CULTURE, LA PAUSE FEMININE, Livres et CD

4 idées lecture : mes derniers livres lus préférés #juin2018

 

Pour acheter les livres sur Amazon, cliquez sur les photos.

 

Un clafoutis aux tomates cerises de Véronique de Bure

L’histoire :
Jeanne, 90 ans, décide d’écrire son journal intime. Du premier jour du printemps au dernier jour de l’hiver, d’événements minuscules en réflexions désopilantes, elle consigne pendant toute une année ses humeurs, ses souvenirs, sa petite vie de Parisienne exilée dans l’Allier, dans sa maison posée au milieu des prés, des bois et des vaches. La liberté de vie et de ton est l’un des privilèges du très grand âge, aussi Jeanne fait-elle ce qu’elle veut : regarder pousser ses fleurs, boire du vin blanc avec ses amies, accueillir – pas trop souvent – ses petits-enfants, remplir son congélateur de petits choux au fromage, déplier un transat pour se perdre dans les étoiles en espérant les voir toujours à la saison prochaine…

 

On se retrouve dans la peau de cette vieille dame qui savoure les choses du quotidien sans pouvoir trop se projeter dans un avenir qu’elle sait court vu son âge. On y découvre ses amitiés, ses humeurs et tout ce qui la rend attachante.

Elle pose un oeil étrange sur la modernité et on voit passer les saisons en partageant avec elle cette tranche de vie.

 

Avery + Seth de L.E. Bross

L’histoire :
Avery Melrose est du genre à obtenir tout ce qu’elle désire. Alors, quand elle découvre que son amoureux la trompe, sa réaction ne se fait pas attendre : elle pique une crise et saccage le pick-up du fautif à coups de batte de base-ball. Résultat ? Trois cents heures de travaux d’intérêt général.

Seth Hunter sort de prison et espère enfin passer à autre chose. Son objectif est clair : mener une existence respectable et réussir à éloigner sa soeur de leur beau-père, le principal responsable de son incarcération.

La romance naissante entre Avery et Seth semble condamnée d’avance. Elle rêve d’une histoire d’amour digne d’un conte de fées, tandis que lui n’a pas le profil du parfait prince charmant. Et les promesses non tenues menacent bientôt de les déchirer… Laisseront-ils filer leur chance de connaître le bonheur ?

 

Chaleur ! Chaleur ! J’ai adoré cette histoire d’amour avec sa dose d’érotisme tout en dépeignant les personnages sans trop de clichés. On suit cette aventure avec enthousiasme et l’écriture est très agréable . C’est une lecture parfaite pour les vacances !

 

Deux petits pas sur le sable mouillé de Anne-Dauphine Julliand

L’histoire :
Tout commence sur une plage, quand Anne – Dauphine remarque que sa fille marche d’un pas hésitant. Après une série d’examens, les médecins découvrent que Thaïs est atteinte d’une maladie génétique orpheline. Elle vient de fêter ses deux ans et il ne lui reste que quelques mois à vivre. L’auteur lui fait alors une promesse :  » Tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres, mais une vie dont tu pourras être fière. Et où tu ne manqueras jamais d’amour.  » Ce livre raconte l’histoire de cette promesse et la beauté de cet amour. Tout ce qu’un couple, une famille, des amis, une nounou sont capables de mobiliser et de donner. Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu’on ne peut pas ajouter de jours à la vie.

 

Un exemple de courage et de volonté face à la maladie. Une maman qui ne baisse pas les armes devant la mort mais qui choisit une vie intense même si courte. C’est une magnifique leçon d’amour qui nous bouleverse à chaque page.

 

Moi on ne m’a jamais demandé comment j’allais de Marie Fugain

L’histoire :
Mai 2002, Marie Fugain perd sa petite soeur, Laurette, des suites d’une leucémie. Tout le monde compatit à la douleur de ses parents, au désarroi de son petit frère, mais personne ne se soucie d’elle, l’aînée, la vivante. Ni ce jour ni après. Pourtant, elle aussi est dévastée par ce chagrin que chacun garde pour soi et compense comme il peut. Petit à petit, la tribu Fugain éclate : le père s’enferme dans la musique, la mère ne vit plus que pour son association. Partagée entre colère et désespoir, Marie craint d’en faire pâtir à son tour sa vie personnelle. Mais le souvenir de Laurette et de sa joie de vivre lui donne enfin le courage de reprendre le dessus. Un combat qui aura duré presque dix ans.

