HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE

Les amitiés : de l’attention discrète à la présence quotidienne

Il n’y a pas une amitié, il y a DES amitiés.

Longtemps j’ai cru que dire ami c’était pour les seuls, les vrais, ceux qui savent tout, qui ont tout partagé avec nous, qui ont certaines années de route à nos côtés, qui ont beaucoup de dossiers sur toi mais ne les utilisent jamais 😉

Longtemps on m’a fait croire que la vraie amitié c’était l’exclusivité, la possessivité : plus fort que l’amour, plus fort que la mort, mais qui te dévore …

Pour les autres, je disais copines, copains. Parce que connaissances c’était pas assez, mais amis un peu trop quand même, non ?

Parce que cela ne se fait pas de dire « j’ai pleins d’amis » au risque de passer pour une fille populaire mais pas sincère, bonne poire mais pas entière.

Pourtant je ne suis pas une fille facile, et je suis pleine de contradictions, je parle soit trop soit pas assez, pas du tout sérieuse ou beaucoup trop grave, réservée et solitaire ou volubile et entourée.

Alors copains, copines, ça reste du domaine sympa sans trop s’engager, on se voit on se voit pas mais on en a rien à foutre en vrai … mouais …

Finalement je constate de plus en plus que je n’ai pas peur de donner du mot ami. Car j’ai appris et j’apprends qu’il y a de nombreuses formes d’amitié et qu’elles sont toutes importantes.

Il y a celles qui t’envoient une paire de chaussettes quand tu as le moral dans les chaussettes, celles qui t’envoient un petit colis avec des choses soigneusement sélectionnées, il y a celles qui fabriquent de ses propres mains en peaufinant chaque détail pour que ce soit personnalisé au plus près.

Il y a celles qui envoient un texto, un message toujours au bon moment, qui trouvent les mots quand il faut.

Il y a celles qui pensent à toi pour des dates fortes des mois après, celles qui pensent à toi pour un jour banal juste pour te souhaiter une belle journée.

Il y a celles qui sont toujours là pour rire et boire, pour pleurer et chanter.

Il y a celles qui posent une journée pour te suivre où tu veux, celles qui font des kilomètres pour te faire une surprise, celles qui veulent se créer des souvenirs avec toi.

Il y a celles qui te suivent dans un grand-huit, ou sur un pont même quand elles ont le vertige, celles qui montent sur un bateau alors qu’elles ont le mal de mer, et celles qui te font surmonter tes propres peurs.

Il y a celles qui croient en toi + que toi, celles qui t’encouragent dans les dernières lignes droites quand tu as envie de renoncer.

Il y a celles qui t’offrent tes cadeaux d’anniversaire en retard mais ne l’oublient jamais, celles qui l’oublient toujours mais te font des kdos toute l’année.

Il y a celles qui insistent pour que tu leur trouves une date pour partager un thé, un repas du midi et qui ont raison d’insister car ça nous fait un bien fou.

Il y a celles qui savent s’éloigner pour mieux revenir, celles qui ne s’éloignent jamais mais te laissent la place dont tu as besoin.

Il y a celles qui parlent beaucoup quand j’ai envie d’écouter, celles qui écoutent quand j’ai besoin de parler.

Il y a tout ceux qui font partie de ma vie d’une façon ou d’une autre et que j’ai envie d’appeler amis car peu importe le temps, la rencontre, l’intimité, les confidences, ils me prouvent tous à leur manière que nous comptons les uns pour les autres.

HUMEURS HUMOUR, ZERO DECHET

2.5 km,18 paquets : l’invisible du quotidien

Cette photo s’intitule 2.5 km, 18 paquets.

Non elle ne parle pas d’une énième campagne pour l’arrêt du tabac ou le cancer des poumons. Non je n’ai pas réussi à fumer 18 paquets en 2.5 km de marche. Non c’est juste une photo personnelle (même pas artistique ni instagrammable) que j’ai prise à la fin d’une de mes sorties où à la base j’étais partie pour courir.

Dès les premiers mètres j’ai aperçu 2 paquets. Je me suis dit que je n’y faisais même plus attention quand je courrais et j’ai poursuivi ma route en me disant que je les ramasserai au retour.

