HUMEURS HUMOUR, LA PAUSE FEMININE

A toi le 3 ème enfant que je n’aurai pas

Il est difficile d’imaginer la place que tu prendrais, ou celle que l’on te ferait.

Nous y avons parfois pensé mais chaque fois, nous avons chassé l’idée.

Notre équilibre à 4 nous semble si juste et commence à devenir si agréable.

Avec toi nous aurions vu Le petit devenir un moyen, la Grande devenir une double Grande : et toi dans tout ça ?

Un petit dernier … tu aurais été choyé c’est sûr mais où aurais-je trouvé le temps que j’ai pu consacrer à tes 2 ainés ?

J’ai déjà un 3ème bébé qui me prend beaucoup d’énergie (mon entreprise), et ce blog qui m’apporte tant de joie …

Je ne manque pas d’occupations avec l’écriture qui continue à être une obsession.

Alors toi ? Oui je t’aurais aimé, oui tu aurais pu, on se serait arrangé, on aurait couru chez la nounou ou à la crèche, on t’aurait donné ton bain avant de se remettre au boulot le soir, on aurait fait le ménage pendant ta sieste et emmené les grands aux activités à tour de rôle.

Mais on aurait aussi dû attendre encore au moins 3 ans avant de repartir au cinéma en famille, avant de pouvoir faire des randonnées allégées, avant de s’installer en terrasse pendant des heures pour bouquiner ou boire un jus de fruit (hum hum : il m’aurait fallu dire non aux apéros pendant au moins 9 mois et encore + si je t’avais allaité comme tes ainés).

Parfois je t’imagine : aurais-tu été une petite brune comme ta soeur ou un petit rouquin comme ton frère ? m’aurais-tu ressemblé contrairement à ces deux enfants ingrats qui n’ont pas grand chose de moi 😉

Difficile de se dire à 36 ans, à l’heure où certaines ont désormais leur premier enfant, que moi je ne porterai plus jamais la vie … difficile de se dire que l’on a fait ce choix, que l’on a décidé que notre famille ce serait nous 4, alors qu’on a encore tellement d’amour à donner, que j’aime tellement les bébés, les enfants …

Peut-être parce que justement je les aime tant, que j’ai envie de prendre du temps pour chacun, que je préfère ne pas te sacrifier à mes heures pro, à mes heures loin, à mes heures égoïstes où je n’ai plus besoin de changer des couches et calmer des coliques.

Alors nous serons 4, je n’aurai que 2 enfants. Mais parfois je penserai à toi en me disant que tu aurais pu faire partie de notre jolie famille …

f101325568