BEAUTE COSMETO MAKE UP, LA PAUSE FEMININE, Les cheveux blancs

5 raisons pour lesquelles j’ai arrêté de faire des colorations sur mes cheveux blancs

Voilà bientôt 1 an que j’ai arrêté les colorations capillaires !

Oui à 38 ans j’ai décidé de ne plus me colorer les cheveux et d’accepter mes racines blanches !

Ce projet « 50 nuances de gris » n’est pas complètement terminé mais je considère que le chemin le plus long a été parcouru.

J’avais déjà fait un petit bilan les premiers mois.

Il y a eu des longueurs vraiment problématiques, surtout entre 6-7 mois (je souhaitais garder mon carré pour éviter un autre changement supplémentaire qu’engendrerait un passage à une coupe courte … peut-être pas ma meilleure idée, mais j’en avais besoin à ce moment-là, même si avec le recul ce côté bicolore est atroce ;-)).

Et même si le chemin a été long et compliqué, cette décision est la transition vers un vrai changement sur plusieurs points.

(on reparlera probablement de tous les autres changements qui accompagnent cette jolie crise de la quarantaine en avance 😉 )

Alors si vous hésitez, voici les raisons pour lesquelles vous devriez sauter le pas :

1.Plus écologique : Les produits vendus en grande surface, tout comme ceux qu’appliquent votre coiffeur sur votre chevelure, ne sont pas anodins en terme d’impact environnemental et pour notre santé. De mon côté, j’avais souvent le crâne qui me démangeait la semaine après l’application et mon cuir chevelu était irrité. Même si on privilégie les colorations végétales, on n’est jamais vraiment sûr des conditions et des produits pour composer ce mélange. A savoir si vous voulez passer au henné (le plus naturel colorant à l’heure actuelle), que vous pouvez être allergique et pour ça vous devez réaliser un test au préalable. Et vous devez savoir également qu’il vous sera très difficile voire impossible de refaire une couleur du commerce par-dessus : cela ne prendra pas ou fera virer la couleur. Mais vos cheveux seront tout doux et en pleine forme : sachez qu’il en existe des « non colorants » pour faire des masques capillaires réparateurs.

2. Plus économique : Le calcul est assez rapide. Pour ma part, afin d’avoir des racines impeccables et que la démarcation entre la repousse et mes cheveux teints ne se voient pas, je devais renouveler l’opération toutes les 3 / 4 semaines. Même sans aller chez le coiffeur et en achetant une boite de coloration en promo, on était sur une moyenne de 15 euros par mois. Sur une année, c’est entre 150 et 200 euros, sans compter au moins 3-4 fois dans l’année une retouche en salon pour rattraper la totalité de la chevelure ou juste essayer d’obtenir une nuance plus naturelle : 50 à 80 euros suivant la longueur et les reflets, soit environ 300 euros. Bref avec environ 500 euros par an, cette première année j’ai pu donner de l’argent à une association et dès le mois prochain, je peux m’offrir des ateliers créatifs (ou des apéros 😉 ) ou concrétiser un projet voyage en économisant tous ces euros.

3. Plus de liberté : Pour moi, la coloration de mes cheveux blancs était devenue un véritable calvaire. Je ne prenais plus aucun plaisir à faire ma couleur comme dans ma jeunesse où je n’avais rien à « cacher » de mes racines et où la couleur était juste du fun pour changer de tête ou de style. Aller au salon de coiffure était désormais une corvée. Sans oublier que des cheveux colorés demandent aussi des soins spécifiques, de l’entretien, ils s’abîment plus vite, dégorgent (merci mon roux qui pendant des années m’a tâché toutes mes serviettes de bain blanches 😉 ) et sont du coup moins jolis, et plus difficiles à coiffer (déjà que je pars avec une texture indisciplinée bouclée épais souple ondulée 😉 ). Alors en arrêtant de les colorer, j’ai gagné en liberté : plus besoin de me soucier d’avoir une boite de produits d’avance ou de prévoir une soirée ou aprem où faire poser le mélange, ni de prendre rendez-vous, ni de craindre que l’on voit ma démarcation entre deux colorations. Certes, les premiers mois ont été compliqués à assumer car outre le côté négligé que l’on m’a souvent argumenté en voyant mes larges racines, il faut apprendre à se redécouvrir avec sa « vraie » couleur et ses cheveux blancs et gris. Un vrai travail sur soi d’acceptation. Mais au final on a la tête bien plus légère.

