout avait fait une chanson ! Quoi ? vous non plus ? Allez c’est mon cadeau , on se quitte en chanson ! 😉

Maintenant on ne rêve que d’y retourner !

Plus de renseignements sur le site de l‘office de tourisme de l’ile d’oléron

voyage

L’île de ré : mes 3 adresses incontournables pour des vacances idéales !

En Avril, nous avons décidé de profiter de quelques jours en famille pour découvrir l’Ile de Ré !

Si près de la Gironde que nous n’y avions jamais pensé et pourtant nous sommes tous tombés sous le charme de ses paysages en Charentes maritimes !

Nous avons loué une petite maison de ville à Saint-Martin-de-Ré sur Air B’n’b : un endroit super agréable, idéalement placé pour pouvoir découvrir plusieurs aspects de l’île, avec tout le confort et une déco magnifique !

Bref les vacances commençaient très bien !

J’ai particulièrement apprécié la baignoire avec sa grande fenêtre qui donnait sur la petite cour privée : un bonheur de sentir le soleil entrer dans cette pièce quand on se prélasse dans un bain après des kilomètres en vélo !

Oui car l’Ile de Ré, c’est le paradis du vélo : des kilomètres de pistes cyclables permettent de circuler en toute liberté d’un point à l’autre et de découvrir les paysages à son rythme.

Ainsi nous sommes allés à la découverte des marais salants et de petits producteurs d’huîtres qui proposent de déguster son plateau arrosé d’un petit verre de blanc au plus près de son lieu de production.

Une adresse à retenir : la Rhétaise !

L’itinéraire de ce lieu se refile sous le manteau pour préserver la quiétude du lieu : la carte est simple, peu de choix mais le tout est délicieux, ultra frais, sans chichi, et servi dans la bonne humeur ! (Merci GodblessBacchus !)

Plutôt gourmand de glaces ? Une institution sur l’île se trouve sur le port de Saint-Martin-en-ré : la Martinière !

Un glacier avec des parfums insolites et succulents ! Tu auras envie de tous les goûter mais il faudra faire un choix.

Mes parfums testés et approuvés à ne pas rater : framboise poivron, huitre caviar, mangue gingembre, rocher

A déguster sur un des bancs autour du port en regardant le soleil se coucher … n’oublie pas la petite veste, le vent vient te rafraichir autant que la glace parfois 😉

Chaque petit village regorge de ruelles et marchés totalement dépaysants ! Douceur de vivre au programme !

Pour tes petits-déjeuners, fonce acheter des confitures chez Les papas confituriers !

Une visite incontournable pour t’émerveiller de l’île de Ré et avoir un point de vue incomparable ? Le Phare des Baleines !

Après la montée en escalier colimaçon, tu auras bien mériter d’admirer tout autour de toi un panorama éblouissant !

50 nuances de bleus, c’est ici !

Les petites boutiques au pied du phare et les restaurants sont agréables : il y flotte un air de vacances paisible même s’il y a vite du monde en terrasse les jours de grand soleil. Peu importe, un Apérol Spritz avec vue sur le phare, c’est un luxe suprême !

Il est évident que nous reviendrons tant il nous reste de chemins à explorer et de petits restos à tester 😉

Pour prolonger les vacances, nous sommes allés à la découverte de l’île d’Oléron : un programme encore bien alléchant à suivre ici très bientôt !

 

voyage

L’île Maurice : mon rêve de vacances en famille

Quand arrive l’hiver, j’ai toujours des envies de soleil, pas vous ?

Alors je me plonge dans des projets de vacances, je rêve devant les photos de nos anciennes destinations comme la Crête cet été.

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances-3

Seul hic, les heures d’avion.

C’est d’ailleurs, entre autre, ce qui m’a empêché d’accompagner toute ma petite famille à Tahiti !

Alors je sais que je tiens 4-5 heures dans mon siège de passager, mais la prochaine étape serait de pouvoir m’éloigner encore un peu de cette zone que j’arrive à maitriser.