Plus loin un 3ème paquet. J’ai donc commencé ma petite cueillette en ramassant sur ma ligne droite tous les paquets de cigarette que je croisais.

(pas du tout efficace pour le cardio on en conviendra, mais redoutable sur les cuisses, vu que tu te plies tous les 130 mètres environ, car je n’ai pas le CAPES de maths, mais 18 paquets sur 2.5 km ça fait à peu près ça )

J’aimerais te dire que j’en ai ajouté pour que la photo soit plus parlante, mais le pire c’est que je ne me suis même pas baissée jusqu’aux fossés où j’en ai vu, que je n’ai pas rampé sous les buissons où j’en apercevais et même je vais te dire : je n’ai fait qu’un seul côté de cette route, même pas qualifiable comme très passante, dans un quartier plutôt résidentiel.

Donc ce que tu vois c’est la partie visible, la plus proche de nos yeux, mais qu’on ne voit même plus.

2.5 km : c’est rien, non ? Enfin en terme de sport on peut pas dire que ce soit une vraie performance, pas vrai ? Mais revenir les mains chargées de tous ces paquets vides (euh les gars, vérifiez un minimum avant de jeter dans la nature, j’ai quand même récupérer une cigarette, la moitié d’un paquet de tabac à rouler plein et une … boulette 😉 c’est au-delà du sprint.

Alors pour que nos amis fumeurs puissent fumer en toute liberté (nous avons besoin que quelqu’un paie toutes ces taxes, autant que ce soit des personnes qui le font de leur plein gré, et chacun fait bien ce qu’il veut. Moi je bois un peu trop, mais c’est en soutien aux vignerons, c’est différent, non ? 😉 ), mais surtout qu’ils puissent jeter leur paquet dans des poubelles, demandons à ajouter à côté de « fumer tue », « et détruit la nature »(ou « rend crade » au choix).

Enfin à tout ceux qui passent beaucoup de temps à me dire pour qui voter dimanche, j’ai envie de leur dire que j’irais voter car c’est mon droit, mais qu’agir est mon devoir et qu’il me parait aujourd’hui bien plus efficace de multiplier les petites actions que de parler pendant des heures (ce que font nos politiques finalement). Utilisez tout ce temps que vous passez à parler de votre candidat préféré à faire des choses réelles, ce sera plus concret et utile pour faire bouger le pays. A notre échelle nous pouvons changer les choses en agissant. Et ne me dites pas « ça ne sert à rien » car si tous nos « ça ne sert à rien » se mettent en action, ça servira à quelque chose.

N’hésite pas à liker, commenter et partager.

 

HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE

Le lundi au soleil, « t’as quand même la belle vie toi » et autres petites phrases assassines

futuroscope-parc-attraction-poitiers-bordeaux-charente-gironde-vienne-lapin-cretin-cinema-salle-imax-dynamique-fauteuil-arthur-minimoys-nouveaute-famille-enfant

Lundi, premier jour de la semaine

« Maman tu pourras m’amener au collège demain comme t’as pas d’ateliers à l’extérieur ce mardi, je l’ai vu sur l’agenda ? je commence à 9h »

Ma fille 7h20 en me faisant les yeux du Chat Potté.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’en l’amenant demain, je perds 40 minutes de temps de travail que je ne rattraperai qu’en travaillant pendant le week-end ou les vacances scolaires, et même si compter ce genre de choses m’ennuie, elle sera la première à râler si je suis en train de répondre à des mails sur mon iphone pendant le goûter du dimanche.

« Vous ne pourriez pas nous accompagner en sortie scolaire au pied levé ? Comme votre fils m’a dit que vous étiez à la maison aujourd’hui. »

La maîtresse 8h20 en me regardant d’un air culpabilisant.