4. Plus original : La majorité des femmes cachent leurs cheveux blancs et surtout à mon âge il est très rare de voir une femme assumée les signes de l’âge. J’ai moi-même longuement hésité à cause de cet aspect physique : est-ce qu’on allait m’appeler Mamie ? Est ce que cela allait vraiment me vieillir tant que ça ? N’allais-je plus être désirable ? En fin de compte, j’ai fini par trouver que les mèches blanches que je découvrais au fur et à mesure de la repousse faisaient mon originalité. J’y trouve un petit côté rock’n’roll et surtout ma couleur suscite la curiosité. Et entre nous, les hommes y font bien moins attention que les femmes, et pour info, malheureusement les cheveux blancs n’empêchent pas la drague lourde 😉

5. Se retrouver / s’accepter : Avais-je envie de faire mon âge, ou plus jeune ? Etais-je prête à voir le nouveau moi ? De toute façon, mon visage prend des rides, mon corps n’est plus aussi ferme qu’à 20 ans, certes je peux user d’artifices puisqu’on me les mets à portée de main et surtout on nous dit que la normalité c’est de vouloir combattre les effets du temps. C’est bien simple, les magazines et les pubs nous bassinent avec des actrices de 50 ans qui en paraissent 30. Alors la femme de 40 est bien censée en faire 20 au maximum non ? J’aime toujours me maquiller, j’aime prendre soin de moi, et même de mes cheveux. Je crois bien que je ne les ai jamais autant regarder, coiffer et chouchouter que ces derniers mois, comme pour leur dire que l’on devait s’apprivoiser, que j’ai détesté mes cheveux blancs et que je m’en voulais un peu, car ils ne m’avaient finalement rien fait de mal. Alors maintenant, je laisse la place à la personne que je deviens : une femme qui se rapproche de ses 40 ans et qui a envie d’en découvrir les nouveautés qui accompagnent cette tranche de vie.

Peut-être un jour, je ferais marche arrière.

Peut-être qu’à une nouvelle période, je me sentirais en manque de confiance en moi et je ne me reconnaîtrai pas dans le miroir (cela m’arrive encore certains jours).

Mais j’espère qu’à ce moment là je me rappellerais ce voyage de plusieurs mois pour parvenir à cette crinière naturelle et atypique, et que je verrais autour de moi, que les cheveux blancs même avant 40 ans, ça peut être beau et accepté.

SI vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser en commentaire.

Dvt perso et organisation, LA PAUSE FEMININE, ZERO DECHET

Le grand ménage de Printemps ! Trier pour respirer, ranger pour se libérer : c’est le challenge libertri !

Il y a quelques temps j’avais lancé sur Instagram un challenge #libertri : liberté et tri !

Oui car très vite en gagnant de l’espace, en rangeant les choses à leur place et en se réappropriant son intérieur, on gagne en liberté.

Pourquoi ? je ne sais pas vraiment … mais tout ce que je peux vous dire c’est que cela marche vraiment.

Cette envie est partie de plusieurs lectures : Zéro déchet, la méthode KonMari, et l’art de l’essentiel.


Une évidence en ressort : je ne veux pas être esclave de mes objets, je ne veux pas passer le temps que je souhaite consacrer à mes enfants à ranger une maison en ayant l’impression de ne jamais en voir le bout, je veux pouvoir profiter de chaque mètre carré que je paie durement dans mon loyer/ prêt immo sans toujours me sentir à l’étroit, ai-je vraiment besoin de tout ce que j’ai, et surtout je ne veux avoir chez moi que les choses qui me servent réellement ou me plaisent vraiment.

Partie de là, j’ai donc ouvert les yeux sur … mes placards.

Le résultat était sans appel : j’avais trop de choses, ranger sans méthode particulière (sauf celles que l’on m’avait transmise) et j’avais toujours l’impression de manquer d’espace … d’air.

J’étouffais.

Pourtant ce n’était pas spécialement en bazar, je suis même quelqu’un de plutôt ordonnée.

Mais j’en avais assez de cette surconsommation et de continuer à ranger des choses inutiles dans ma vie.

Je me suis donc lancée un petit challenge, que certains ont déjà pu suivre sur Instagram, ou sur Facebook.