En cherchant les heures de vol, pour les prochaines étapes, je peux prétendre au Canada (7 heures une fois à Paris), New York (8h une fois à Paris).

Et l’étape ultime sera l’Île Maurice (avec ces 13 heures environ selon les vols). Elle arbore un paysage composé de lagunes, récifs, forêts tropicales, cascades, sentiers de randonnée et une faune exotique. Bref le combo parfait pour farniente, balade et découvertes !

Toute la famille pourra y trouver son compte et surtout nous pourrons approcher nos 2 animaux préférés : les tortues et les dauphins.

Le parc naturel ‘Réserve des Mascareignes Vanille » est un lieu magique rappelant « l’Île Maurice de la vieille époque », qui permet de découvrir une nature préservée ainsi que les traditions de la population locale. L’attraction principale du parc est la Tortue : il y en a maintenant environ 1000, dont la Tortue Géante qui se promène en toute liberté. Les enfants peuvent apprivoiser et nourrir ces Tortues Géantes âgées de 100 ans !

Mais il n’y a pas seulement des tortues dans ce parc, mais également une multitude d’animaux différents, y compris près de 2000 crocodiles du Nil, des iguanes verts, des caïmans, des geckos, des singes, des chauves-souris, des mangoustes, des sangliers, toute une batterie d’animaux de ferme mauriciens et une variété de poissons d’eau douce.

ile-maurice tortue

Sur l’Île Maurice, il est possible de naviguer sur un bateau pour observer de superbes animaux aquatiques tels que les dauphins et les baleines, et même saisir l’occasion exceptionnelle de nager avec les dauphins dans leur habitat naturel.

19

J’attends donc impatiemment que ma phobie me laisse tranquille et je continue mes petits voyages thérapeutiques avant le grand saut vers le paradis … sur terre 😉

img_9807

Et vous, vous connaissez l’île Maurice ?

 

 

Article sponsorisé

voyage

Découvrir la Crête : les 3 lieux incontournables pour des vacances réussies

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (18)

Cet été, nous avons posé nos valises en Crête, près d’Heraklion la capitale.

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (11)

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (5)

Je ne connaissais rien de cette île et je me suis laissée embarquer de découverte en découverte.

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (6)

Car l’avantage c’est qu’il y en a pour tous les goûts.

Une chose est sûre : La Crête laisse de magnifiques souvenirs et donne envie d’y repartir !

Voici mes 3 endroits préférés :

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (1)

Santorin (Santorini) : Village de cartes postales où le bleu et le blanc se mêlent à l’architecture typique.

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (29)

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (2)

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (4)

Se perdre dans les ruelles, admirer la vue d’en haut, d’en bas, laisser son regard se perdre dans le paysage.

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (25)

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (1)

Direction l’Histoire …

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (10)

Knossos : Pour la partie culturelle, autant aller direct à l’essentiel !

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (12)

 

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (11)

Ici le palais de Knossos montre l’étendue de la grandeur . Architecture, conservation, tout est fascinant !

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (8)

Le palais du roi Minos constitue un des sites les plus visités de la Crète.

L’effet de labyrinthe, la cour intérieure, les fontaines et bien sûr, ces colonnes impressionnantes en font un lieu incontournable !

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (13)

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (9)

Direction le paradis bleu …

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (2)

L’ile de Chrissi : L’apogée du voyage ! Une île digne des archipels des Maldives ou de Bora Bora.

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (3)

Eau turquoise transparente, sable blanc fin, le paradis est à portée de main.

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (20)

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (24)

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (17)

Nous avons fait une excursion qui nous a emmené sur la partie déserte de l’île et où nous avons pu manger sur l’eau des spécialités du pays.

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (23)

Chacun a sauté du bateau, nagé avec masque et tuba pour apercevoir des petits poissons.

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (21)

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (16)

Un incontournable pour se dépayser totalement et passer une journée de rêve !

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (19)

Mes conseils :

Niveau culinaire : les salades crétoises sont juste à tomber ! La qualité des tomates, concombre et de la féta est impossible à retrouver en France ! (Parfait pour ne pas grossir en plus ;-).