 

On connait l’histoire de Laurette atteinte de leucémie, et aussi son décès qui donnera lieu à une prise de conscience du don de plaquettes un peu partout en France. Mais on n’imagine pas le parcours des vivants pour affronter la perte. Surtout de la grande soeur que l’on croit + forte mais qui doit aussi faire son chemin au sein de cette famille. Le deuil vu par la fratrie c’est un sujet qui est rarement exploité et même si l’écriture n’est pas très fluide, on rencontre cette soeur bouleversée et on suit son cheminement pour être enfin apaisée.

 

Mes autres sélections livre des derniers mois :

mai 2018 : 5 idées lecture

Avril 2018 : 5 idées lecture

Mars 2018 : 3 idées lecture

Janvier 2018 / Février 2018 : 4 idées lecture

Décembre 2017 : 4 idées lecture

En Novembre 2017 : 4 idées lecture

En Octobre 2017 : 4 idées lecture

En Septembre 2017 : 4 idées lecture

En Août 2017 : 4 idées lecture

En Juillet 2017 : 4 idées lecture

En Juin 2017 : 5 idées lecture

En Mai 2017 : 5 idées lecture

En Avril 2017 : 4 idées lecture

En Mars 2017 : 4 idées lecture

En Février 2017 : 6 idées lecture

En Janvier 2017 : 4 idées lecture

En Décembre 2016 : 6 idées lecture

En Novembre : 5 idées lecture

En Octobre : 5 idées lecture

En septembre : 5 idées lecture

En juillet -août : 7 idées lecture

En juin : 5 idées lecture

En avril -mai : 6 idées lecture

happy-2

Publicités
BONS PLANS, voyage

Un week-end en famille au Yelloh Village près de Biarritz

Cette dernière période avant les grandes vacances est interminable !

Aussi j’aime bien organiser des petits week-ends qui permettent de recharger les batteries et en même temps se sentir déjà un peu en vacances 😉

Aussi quand on m’a proposé de tester un accueil de deux nuits dans un Yelloh Village, j’ai accepté avec plaisir !

J’ai pu ainsi découvrir le camping de luxe dans des mobilhomes ultra aménagés et confortables. ( et chose exceptionnelle il a même fait suffisamment chaud pour que je sorte mon maillot de bain cerise 😉 )

Nous avons séjourné au Yelloh Village Ilbarritz à deux pas de Biarritz, Bidart, et Saint-Jean-de-Luz !

Un bonheur de pouvoir profiter de cette région du sud-ouest que nous adorons !

C’est dans un cottage Haitza premium pour 4 personnes que nous avons posé nos bagages.

Le vrai plus : 2 chambres bien distinctes avec chacune leur douche et leurs toilettes !

Pas du tout négligeable avec nos deux grands enfants qui ont pu avoir leur espace et se préparer sans avoir à nous déranger et vice versa.

Très bien équipé avec cafetière, senseo, bouilloire et grille pain, ce logement nous a vraiment plu !

A l’intérieur il y a énormément de placards, ce qui sur un week-end est déjà appréciable mais j’imagine que sur une semaine, c’est le top pour tout ranger et s’installer sans que les sacs et paniers n’empiètent sur la circulation à l’intérieur de l’hébergement.

A l’extérieur, une terrasse avec table et bain de soleil permet de manger et se reposer en profitant de la nature autour.

Il faut dire que le lieu donne sur une forêt de pins, des bardages bois, et des massifs colorés et entretenus qui sont très agréables.

Tout est calme dans cette partie car il n’y a que des accès piétons par les petites passerelles : Un village dans le village !

Mais Yelloh Village c’est bien + que ça !

Il y aussi un club enfants, des animations en journée et en soirée, une aire de jeux, un terrain de tennis, des barbecues, un bar / restaurant et aussi 2 piscines : une piscine couverte, et une piscine extérieure avec des toboggans !

Bref tout ce qu’il faut pour passer un super séjour !

J’ai beaucoup aimé que la piscine soit surveillée : j’ai pu ainsi me plonger dans mon livre en étant moins attentive aux 50 allers retours de mon fils au toboggan !

