AFTERNOON TEA

Mes petits sandwichs à l’anglaise : concombre et fromage de chèvre

Si tu me connais bien, tu sais que je suis amoureuse du thé et je ne manque jamais l’occasion de m’offrir un afternoon tea digne de ce nom quand je passe par Londres ou l’Angleterre.

Tu peux aussi en déguster un fantastique à Paris au Peninsula Hotel.

Qu’est ce que l’afternoon tea ? Un moment entre le repas du midi, le goûter et le thé : on y mange sucré mais aussi salé !

Un peu comme un brunch mais plus fin et pas que le dimanche.

Sous forme de petites mignardises, muffins, cupcakes, mais également scones, mini-sandwich aux oeufs ou au concombre.

J’adore ces derniers et je les ai revisité : habituellement à base de fromage frais, j’ai eu envie de les « pimper » avec du fromage de chèvre au poivre, ainsi que les dernières herbes aromatiques du jardin, menthe et basilic.

Pour faire ces petits sandwichs so british, il te faudra :

  • du pain de mie (j’achète le mien au marché, à la coupe, je le conserve au congélateur : parfait pour des envies de sandwichs en urgence)
  • du concombre
  • du fromage de chèvre : ici au poivre
  • du basilic et de la menthe en petites quantités

Peler le concombre et le couper en très fines lamelles à la mandoline par exemple.

Le faire dégorger une demi-heure avec du sel, dans un récipient avec passoire.

Ecraser le fromage de chèvre, y ajouter quelques feuilles de basilic et menthe (2-3 de chaque) finement ciselé.

Passer les tartines dans le toaster très légèrement.

Etaler la préparation au fromage sur le pain de mie, disposer les rondelles de concombre.

Refermer votre sandwich avec une 2ème tranche de pain.

Presser et découper les bords pour une plus jolie présentation (ne les jeter pas, ils peuvent se tremper dans le miel le matin, se font cuire au four avec de l’ail pour des petits croûtons dans la soupe, ou bien les broyer en miettes pour les donner aux oiseaux).

Couper en diagonale pour un rendu à l’anglaise.

Bon appétit !

Ces bouchées salés se dévorent au brunch, à l’apéritif mais aussi à l’heure du goûter avec un thé fumé type Lapsang Souchan qui révèle le goût du chèvre et du poivre.

Pour compléter ce teatime à l’anglaise, tu peux aussi proposer un cake citron pavot comme dessert sucré.

N’oubliez pas d’épingler cette recette sur votre tableau Pinterest de recettes originales pour l’apéro ou le brunch.

Food, MANGER, ZERO DECHET

Le robot Kenwood : mon meilleur commis de cuisine !

Depuis plusieurs mois, il est entré dans ma vie.

J’ai littéralement craqué pour sa robustesse et sa fiabilité.

Il s’est avéré devenir un indispensable dans ma cuisine : lui c’est le robot Kmix de Kenwood.

Quand tu essaies de réduire tes déchets et de mieux manger, cela passe par une grosse phase de mise en place d’alternatives « fait maison ».

Il faut donc retrousser ses manches et prendre le temps de faire soi-même tout un tas de choses que l’on achetait avant.

Oui mais voilà, si tu as un commis comme le Kmix de Kenwood, tu prends plaisir à cuisiner et le pétrissage, remuage, malaxage, n’est plus du tout ton problème. Bref tu redécouvres le plaisir des bonnes choses, sans les inconvénients 😉

Avec un crochet pour pétrir, une « feuille » pour mélanger / malaxer et un fouet pour émulsionner et fouetter, tu as le compagnon idéal pour réaliser toute sorte de patisseries, viennoiseries, pains et biscuits.

Voici nos indispensables ceux qui sont devenus nos classiques à la maison :

Les briochettes aux pépites de chocolat

425

Les sablés bicolores

428

427

les muffins en tout genre

408

La fameuse brioche butchy

IMG_5175

IMG_5181

Nous faisons aussi grâce à lui des choses que nous n’osions pas faire mais qui s’avèrent super fastoche, tel que la pâte à pizza ou la pâte brisée.