Ce qu’elle ne sait pas c’est que je ne vais pas avoir le temps de pisser de cette fameuse journée à la maison, et qu’à l’heure où elle débauchera, j’irais embaucher au périscolaire, que je rentrerais à 18h15-18h30 et que je retravaillerais le soir (comme elle, ceci dit, on est un peu collègue au final, elle est censé comprendre que mon boulot ne s’arrête jamais à moi aussi … sans l’assurance d’être payé , ni d’avoir du boulot le mois suivant … j’admire les profs et les instit, mais je vois rarement cette admiration réciproque ;-))

« Tu pourrais me donner la taille des pneus de la voiture ? »

Le mari à 8h40 avec un petit SMS.

Ce qu’il ne sait pas c’est que j’ai pas encore débarrassé la table du petit déjeuner, que je dois vider le lave vaisselle avant un rendez-vous téléphonique à 9h.

« Oh je pensais pas que vous seriez chez vous un lundi matin, vous en avez de la chance !’

Le livreur 9h30 en me déposant mon colis UPS.

Ce qu’il ne sait pas c’est qu’il vient de me livrer 2 livres de 300 pages à lire et dont je dois faire une fiche de lecture et donner mon avis pour l’éditeur.

(temps approximatif estimé à la louche qui se veut toujours très optimiste : 7 heures. Certes j’ai un mois pour le faire)

« Ma fille elle bosse pas beaucoup, elle est souvent derrière son ordi à traîner sur internet, puis de temps en temps elle va faire le clown dans les médiathèques »

Ma mère à 10h30 avec ses collègues autour d’un thé.

Ce qu’elle ne sait pas c’est qu’à cette heure là, j’ai écrit déjà 1 article en 2 heures (j’avais commencé un brouillon un dimanche après-midi, là j’ai rédigé avec photos renommées, liens, SEO, mot clé) ce qui prend normalement 3 heures quand on veut tout bien faire, mais que je dois rendre aujourd’hui impérativement donc j’ai essayé d’être la plus efficace possible pour que mon travail soit rendu à temps et pouvoir toucher dans 3 mois 60 euros, enfin non, 36 euros car je vais payer mes charges, enfin non 15 car je dois en mettre un peu de côté pour mes congés, ma retraite qui ne sont pas inclus dans ce tarif, bien sûr je n’ai pas le droit d’être malade car je n’ai pas de congé maladie)

« Je suis en pause déjeuner. J’ai vu un t-shirt trop sympa pour toi en faisant les boutiques. »

Ma copine adorable à 12h30 qui a une heure pour manger chaque midi, loin de chez elle et de son tas de linge.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que je l’envie. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que moi je vais manger en 15 minutes en faisant la liste des choses qu’il me reste à faire cet aprèm, enfin les 3 heures qu’il me reste avant d’aller embaucher ou manger devant mon ordi, ou ne pas manger et préparer le repas du soir pour gagner un peu de temps sur mon retour, ou lancer une machine car je suis à la maison, alors bon, si je fais pas au moins ça, j’aurais vraiment rien branler de ma journée de sale feignasse.

« Vous pouvez nous envoyer un devis rapidement. Avant demain ce serait bien. »

Une structure petite enfance à 14h dans le flot de la quinzaine de mails qui attendent des réponses urgentes et auxquels je vais passer une heure à répondre sans trainer, ni aller aux toilettes, ni faire de pause clope ou café.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que j’avais prévu de préparer le brouillon pour de la rédaction web pour la dernière heure qu’il me reste avant de partir. Mais je ferais son devis car c’est une réaction professionnelle et je ferais mon brouillon ce soir après 20h quand les enfants seront couchés. J’ai de la chance, je peux travailler même la nuit si je veux, mon bureau est toujours ouvert, et je suis chez moi, alors vraiment, quelle chance.

« Dis donc t’es chargée avec tout ton matériel, tu veux que je t’aide ? »

La responsable du périscolaire bienveillante qui me voit porter ma caisse de matériel qui pèse 11 kilos (ce jour-là, parfois il y en a des plus lourdes ;-)) sous la pluie.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que j’ai déjà chargé cette caisse une fois en partant de chez moi, et que je la déchargerais encore en arrivant, et qu’il m’arrive de faire cela 8 fois dans la même journée avec jusqu’à 4 allers retours à la voiture pour une seule prestation lorsque j’ai beaucoup de décors et de matériel suivant la thématique de ma séance du jour.

