DETENTE, SORTIES KIDS

Demain tout commence : le nouveau film avec Omar Sy drôle et émouvant + la vidéo de son fou rire à Bordeaux

demaintoutcommencebanner-800x445

J’ai eu la très grande chance de découvrir en avant-première le film de Hugo Gélin, avec Omar sy, entre autre : « Demain tout commence ».

Omar Sy nous a déjà habitué au rôle jouant sur tous les registres : il sait nous faire rire en un regard, et nous émouvoir en une expression.

Dans ce film, il montre encore toute la gamme d’émotions et nous on se régale.

On pleure on rit (comme au pays de Candy : je suis contente je l’ai placé celle-là ;-)).

L’équipe qui l’entoure est elle aussi très talentueuse et en particulier la jeune fille qui joue sa fille : Gloria.

Une boule d’énergie et de justesse, qui nous a aussi montré qu’elle savait rapper, danser, en plus de parler couramment le français et l’anglais et de savoir jouer la comédie.

img_1296

La rencontre avec les acteurs a été un moment fort : j’ai pu poser la première question de la soirée, et j’ai été très émue de la réponse très humble qu’Omar y a apporté.

L’apothéose de cette belle soirée a été un fou rire magistral d’Omar, très communicatif et dont je ne me lasse pas de regarder la vidéo quand j’ai un coup de fatigue 😉

Bref courrez-voir ce film qui sort le 7 décembre ! Vous passerez un très très bon moment !

Voici la bande-annonce pour vous donner l’eau à la bouche 😉

 

HUMEURS HUMOUR

Ecrire : ma peur, mon bonheur

IMG_5857

Avoir peur d’avancer et avoir peur de ne pas arriver au bout.

Vouloir connaitre la fin et vouloir ne jamais finir cette histoire.

Cela fait des années que dans des tiroirs et des disques durs s’accumulent des débuts, des milieux mais jamais de fins.

Depuis toujours je crois … Dès que j’ai su tenir un crayon et former des lettres, j’ai commencé à écrire. Des poèmes, des fables, des nouvelles, des correspondances … Accumuler les carnets entamés, les histoires inachevées, je ne m’en suis jamais lassée.

Puis tant que l’on n’est pas allé au bout, tout reste possible.

Mais aujourd’hui je veux vaincre ma peur. Car oui, j’ai peur, très peur.

Quand on est en train de donner vie à son rêve, on a peur de se décevoir soi-même, décevoir la petite fille que l’on était, décevoir les promesses que l’on s’est faites … et en même temps si on ne va pas au bout du rêve, on sait qu’on ne pourra jamais dire « je l’ai fait ».

La peur me paralyse, me ralentit, me fait faire tout sauf ce que je devrais. La peur m’empêche de vivre ce rêve …

Peur de ne pas correspondre à l’image que l’on se fait de moi, peur de décevoir chacun de ceux qui croient en moi, souvent même plus fort que moi j’y crois.

Mais tellement de bonheur de sentir les mots prendre vie.

Les touches du clavier, les pages des carnets se mettent bout à bout pour m’emmener sur la route de mes rêves et de mes envies.

Ne pas voir les heures passées quand je suis entraînée par les idées, les personnages, l’inspiration …

Ne pas comprendre pourquoi cela me rend si heureuse et tellement complète de pouvoir exprimer à travers d’autres ce que j’ai ressenti à certains moments de ma vie, ou ce que j’aurais aimé dire tout haut quand je l’ai pensé tout bas.

Pouvoir partir et revenir de toutes les destinations en quelques chapitres, être un vieil homme nostalgique, une jeune femme célibataire, avancer et remonter le temps, voyager dans les existences irréelles de personnages nés dans ma tête.

Ne pas réussir à expliquer pourquoi, au fond de moi, je dois aller au bout, malgré tout, malgré moi, même parfois.

Alors même si ce chemin je dois le parcourir seule sur les pages blanches à noircir, même si c’est un projet personnel et intime, j’ai besoin de savoir que vous êtes là.

Que quelque part quelqu’un attend et croit en moi.

Que je trouverai du soutien dans ma chute, des gens pour partager l’aboutissement, du réconfort dans le doute, du partage dans la joie …

Ecrire c’est tellement pour soi, mais avant tout, tellement pour les autres. Ce travail si égoïste qui ne trouve son existence que lorsqu’il est partagé avec le plus grand nombre.

C’est la rencontre de ces deux contradictions qui rend l’écriture si importante dans ma vie : car je peux être moi avec vous .

IMG_5859