J’ai pu aussi découvrir le yoga : j’avais raté le créneau de l’aquagym (ne le dites pas, mais je me suis assoupie en fait au bord de la piscine ;-)).

Un moment extra avec un prof attentif et bienveillant : ma pré-ado a validé aussi ce cours qui nous a permis un temps mère-fille de partage en douceur !

J’ai de mon côté validé aussi l’Apérol Spritz du bar : très important ! 😉

Nous avons profité de la soirée Karaoké qui n’a pas gâché la météo du lendemain 😉

La plage est à 900m, il y a une supérette, et une randonnée sur le littoral qui m’attirait beaucoup.

Je cherche des défauts mais excepté les jeux apéros que nous avons attendus sans succès, et le tire-bouchon qui manquait à notre inventaire ( heureusement j’en ai toujours un sur moi ;-)), le séjour était parfait !

Les enfants et les parents ont pu profiter chacun de leur week-end, en faisant des activités communes ou chacun de leur côté !

Autour, nous avons pu aller à Saint-jean-de-luz acheter quelques macarons à la Maison Adam

Du marché de Bidart à taille humaine et tellement chaleureux ❤

Et bien sûr de Biarritz, tout proche et toujours aussi dépaysant et agréable surtout quand vient l’heure d’un dîner avec coucher de soleil

Nous nous sommes régalés des plats thaï de la carte du restaurant Les baigneuses

Et il a fallu rentrer … des souvenirs pleins la tête et les batteries rechargées ! 🙂

N’hésitez pas à aller voir dans mes stories à la une sur mon instagram pour la visite du cottage en vidéo 😉

Vous connaissiez Yelloh Village ? Ceux d’une autre ville ?

 

Merci au Yelloh Village pour son accueil !

 

*Partenariat*

CULTURE, LA PAUSE FEMININE, Livres et CD

5 idées lecture : mes derniers livres lus préférés #mai2018

 

Pour acheter les livres sur Amazon, cliquez sur les photos.

Quatre murs et un toit de Camille Anseaume

L’histoire :

Quand elle apprend que ses parents ont mis en vente  la maison où elle a grandi, Camille décide d’y séjourner  une dernière fois afin de s’imprégner du lieu et lui  faire ses adieux. Chaque pièce résonne encore de  l’écho des joies et des peines passées et la replonge  dans les souvenirs : les manies de sa mère, les blagues  de son père, les amis du grand-frère dont elle est  follement amoureuse, les disputes entre soeurs…des cris, des rires, des larmes, et surtout beaucoup,
beaucoup d’amour. Mais une semaine, est-ce suffisant  pour dire adieu à son enfance ?
On se retrouve tous un peu dans ces histoires de famille, d’enfance. C’est un peu de nos souvenirs aussi qui se distille et des moments du quotidien avec nos parents et fratrie qui remonte comme des bouffées de nostalgie.
Il y a des lieux qui marquent mais avant tout des instants d’amour qui font les adultes que nous devenons.
Ce récit se lit très (trop) vite et on en redemande. Parfait avant d’aller en vacances dans la maison familiale !

Le premier jour de ma nouvelle vie de Marie-Laure Cuzac

L’histoire :
Un mari aimant, deux enfants magnifiques, un travail : alors qu’elle pensait que c’était ça, le bonheur, Fanny se rend compte qu’il manque malgré tout quelque chose à sa vie. Dépassée par les exigences du quotidien, la jeune femme réalise qu’elle n est pas heureuse. Une drôle de rencontre va bouleverser son existence. Et si ce qui manquait à Fanny, c’était l’estime d’elle-même ? Bien décidée à changer, elle se heurte à l’incompréhension de son entourage. Parviendra-t-elle à écrire un nouveau chapitre de son existence sans y laisser trop de plumes ?

On a tous connu ce moment de ras-le-bol où tout part à volo. Ici l’héroïne se sent dépassée et pas à sa place : heureusement c’est à ce moment-là qu’un « coach » inattendu va lui ouvrir les yeux sur ce qu’elle peut faire, dire et changer pour que les choses évoluent positivement et que le changement opère progressivement.

