DECO, DETENTE, LA PAUSE FEMININE, ZERO DECHET

5 livres sur le minimalisme : alléger sa maison et son esprit !

 

Quand on commence à réduire ses déchets, à vouloir du durable plutôt que du jetable, fatalement un tri s’opère, on commence à désencombrer et progressivement on devient minimaliste sans s’en apercevoir.

Avec cette nouvelle façon de consommer, on apprend à apprécier les objets pour ce qu’ils sont : pas des sentiments, ni des souvenirs, mais de l’utile et du beau.

On se surprend à aimer les surfaces vides et les placards épurés : le minimalisme devient une liberté !

Exit les matières plastiques, les bibelots qui encombrent la vue et l’esprit, on redécouvre ce qui compte vraiment et on gagne en espace et en praticité.

Oui, mais par quoi commencer ?

Je vous propose un tour d’horizon de 5 livres indispensables pour comprendre la démarche, l’adopter et rester motivé et convaincu des bienfaits du minimalisme.

 

Pour acheter les livres sur amazon, cliquez sur la photo de la couverture de chaque titre

 

L’art de l’essentiel de Dominique Loreau

« Se délester du superflu, c’est aussi se délester de ses problèmes. Pour désencombrer sa vie, jeter agit non seulement comme une véritable thérapie, mais encore comme une philosophie et un art. Un ouvrage indispensable pour ne plus souffrir de la confusion entre avoir et être. »

Un des premiers livre sur le minimalisme alors même que ce mouvement n’existait pas 😉

Dominique Loreau présente cet art de l’essentiel comme une philosophie de vie.

Elle parle longuement de tous les bénéfices et les questions à se poser pour faire ce retour à l’essentiel.

Je recommande ce livre pour comprendre ce qui nous pousse à accumuler, pour se motiver dans la démarche.

La troisième partie aide à passer à la pratique et à opérer un tri et une liste des indispensables.

 

Maman minimaliste de Mino Rakotozandriny

« Et si vous commenciez à simplifier votre vie de famille ? Entre les activités des enfants, votre vie professionnelle et les tâches ménagères, vous avez peut-être l’impression de perdre pied. Pire, vous n’avez plus assez de temps pour l’essentiel : passer de bons moments en famille.
Grâce au minimalisme, vous allez pouvoir désencombrer votre maison, votre emploi du temps et gérer plus efficacement le budget familial. Un enfant n’a pas besoin d’une profusion de jouets, ni de vêtements de marque. Beaucoup de choses peuvent être achetées d’occasion puis triées et données quand elles ne servent plus.
Grâce à ce livre, chaque parent apprend à dépenser moins et à vivre mieux. »

J’ai trouvé ce livre très pertinent : car oui être minimaliste quand on est célibataire ou juste 2 au foyer, ce n’est pas la même chose qu’avec des enfants.

Comment ne pas culpabiliser de ne pas leur acheter le dernier jouet à la mode ? comment éviter l’affluence de cadeaux de l’extérieur pour noël, les anniversaires ou juste les offres des restaurants et autres kermesse ?

Bref ce livre donne à réfléchir sur une autre façon de gérer son temps et son argent auprès de ses enfants.

Il ouvre des pistes pour mettre en place des actions concrètes dans le rangement, l’organisation et le temps que l’on gagne à ranger nous permet de passer plus de moments avec nos enfants.

 

J’arrête de surconsommer de Herveline Verbeken et Marie Lefevre

« Devenons des « consomm’acteurs » ! Nous sommes tous des consommateurs, mais nous avons le choix de réguler nos achats pour que notre consommation coïncide avec les valeurs qui nous sont chères. Herveline Verbeken et Marie Lefevre proposent un programme ludique et décomplexé en 21 jours pour repenser notre consommation et prendre conscience de nos actions sur notre environnement. Exercices et témoignages à l’appui, elles nous aident à déterminer notre profil de consommateur, puis à agir concrètement dans notre quotidien grâce à des alternatives économiques et écologiques. Elles proposent des conseils et astuces pour réaliser nos produits cosmétiques et d’hygiène, revoir notre alimentation, réduire nos déchets, apprendre à nos enfants à consommer moins et mieux… Grâce aux points planète, éthique, bien-être et économies, chacun mesure ses progrès dans la « Green conquête » ! Finie la passivité, place à l’action et à la prise de conscience pour un monde solidaire et éthique. »

Ici on parle du minimalisme en tant que consommateur, et bien sûr de tous les effets qui en découlent.

Ce livre permet de prendre conscience de son niveau de consommation, et permet de se défier pour ralentir sa frénésie d’achat. Chacun y trouvera sa motivation : économie d’argent, de temps, meilleur pour la planète, réduire ses déchets, se sentir acteur de sa vie de consommateur et non plus victime du marketing et du diktat des lobbies.

