DIY tutos brico, MANGER

Le gâteau au chocolat ET COURGETTES qui entube tes enfants pour leur faire manger des légumes !

Pas besoin d’un long discours, tu auras compris qu’ici le but premier était de réconcilier mon fils avec les courgettes (ou plutôt d’essayer de planquer au mieux ce légume pour qu’il en mange enfin et nous aide à écouler le stock qui commence à se constituer dans le jardin).

J’ai de suite été taper dans une valeur sûre : un gâteau !

Ajoutons à cela du chocolat et ni vu ni connu, le voilà piégé !

Pour réaliser ce gâteau au chocolat et à la courgette, il te faut :

  • 1 grosse courgette (en plus la saison vient de démarrer : mangeons de saison et local !)
  • 80g de farine
  • 50g de stévia ( ou 80g de sucre) : la stévia a la particularité d’avoir un haut pouvoir sucrant et moins de calories que le sucre
  • 200g de chocolat (tu peux en mettre 170g ça suffira, mais moi j’aime quand c’est très chocolaté noir ! 😉 )
  • 3 oeufs
  • 2 cuillères à café de bicarbonate (remplace ta levure, mais tu peux mettre 2 c à c de levure)

Préchauffer le four à 180°.

Râper la courgette.

Faire fondre le chocolat au bain marie.

Mélanger les oeufs et la stévia (ou le sucre).

Ajouter ce mélange à la courgette.

Mélanger farine et bicarbonate (ou levure).

Ajouter le mélange oeufs-stévia à la courgette, puis le chocolat fondu. Ajouter ensuite la farine-bicarbonate.

Enfourner 40 à 45 minutes dans un moule à cake en silicone ou préalablement beurré.

 

L’avantage bonus track cerise sur le « piece of cake » c’est qu’il n’y a pas de beurre, pas de lait, et si on met de la stévia à la place du sucre, on obtient un gâteau très gourmand en chocolat et moelleux / fondant avec peu de calories !

Parfait pour les enfants ET les parents pour l’été ! 🙂

J’ai ajouté un mélange de graines et cranberries pour obtenir quelque chose genre brownies/ pudding : moi j’ai adoré, les enfants moins.

Avez-vous d’autres recettes magiques pour planquer les légumes ?

Food, MANGER, ZERO DECHET

Le régime paléo : la paléo nutrition, c’est pas du tout ce qu’on croit …

Cet été, lors d’un mariage je me suis retrouvée à une table de médecins. Des anésthésistes, des urgentistes, des cardiologues …

L’un d’entre eux refusait chaque fois que l’on lui tendait la corbeille de pain. A un moment, le débat était lancé : « alors sans gluten ? »

Oui mais pas que … le médecin en question se passionnait pour la paléo nutrition et à force d’études, nous expliquait le pourquoi du comment et le bien fondé de ce mode de nutrition.

Intriguée, et totalement happée par tous ces arguments, j’ai décidé de lire à mon tour ce qu’il appelait « LE » livre de la paléo nutrition.

Même si c’est un peu technique parfois, j’ai trouvé le livre accessible, très étoffé scientifiquement et surtout enfonçant beaucoup de préjugés sur le fameux mouvement « paléo » qui consisterait à manger comme les hommes des cavernes, sans savoir ce qu’ils mangeaient vraiment. Car non, ils ne mangeaient pas que de la viande. Au contraire.

Les grandes lignes nous apprennent que nous n’avons finalement pas changé depuis cette époque, que notre corps ne s’est pas modifié, et que notre manière d’assimiler certains aliments n’a pas bougé lui non plus. Il ne s’est pas adapté à la nourriture du 18e siècle, ni à celle du 20e siècle. Notre organisme est toujours celui qui ne sait assimiler que les choses pour lesquelles il avait été fait à la base : les produits de base !

La paléo nutrition est donc tout simplement, en résumé, le régime le plus sain qui soit, puisque l’on ne mange rien de transformer, outre mesure.

Viande (mais finalement peu), poissons (en privilégiant les poissons riches en oméga ), légumes, fruits.