On suit les aventures de Fanny comme celles d’une amie que l’on voit remonter la pente et enfin retrouver la petite étincelle qui lui s’était éteinte ! Un livre feel-good avec de vraies astuces de coaching à appliquer dans sa vie !

 

Les rêveurs d’Isabelle Carré


L’histoire :
Quand l’enfance a pour décor les années 70, tout semble possible. Mais pour cette famille de rêveurs un peu déglinguée, formidablement touchante, le chemin de la liberté est périlleux. Isabelle Carré dit les couleurs acidulées de l’époque, la découverte du monde compliqué des adultes, leurs douloureuses métamorphoses, la force et la fragilité d’une jeune fille que le théâtre va révéler à elle-même. Une rare grâce d’écriture.

On connait l’actrice. Mais ici c’est l’auteur et surtout une Isabelle telle qu’on ne la soupçonne pas dans son enfance et adolescence compliquée avec des parents paumés que l’on découvre. Ecrit sans véritable chronologie, ce livre donne des fragments de vie et des clefs pour mieux comprendre la maturité et la sensibilité de cette jeune fille dont on ne soupçonne pas le parcours.

Un livre plein d’authenticité et de sincérité.

 

Seulement si tu en as envie de Bruno Combes

L’histoire :
lls se sont connus à seize ans, sur les bancs du lycée d’Arcachon, puis chacun a fait sa vie de son côté.
Camille est devenue une brillante avocate parisienne, Stephen vit de sa passion des livres entre Londres et Paris. Ils n’auraient jamais dû se revoir, mais le hasard en a décidé autrement.
Les souvenirs s’entrechoquent, laissant apparaître les failles de l’attente et du désir.
Leur histoire aurait pu être banale, jusqu’à ce que Camille découvre les pages blanches du « manuscrit inachevé ».

Le premier amour : comment réagir quand celui-ci ressurgit à un moment de la vie où l’on se sent perdue ?

Camille est une de ces femmes qui résistent à la tentation malgré une vie de couple chaotique, jusqu’à ce qu’elle revoit cet homme qu’elle a connu à l’adolescence.

Un livre qui se lit bien, mais que j’ai moins aimé que mes autres lectures du mois.

 

Chanson douce de Leila Slimani

L’histoire :
Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame. À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

 

Poignant, bouleversant ! Une famille et la nounou qu’elle emploie. La confiance d’un couple qui confie ses enfants, mais aussi petit à petit sa vie à une femme qui perd pied, qui se sent seule et s’invente une vie … On bascule très vite dans le voyeurisme, le huit clos …

Cette lecture ne peut pas laisser indifférent avec les sensations amères qu’elle laisse et les questionnements : comment peut-on sombrer dans la folie …

 

Mes autres sélections livre des derniers mois :

Avril 2018 :

Mars 2018 :

Janvier 2018 / Février 2018 : 4 idées lecture

Décembre 2017 : 4 idées lecture

En Novembre 2017 : 4 idées lecture

En Octobre 2017 : 4 idées lecture

En Septembre 2017 : 4 idées lecture

En Août 2017 : 4 idées lecture

En Juillet 2017 : 4 idées lecture

En Juin 2017 : 5 idées lecture

En Mai 2017 : 5 idées lecture

En Avril 2017 : 4 idées lecture

En Mars 2017 : 4 idées lecture

En Février 2017 : 6 idées lecture

En Janvier 2017 : 4 idées lecture

En Décembre 2016 : 6 idées lecture

En Novembre : 5 idées lecture

En Octobre : 5 idées lecture

En septembre : 5 idées lecture

En juillet -août : 7 idées lecture

En juin : 5 idées lecture

En avril -mai : 6 idées lecture

happy-2

CULTURE, LA PAUSE FEMININE, Livres et CD

5 idées lecture : mes derniers livres lus préférés #avril2018

 

Pour acheter les livres sur Amazon, cliquez sur les photos.

