CULTURE, DETENTE, HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE, Livres et CD

"Le parfum du mimosa" : mon roman feel-good de l’hiver !

Cette histoire et ses personnages m’ont accompagné pendant 3 mois l’hiver dernier. Je vivais avec Laura et ses 3 voisines comme on parle avec des gens que l’on connait, elles me faisaient rire, pleurer, elles m’ont entraîné dans leurs joies et leurs peines et j’ai aujourd’hui besoin de vous les confier.

Parce qu’elles méritent d’entrer dans vos vies et de vous livrer leurs moments de doutes et leur bonne humeur aussi !

Parce que c’est une histoire de femmes : de femmes simples, de femmes fortes, de femmes qui se relèvent des épreuves de la vie et qui même abimées, savent profiter de chaque instant et trouver du sens à cette existence.

J’espère que vous allez aimer Odette, Jacqueline et Madeleine : elles sont tellement attachantes et elles m’ont apporté tellement de bonheur durant l’écriture.

   

Et Laura : elle va peut-être vous paraître agaçante au début mais elle a souffert, alors laissez la vous raconter son histoire et vous convaincre que l’on peut se reconstruire et changer, ou plutôt se retrouver.

« Le parfum du mimosa » est disponible sur amazon. Ce n’est pas le départ que j’aurais aimé lui donner car je chéris les librairies comme personne, mais pour se lancer dans l’aventure de l’auto-édition il y a des chemins qui sont plus pratiques que d’autres pour arpenter la jungle des sorties littéraires. Mon but est avant tout d’avoir vos avis, vos retours et que vous puissiez vous procurer facilement l’histoire de Laura et ses 3 voisines attachantes. Et vous pourrez même l’offrir pour noël.

N’hésitez pas à laisser un avis sur amazon car ce n’est que comme ça que l’aventure de l’auto-édition peut se transformer en un conte de fées. Vos critiques constructives donnent envie à d’autres et font voyager ce livre. Vous êtes le meilleur ambassadeur de vos lectures alors gardez ce pouvoir de changer la vie d’un auteur en le faisant connaitre et en partageant le lien vers son roman sur vos réseaux sociaux, en faisant une chronique sur votre blog, un post instagram ou un petit mot sur facebook.

Merci par avance pour l’accueil que vous allez apporter à mon deuxième roman.

L’histoire :

« Laura dira bientôt au revoir à sa trentaine. Récemment divorcée, sans travail et sans enfant, elle se retrouve dans l’impasse. Littéralement. Puisqu’elle n’a pas d’autres choix que de vivre dans la maison de feu sa grand-mère qui habitait un cul de sac, au fin fond de la Gironde rurale avec pour seules voisines, trois vieilles dames légèrement envahissantes.
Une cohabitation forcée qui prend des allures de cauchemar pour la citadine qui n’a jamais aimé la campagne et encore moins les personnes âgées avec leurs habitudes agaçantes.
Odette, Jacqueline et Madeleine, malgré l’isolement et les épreuves de la vie, ont chacune leur caractère et leurs passions.
Laura a bien du chemin à parcourir avant d’accepter son passé, pardonner à son ex-mari et retrouver sa joie de vivre.
Mais au détour d’une boite aux lettres, les gens peuvent parfois apprendre à s’apprivoiser …
Un roman sur la résilience, la reconstruction et la sororité. »

https://www.amazon.fr/gp/product/1671890450?ie=UTF8

HUMEURS HUMOUR

Ecrire : ma peur, mon bonheur

IMG_5857

Avoir peur d’avancer et avoir peur de ne pas arriver au bout.

Vouloir connaitre la fin et vouloir ne jamais finir cette histoire.

Cela fait des années que dans des tiroirs et des disques durs s’accumulent des débuts, des milieux mais jamais de fins.

Depuis toujours je crois … Dès que j’ai su tenir un crayon et former des lettres, j’ai commencé à écrire. Des poèmes, des fables, des nouvelles, des correspondances … Accumuler les carnets entamés, les histoires inachevées, je ne m’en suis jamais lassée.

Puis tant que l’on n’est pas allé au bout, tout reste possible.

Mais aujourd’hui je veux vaincre ma peur. Car oui, j’ai peur, très peur.

Quand on est en train de donner vie à son rêve, on a peur de se décevoir soi-même, décevoir la petite fille que l’on était, décevoir les promesses que l’on s’est faites … et en même temps si on ne va pas au bout du rêve, on sait qu’on ne pourra jamais dire « je l’ai fait ».

La peur me paralyse, me ralentit, me fait faire tout sauf ce que je devrais. La peur m’empêche de vivre ce rêve …

Peur de ne pas correspondre à l’image que l’on se fait de moi, peur de décevoir chacun de ceux qui croient en moi, souvent même plus fort que moi j’y crois.

Mais tellement de bonheur de sentir les mots prendre vie.

Les touches du clavier, les pages des carnets se mettent bout à bout pour m’emmener sur la route de mes rêves et de mes envies.

Ne pas voir les heures passées quand je suis entraînée par les idées, les personnages, l’inspiration …

Ne pas comprendre pourquoi cela me rend si heureuse et tellement complète de pouvoir exprimer à travers d’autres ce que j’ai ressenti à certains moments de ma vie, ou ce que j’aurais aimé dire tout haut quand je l’ai pensé tout bas.

Pouvoir partir et revenir de toutes les destinations en quelques chapitres, être un vieil homme nostalgique, une jeune femme célibataire, avancer et remonter le temps, voyager dans les existences irréelles de personnages nés dans ma tête.

Ne pas réussir à expliquer pourquoi, au fond de moi, je dois aller au bout, malgré tout, malgré moi, même parfois.

Alors même si ce chemin je dois le parcourir seule sur les pages blanches à noircir, même si c’est un projet personnel et intime, j’ai besoin de savoir que vous êtes là.

Que quelque part quelqu’un attend et croit en moi.

Que je trouverai du soutien dans ma chute, des gens pour partager l’aboutissement, du réconfort dans le doute, du partage dans la joie …

Ecrire c’est tellement pour soi, mais avant tout, tellement pour les autres. Ce travail si égoïste qui ne trouve son existence que lorsqu’il est partagé avec le plus grand nombre.

C’est la rencontre de ces deux contradictions qui rend l’écriture si importante dans ma vie : car je peux être moi avec vous .

IMG_5859