 » Il commence à nous chanter les comptines en anglais, il adore vos séances. Vous avez tellement d’énergie !  »

Un papa à 17h15 en récupérant son fils après les Temps d’Activités Périscolaires, très bienveillant.

Ce qu’il ne sait pas, c’est que les 10 gamins de mon groupe ont eux aussi beaucoup d’énergie et que je me suis donnée à fond pour que justement les enfants s’éclatent et les parents soient fiers. Mais que j’ai toujours pas été faire pipi et que je fatigue quand même un peu en pensant que je vais devoir aller récupérer mon propre fils au périscolaire de son école après avoir rangé mon matériel.

« Oh j’adore votre blog ! C’est drôlement sympa ! Et vos petits statuts sur Facebook ! Vous avez tout le temps un verre à la main 😉 »

Une maman d’école super sympa à 18h15 qui pense que blogueuse c’est mon métier et qui voit passer des photos de moi en soirée avec des verres de cocktails et qui se dit que vraiment j’ai la belle vie à être toujours en vadrouille.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que la plupart du temps je planifie mes statuts Facebook sinon je n’ai pas le temps d’y aller pour ça et que je tiens pourtant à répondre à chaque commentaire car j’adore cet espace qui est le mien, le votre, le notre et que pour rien au monde je ne veux le laisser tomber. Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’écrire cet article m’a pris 1h et que je ne suis pas payée pour ça (chacun ses loisirs) mais que je ne veux pas décevoir mes lecteurs et qu’écrire est une passion, qui ne rapporte rien, mais qui est chronophage. Ce qu’elle ne sait pas c’est que la dernière soirée du vendredi où elle m’a vu boire un verre avec d’autres blogueuses, j’étais épuisée, je n’avais pas vu mon mari depuis 4 jours (puisqu’il a lui aussi des soirées pour son travail et des déplacements), et que je ne pouvais pas me contenter de boire le verre et me poser en papotant comme elle le fait en soirée avec ses copines, car je devais twitter (avec une main, l’autre est prise par le verre ;-)), instagramer, prendre des photos, prendre des notes pour faire un futur article, et échanger avec les personnes présentes car personne ne veut d’une nana fatiguée qui s’assoit sur une banquette et s’éclipse de la soirée super tôt car le lendemain matin elle est en médiathèque pour faire un spectacle avec 12 gamins et autant de parents (matériel à porter, installer inclus).

« Vous pouvez venir manger dimanche midi ? »

Une amie chère à mon coeur à 19h30 qui a laissé un message sur mon répondeur pendant qu’on dinait.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que je travaille les samedis matins ce mois-ci car avec moi on ne sait jamais vu que ça change tout le temps et que ce n’est jamais fixe, et que quand le dimanche est mon seul jour de repos, parfois j’ai juste envie de ne voir personne et me poser. Mais comme elle a vu une photo de moi sur instagram un mardi matin dans Bordeaux (un rendez-vous professionnel, mais ça elle ne le sait pas), je culpabilise de lui dire que je suis fatiguée de ma semaine. Puis je ne fais tellement rien de mes journées à rester chez moi et/ ou aller faire le clown / sortir le soir entre blogueuses, que ce serait mal pris de refuser son invitation. Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’après son coup de fil, je vais certainement me remettre au boulot (peut-être sur le canapé ou même dans mon lit, ça par contre, c’est un sacré avantage .. ou pas) ou peut-être glander devant une série ou un film (c’est possible aussi hein ;-))

Elle ne sait pas, il ne sait pas, personne ne sait, car c’est difficile à comprendre, c’est difficile à expliquer. Parce que j’aime vraiment tout ce que je fais et que je dois tout faire pour être pleinement moi mais aussi gagner un minimum ma vie (bien moins qu’un temps partiel payé au SMIC pour entre 25 et 50 heures de travail par semaine). Parce que tout le monde a des journées de dingue, mais que les miennes ont toujours l’air plus faciles vu de l’extérieur.

C’est un jour classique parmi une semaine classique : il y en a des moins intenses, c’est vrai, (des plus intenses aussi mais je ne veux pas faire peur à ceux qui voudraient créer leur entreprise ;-)) mais ce lundi est quand même très proche d’une journée typique.