La bière Mythos est vraiment excellente !

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (7)

N’hésite pas à te perdre dans des petits villages de bord de mer ! Tu tomberas sur des bars du bout du monde totalement dépaysant et avec des jus de fruits frais à 3 euros.

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (9)

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (10)

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (8)

Bref, la Crête nous laissera de merveilleux souvenirs et on espère bien pouvoir y retourner !

crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (3)  crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (5) crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (6)        crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (14)        crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (22)    crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (26) crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (27) crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances (28)  crete-voyage-pteapotes-knossos-krissi-ile-grece-trip-decoverte-santorin-santorini-vacances

 

 

LA PAUSE FEMININE, Livres et CD

7 idées lecture : mes derniers livres lus préférés #3

Ce mois-ci j’ai dévoré de nombreux livres. Vive les vacances et le farniente en bord de plage ou de piscine, dans le jardin dans un transat, ou dans une chaise longue. J’ai renoué avec le plaisir des livres plus longs autant que des BD. Je me suis surprise à vouloir découvrir les autres écrits d’un même auteur que j’avais aimé et à les enchaîner.

IMG_0173

Pour la rentrée je veux garder le rythme et j’ai désormais des envies de découvertes de styles différents de mes habitudes. Je sens que je vais sortir de ma zone de confort 😉

Mais pour l’heure, voici mes dernières lectures préférées :

Les jours sucrés de Loic clément et Anne Montel (Dargaud)
L’histoire :
« À 25 ans, Églantine apprend le décès de son père et part pour Klervi, le village breton de son enfance. Elle y retrouve sa vie d’avant, ses souvenirs et la pâtisserie paternelle (qui est désormais la sienne), mais aussi Gaël, son amoureux de l’époque, sa tante Marronde et tous les chats du village. Surtout, elle découvre le journal intime de son père. Il y a mis tous ses secrets de vie et de cuisine. Un véritable guide pour Églantine. Et si c’était l’occasion d’un nouveau départ ? Une comédie romantique légère et subtile. »

Une BD qui se lit comme un roman, ou un roman avec des images de BD.

On ne sait plus très bien, mais on est touché en plein coeur par l’histoire, et on en prend plein les yeux avec les dessins poétiques qui nous plongent dans un univers qui sent bon le pain frais et les chocolatines (oui, bordelaise ;-)).

Un parfum d’enfance, de quête identitaire, de chats taquins, et de petites bulles de douceur.

On sent bien que j’ai adoré ?

A prêter à votre pré-ado dès 9 ans.

Le scaphandre et le papillon de Jean-Dominique Baudy

L’histoire :

« Le 8 décembre 1995, brutalement, un accident vasculaire a plongé Jean-Dominique Bauby dans un coma profond. Quand il en est sorti, toutes ses fonctions motrices étaient détériorées. Atteint de ce qu’on appelle le  » locked-in syndrom  » – littéralement : enfermé à l’intérieur de lui-même-, il ne pouvait plus bouger, manger, parler ou même respirer sans assistance. Dans ce corps inerte, seul un œil bouge. Cet œil – le gauche-, c’est son lien avec le monde, les autres, avec la vie. Avec son œil, il cligne une fois pour dire  » oui « , deux fois pour dire  » non « . Avec son œil, il arrête l’attention de son visiteur sur les lettres de l’alphabet qu’on lui dicte et forme des mots, des phrases, des pages entières… Avec son œil, il a écrit ce livre : chaque matin pendant des semaines, il en a mémorisé les pages avant de les dicter, puis de les corriger.
Sous la bulle de verre de son scaphandre où volent des papillons, Jean-Dominique Bauby nous envoie ces cartes postales d’un monde que nous ne pouvons qu’imaginer. Un monde où il ne reste rien qu’un esprit à l’œuvre. Esprit sarcastique et désenchanté qui nous sert le cœur par son intensité.
Un livre hors norme dont l’existence tient du miracle. »

J’avais entendu parler de ce syndrome et certainement de cette histoire, à l’époque où elle était sortie. Quand je suis tombée dessus, j’ai voulu découvrir ce livre hors du commun. Singulier, vraiment à part, il permet de se retrouver dans la tête de celui qui a vécu l’invivable. Des chapitres comme des successions de confessions, de descriptions, de sensations … On ne ressort pas indemne de ce voyage immobile. Surprenant, bouleversant.