Le gluten est écarté car très mal assimilé par l’organisme (et venant de produits transformés) : même si l’on n’est ni allergique, ni intolérant, c’est juste une molécule que le corps n’a jamais été adapté à transformer en quelque chose de positif pour l’organisme ! Révélation non ? De même que le fameux féculent tels que les pâtes ou la pomme de terre (beau argument de Monsieur Parmentier qui voulait faire cultiver sa découverte importée dans toute la France et avait trouvé le moyen de nourrir pour pas cher la population), ne sont apparemment pas indispensable.

Les produits laitiers : gros lobby de Nestlé, Danone et leurs amis ! Cela n’a jamais été nos amis pour la vie ! Le lactose est un des éléments les plus difficiles à digérer (encore une fois que l’on soit intolérant ou pas, on parle de fonctionnement de manière générale) : Incroyable !

Bref ce livre pose de vraies questions sur le fait que l’on nous ait mis en tête que des choses étaient bonnes pour nous, juste pour nous les faire acheter.

Le bouquin parle aussi pas mal des manières pour un sportif peut améliorer ses performances grâce à la nutrition : cette partie m’a moins intéressée forcément 😉

Si vous avez l’occasion ou que vous êtes intrigué par une alimentation plus saine, je vous conseille de lire ce livre ! C’est quelque chose de passionnant !

Et vous, vous connaissez la paléo nutrition ?

 

77

BONS PLANS, Food

La Recharge : un magasin sans emballage, Zéro Déchet à Bordeaux

La recharge c’est un concept tout nouveau : une épicerie 100% sans emballage !

 

Tu viens avec tes bocaux ou tes boites et tu fais ton petit marché. Bien sûr, les produits sont sélectionnés chez des petits producteurs, la provenance de chaque légume, fromage ou épice est clairement identifiable. Les deux jeunes gérants connaissent leurs fournisseurs, et ça fait toute la différence ! Outre la démarche écologique, c’est aussi un vrai mode de vie qui est représenté et peut donner envie de passer à une autre forme de consommation.

Tu as besoin de lessive ? Amène ta bouteille vide et viens la remplir. Tu veux des céréales ou des biscuits pour le goûter ? Des sachets en papier te sont proposés si tu as oublié tes boites.

 

Le + : les apéros écolo proposés régulièrement. On découvre des vins bio tout en mangeant quelques produits de la boutique ! Cela permet de tester et faire connaissance !

Adresse : 38, rue Sainte Colombe, 33000 Bordeaux

Horaires : du mardi au samedi 10h30-20h

BORDEAUX : Les idées du week-end avec enfants, BORDEAUX EN FAMILLE, SORTIES KIDS

Le jardin botanique de #Bordeaux Bastide #rivedroite

Ce jardin mérite vraiment le détour : de grands espaces, de l’ombre, des plantations … On peut s’y détendre, s’y défouler ou même si instruire.

Côté serre, à l’entrée, vous pourrez voir les étonnantes sensitives qui se referment lorsque tu les frôles du doigt ! Que l’on veuille visiter les jardins et voir ce qui y pousse, ou bien les serres pour aller découvrir quelques plantes carnivores, ce lieu ravira petits et grands. Parfait avec des enfants !

Pense à  embarquer un ballon, un frisbee, et le goûter. Les parents peuvent prendre leur bouquin, ils seront tranquilles pendant un bon moment. L’endroit reste très calme et convivial. Un petit écrin de verdure tout près d’un quartier en pleine mutation.

 

Pourquoi ne pas finir la journée au restaurant Le caillou à écouter du Jazz, ou au cinéma Mégarama qui sont à deux pas de là à pied.
Adresse : Esplanade Linné 33100 Bordeaux

Tel : 05.56.52.18.77

Horaires :

Partie extérieure :

> Eté (dernier week-end de mars – dernier week-end d’octobre) : tous les jours de 8h à 20h

> Hiver : tous les jours de 8h à 18h

Partie intérieure : serres et salles d’expositions

> Tous les jours de 11h à 18h

> Fermée les lundis et les jours fériés (ou fermetures exceptionnelles précisées)

Entrées du public : esplanade Linné (renseignements), quai de Queyries, allée Jean Giono, allée Serr.