Alors oui il y a des semaines où tu me croiseras dans Bordeaux un mardi matin en train de boire un thé, peut-être et je l’espère, j’aurais pris enfin le temps de m’asseoir avec une copine pendant une demi-heure pour papoter et rigoler, parce que j’ai eu besoin de souffler et que je bosserai ce week-end parce que ça me convient, mais peut-être que c’est aussi un rendez-vous professionnel où je dois défendre un projet autour de l’apprentissage de l’anglais ou montrer ma capacité à m’organiser (really ? ;-)) pour faire de la rédaction web.

Tu me croiseras peut-être un mercredi après-midi accompagner mon fils au solfège et tu diras que j’ai bien de la chance de pouvoir m’occuper de lui et ses activités, mais si tu regardes bien pendant son heure de cours ou sa demi heure de guitare, j’ai un mini ordi ou un cahier (et je travaille sur la petite table à l’accueil, ou je lis pour me former encore et toujours et apprendre).

Peut-être tu verras passer des photos d’un moment totalement bouleversant et intense sur les réseaux sociaux où je me sens très chanceuse d’avoir cette vie-là et où tu me trouveras chanceuse toi aussi, mais où ma chance est parfois dû un tout petit peu à mon travail.

 

Cet article n’a pas pour but de me plaindre ou de dénigrer les horaires « classiques » de travail, juste de faire le point sur mon statut un peu « batard » de free-lance qui a des avantages et des inconvénients et qui reste souvent incompris ou inconnu, car justement il n’est pas « classique ».

Il n’a pas pour but non plus de dire que je n’aime pas bloguer (bien au contraire) et que c’est une corvée casée dans l’emploi du temps, idem pour les soirées blog : juste de remettre dans le contexte que tout n’est pas que plaisir et qu’il y a une vraie part de travail derrière, même s’il m’appartient le droit d’en modifier le rythme et de faire des choix de « sens » et « envie » dans cette partie de ma vie.

J’aime passionnément toutes les fonctions de mon job/ mes jobs (bon ok, sauf la compta et les coups de fil au RSI ;-)) et je suis parfaitement heureuse de mes choix même lorsque je sens que financièrement mon épanouissement a réellement un coût pour notre compte en banque, et qu’un emploi différent me permettrait de renflouer les caisses de manière fixe et sereine avec peut-être moins d’heures ou un cadre plus défini.

Mais autant que la femme au foyer que j’ai pu être, la free-lance que je suis, sourit tristement en entendant qu’elle ne fait rien de ses journées, ou qu’elle s’amuse, ou qu’elle glande devant son ordi.

 

DETENTE, SORTIES KIDS

Demain tout commence : le nouveau film avec Omar Sy drôle et émouvant + la vidéo de son fou rire à Bordeaux

demaintoutcommencebanner-800x445

J’ai eu la très grande chance de découvrir en avant-première le film de Hugo Gélin, avec Omar sy, entre autre : « Demain tout commence ».

Omar Sy nous a déjà habitué au rôle jouant sur tous les registres : il sait nous faire rire en un regard, et nous émouvoir en une expression.

Dans ce film, il montre encore toute la gamme d’émotions et nous on se régale.

On pleure on rit (comme au pays de Candy : je suis contente je l’ai placé celle-là ;-)).

L’équipe qui l’entoure est elle aussi très talentueuse et en particulier la jeune fille qui joue sa fille : Gloria.

Une boule d’énergie et de justesse, qui nous a aussi montré qu’elle savait rapper, danser, en plus de parler couramment le français et l’anglais et de savoir jouer la comédie.

img_1296

La rencontre avec les acteurs a été un moment fort : j’ai pu poser la première question de la soirée, et j’ai été très émue de la réponse très humble qu’Omar y a apporté.

L’apothéose de cette belle soirée a été un fou rire magistral d’Omar, très communicatif et dont je ne me lasse pas de regarder la vidéo quand j’ai un coup de fatigue 😉

Bref courrez-voir ce film qui sort le 7 décembre ! Vous passerez un très très bon moment !