Celle qui a dit Fuck d’Anne-sophie et Fanny Lesage

L’histoire :
« Moi, c’est Alice, jeune femme attachiante (si j’en crois mon entourage) qui a des rêves plein la tête. Pourtant, j’ai l’impression de subir ma vie plutôt que de la vivre vraiment ! J’ai une fâcheuse tendance à me mettre la pression, à être trop exigeante avec moi-même, à culpabiliser pour tout et surtout pour rien (#chargementale), et à courir après cette fucking perfection !
Mon quotidien n’est plus que to-do lists et longues heures de réflexion sous la douche : Comment être à la fois la Caroline Ingalls de mon foyer et l’Oprah Winfrey de mon job ? Comment assurer le bien-être de ma future progéniture alors que j’ai laissé mon chat s’enfuir au bout de trois jours ? Comment garder le piquant de mon couple tout en m’enfilant le soir cinq épisodes de Game of Thrones… dans mon pyjama de la honte ?
I have a dream : clore le bec à mes ruminations incessantes !
Moi, Alice, j’ai (enfin) décidé de me foutre la paix, de vivre ma vie et de partir en quête du graal : le lâcher-prise.
Je veux être celle qui a dit fuck ! #imparfaiteetfieredeletre
Je veux oser jusqu’au bout de mes socquettes ! #freeandwild
Il est temps… voilà pourquoi je commence mon journal ! »

Un style léger, sous forme de journal intime décontracté où l’on suit cette nana qui nous ressemble ou ressemble à ce que nous étions à un moment de notre vie ! A la croisée entre le livre de développement personnel, le roman, le carnet d’une copine, cet ouvrage est une bouffée d’air frais sans prise de tête qui nous invite à lâcher prise et à se détendre !

Parfait pour les premiers jours de soleil au jardin !

Les ignorants de Etienne Davodeau

L’histoire :
« Un vigneron chez Jean-Pierre Gibrat ou chez Emmanuel Guibert, et un auteur de bande dessinée dans la vigne : mais qui sont-ils ? Deux ignorants ! Comment, pourquoi, et pour qui faire des livres ou du vin ? Les réponses à ces questions forment le récit vivant et joyeux d’une initiation croisée. »

Gros coup de coeur pour cette BD qui nous entraine autant dans les coulisses d’un auteur de bande dessinée que dans la vie d’un viticulteur ! Addictif de voir à quel point la passion et la créativité peuvent se trouver dans tous les métiers pour peu qu’on ne compte pas son amour du travail et que l’on reste curieux de tout !

Cette BD m’a donné très envie d’aller passer du temps au pied des vignes !

 

Derrière le mur coule une rivière de Saverio Tomasella

L’histoire :
« Au bureau comme sur son tapis de course, à table ou au mariage de sa meilleure amie, Estelle contrôle tout. Elle compte ses kilomètres et ses calories, ne tolère aucune erreur, ni avec sa fille ni dans les comptes de ses clients ni dans le comportement de son petit ami, qu’elle congédie au moindre faux pas.
Seule avec ses remords, elle s’épuise à ruminer ses échecs et son insatisfaction. Jusqu’au jour où Béa, sa voisine, la soixantaine épanouie, frappe à sa porte. Avec son rire et sa sensibilité, son franc-parler et son écoute, cette bonne fée va bouleverser sa vie et l’aider, enfin, à lâcher prise… »

Me voilà toujours dans le thème du « lacher prise », il faut croire qu’en ce moment j’en ai besoin ! Cette histoire est celle de beaucoup de femmes qui essaient de TOUT bien faire : travail, éducation, hygiène de vie … mais finalement on finit par s’oublier soi et ne plus prendre de temps pour ce qui nous passionne vraiment ! Ici c’est un retour à la vie plus douce, une ode à l’écoute intèrieure ! Se retrouver pour mieux briller ! Toute cette énergie mal utilisée que l’on déploie pour des choses qui ne nous réussissent pas : une leçon de vie pour ré-apprendre à s’écouter !

 

Papa et maman sont dans un bateau de Marie-Aude Murail

L’histoire :
« Pauvres Doinel ! Ils s’aiment, mais n’ont pas le temps de se le dire. Ils ont chacun leurs angoisses, leurs soucis mais les gardent pour eux. Marc Doinel, le père aux allures de cow-boy, n’a toujours pas parlé du rachat de sa boîte par des Hollandais décidés à restructurer au lance-flammes. Nadine, la mère débordée, n’évoque jamais la lassitude qui l’accable devant les  » fiches de suivi d’acquisition des compétences  » de ses élèves de maternelle. Charlie, la fille aînée, se demande bien pourquoi elle est amoureuse de Kikichi, un héros de manga bisexuel, plutôt que d’un garçon de sa classe. Et pourquoi se sent-elle si transparente au collège ? Le petit Esteban, lui, ne se plaint jamais, au point de se laisser maltraiter sans broncher par les grands de l’école. Pauvres Doinel ! S’ils savaient qu’ils partagent un rêve secret… En feuilletant un magazine, chacun d’entre eux est tombé en arrêt devant la même photo. Celle d’une yourte mongole plantée dans une clairière bretonne. »