 

Demain j’arrête de Gilles Legardinier
L’histoire :
« Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides. Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu’elle n’a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier… Mais tout cela n’est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu’elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret. Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu’à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons-nous fait le truc le plus idiot de notre vie ? »

C’est une amie qui me l’a offert parce que le style lui faisait penser au mien. Tellement que j’avais l’impression que je l’avais écrit ce bouquin. Tellement que ce que je suis en train d’écrire dans mon coin ressemble beaucoup à cet univers. Perturbant mais à la fois jouissif car je me retrouve totalement dans cette histoire, dans ce milieu, dans cet humour.

J’ai été conquise et c’est un gros coup de coeur ! C’est rare qu’un homme écrive aussi bien un personnage féminin, torturé dans ses questions existencielles de femme fleur bleue.

« Et soudain tout change » de Gilles Legardinier

L’histoire :

« Pour sa dernière année de lycée, Camille a enfin la chance d’avoir ses meilleurs amis dans sa classe. Avec sa complice de toujours, Léa, avec Axel, Léo, Marie et leur joyeuse bande, la jeune fille découvre ce qui fait la vie.
À quelques mois du bac, tous se demandent encore quel chemin ils vont prendre. Ils ignorent qu’avant l’été, le destin va leur en faire vivre plus que dans toute une vie… Du meilleur au pire, avec l’énergie délirante et l’intensité de leur âge, entre espoirs démesurés, convictions et doutes, ils vont expérimenter, partager et se battre. Il faut souvent traverser le pire pour vivre le meilleur »

Ce livre m’a bouleversé. Le style est un peu banal, mais plein de véracité puisqu’on imagine très bien qu’il aurait pu être écrit par une lycéenne. On s’y retrouve sous certains aspects, on se surprend à se rappeler nos années lycées et tout ce qu’on attendait de la vie à cette époque.

Puis le tournant dramatique m’a saisi. Ma gorge s’est nouée. Gilles Legardinier avait réussi son coup même si j’avais trouvé l’écriture un peu simpliste.

Un livre surprenant.

 

« C’est pas moi, c’est toi » de Mhairi McFarlane
L’histoire :
« Quand Delia découvre que l’homme qu elle a demandé en mariage la trompe avec une autre, elle se dit que c’est sa faute. Si rien n’est plus comme avant, c’est aussi sa faute. Mais dans ce cas, pourquoi son ex remue-t-il ciel et terre pour la récupérer ? N’aurait-il pas lui aussi sa part de tort dans cette sombre histoire ? De Newcastle à Londres, entre les boulots louches, les patrons excentriques et les journalistes si séduisants que c en est indécent, une nouvelle version de Delia voit le jour. L’amour est mort, vive l amour ! »
J’avais envie d’un pavé : pour tenir tout l’été, pour m’embarquer dans une histoire longue mais passionnante … puis je me suis vite rendue compte que la taille n’avait pas d’importance 😉 J’ai littéralement dévoré ce bouquin du début à la fin : j’ai adoré !

A l’heure où j’écris, c’est mon livre de l’été ! Le personnage principal est attachant, pleins de faiblesse et qui les assume pleinement ! Une femme avec ses défauts et qui n’essaient pas de les cacher. La façon dont elle parle de la rupture n’est jamais tout blanc tout noir : elle passe par toutes ces vraies phases où on n’arrive pas à tirer un trait définitif, où on veut croire en l’amour, en la personne qu’on aime, qu’on a aimé .. où on se dit qu’on n’as pas pu se tromper à ce point sur quelqu’un. A côté de cette introspection toujours très juste, son patron loufoque, ses ex-collègues et sa meilleure amie, apportent beaucoup d’humour et de fraîcheur !