Voici la bande-annonce pour vous donner l’eau à la bouche 😉

 

DETENTE, LA PAUSE FEMININE

La To Do list qui donne la pêche : 8 choses à programmer d’urgence pour se rebooster

L’été sera bientôt fini.

Le soleil, les apéros, le farniente en bord de plage ou de piscine ne seront que de vieux souvenirs face à la grisaille de l’automne qui se pointera dans quelques jours. (t’as vu comment je suis capable de pourrir l’ambiance en 1 phrase … 😉 j’ai un don, que veux-tu)

Des listes vous en avaient fait, et vous en faites des tonnes : prendre rendez-vous chez le dentiste pour le petit, inscrire le grand à la piscine, passer refaire carte grise, contacter l’assurance …

Bref une To Do list pas franchement agréable, qui épuise d’avance. (Je vis la même chose je te rassure … mode zombie activé !)

Alors si pour compenser on faisait une To Do list méga chouette qui nous motive ? ça vous dit ?

C’est parti !

  • réserver les prochaines vacances : même si elles sont dans longtemps ou plus proche, même si on ne sait pas encore le budget, on peut commencer à noter des idées. Et c’est déjà commencer à voyager un peu dans sa tête ? Ou, ne serait-ce qu’un week-end sympa qui dépayse …

  • prendre rendez-vous chez le coiffeur, l’esthéticienne : ce qui vous fait le plus plaisir comme moment rien qu’à vous et qui vous fera vous sentir belle et bien dans votre peau ! On oublie les autres listes pendant ce temps 😉 Et puis à la fin de l’été c’est toujours agréable de couper les pointes sèches, ou d’hydrater la peau qui a souffert du soleil. Si tu dois n’y aller qu’une fois dans l’année, c’est NOW !

  • programmer une soirée entre filles : Apéro tapas, ciné sushis, karaoké, disco, ou juste chez l’une d’entre vous à papoter toute la soirée ! L’essentiel c’est quelques bonnes copines prêtes à jouer le jeu de ne parler ni gosse, ni école, ni boulot, et si l’une d’entre elles sait faire les Apérol Spritz c’est encore mieux 😉

  • prévoir une soirée en amoureux : un resto ou ne serait-ce qu’un repas en tête à tête à la maison, mettre une jolie table, des bougies et … se laisser servir par son homme 😉

  • noter une journée OFF : un RTT à prendre, un jour de congé en semaine … pour aller voir une expo en solo, faire les boutiques, ou juste flâner dans sa ville pendant que tout le monde bosse ! 😉

  • réserver dans sa médiathèque un livre que l’on veut absolument lire ou le demander aux copines pour qu’elles nous le prête : on se programme déjà des moments de lecture.

  • noter sur son agenda la sortie de son magazine préféré (Flow ❤ ) ou de la sortie d’un film qu’on attend impatiemment (Bridget Jones !!!)

  • bloquer un créneau un soir pour un bon bain chaud avec gommage, masque et toute la panoplie pour un spa à la maison : dites aux enfants et au mari que vous n’êtes là pour personne ! Sauf si l’un d’eux tient à vous amener une coupe de champagne dans la salle de bain 😉

On rajoute quoi ? Vous avez des idées pour allonger la liste ? 😉

Dvt perso et organisation, HUMEURS HUMOUR, Livres et CD

Miracle Morning : le livre arnaque à base de réveil à 5 heures du mat’

IMG_0308

Si tu suis un peu les grandes tendances de ces derniers mois, tu n’as pas manqué la déferlante « Miracle Morning » suite à la sortie du livre éponyme.

Ce bouquin t’expose une méthode infaillible selon laquelle l’avenir appartient à celui qui se lève tôt et où succès ne rime absolument pas avec grasses matinées.

Comme j’aime bien suivre comme un mouton mais me faire ma propre opinion, je me suis mise en quête de l’ouvrage en question et j’ai découvert pages après pages le fameux miracle du matin (en français).