 

La magie du rangement de Marie Kondo

« Et si pour améliorer votre quotidien et changer votre vie, vous mettiez de l’ordre dans votre intérieur ?
Voilà la proposition de Marie Kondo. Mais comment faire ? Que jeter ? Que garder ? Par où commencer ? Quand s’y mettre ? Et surtout, pourquoi est-ce si important ?
Avec cette incroyable méthode, oubliez tout ce que vous savez déjà en matière de rangement et révolutionnez votre intérieur, dans tous les sens du terme.
Parmi les millions de lecteurs de ce livre ingénieux, certains ont changé de carrière, d’autres ont perdu du poids, d’autres encore se sont aimés davantage. »

On ne présente plus le livre de Marie Kondo !

En effet il est devenu une référence en matière de rangement, et allègement des garde-robes entre autre.

Pourquoi ? Parce qu’il permet de se poser des questions sur ses possessions et donne de vraies astuces de rangement à la japonaise, avec surtout le fameux pliage dans les tiroirs pour tout voir d’un coup d’oeil plutôt qu’avoir une pile dont on ne voit que le dessus.

 

Mon défi minimaliste de Sioux Berger

« Marre des kilos en trop et du désordre qui s’accumule ? De courir après le temps et du stress permanent ? Voici 12 programmes sur 30 petits jours pour perdre vos mauvaises habitudes, faire le tri et alléger votre quotidien ! Véritable coach, ce livre va vous aider à rester motivée jour après jour grâce aux objectifs fixés par semaine, à l’agenda pour noter vos progrès, aux mille astuces et conseils pour se débarrasser de l’inutile, et aux bilans pour persévérer ! 12 défis de 30 jours pour : dire stop au sucre ; bouger pour perdre du poids ; désencombrer sa maison ; moins dépenser ; apprendre à dire non ; prendre confiance en soi ; savourer l’instant présent ; apprendre à s’aimer ; se libérer du passé ; se libérer du jugement de sa famille ; faire le tri dans ses amis ; lâcher les réseaux sociaux. »

Gros coup de coeur !

Si vous ne devez posséder qu’un seul livre sur le minimalisme (beh oui normalement l’idéal c’est même de n’en avoir aucun et de les emprunter à des amis ou en bibliothèque / médiathèque ou sur une liseuse 😉 ), c’est celui-ci !

Il ne parle pas que des possessions mais parle de minimalisme au sens large du terme : s’alléger en tout !

Il est fait de plusieurs défis par semaine qui permettent de revoir point par point ce que l’on veut améliorer dans sa vie et comment y parvenir en fragmentant l’objectif.

Un vrai boost de motivation, des astuces concrètes, et surtout une remise en question globale de nos habitudes autant alimentaires que sportives, en passant par la maison, les relations toxiques etc.

C’est mon livre chouchou qui, du coup, permet de rassembler plusieurs sujets dans un seul bouquin ! (minimaliste le concept 😉 )

 

Et vous, quel livre me conseillez-vous sur le sujet ? Que pensez-vous de cette démarche minimaliste ?

 

Publicités
LA PAUSE FEMININE

6 mois de bullet journal : bilan d’un carnet qui aide à s’organiser et bien plus encore !

En Novembre je vous racontais que j’avais adopté la technique du Bullet Journal : un carnet qui regroupe la fonction d’agenda mais aussi de suivi de projets, de compilation de listes de souhaits en tout genre, de carnet de voyage aussi parfois …

Si tu veux te lancer dans l’aventure, tu peux lire mon premier article sur le sujet pour démarrer sans stress cet outil qui change la vie, même si le plus dur sera sans doute de choisir ton carnet 😉

Voici aujourd’hui venu le bilan de ces 6 mois avec cette nouvelle aide d’organisation et son évolution :

Avantages :

  • J’ai enfin tout avec moi : ma liste de livres à lire quand je vais emprunter des bouquins à ma médiathèque, mon agenda, ma page de dessin en cours quand j’ai envie de me poser 5 minutes, une liste de projets que je peux étoffer quand j’ai une nouvelle idée, et tout un tas de liste que je peux reprendre sans avoir à les chercher ou à penser à prendre le carnet correspondant

  • Le sommaire me sert vraiment pour retrouver mes listes enchevêtrées d’un seul coup d’oeil
  • Je peux imbriquer toutes les facettes de ma vie : maman, entrepreneure, blogueuse, et mes projets en tout genre, comme mon suivi sport (hum hum) ou des réseaux sociaux. Cela me permet de voir l’évolution et aussi de consacrer plus de temps sur le domaine qui va moins bien certains mois. Ainsi je peux rectifier le tir en cours d’année et prendre conscience de ce que je fais vraiment pour améliorer (ou pas) tel domaine.

  • Je peux vraiment anticiper et prévoir en me notant des rappels ou des deadlines avant le jour J, avec des renvois sur une date ou une liste.

