HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE, SPORT

A toi qui me siffle quand je cours et autres gentlemen #ironie

Quand je vais courir, c’est pour plusieurs raisons : me vider la tête, être tranquille (comprendre SANS gosses ni mari ;-)), avoir un corps sain ( ouais bon ok, éliminer le gras et la vinasse du week-end .. voire de la veille).

Quand je vais courir, je ne cherche donc ni la compagnie ni le papotage ni même le moindre contact visuel avec un être humain.

Quand je vais courir, je ne suis pas maquillée (sauf fête de la veille, cf « avoir un corps sain »), je suis habillée comme un sac (vieux jogging … bon ok si tu es fan de baskets asics rose fluo, tu peux me trouver totalement fashion, idem si tu as un désir ardent pour tout ce que fait la marque Kalenji de Décath’ en entrée de gamme), je ne suis pas coiffée (qui a dit « comme d’habitude » ???), et j’ai tendance à avoir une sale gueule ( rapport au fait que j’en chie grave et que je ne ressemble à rien quand je cours).

Pourtant il y en est du genre masculin qui du haut de leur grande considération, daignent prendre le temps de me signaler leur présence et même de retarder leur planning ultra chargé en donnant quelques minutes de leur journée à … siffler ! Pas siffler sur la colline genre Joe Dassin … non le sifflement de rue, celui qui te transforme instantanément en chair fraîche, le sifflement qui fait de toi la pute aguicheuse qui court.

Oui tu m’as sifflé, juste comme ça, pour me dire des choses qui te paraissent peut-être même sympa.

Mais …

A quel moment tu te dis que cela va marcher, que je vais être flattée ?

A quel moment ai-je envoyé un quelconque signe de séduction ? Lorsque j’ai reniflé bien bruyamment avec mes joues rouges extincteur ou quand j’ai craché sur le bas côté pour dégager mes sinus qui me brulaient ? tu aimes vraiment les jogging informes avec des tâches de peinture et les cheveux frisottis qui s’échappent d’une queue de cheval faite à la va vite ?

Tu aimes la transpiration qui dégouline sous les bras et les culottes qui rentrent dans les fesses au 2ème kilomètre ?

A quel moment tu te dis dans ta tête de mec que me siffler ou sa variante avec coup de klaxon va être perçu comme un encouragement de ta part pour améliorer ma performance sur le dernier kilomètre ?

A quel moment tu te dis que baisser la vitre pour crier « je te baiserai bien le cul » à une mère de 2 enfants qui ne demande qu’à ce qu’on lui fiche la paix, ça va être vraiment du beau compliment pour elle ?

Car je te remercie de prendre le temps de ralentir lorsque tu passes près de moi, de baisser ta musique et ta vitre pour lancer ce genre de petites phrases, mais sincèrement la prochaine fois passe ton chemin.

Et si par malheur je te réponds très poliment en levant le majeur, ne ralentis pas au prochain virage pour m’obliger à courir en sens inverse mais dis toi que tu as juste réussi à provoquer la seule réaction que ton genre de compliments mérite, et accepte humblement ce doigt en l’air, comme j’accepte sans tourner la tête, tes sifflements et coups de klaxon, et toutes tes petites phrases bien polies.