Mon premier constat : le livre est vide et aurait pu se résumer en 12 pages qui exposent le principe. Tout le reste : répétition, galvanisation de l’égo et des égos, grosse motivation façon discours de conférence américaine à base de « soyez ambitieux, c’est la vie ! »

Ok, sur le papier, je suis d’accord avec l’idée de toujours essayer de s’améliorer, de vouloir le meilleur et de se donner les moyens de réaliser ses rêves plutôt que râler qu’il ne se passe rien dans sa vie, mais en attendant sur son canapé. (voilà le résumé d’une cinquantaine de pages en une phrase : je vous ai fait gagner du temps ;-)).

Donc oui, je ne supporte pas les personnes qui se lamentent que leur vie est terne, qu’ils en ont marre de la routine, mais qui ne font rien pour que cela change .. qui ne trouve pas du temps pour lire, sortir, mais qui reste devant Koh Lanta ou Les Anges de la téléréalité pendant des heures … Donc oui je suis d’accord, on peut faire mieux mais faut se bouger.

Sauf que … il y a un gros MAIS !

Je vous le donne en mille : c’est un homme qui a écrit ce livre, monsieur Hal Elrod.

Un homme très ambitieux, très fier de sa réussite, très fière de sa femme et de ses deux enfants, très fier de son parcours (il peut l’être, il a su rebondir plusieurs fois comme il nous l’explique si bien).

Mais parmi tous ses chapitres où il parle de faire du sport, visualiser sa journée, méditer, avant d’aller bosser … à aucun moment il ne parle de la machine qu’il doit faire tourner, des petits-déjeuners qu’il doit préparer, de la vaisselle à débarrasser ou laver, du petit dernier à habiller, du grand qui a oublié de faire signer son cahier, du moyen qui n’a pas préparer son goûter / pique-nique pour la sortie scolaire du jour, du rendez-vous chez le dentiste à programmer pour l’ado, de la nounou à booker pour accompagner son conjoint en séminaire, des courses / menus à prévoir …

L’idée est belle et séduisante : se lever + tôt pour avoir + de temps pour soi … sauf que moi quand je me lève plus tôt, mon cher Hal, je ne peux pas ne penser qu’à moi.

Je vois le linge qui n’est pas plié, le lave vaisselle qui n’est pas vidé, le coup de balai qui n’est pas passé, les légumes à éplucher pour le prochain repas (oui je dois toujours anticiper) … même si je me lève à 5 heures du mat’, ma première pensée va être d’abord de faire tourner la maison avant le réveil de chacun, plutôt que me poser mes questions existencielles sur le fondement unique « qu’est ce que je vais faire pour REUSSIR ».

Alors le gros du concept est alléchant et fonctionne : si tu te lèves plus tôt, tu as + de temps dans ta journée pour accomplir + de choses. LOGICO-LOGIQUE !

Le programme est plutôt bien pensé : une heure pour faire tout ce qu’on voudrait faire pour soi avant même de commencer sa journée de boulot !

Oui mais tu vois moi cette heure-là, elle va me permettre de tenir toute ma journée de boulot justement car je n’ai pas qu’un boulot … et crois-moi que mes boulots au sens où toi tu parles de boulot (entreprise) ne seront jamais aussi éprouvant que le boulot que me demande mon foyer, mes enfants, ma maison.

Avoir une entreprise pour moi c’est limite la partie Loisirs de ma vie ! C’est mon temps à moi !

Alors moi je veux bien qu’on me parle de miracle du matin, et que oui, je sais que je n’aurais pas assez d’une vie pour faire tout ce que je voudrais faire, et que les grasses matinées gâchent des heures où je pourrais accomplir de bien grandes choses pour l’humanité (oui, oui, soyons-en certains ;-)), mais voilà moi mon « miracle morning » ce serait de te voir démarrer une de mes journées 🙂

 

HUMEURS HUMOUR

10 commandements indispensables pour devenir une blogueuse influente #humour Avec du second dégré dedans et de la vraie vie aussi ;-)

Tu hésites à te lancer dans l’aventure de la blogosphère ? Tu te demandes si ce monde est fait pour toi et si tu as toutes les qualités requises ?