Bref c’est devenu un indispensable chez nous.

IMG_5176

IMG_5194

Une bonne idée kdo pour noël de toute la famille !

Retrouve mon tableau Cuisine sur Pinterest !

DETENTE, LA PAUSE FEMININE, Livres et CD

5 Idées lecture : mes derniers livres lus préférés #2

Voici un billet qui risque d’être récurrent car vous l’avez aimé et que j’adore partager avec vous mes coups de coeur lecture dans tous les styles. Je fais moi-même de belles découvertes à travers l’avis d’autres personnes.

Ce mois-ci j’ai lu des histoires qui m’ont embarquée.

 

Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi

L’histoire :

« Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit pas plus au bonheur qu’à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Et dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.
Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d’imaginer qu’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé… Et si elle n’avait pas atterri là par hasard ? Et si l’amour se cachait là où on ne l’attend pas ?
C’est l’histoire de chemins qui se croisent. Les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire. C’est une histoire d’amour(s), une histoire de résilience, une ode au bonheur. »

Deuxième opus pour Virginie Grimaldi, que j’ai eu la chance de rencontrer au Cultura de Bègles en dédicace (et à l’hippopotamus ;-), j’ai dévoré ce roman. Agréable, plein d’humour avec des personnages attachants, on se laisse couler entre les pages comme un fondant au chocolat.

Un moment de détente avec de vraies phrases de réflexions sur la vie et le temps qui passe, des métaphores / citations qui vont devenir des classiques tant elles sont bien trouvées.

Au premier abord, un livre qui parle de maison de retraite, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé. Mais l’héroïne nous fait rire, nous émeut avec son parcours initiatique pour se trouver, se retrouver. On se surprend de dévorer chaque page en voulant faire durer le plaisir … cette lecture est parfaite pour se détendre tout en prenant des leçons de vie avec les pensionnaires de cette résidence pour personnes âgées. On se sent différent après ce livre : il fait écho en nous comme une urgence de réaliser ses rêves et de ne pas avoir de regrets.

Sortir de sa zone de confort c’est peut-être ce qui peut nous arriver de mieux en fin de compte.

A lire cet été pour s’évader du quotidien et en même temps se ré-ancrer dans sa propre vie.

Ma vie dans un grille-pain de Claire Franek et Mikaël Ollivier

L’histoire :

« Comme tous les matins, Jean-Baptiste Morin s’apprête à partir au travail, à 8 heures 05 précises. Mais un morceau de baguette tombé au fond de son grille-pain va changer le cours de sa vie… A moins que tout ne tienne qu’à une feuille morte oubliée sur un trottoir mouillé ? »

Entre livre jeunesse, BD, nouvelles, ce livre est un ovni délicieux, une pépite qui bouleverse les codes.

La simplicité de l’effet papillon qui va entrainer dans son sillage tout un flot de conséquences . Un sujet simple : Comment nos vies dépendent d’une succession de hasards heureux ou malheureux.

Oui ce jour là si le grille pain n’était pas tombé en panne, la vie du héros aurait été totalement différente. Son avenir pourrait ressembler à tellement de choses à cause de cet incident, ou bien d’un autre.

Chaque détail de la vie est dépeint avec humour et réalisme : le fruit du hasard n’est peut-être pas si hasardeux. Drôle , touchant, on dévore ce livre et on le prête à nos enfants dès 8 ans.

Ce livre nous fait réfléchir sur les choix que l’on fait, le destin qui prend sa place et surtout sur l’importance de chaque petite action pour devenir acteur de sa vie.

(L’illustratrice est décédée récemment d’un cancer et cela donne une dimension toute particulière à la lecture de ce livre)

Le secret du mari de Liane Moriarty

L’histoire :

« Jamais Cecilia n’aurait dû trouver cette lettre dans le grenier. Sur l’enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : « À n’ouvrir qu’après ma mort. » Quelle décision prendre ? Respecter le vœu de John-Paul, qui est bien vivant ? Ou céder à la curiosité au risque de voir basculer sa vie ? Tous les maris – et toutes les femmes – ont leurs secrets. Certains peuvent être dévastateurs.
Best-seller aux États-Unis, ce roman, intense, pétillant et plein d’humanité, allie habilement suspense et émotion pour marquer son lecteur d’une empreinte durable. »

On se laisse embarquer dans cette histoire aux airs de Desperate Housewives à Wisteria Lane avec le destin mêlé de 3 femmes.