  • Je ne perds plus les petites listes volantes que ce soit pour préparer un sac de voyage avec ce que je dois emmener ( je me fais une liste pour ça dans mon bujo qui me servira en plus pour de futurs déplacements sans avoir à la refaire à chaque fois), pour des idées menus ou des rituels de tri ou ménage qui reviennent parfois.
  • Je développe ma créativité en cherchant à améliorer l’esthétique de mes pages mais surtout en ayant pas à me rappeler de choses écrites désormais, en ayant plus peur de laisser partir une idée sans l’avoir classer au bon endroit, je peux me consacrer à rêver à de nouvelles idées 😉

  • Je me fais des souvenirs avec des petites pages dessin sur mes voyages, escapades, moments et ça, j’avoue que c’est un des aspects que j’aime le plus. Je renoue avec le dessin, la peinture, les tampons … bref je retrouve les sensations que j’avais étant plus jeune et même enfant à remplir des carnets avec mes feutres et pinceaux !

 

A améliorer :

  • M’en tenir à peu de matériel : à vouloir toujours embellir, je finis par vouloir + de crayons, de feutres, de fioritures, pour me détourner de l’essence même de ce carnet. Donc tout mon matériel doit tenir uniquement dans cette trousse toute belle personnalisée sur Smartphoto avec une photo de nos parapluies arc-en-ciel Tiger, souvenir de notre escapade à Bilbao !

  • Tester un carnet au grammage papier + épais pour éviter que les feutres ne transpercent ou que l’on voit en transparence. De manière générale cela n’est pas gênant mais pour certains dessins ou listes, j’ai eu le cas où cela me posait souci. Actuellement j’ai le Leuchtturm 1917 : mais je lorgne sur d’autres modèles tels que le Rhodia, le scribble ou tout autre modèle qui me permettrait cela.




  • Tester de nouveaux feutres : les Stabilo sont très bien, mais j’ai aussi envie d’essayer des marques comme les fameux Staedler, FaberCastell ou Tombow dont j’entends beaucoup parler.


  • Quand mon carnet va être terminé, mes listes ne le seront peut-être pas … du coup je vais devoir en recopier certaines. Perte de temps, et surtout frustration lorsque celles-ci sont devenues une habitude visuelle pour retrouver la page encore plus facilement. Du coup je songe à une autre option … dont je vous parle très vite 😉

Et toi, y’a quoi dans ton Bullet Journal ? Il est comment ?

Tu peux trouver mon tableau pinterest sur le BuJo ici et me suivre sur instagram par là 😉

 

HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE

Le lundi au soleil, « t’as quand même la belle vie toi » et autres petites phrases assassines

futuroscope-parc-attraction-poitiers-bordeaux-charente-gironde-vienne-lapin-cretin-cinema-salle-imax-dynamique-fauteuil-arthur-minimoys-nouveaute-famille-enfant

Lundi, premier jour de la semaine

« Maman tu pourras m’amener au collège demain comme t’as pas d’ateliers à l’extérieur ce mardi, je l’ai vu sur l’agenda ? je commence à 9h »

Ma fille 7h20 en me faisant les yeux du Chat Potté.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’en l’amenant demain, je perds 40 minutes de temps de travail que je ne rattraperai qu’en travaillant pendant le week-end ou les vacances scolaires, et même si compter ce genre de choses m’ennuie, elle sera la première à râler si je suis en train de répondre à des mails sur mon iphone pendant le goûter du dimanche.

« Vous ne pourriez pas nous accompagner en sortie scolaire au pied levé ? Comme votre fils m’a dit que vous étiez à la maison aujourd’hui. »

La maîtresse 8h20 en me regardant d’un air culpabilisant.

Ce qu’elle ne sait pas c’est que je ne vais pas avoir le temps de pisser de cette fameuse journée à la maison, et qu’à l’heure où elle débauchera, j’irais embaucher au périscolaire, que je rentrerais à 18h15-18h30 et que je retravaillerais le soir (comme elle, ceci dit, on est un peu collègue au final, elle est censé comprendre que mon boulot ne s’arrête jamais à moi aussi … sans l’assurance d’être payé , ni d’avoir du boulot le mois suivant … j’admire les profs et les instit, mais je vois rarement cette admiration réciproque ;-))

« Tu pourrais me donner la taille des pneus de la voiture ? »

Le mari à 8h40 avec un petit SMS.

Ce qu’il ne sait pas c’est que j’ai pas encore débarrassé la table du petit déjeuner, que je dois vider le lave vaisselle avant un rendez-vous téléphonique à 9h.

« Oh je pensais pas que vous seriez chez vous un lundi matin, vous en avez de la chance !’

Le livreur 9h30 en me déposant mon colis UPS.

Ce qu’il ne sait pas c’est qu’il vient de me livrer 2 livres de 300 pages à lire et dont je dois faire une fiche de lecture et donner mon avis pour l’éditeur.