Voici les 10 règles infaillibles que tu devras adopter pour devenir une vraie blogueuse ! 😉

Tu boiras du smoothie avec des couleurs improbables, oui mais, dans des Mason Jars (des bocaux avec des pailles quoi ! oui mais américains les bocaux). Sinon tu peux aussi boire des mojitos et des Apérol Spritz si tu ne te destines pas à une carrière de blogueuse Healthy 😉 IMG_3580

Tu auras un plancher de bois blanchi et une maison ultra lumineuse : soit tu maitrises photoshop à la perfection et tu es une photographe pro, soit il faudra que tu vives en Polynésie avec une lumière omniprésente de janvier à décembre ! Le plancher de bois blanchi c’est la base des photos !!! alors si tu ne comptes pas refaire tout ton sol dans la pièce la plus lumineuse de la maison, tu peux toujours investir dans un rouleau de tapisserie que tu dérouleras sur le sol à chaque séance photo près de la plus grande baie vitrée 😉

IMG_3550

Tu auras des enfants photogéniques et qui ne bougent pas : ou alors tu ne fais pas apparaitre tes enfants sur ton blog (ouais certains parlent d’anonymat, de respect de leur droit à l’image etc … c’est surtout qu’ils sont impossibles à photographier sans option flou total ou doigt sur l’objectif ! canalous-croisiere-fluviale-charentes-bateau-riviere-navigation-naviguer-famile-cognac-jarnac-saintes-gironde-vacances (20)

Tu feras du running ou du yoga : oui la blogueuse a une vie saine entre ses 1000 photos de burgers et d’apéros. Elle doit surtout courir pour éliminer les excès de champagne des soirées !

IMG_3545

Tu photographieras chaque plat que tu avaleras : manger avec une blogueuse, c’est un tête à tête avec un téléphone portable, sache-le ! On stoppe net nos accompagnateurs : « surtout ne touche à rien !!! j’ai pas pris de photos de ton plat !! ». Mais parfois on déconnecte hein … et tu préféreras le temps où on prenait des photos car on va poser 1000 questions au chef, au serveur, au plongeur dans le but de recueillir le max d’infos pour un futur article. Bref la blogueuse sublime le jambon purée avec un cadrage au top, et une mise en scène digne de chez Thierry Marx! IMG_3619

Tu maitriseras le selfie comme personne : pour cela, tu dois connaitre ton meileur profil, la pause qui matche à chaque fois, la position du soleil, l’inclinaison de l’appareil … Bref le vite fait, bien fait, savamment étudié et expérimenté ! (on parle de selfie hein ..). Maitriser les filtres Instagram c’est pas mal aussi 😉

IMG_3533

Tu parleras en Hashtag et en live tweete ou autres followers et likes : être ultra connectée ça fait aussi partie de la vie de blogueuse. Mais quand tu commences à écrire des hashtags sur ta liste de courses ou que tu raconteras sur Twitter ton rendez-vous chez le gynéco, il est déjà trop tard pour toi ! #choufleur #poissonmeunière #frottis

Tu auras toujours une batterie de secours pour recharger ton téléphone portable : oui, communiquer en 4G, ça vide tes réserves !

Tu auras une déco Pinterest : aucun jouet au sol, zéro vaisselle sale dans l’évier, du blanc partout, du design et du vintage savamment mixés .. bref tu seras le nouveau Marie-Claire Déco : enfin, au moins, sur les photos 😉 IMG_2943

Tu garderas ton humour car souvent il en faut, lorsque tu réaliseras les heures de travail que te demande ton blog comparées aux pseudos super cadeaux /partenariats slash méga privilèges que te proposent certaines marques / agences. Savoir ne pas répondre aux foutages de gueules, et dire merci bien fort à ceux qui comprennent que certes, bloguer c’est ton plaisir, mais c’est beaucoup beaucoup de temps ! Il te faudra aussi garder en tête que tu blogues avant tout parce que tu aimes ça.

Mais surtout savoir dire un énorme merci à tes lecteurs car même si un blog c’est avant tout une parenthèse perso, un plaisir d’écriture, une bulle dans l’internet mondial, c’est quand même top quand tu peux partager et que l’on t’encourage à continuer ! Merci ❤