Et cette enquête qui nous tient en haleine tout au long du livre : qui est le fameux naan ?

Vraiment, je vous conseille ce livre ! J’avais déjà beaucoup aimé  »  » du même auteur, mais là cela me donne très envie de découvrir ces autres romans.

Je pense que je viens de trouver mon nouvel auteur préféré !

« Comme si c’était toi » de Mhairi McFarlane

L’histoire :
« Au lycée, Anna était grosse, laide et terriblement mal dans sa peau. À trente ans, l’époque où elle était le souffre-douleur de son bahut, et de James en particulier, lui semble déjà loin : elle est belle, elle a un boulot de rêve, et la vie lui sourit. Mais le destin nous réserve parfois d’étranges surprises, et l’homme qui lui a infligé la pire humiliation de sa vie refait surface. Contre toute attente, James est devenu prévenant, drôle, spirituel… et il n’est pas insensible au charme de la ravissante jeune femme avec laquelle il organise une exposition. Il n’a pas reconnu en elle celle dont tout le monde se moquait dix ans plus tôt. Profondément troublée par ces retrouvailles inattendues, Anna est prête à tout pour ne pas retomber amoureuse de son amour de jeunesse… »

Qu’est ce que je vous disais juste avant ? Eh bien oui, c’est devenu mon auteur chouchou.

Tout aussi réussi que le précédent, ce bouquin nous embarque dans les affres des blessures d’adolescence qui nous construisent en tant qu’adulte.

La romance est bien sûr au détour du chemin mais c’est surtout la quête de soi et l’acceptation que le passé appartient au passé qui jalonnent ce livre.

J’ai préféré « c’est pas moi, c’est toi » personnellement, mais je ne regrette absolument pas d’avoir également lu celui-ci.

 

« A garonne » de Philippe Delerm

L’histoire :
« En nous ouvrant les portes de la Mascagne, sa maison de famille, l’auteur de La Première Gorgée de bière se retourne pour la première fois sur son enfance et sur son adolescence. Philippe Delerm prend la plume pour évoquer les liens privilégiés qui l’attachent à une maison. Une maison dans le Tarn-et-Garonne où il a passé toutes ses vacances depuis sa naissance, il y a cinquante-cinq ans. La maison de ses racines, celle de ses grands-parents puis de ses parents, avant d’être celle où se réunissent aujourd’hui chaque été toutes générations confondues la famille Delerm au complet.  » Cette maison est à la fois un lieu et une idée. Elle fait partie de moi et je fais partie d’elle. Voilà. Ce livre est un peu tout cela.  »
Curieusement, le  » buveur de petits instants découpés dans le présent « , celui pour lequel le bonheur rime avec la mémoire, ne s’était jamais autorisé à raconter ses souvenirs d’enfance. Il retrouve ici l’accent rocailleux de la région pour nous faire le portrait tendre et doucement nostalgique de ces lieux et personnages qui l’ont vu grandir. »

J’ai renoué avec une valeur sûre que je prends toujours plaisir à lire : Philippe Delerm. Depuis « La première gorgée de bière », je suis tombée amoureuse de sa façon si poétique et réaliste de décrire les petits plaisirs de la vie et ces moments ancrés dans la mémoire collective. On se retrouve toujours au détour d’un de ses nouvelles, tant il utilise toujours le mot juste et l’expression salutaire. J’avais été un poil déçue par son dernier opus  » mojito ». Dans ma médiathèque, je suis tombée sur ce titre que je ne connaissais pas et c’est une redécouverte avec un format sensiblement différent puisqu’ici les nouvelles qui composent cet ouvrage se suivent et forment un tout sur ses souvenirs d’enfance dans la maison familiale des grands parents. On s’y retrouve lorsque l’on a connu les vacances à la campagne.