(temps approximatif estimé à la louche qui se veut toujours très optimiste : 7 heures. Certes j’ai un mois pour le faire)

« Ma fille elle bosse pas beaucoup, elle est souvent derrière son ordi à traîner sur internet, puis de temps en temps elle va faire le clown dans les médiathèques »

Ma mère à 10h30 avec ses collègues autour d’un thé.

Ce qu’elle ne sait pas c’est qu’à cette heure là, j’ai écrit déjà 1 article en 2 heures (j’avais commencé un brouillon un dimanche après-midi, là j’ai rédigé avec photos renommées, liens, SEO, mot clé) ce qui prend normalement 3 heures quand on veut tout bien faire, mais que je dois rendre aujourd’hui impérativement donc j’ai essayé d’être la plus efficace possible pour que mon travail soit rendu à temps et pouvoir toucher dans 3 mois 60 euros, enfin non, 36 euros car je vais payer mes charges, enfin non 15 car je dois en mettre un peu de côté pour mes congés, ma retraite qui ne sont pas inclus dans ce tarif, bien sûr je n’ai pas le droit d’être malade car je n’ai pas de congé maladie)

« Je suis en pause déjeuner. J’ai vu un t-shirt trop sympa pour toi en faisant les boutiques. »

Ma copine adorable à 12h30 qui a une heure pour manger chaque midi, loin de chez elle et de son tas de linge.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que je l’envie. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que moi je vais manger en 15 minutes en faisant la liste des choses qu’il me reste à faire cet aprèm, enfin les 3 heures qu’il me reste avant d’aller embaucher ou manger devant mon ordi, ou ne pas manger et préparer le repas du soir pour gagner un peu de temps sur mon retour, ou lancer une machine car je suis à la maison, alors bon, si je fais pas au moins ça, j’aurais vraiment rien branler de ma journée de sale feignasse.

« Vous pouvez nous envoyer un devis rapidement. Avant demain ce serait bien. »

Une structure petite enfance à 14h dans le flot de la quinzaine de mails qui attendent des réponses urgentes et auxquels je vais passer une heure à répondre sans trainer, ni aller aux toilettes, ni faire de pause clope ou café.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que j’avais prévu de préparer le brouillon pour de la rédaction web pour la dernière heure qu’il me reste avant de partir. Mais je ferais son devis car c’est une réaction professionnelle et je ferais mon brouillon ce soir après 20h quand les enfants seront couchés. J’ai de la chance, je peux travailler même la nuit si je veux, mon bureau est toujours ouvert, et je suis chez moi, alors vraiment, quelle chance.

« Dis donc t’es chargée avec tout ton matériel, tu veux que je t’aide ? »

La responsable du périscolaire bienveillante qui me voit porter ma caisse de matériel qui pèse 11 kilos (ce jour-là, parfois il y en a des plus lourdes ;-)) sous la pluie.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que j’ai déjà chargé cette caisse une fois en partant de chez moi, et que je la déchargerais encore en arrivant, et qu’il m’arrive de faire cela 8 fois dans la même journée avec jusqu’à 4 allers retours à la voiture pour une seule prestation lorsque j’ai beaucoup de décors et de matériel suivant la thématique de ma séance du jour.

 » Il commence à nous chanter les comptines en anglais, il adore vos séances. Vous avez tellement d’énergie !  »

Un papa à 17h15 en récupérant son fils après les Temps d’Activités Périscolaires, très bienveillant.

Ce qu’il ne sait pas, c’est que les 10 gamins de mon groupe ont eux aussi beaucoup d’énergie et que je me suis donnée à fond pour que justement les enfants s’éclatent et les parents soient fiers. Mais que j’ai toujours pas été faire pipi et que je fatigue quand même un peu en pensant que je vais devoir aller récupérer mon propre fils au périscolaire de son école après avoir rangé mon matériel.

« Oh j’adore votre blog ! C’est drôlement sympa ! Et vos petits statuts sur Facebook ! Vous avez tout le temps un verre à la main 😉 »

Une maman d’école super sympa à 18h15 qui pense que blogueuse c’est mon métier et qui voit passer des photos de moi en soirée avec des verres de cocktails et qui se dit que vraiment j’ai la belle vie à être toujours en vadrouille.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que la plupart du temps je planifie mes statuts Facebook sinon je n’ai pas le temps d’y aller pour ça et que je tiens pourtant à répondre à chaque commentaire car j’adore cet espace qui est le mien, le votre, le notre et que pour rien au monde je ne veux le laisser tomber. Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’écrire cet article m’a pris 1h et que je ne suis pas payée pour ça (chacun ses loisirs) mais que je ne veux pas décevoir mes lecteurs et qu’écrire est une passion, qui ne rapporte rien, mais qui est chronophage. Ce qu’elle ne sait pas c’est que la dernière soirée du vendredi où elle m’a vu boire un verre avec d’autres blogueuses, j’étais épuisée, je n’avais pas vu mon mari depuis 4 jours (puisqu’il a lui aussi des soirées pour son travail et des déplacements), et que je ne pouvais pas me contenter de boire le verre et me poser en papotant comme elle le fait en soirée avec ses copines, car je devais twitter (avec une main, l’autre est prise par le verre ;-)), instagramer, prendre des photos, prendre des notes pour faire un futur article, et échanger avec les personnes présentes car personne ne veut d’une nana fatiguée qui s’assoit sur une banquette et s’éclipse de la soirée super tôt car le lendemain matin elle est en médiathèque pour faire un spectacle avec 12 gamins et autant de parents (matériel à porter, installer inclus).