LA PAUSE FEMININE, MANGER

Lettre ouverte à Anne

Anne, Chère Anne, Très Chère Anne, (Je pourrais même te donner de la particule tant tu as mon estime et ma reconnaissance éternelle)

Oui, tu ne le sais pas mais un vendredi soir de Janvier, tu as sauvé ma vie.

Comme tous les vendredis soirs, éreintée et tentée de dire comme tout le monde « enfin le week-end » alors que je bosse le samedi matin, j’ai récupéré mon cageot de légumes (note le glamour de cette expression) à mon Drive Fermier.

Passé le moment de recherche sur Wikipédia pour reconnaitre un radis noir (oui je suis une fille de la ville, j’ai vécu toute mon enfance dans une cité où le seul légume vivant que je connaissais était le Mister Freeze de l’épicerie du coin), j’ai regardé ce que j’allais pouvoir cuisiner.

Et là au milieu des patates, salades et carottes (t’as vu je fais des progrès avec les légumes hein ?), voilà un chou blanc et des blettes !

Mais pourquoi ? pourquoi moi ? Comment annoncer à mes enfants, au nombre de 2, que ce soir, ils allaient manger du chou blanc et des blettes !

Ma semaine dans les pattes, dans un état proche de l’Ohio ( eighties Inside), je sentais en moi des pulsions suicidaires … J’avais le choix entre me tailler les veines façon tagliatelles à coup d’économe, ou mettre la tête dans mon four pour respirer le gaz et oublier tout ceci. Bon sauf que comme je suis nulle jusqu’au bout, j’ai un four éléctrique.

Crétine du chou, j’ai d’abord pensé en faire une soupe (oui, j’ai des automatismes sur titre de film de Louis de Funès … « la soupe aux choux » que j’me suis dit ma vieille denrée !).

Mais ce chou blanc est un piège, il n’est pas fait pour être cuit. (si même le potager cherche à m’embrouiller !).

Je suis allée direct sur ton site (parfois j’ai de bons automatismes) voir ce qu’était cette espèce de chou qui ne va pas dans les soupes ! (à quoi ça sert d’être un chou alors, je te le demande.)

Mais oui, bon sang, mais c’est bien sûr ! Je le connais ce chou, j’en mange dans les salades des restos japonais ! Mais ta recette à toi je n’y aurais jamais pensé et pourtant elle a épaté les marmots : en salade de chou avec pomme et raisin ! Avec la touche sucrée comment n’y ai je pas pensé ! Là j’ai marqué des points (il y a même eu des « hum » et des « miam » dont j’ai récolté tous les honneurs. Un jour je leur dirais la vérité .. mais laisse moi être la super maman du vendredi soir encore un peu ;-))

Pour les blettes, autant dire que rien que le nom, les enfants ont commencé à faire leur baluchon. C’est vrai quoi : Blette ? c’est pas hyper vendeur ! C’est genre Belette mais qui n’est pas du sud et qui prononce pas bien les « euh ».

Juste avant que la grande n’entame une fugue, j’lui ai dit « Bouge pas Minouche, je vais chercher une recette « . (J’ai donc entendu le zip de sa valise se fermer pendant que je tapais « Blette enfants » dans le moteur de recherche).

Et j’aurais dû m’en douter, c’est sur ton site là encore que je suis tombée : ta quiche aux blettes et au poulet ! Déjà que je t’aimais, là j’aurais pu t’embrasser ! Simplicité, authenticité et régalade !

Tu venais de sauver ma soirée, mon repas, ma vie de famille … et disons le franchement mes enfants d’une mort certaine fasse au dégoût de la blette et du chou blanc.

Alors Merci Anne !

Ps : pour le radis noir, je ne sais pas si les enfants sont prêts 😉