En sortant chaque catégorie d’objets, j’ai pu mettre en évidence ce que j’avais, ce que je voulais garder, ce que je voulais vendre, ce que je voulais donner ou jeter dans le dernier dernier des cas.

Bref j’ai eu beaucoup de difficulté au début (car je suis de ces écureuils qui gardent tout dans l’espoir qu’un jour cela serve, revienne à la mode, prenne de la valeur, me manque .. rayez la mention inutile .. on a toujours une bonne excuse quand on veut conserver quelque chose et que l’on a du mal à se détacher des objets.)

Puis finalement au fur et à mesure, j’ai avancé.

De plus en plus sereinement, car savoir ce que je voulais vraiment, me faisait l’effet d’une libération.

Ne plus m’imposer tel objet parce que c’est un cadeau, ne plus garder telle chose en double au cas où, ne plus avoir tel accessoire parce que tout le monde en a, ne plus conserver tel magazine pour une seule page … etc

J’ai donc vidé ma maison de 4 énormes cartons et 3 sacs de vêtements/accessoires.

C’est peut-être beaucoup ou peu, je ne sais pas … ce que je sais c’est que j’ai encore quelques réticences sur certaines choses donc je les garde pendant 6 mois mais si cet été, je ne les ai pas utilisé, elles partiront elles aussi.

Je fais aussi des achats beaucoup plus raisonnés sur le mode du durable. Je conserve les matières nobles, résistantes, agréables.

Et quand un objet sera usé, cassé et que je devrais le racheter je privilégierai son alternative durable : exemple une passoire plastique sera remplacée par une passoire inox.

Je réfléchis à la vie de l’objet et je ne cède pas aux pulsions d’achat.

Idem avec les vêtements. Je sais ce dont j’ai besoin et je me les offrirais lorsque j’aurais trouvé les « parfaits » quitte à y mettre + chers que d’habitude, car je sais que je les mettrais, et pour longtemps.

Vous avez envie de vous lancer, mais vous ne savez pas par où commencer ?

Voici comment j’avais procédé sur 16 jours de challenge (libre à vous d’adapter la quantité d’objets triés mais au moins cela vous donne une base avec des catégories à trier chaque jour 😉

Jour 1 : sortez un carton et mettez-y un objet dont vous voulez vous débarrasser. Pensez à la place qu’il va libérer.

Jour 2 : éliminez 2 produits de votre salle de bain. Périmés, achats impulsifs, inadaptés à votre peau, ces produits prennent de l’espace pour rien. Jetez les, donnez les. ( ne les remplacez pas : on fait de la place, ce n’est pas pour re-remplir 🙂

IMG_3806

Jour 3 : éliminez 3 verres / assiettes / vaisselle . Les dépareillés, les ébréchés, les « dont on ne se sert jamais » … Un peu plus de place dans le placard 🙂

IMG_3809

Jour 4 : jetez 4 sous vêtements et/ou paires de chaussettes. Trop usés, mauvaise taille, inconfortable …faites de la place !

IMG_3816

jour 5 : triez donnez jetez 5 magazines que vous gardez au cas où, dont vous aimez 2 pages, 1 photo ( déchirez la page et virez le reste ).

IMG_3833

jour 6 : Triez 6 vêtements ( trop grand, trop petit, mal ajusté, matière désagréable, usé, ou tout simplement jamais mis ) profitez en pour essayer de ranger vos tee shirt selon la méthode #konmari : parfait pour voir tous ses hauts et y accéder sans faire tomber la pile ! Ca évite de prendre toujours ceux du dessus et du coup on se rend mieux compte de ce qu’on a … On peut pousser jusqu’à les ranger par dégradé de couleur 😉

IMG_3866

Jour 7 : On s’attaque aux placards de bouffe ! On élimine les produits périmés , on cuisine dès aujourd’hui et demain ce qui arrive à la limite, on arrête de prévoir des réserves pour un régiment, on repère où sont les magasins de vrac. On arrivera sans difficulté à éliminer 7 trucs !

IMG_3872

Jour 8 :  On file vers les ustensiles de cuisine, petits moules, emporte pièce , verrines. On supprime 8 objets donc on ne se sert jamais, qui ne sont pas pratiques, qui ne donnent pas le résultat attendu etc … On peut les donner pour les coins dînette des écoles ou pâte à modeler de halte garderie.