« Vous pouvez venir manger dimanche midi ? »

Une amie chère à mon coeur à 19h30 qui a laissé un message sur mon répondeur pendant qu’on dinait.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que je travaille les samedis matins ce mois-ci car avec moi on ne sait jamais vu que ça change tout le temps et que ce n’est jamais fixe, et que quand le dimanche est mon seul jour de repos, parfois j’ai juste envie de ne voir personne et me poser. Mais comme elle a vu une photo de moi sur instagram un mardi matin dans Bordeaux (un rendez-vous professionnel, mais ça elle ne le sait pas), je culpabilise de lui dire que je suis fatiguée de ma semaine. Puis je ne fais tellement rien de mes journées à rester chez moi et/ ou aller faire le clown / sortir le soir entre blogueuses, que ce serait mal pris de refuser son invitation. Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’après son coup de fil, je vais certainement me remettre au boulot (peut-être sur le canapé ou même dans mon lit, ça par contre, c’est un sacré avantage .. ou pas) ou peut-être glander devant une série ou un film (c’est possible aussi hein ;-))

Elle ne sait pas, il ne sait pas, personne ne sait, car c’est difficile à comprendre, c’est difficile à expliquer. Parce que j’aime vraiment tout ce que je fais et que je dois tout faire pour être pleinement moi mais aussi gagner un minimum ma vie (bien moins qu’un temps partiel payé au SMIC pour entre 25 et 50 heures de travail par semaine). Parce que tout le monde a des journées de dingue, mais que les miennes ont toujours l’air plus faciles vu de l’extérieur.

C’est un jour classique parmi une semaine classique : il y en a des moins intenses, c’est vrai, (des plus intenses aussi mais je ne veux pas faire peur à ceux qui voudraient créer leur entreprise ;-)) mais ce lundi est quand même très proche d’une journée typique.

Alors oui il y a des semaines où tu me croiseras dans Bordeaux un mardi matin en train de boire un thé, peut-être et je l’espère, j’aurais pris enfin le temps de m’asseoir avec une copine pendant une demi-heure pour papoter et rigoler, parce que j’ai eu besoin de souffler et que je bosserai ce week-end parce que ça me convient, mais peut-être que c’est aussi un rendez-vous professionnel où je dois défendre un projet autour de l’apprentissage de l’anglais ou montrer ma capacité à m’organiser (really ? ;-)) pour faire de la rédaction web.

Tu me croiseras peut-être un mercredi après-midi accompagner mon fils au solfège et tu diras que j’ai bien de la chance de pouvoir m’occuper de lui et ses activités, mais si tu regardes bien pendant son heure de cours ou sa demi heure de guitare, j’ai un mini ordi ou un cahier (et je travaille sur la petite table à l’accueil, ou je lis pour me former encore et toujours et apprendre).

Peut-être tu verras passer des photos d’un moment totalement bouleversant et intense sur les réseaux sociaux où je me sens très chanceuse d’avoir cette vie-là et où tu me trouveras chanceuse toi aussi, mais où ma chance est parfois dû un tout petit peu à mon travail.

 

Cet article n’a pas pour but de me plaindre ou de dénigrer les horaires « classiques » de travail, juste de faire le point sur mon statut un peu « batard » de free-lance qui a des avantages et des inconvénients et qui reste souvent incompris ou inconnu, car justement il n’est pas « classique ».

Il n’a pas pour but non plus de dire que je n’aime pas bloguer (bien au contraire) et que c’est une corvée casée dans l’emploi du temps, idem pour les soirées blog : juste de remettre dans le contexte que tout n’est pas que plaisir et qu’il y a une vraie part de travail derrière, même s’il m’appartient le droit d’en modifier le rythme et de faire des choix de « sens » et « envie » dans cette partie de ma vie.

J’aime passionnément toutes les fonctions de mon job/ mes jobs (bon ok, sauf la compta et les coups de fil au RSI ;-)) et je suis parfaitement heureuse de mes choix même lorsque je sens que financièrement mon épanouissement a réellement un coût pour notre compte en banque, et qu’un emploi différent me permettrait de renflouer les caisses de manière fixe et sereine avec peut-être moins d’heures ou un cadre plus défini.