Toutes à des âges différents, elles sont en introspection pour trouver leur place, se demandent comment elles devraient réagir face aux évenements, se retrouvent à un tournant de leur vie …

J’ai vraiment adoré ce style : moi qui lit rarement des enquêtes, je dois avouer que c’est une belle façon de mettre un pied dans le genre.

En effet, l’enquête sert de toile de fond pour reconstituer le passé de plusieurs personnages jusqu’à connaitre la ou les vérités.

Les lettres de Rose de Clarisse Sabard

L’histoire :

« Lola a été adoptée à l’âge de trois mois. Près de trente ans plus tard, elle travaille dans le salon de thé de ses parents, en attendant de trouver enfin le métier de ses rêves : libraire.

Sa vie va basculer lorsqu’elle apprend que sa grand-mère biologique, qui vient de décéder, lui a légué un étrange héritage : une maison et son histoire dans le petit village d’Aubéry, à travers des lettres et des objets lui apprenant ses origines.

Mais tous les habitants ne voient pas d’un bon il cette étrangère, notamment Vincent, son cousin. Et il y a également le beau Jim, qui éveille en elle plus de sentiments qu’elle ne le voudrait… »

Ce roman est avant tout un très beau voyage à travers les époques et le temps.

L’auteur reconstitue l’arbre généalogique de son héroïne et on rentre peu à peu dans cette saga familiale sous forme de quête identitaire.

Les personnages sont attachants et on ne peut s’empêcher de s’imaginer ce qu’on aurait fait dans leur situation.

Pour un premier roman, l’auteur a particulièrement travaillé sur les détails qui le rendent vraiment prenant et réaliste.

Passionnant et surprenant, ce livre nous promène à travers les décennies et les caractères forts de cette famille au destin hors du commun.

Les secrets de famille, les tabous, la psychogénéalogie, l’amitié, sont autant de sujets qui nous font réfléchir sitôt le livre refermé.

Demain il fera beau de Céline Rouillé

L’histoire :

« Sarah décide à 40 ans de réaliser son rêve et ouvre un gîte en Normandie, près d’Etretat. Malgré sa séparation avec son mari, ses deux enfants à gérer, une maison à rénover et d’autres difficultés, elle retrouvera peu à peu le bonheur. »

Une lecture surprenante : je ne pensais pas m’attacher autant aux personnages mais finalement j’ai été happée par ces histoires entrelacées. Avec leurs personnalités différents, les protagonistes nous entraînent dans des questionnements du quotidien mais aussi des quêtes de soi à chaque âge.

 

Pour vous faire votre liste de lecture pour cet été, retrouvez mes autres coups de coeur du mois de mai !

BONS PLANS, Food, MANGER

Le pain magique sans machine sans pétrir : la recette simple comme un jeu d’enfant !

Voilà plusieurs semaines que j’ai décidé d’expérimenter de nouvelles recettes, de faire encore plus de préparations moi-même … Une grande remise en question sur notre mode de consommation, bref nous risquons d’en reparler dans les prochaines semaines par ici, si le cœur vous en dit …

Mais bon, soyons honnêtes, je veux bien faire attention à ma planète, mais pas trop me prendre la tête (si toi aussi tu aimes les rimes en « ette », tape des mains !)