Cette histoire m’a touchée : elle fait appel à nos vies de famille où chacun vit dans son coin et où on finit par ne plus partager grand chose. A chaque âge les personnages nous apportent leur lot de lassitude et de rêves : ils ont encore des envies mais ne savent pas comment se sortir de ce quotidien et de cette routine ! Les responsabilités des parents, les angoisses des enfants, ici tout est dépeint très justement avec cette touche d’humour parfaite !

Je pense que je suis partie pour lire tous les livres de cette auteure, après avoir dévoré la série des « Sauveur et fils » 😉

 

Une journée particulière d’Anne-Dauphine Julliand

L’histoire :
« Le 29 février ne revient que tous les quatre ans, il s’agit du jour de la naissance de Thaïs – la petite fille d’Anne-Dauphine Julliand -, atteinte d’une maladie génétique orpheline. Thaïs a vécu trois ans trois quarts : une courte mais belle vie. Lorsque le 29 février réapparaît sur le calendrier, Anne-Dauphine s’offre une parenthèse, sans travail ni obligations, pour vivre pleinement cette journée particulière. Le passé se mêle alors au présent. Chaque geste, chaque parole prend une couleur unique, évoque un souvenir enfoui, suscite le rire ou les larmes. Anne-Dauphine Julliand aime à penser qu’il est possible de gravir des montagnes en talons hauts. Elle a le talent de croquer les émotions de tous les jours. Elle nous raconte sa vie, Loïc, ses fils, Gaspard et Arthur, mais aussi Azylis, son autre princesse, malade, elle aussi. Une leçon de bonheur et une merveilleuse histoire d’amour. »

Une vraie leçon de vie ! Quand on se dit que l’on ne peut pas survivre à ce qu’Anne Dauphine a survécu, elle nous montre que nous avons tous les ressources si on veut bien s’y attarder et que l’essentiel d’une vie n’est pas toujours là où on pense.

J’ai été submergée par l’émotion, par la force et par tout l’amour qui est dépeint à chaque page de ce livre !

Des lectures comme on devrait régulièrement en lire pour que l’on apprenne toujours à savourer le bonheur !

 


Mes autres sélections livre des derniers mois :

Mars 2018 : 3 idées lecture

Janvier 2018 / Février 2018 : 4 idées lecture

Décembre 2017 : 4 idées lecture

En Novembre 2017 : 4 idées lecture

En Octobre 2017 : 4 idées lecture

En Septembre 2017 : 4 idées lecture

En Août 2017 : 4 idées lecture

En Juillet 2017 : 4 idées lecture

En Juin 2017 : 5 idées lecture

En Mai 2017 : 5 idées lecture

En Avril 2017 : 4 idées lecture

En Mars 2017 : 4 idées lecture

En Février 2017 : 6 idées lecture

En Janvier 2017 : 4 idées lecture

En Décembre 2016 : 6 idées lecture

En Novembre : 5 idées lecture

En Octobre : 5 idées lecture

En septembre : 5 idées lecture

En juillet -août : 7 idées lecture

En juin : 5 idées lecture

En avril -mai : 6 idées lecture

happy-2

LA PAUSE FEMININE, LOOK MODE

Le jean made in France : mon coup de coeur pour l’Usinier Français

Cela fait presque trois ans que je cherche à trier ma garde robe de manière douce.

En essayant de réduire mes achats et à coup de tri et don, je ne suis pas encore à une penderie minimaliste mais je me rapproche petit à petit de mes envies de moins pour du mieux.

De belles matières, des coloris dont je ne me lasse pas, et puis si possible de l’occasion, de l’écocert, et du made in France.

J’avais de quoi faire pour longtemps dans certaines catégories de vêtements, mais voilà je devais renouveler au moins un des deux jeans que j’avais épuisé jusqu’à la corde (et même recycler en DIY, souvenez-vous ! ).