Mais autant que la femme au foyer que j’ai pu être, la free-lance que je suis, sourit tristement en entendant qu’elle ne fait rien de ses journées, ou qu’elle s’amuse, ou qu’elle glande devant son ordi.

 

LA PAUSE FEMININE

Mes 5 indispensables de la rentrée

La rentrée ce n’est pas que pour les enfants ! Même si je suis chaque année assez nostalgique de mes vacances, j’avoue que j’aime aussi l’idée de ce nouveau départ !

Surtout qu’en tant qu’entrepreneure, chaque nouvelle rentrée est un nouveau challenge. Avec Septembre arrivent les nouveaux projets et objectifs, les changements, les idées qui fusent.

Alors pour une rentrée réussie, de mon côté, j’ai opté pour quelques indispensables :

  • le sac polochon les Griottes : il ne m’a pas quitté de l’été et il va continuer à m’accompagner pour cette année scolaire. Une sortie vite fait dans un parc pour un goûter improvisé, une balade dans Bordeaux sur une matinée ou une soirée, un week-end en solo …

sac-griottes

Déperlant, il permet de tout transporter même en cas de petite pluie (contrairement aux tote bag qui m’ont fait défaut plusieurs fois, même si c’est bien connu, à bordeaux, il ne pleut jamais 😉

IMG_9957

  • Le mémoniak agenda : valeur sûre, je ne me passerais plus de lui. L’essayer c’est l’adopter ! Déjà 4 ans qu’il  m’accompagne au quotidien. Il correspond parfaitement à tous mes besoins de femme, maman et d’entrepreneure. Je peux tout y noter. Sa liste de courses détachable m’est devenu indispensable. Voir la semaine d’un coup d’oeil tout en ayant assez de place pour ajouter pleins de rappels ou notes. Pour ma part, la colonne de droite me permet d’annoter mes petites to do list du jour : finir un article de blog, prendre un rdv médical, appeler un contact, trier les médicaments, acheter peinture pour DIY .. bref tout est noté ici !

 

  • Un carnet  : Oui parce qu’en fait je ne note pas TOUT tout dans l’agenda ! Je prends énormément de notes que ce soit pour définir les besoins d’un client, commencer un article (celui-ci a été débuté en vacances sur un carnet 😉 ou noter des idées pour mon roman 😉 et surtout faire des listes (une de mes grandes passions dans la vie 😉

La nouvelle collection colorée de chez Hema a beaucoup plu à ma fille pour son entrée au collège. Pour ma part, j’aime surtout ceux qu’ils font avec des intercalaires : cela me permet de rassembler plusieurs catégories dans un même carnet, sans mélanger. Bien que je sois complètement addict aux carnets (cela fera l’objet d’un autre article prochainement 😉 Celui-ci est entièrement personnalisable : j’ai donc craqué et en plus il est parfait pour faire un Bullet Journal 😉 vais-je succomber à cette tendance ?

 

  • La batterie de secours pour téléphone portable : quand tu passes tes journées à l’extèrieur, entre rendez vous pro, dénicher de bonnes adresses, et travailler, et que comme moi tu n’as pas de bureau lorsque tu travailles à l’extérieur, tu peux rarement recharger ton téléphone. Aussi, si le soir je ne repasse pas par la maison pour aller à un événement ou une soirée entre copines, je suis désormais ravie de pouvoir continuer à prendre des photos ou recevoir les textos grâce à ma batterie de secours. Il en existe de nombreux modèles.

  • Un clavier et une souris sans fil : comme je travaille de plus en plus souvent et longtemps sur ordinateur que ce soit pour mon entreprise, le blog, de la rédac web ou l’écriture de mon roman, et que j’ai un ordinateur portable, mes problèmes de cou ne s’arrangeaient pas. Même en le surélevant pour que les yeux soient à hauteur de clavier, c’étaient ensuite les bras et les épaules qui devaient être bien trop hautes pour atteindre les touches.

J’ai donc opté pour un clavier sans fil et sa souris qui me permettent de mettre l’écran à hauteur de regard et je gagne en confort en positionnant le clavier comme il me convient. Cela me permet aussi lorsque j’écris en flot continu pour brouillon par exemple, donc sans besoin de correction ou relecture permanente, de pouvoir m’installer sur le canapé avec l’ordi sur la table basse (les cuisses ne chauffent pas si vous voyez ce que je veux dire ;-)) et le clavier est super léger. Et l’homme a perfectionné encore l’installation en me fabriquant un pupitre surélevant ! Je crois que l’on atteint le confort optimal pour que je puisse passer des heures derrière l’ordi 😉

IMG_0177

Et vous ? Quels sont vos indispensables de la rentrée ?