IMG_3945

jour 9 : Attention ça devient difficile puisqu’on va vers les passions anciennes, les collections passées … Acceptez qu’une activité appartienne au passé et débarrassez vous du plus encombrant . Pour ma part j’ai fait du scrapbooking pendant 3 ans, il y 8 -9 ans. Je garde en me disant j’en referais … Mais je sais au fond de moi que cela ne m’attire plus, plus de la même manière . Donnez à quelqu’un qui s’en servira vraiment ou aux écoles centres sociaux maison de retraite … On vire au moins 9 choses !

IMG_3949

jour 10 : alors là on atteint mon point faible, l’étape difficile : se débarrasser des boîtes de thé les moins esthétiques pratiques, donner les thés que je ne bois définitivement pas, me servir des théières présentes dans la cuisine ou leur trouver une autre fonction ( cache pot , boîte à bijoux, boîte à piles …). Peut-être avez-vous le même souci pour une autre collection ?

IMG_3957

jour 11 : faire un tour dans le tiroir à épices et l’étagère à bouteilles d’apéro ! Ne gardez que ce dont on se sert, non périmés. Profitez des futurs barbecues pour proposer les alcools plus originaux et offrir les bouteilles non entamés.

IMG_4012

Jour 12 : on fonce vers les poêles casseroles plats et autres marmites : on vire sans pitié ceux dont le Téflon a sauté ( risque pour la santé ), on vire les couvercles mauvaise taille pas pratique et autres plats de Barbie super mignon mais qui ne correspondent à aucun repas réel d’une personne 🙂 idem les plats ébréchés ou casseroles irrattrapables ( on garde une seule pour activité tel que bougie maison si on en fait ). Vous pouvez aussi en profiter pour continuer le tri de la vaisselle du jour 3.

IMG_4016

Jour 13 : c’est le moment idéal pour trier les jeux de société, puzzles et autres boîtes créatives . Éliminez ceux dont les enfants n’ont plus l’âge ( il doit bien y avoir des plus petits autour :-)) ceux qui sont incomplets ( puzzle) ceux dont vous avez fait le tour. Éliminez les boîtes encombrantes si le jeu peut rentrer dans une petite trousse ( c’est le cas du Uno, Yam’s etc) : Cela permet ainsi d’utiliser les innombrables petites pochettes /trousses « trop mignonnes » qu’on osait pas jeter 🙂 Vous les aviez trier ces petites trousses ?? 😉 On peut aussi pousser jusqu’au matériel de loisirs créatifs. Y’a du boulot, non ? 😉

IMG_4068

Jour 14 : on trie les dvd et cd ! Les films qu’on croyait aimer, les dessins animés que les enfants ne regardent plus et qui ne sont pas des classiques, les erreurs d’achat ou de kdo, ceux qu’on a en Blu-ray ou sur netflix 🙂 On ne garde que nos vrais classiques à nous, nos films culte, ceux dont on ne se lasse jamais ❤

IMG_4071

Jour 15 : On trie le linge de maison ! Serviettes de toilettes, draps, torchons, serviettes de table, nappe. On garde une vieille serviette pour les colorations cheveux maison, une autre en guise de serpillère méga absorbante pour les petites inondations/fuites, et le reste peut se transformer en lingettes lavables ou partir chez Emmaüs.

Jour 16 : On élimine les papiers administratifs périmés, la papeterie que l’on aime pas (publicitaire, papier désagréable au toucher …), les stylos qui ne fonctionnent plus, les accessoires de bureau dont on ne se sert jamais, dont on ne trouve jamais la bonne recharge.

On peut aussi partir sans complexe trier les livres, les guides de voyage (qui se périment assez vite) et les cartes routières si vous avez désormais un GPS 😉 Elles peuvent se recycler en très beau papier cadeau !! 😉

IMG_4020

L’idéal est de faire le tour de ces catégories 2 fois par an (si on ne retombe pas dans le piège de rachats frénétiques !).

Un tour à chaque fin de saison : cela permet de voir à la fin de l’hiver, les vêtements d’hiver, les grands plats, la vaisselle des fêtes, les décos de noël …

Alors vous vous y mettez ? Vous avez commencé ? Quelles sont vos astuces ? vos points faibles ? (les miens : les carnets, les bougies parfumées et le thé !)