Et vous, vous avez lu quoi cet été ? Vous connaissiez ceux-là ?

Il est encore temps de découvrir tous ces livres ! 😉

Cliquez sur les photos pour acheter les livres sur Amazon.

LE BASSIN D'ARCACHON EN FAMILLE

Un village de pêcheur comme une île mystérieuse au coeur du bassin d’arcachon

L’Île aux oiseaux n’aurait pas le même attrait sans ses 53 cabanes en bois.
village-pecheur-arcachon-bassin-cap-ferret-gironde-maison-cabane-tchanquée-patrimoine-marée-bateau-nature-aquitaine-banc-arguin (15)
village-pecheur-arcachon-bassin-cap-ferret-gironde-maison-cabane-tchanquée-patrimoine-marée-bateau-nature-aquitaine-banc-arguin (3)
La plupart des cabanes se répartissent entre les « quartiers » du Port de l’Île, d’Afrique, d’Îlot, du Saous et du Truc Vert, avec pour chacun d’entre eux une ambiance particulière.
village-pecheur-arcachon-bassin-cap-ferret-gironde-maison-cabane-tchanquée-patrimoine-marée-bateau-nature-aquitaine-banc-arguin (1)
village-pecheur-arcachon-bassin-cap-ferret-gironde-maison-cabane-tchanquée-patrimoine-marée-bateau-nature-aquitaine-banc-arguin (11)
Au sud-est de l’île, se détache la silhouette des deux cabanes tchanquées : les plus connues.
village-pecheur-arcachon-bassin-cap-ferret-gironde-maison-cabane-tchanquée-patrimoine-marée-bateau-nature-aquitaine-banc-arguin (12)
Mais aujourd’hui c’est au quartier d’Afrique que nous avons posé nos chaussures plastoc pour aller marcher dans la vase et sur les ponts de bois ou de coquilles d’huitres.
village-pecheur-arcachon-bassin-cap-ferret-gironde-maison-cabane-tchanquée-patrimoine-marée-bateau-nature-aquitaine-banc-arguin (9)
Ici il n’y a pas l’eau courante. On y accède quand la marée nous y autorise.
village-pecheur-arcachon-bassin-cap-ferret-gironde-maison-cabane-tchanquée-patrimoine-marée-bateau-nature-aquitaine-banc-arguin (13)
On se sent sur une île abandonnée et la vie y apparait comme figée dans le temps : les cabanes sont repeintes, quelques bateaux sont venus accostés au plus près.
village-pecheur-arcachon-bassin-cap-ferret-gironde-maison-cabane-tchanquée-patrimoine-marée-bateau-nature-aquitaine-banc-arguin (10)

village-pecheur-arcachon-bassin-cap-ferret-gironde-maison-cabane-tchanquée-patrimoine-marée-bateau-nature-aquitaine-banc-arguin (4)  village-pecheur-arcachon-bassin-cap-ferret-gironde-maison-cabane-tchanquée-patrimoine-marée-bateau-nature-aquitaine-banc-arguin (6) village-pecheur-arcachon-bassin-cap-ferret-gironde-maison-cabane-tchanquée-patrimoine-marée-bateau-nature-aquitaine-banc-arguin (7) village-pecheur-arcachon-bassin-cap-ferret-gironde-maison-cabane-tchanquée-patrimoine-marée-bateau-nature-aquitaine-banc-arguin (8)      village-pecheur-arcachon-bassin-cap-ferret-gironde-maison-cabane-tchanquée-patrimoine-marée-bateau-nature-aquitaine-banc-arguin (14)  village-pecheur-arcachon-bassin-cap-ferret-gironde-maison-cabane-tchanquée-patrimoine-marée-bateau-nature-aquitaine-banc-arguin (16)

Et il est temps de repartir … à tout petits pas, pour laisser derrière nous, ce petit jardin secret au coeur du bassin.

village-pecheur-arcachon-bassin-cap-ferret-gironde-maison-cabane-tchanquée-patrimoine-marée-bateau-nature-aquitaine-banc-arguin (17)