 

 

HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE

Pourquoi attendre pour être heureux ? 5 astuces pour être en vacances quand on veut

Très souvent, le quotidien est lourd à gérer. Jongler avec le boulot, la maison, les enfants, c’est juste épuisant !

On veut tout faire, le faire bien, et en plus avoir encore du temps pour faire encore + d’autres choses de nos listes qui n’en finissent pas.

Oui nous n’avons pas le choix : il faut bien manger (donc faire les courses, la cuisine), il faut bien laver les vêtements, il faut bien s’occuper des enfants, il faut bien aller aux réunions, il faut bien travailler …

Du coup nous attendons tous les vacances comme la délivrance ultime : « vivement les vacances ! »

Sauf que parfois les fameuses vacances n’ont rien de rêves : si on ne part pas en All Inclusive et qu’on fait attention à son budget, il faut toujours faire à manger etc …

Alors on passe le plus gros de son temps à « attendre les vacances », elles arrivent et puis … voilà.

Mais la vie, elle, elle n’attend pas … les semaines, les mois, les années … vous avez remarqué comme elles défilent vite pourtant ces putain d’années !?

Alors j’ai décidé d’arrêter d’attendre les vacances.

Je suis en vacances quand je le décide.

Qui a dit que des vacances ça devait durer une semaine ou dix jours ?

Pourquoi je ne serais pas en vacances un quart d’heure, une demi heure ou une heure ?

Etre en vacances de son quotidien, ou plutôt DANS son quotidien, ça se décide.

Pour cela il faut s’organiser différemment, ou plutôt s’AUTORISER différemment.

  1. Se faire aider, s’entraider, laisser faire

Souvent on veut tout gérer. Seul. Parce que ce sera plus vite fait, mieux fait, parce qu’on sait, nous.

Oui mais alors pourquoi râler de ne pas avoir d’aide ?

Et si on lâchait du lest et que pour une fois, les enfants se mettaient à plier le linge.

(on leur file les serviettes de toilettes et les fringues de sport dans un premier temps, hein ? pas folle non plus)

Oui la pile de draps de bain ne va pas être parfaitement droite ni symétrique, mais on aura 15 minutes avec eux pour faire une partie de Bowling sur la wii !!!! Et hop ! un quart d’heure de vacances au Bowling du Club Famille !

2. Faire ensemble, jouer à faire

Ce 2ème point fait écho au premier, mais pourquoi vouloir faire seul ? alors qu’à 2.3 ou 4 cela va tellement plus vite et cela peut être amusant (pour peu qu’on ne regarde pas les finitions et les détails, surtout si on est atteint du syndrome du perfectionniste 😉

Faire une tarte aux pommes avec le petit dernier : oui ça va nous prendre 3 plombes, mais on en profite pour lui raconter nos souvenirs de cuisine avec notre Mamie, qui faisait de délicieuses tartes aux pommes. Et la fois où on a cramé la tarte et que leur père, qui ne l’était pas encore, l’a quand même mangé pour nous faire plaisir.

Un moment de partage, ce n’est jamais une corvée, alors que devoir faire un dessert pour le repas chez les voisins ou pour le goûter de la kermesse, ça peut l’être.

3. Mettre tout sur pause pendant une heure

Qui n’a jamais apprécié un repas en terrasse même tout simple avec un petit verre, un magazine ?

Est ce qu’on ne se sent pas en vacances si on ferme les yeux, qu’on sent le soleil sur notre peau, qu’on chausse nos lunettes de soleil et qu’on choisit un apéritif estival ?

Je suis tombée il y a peu sur une infographie sur les femmes entrepreneurs / dirigeantes.

Le chiffre qui m’a frappé et dans lequel je me suis malheureusement retrouvé était le suivant : 48% des femmes prennent moins de 30 min pour déjeuner ou pas de pause DU TOUT, tandis que 59% des hommes s’octroient une heure ou plus.

Alors déconnectez tout ! Ne pensez pas à l’après (au boulot qui vous attend, aux enfants à aller chercher, à la voiture à emmener chez le garagiste …). Concentrez vous sur ce moment où vous pouvez lire un article entier sans être interrompu, ou vous pouvez manger une glace sans devoir en faire goûter la moitié à toute votre petite famille.

Décidez que pendant une heure vous êtes en vacances !

Que ce soit pour une pause déjeuner (le plus facile à caser dans l’emploi du temps) ou dans un aprem de RTT ou si vous avez débauché + tôt.

IMG_4165

4. Mettre en place des moments de gratitude (et de recul)

Cela fait maintenant plusieurs années que nous avons mis en place notre moment d’échange en famille où nous nous racontons nos journées dans les grandes lignes en y résumant uniquement les moments préférés / pas préférés.