Puis certaines démarches demandent un investissement de départ : je pensais que c’était le cas pour le pain. (sachant que les pains des machines à pain ont énormément de mie, et que ce qui est bon dans le pain, c’est quand même ce moment sublime où on casse la croûte … jeu de mots au rabais 😉

pain-magique-recette-machine-pétrir-sans-four-baguette-blog-croute-dessus-presentation-planche-guitarepain-magique-recette-machine-pétrir-sans-four-baguette-blog-croute-dessus-mie-interieur

Comment faire son pain soi-même sans machine à pain ni super robot pétrisseur-vengeur (oui les crochets d’un robot patissier ça m’a toujours fait penser à Hook … )

Après avoir épluché des patates pas mal de sites, blogs et autres nids à bonnes idées, je suis tombée sur une recette qui a retenu toute mon attention (la plus simple quoi ;-))

Les ingrédients sont ultra basiques :

  • 375g de farine

  • 8g de sel

  • 300 ml d’eau tiède

  • 2 sachets de levure de boulanger (2X5g soit 10g … révision de la table de multiplication ;-))

C’est tout !!!!

Alors bien sur, la recette originale préconise de la levure de boulanger FRAICHE, mais pour ma part, quand on voit que j’ai retrouvé un paquet de levure VINTAGE datant de février 2012, on imagine aisément que la levure fraiche aurait eu vite fait de se transformer en expérimentation scientifique.

  • Dans un saladier, diluer la levure avec un peu de l’eau tiède (j’ai laissé la levure agir un peu quelques minutes) puis ajouter le reste d’eau.
  • Ajouter la farine et le sel, puis mélanger grossièrement avec une cuillère en bois.
  • Couvrir avec un torchon, et laisser la pâte lever dans un endroit tiède (après avoir essuyé un échec, il s’est avéré que l’endroit « tiède » idéal était … mon four . Je le mets à 60° puis je l’éteins et je mets donc la pate à lever dedans , porte ouverte) pendant environ 1h30, ou jusqu’à ce qu’elle ait au moins doublé de volume.
  • Préchauffer votre four à 240° avec une lèchefrite remplie d’eau dans le bas du four.
  • Une fois la pâte levée, la débarrasser sur un plan de travail bien fariné (ou la « verser » directement dans les moules farinés).
  • Séparer votre pâte en 2 ou plus, et disposer dans un moule à baguettes, ou une plaque de cuisson. Ne cherchez pas à travailler la pâte ou à lui donner une forme, elle est collante, c’est normal 🙂
  • A l’aide de ciseaux, couper la baguette 2 ou 3 fois, en biseau.
  • Faire cuire les pains environ 30mn. Puis retirer le lèche frite et descendre d’un étage pour 5-6min. (Sinon j’ai remarqué que mon pain n’était pas assez cuit sur le dessous, étant trop ramolli par l’eau)

La vapeur dégagée par l’eau du lèchefrite permettra à votre pain de former une belle croûte. N’hésitez pas à en rajouter pendant la cuisson si nécessaire.

pain-magique-recette-machine-pétrir-sans-four-baguette-blog-croute

Astuce si tu n’as pas de moule à baguettes : deux feuilles de cuisson, 3 verrines au milieu … les baguettes sur les photos ont été faites de cette façon et ont pourtant la forme de baguette 😉

pain-magique-recette-machine-pétrir-sans-four-baguette-blog-croute-dessus-astuce-plat-moulepain-magique-recette-machine-pétrir-sans-four-baguette-blog-croute-dessus-astuce-plat-moule-verrine

C’est enfantin ! même pas besoin de se salir les mains !

Bien sur, on ne peut pas avoir une envie de pain soudaine, puisqu’il faut le temps de la levée, mais sincèrement, le mélange prend 5 minutes et le reste des étapes n’est que transvasage (quel joli mot tu viens de nous inventer là, Lydie !)

Bref ma grande Pourriture qui d’habitude ne mange que peu de pain, en a repris deux fois !

pain-magique-recette-machine-pétrir-sans-four-baguette-blog-croute-boulangerie pain-magique-recette-machine-pétrir-sans-four-baguette-blog-croute-farine-levure  pain-magique-recette-machine-pétrir-sans-four-baguette-blog-croute-dessus-coupe pain-magique-recette-machine-pétrir-sans-four-baguette-blog-croute-dessus-farine

A vos fourneaux, mes petits boulangers !