En énumérant chacun notre tour nos moments préférés et pas-préférés (les contrariétés, les catas à gérer, les conflits …) chaque membre de la famille peut nous aider à prendre du recul (« cette collègue m’a répondu hyper sèchement, ça m’a stressé tout l’aprem » : « beh franchement, papa, c’est pas grave hein ? moi aussi mes copains défois ils me parlent pas gentiment, beh je leur dis que tant pis pour eux s’ils s’énervent »). Les réponses des enfants me surprennent toujours par leur lucidité !

Pour nos moments préférés cela nous oblige à en trouver un (même dans les journées les plus merdiques il y a toujours un instant qui mérite d’être considéré comme bon … au pire, juste ce moment là où on se retrouve à table tous ensemble).

« Le morceau de sucre qui aide la médecine à couler » comme dit mon personnage préféré de tous les temps !

On se rend compte en faisant régulièrement cet exercice que chacun peut aider l’autre à y voir + clair, qu’ainsi on partage au moins les moments les plus importants de la vie de nos enfants, notre conjoint, et surtout qu’on a toujours un bon moment en cherchant bien 😉

Le jeu « j’arrête d’être débordée » est une très grande aide pour démarrer ce schéma.

5. Faites des soirées à thème qui dépaysent

Pas les moyens d’aller au ski ? On peut au moins se faire une raclette (ou des cookies raclette ;-)) et télécharger un feu de cheminée sur la télé.

Pas les sous pour aller sur les îles ? Sortez vos paréos, mettez vous du monoï et faites vous un cocktail coloré.

A vous d’adapter la déco (avec de la récup, des jouets des enfants, en imprimant 2-3 trucs …), la playlist, et les plats …

Les enfants adorent ! Trouvez des amis qui jouent le jeu c’est encore mieux ! Le temps d’un soir on a l’impression d’être parti en vacances !

IMG_4292 IMG_4335

Alors vous partez quand en vacances ?

 

IMG_3766

 

ANGLAIS, HUMEURS HUMOUR

A toi, mon 3 ème bébé …

Toi, mon 3ème bébé, que je ne soupçonnais pas un jour pouvoir créer …

Je savais l’ampleur du travail que tu allais représenter, j’avais déjà 2 enfants à m’occuper, alors avec toi en plus, comment gérer, s’organiser ..

Puis un jour, j’ai décidé. Oui j’étais prête, il y aurait un 3ème.

Toi, mon 3ème bébé, créé dans les retranchements de ma confiance, le fin fond de mes doutes, au coeur de mes tripes d’angoissée. Je me souviens encore des heures, des jours à te chercher un nom, me le répéter, ne pas être sûre, ne pas savoir si tu allais voir le jour, tenir bon.

Toi, qui me prend tellement d’énergie, parfois un peu trop, qui me fait passer des nuits blanches avec des réveils en sursaut, qui remet en question sans arrêt mon quotidien, qui me fait m’interroger en permanence « ai-je pris la bonne décision ? pourquoi je n’y arrive pas aujourd’hui ? comment cela va t-il se passer demain ? et si ça ne marchait pas ? ». Toi, qui me gâche parfois mes vacances, mes week-end, mes soirées, car oui, tu me prends du temps, mais j’aime m’occuper de toi.

Bien sur, tu as suscité de nombreux compliments, car c’est vrai que tu es beau, que tu étais attendu, et que je t’ai porté dans mon coeur et dans ma tête pendant des mois avant de te montrer aux autres …  » c’est un beau bébé ! Laisse lui le temps de grandir ! » me dit-on souvent, car parfois, je suis un peu trop impatiente de te voir évoluer encore et toujours, tenir debout, bien stable.

« Tu as l’air tellement épanouie », oui tu as fait de moi une femme épanouie, mais aussi terriblement anxieuse, stressée.

Pourtant chaque matin, tu fais partie des choses qui me donnent le sourire et l’envie de me lever. Je sais qu’avec toi, je ne m’ennuie jamais, j’apprends encore, à tâtons. Je sais aussi que j’ai fait beaucoup de chemin et que je connais les erreurs à ne plus faire. Je sais que tu me pousses toujours à aller plus loin, à croire en moi, à prendre des risques parce que la vie est courte et la tienne fragile.

Alors, oui, mon 3ème bébé, tu as été chéri et désiré, voulu et choisi, certes ce n’est pas facile tous les jours, mais toi contrairement aux 2 autres, tu restes encore tout petit malgré tes 3 ans et à chaque anniversaire tu es un nouveau né qui repart de plus belle vers l’aventure de la vie professionnelle !

Oui, Happy Birthday mon bébé , mon entreprise, mes P’tea Potes ❤

IMG_3947

Merci à tous ceux qui m’ont soutenu, me soutiennent encore, de près, de loin, d’un mot, d’un coup de main, d’un compliment, d’un encouragement, d’une écoute, et qui me soutiendront encore dans ce projet et dans les autres à venir. Ainsi qu’à tous les enfants que j’embarque dans mon univers et qui se laissent porter avec enthousiasme ! Des bulles de savon et des paillettes sur vous ❤