J’ai cherché pendant un moment, puis j’ai acheté un jean d’occaz, mais pas top niveau silhouette, faute de trouver ce qui me correspondait.

Aussi lorsque l’Usinier Français m’a parlé de leur collection de Jeans, j’ai été tout de suite emballée en découvrant leur site !

Ils m’ont offert le modèle de mon choix pour tester la qualité : j’ai choisi le jean slim XX.

J’appréhendais : un jean que l’on commande sur internet, c’est toujours très risqué quand on a une morphologie « atypique » qui ne correspond pas toujours aux coupes standard.

J’ai commandé la taille 40 sachant que j’ai pris quelques kilos et que je ne voulais pas d’un skinny. (Je fais un 40 actuellement)

Déjà première très bonne surprise dès la réception : il me va ! Je suis à l’aise dedans et je trouve la coupe plutôt flatteuse.

Deuxième effet kiss cool : il est ultra confortable (je ne me sens pas comprimée au niveau des mollets comme dans certains slims), le tissu est très agréable et j’adore le détail de ses poches avec son liseré rouge !

Imaginé, coupé, conçu et cousu dans les Vosges dans le sud est de la France, ce pantalon est tout ce que je recherchais !

Les prix sont corrects, comptez 99 euros pour le jean Slim : un bon rapport qualité/prix pour une pièce comme celle-ci.

Aussitôt mis, aussitôt adopté, il est parti pour l’Italie avec moi : preuve que je ne doutais absolument pas de sa robustesse, de sa facilité à s’assortir et surtout de son confort tout terrain !

Marche, visite, voiture, froid, chaleur : il a passé toutes les épreuves !

Je craque pour le reste de la collection, en particulier la robe et le blazer ! C’est vraiment de très jolies pièces qui ne se démoderont pas et que je me vois bien porter pendant plusieurs années !

Vous connaissiez ? Avez-vous d’autres marques made in France à me faire découvrir ?

 

 

 

CULTURE, LA PAUSE FEMININE, Livres et CD

3 idées lecture : mes derniers livres lus préférés #mars2018

Mars a été l’occasion de faire de belles découvertes.

Dont de très gros coups de coeur et surtout des styles variés.

C’est parti pour le point lecture mensuel 😉

Pour acheter les livres sur Amazon, cliquez sur les photos.

 

La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker

L’histoire :
« À New York, au printemps 2008, alors que l Amérique bruisse des prémices de l élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d écrire le nouveau roman qu il doit remettre à son éditeur d ici quelques mois. Le délai est près d expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d université, Harry Quebert, l un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l enquête s enfonce et il fait l objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s est-il passé dans le New Hampshire à l été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ? Sous ses airs de thriller à l américaine, La Vérité sur l Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias. »

Joël Dicker est une vraie révélation : j’aime son style simple et attachant. J’ai plongé dans cette histoire avec l’ambiguité de vouloir la faire durer et de vouloir la terminer pour connaitre la fin. Bref c’est vraiment réussi ! Surtout, j’aime tellement le fait que l’on se retrouve dans le monde de l’édition et des écrivains : les phrases des deux protagonistes résonneront encore longtemps dans ma tête autour de leur passion et de leur besoin viscéral d’écrire !

Le dernier sorti me fait de l’oeil : on en entend beaucoup parler car l’auteur est en pleine promo un peu partout. Je me le garde sous le coude 😉

La fille d’avant de JP Delauney

L’histoire :
Lorsqu’elle découvre le One Folgate Street, Jane est conquise par cette maison ultramoderne, minimaliste, parfaite pour tourner la page après le drame éprouvant qu’elle vient de vivre. Mais, pour la louer, il faut se plier aux règles draconiennes imposées par son architecte, Edward Monkford, aussi mystérieux que séduisant. Notamment répondre régulièrement à des questionnaires intrusifs. Jane apprend bientôt qu’Emma, la locataire qui l’a précédée, lui ressemble étrangement et a connu une fin tragique. Irrémédiablement, Jane s’engage sur la même voie, fait les mêmes choix, croise les mêmes personnes… et ressent la même terreur que la fille d’avant.

Cela fait longtemps que je voulais lire cette histoire car je me plonge de plus en plus avec de plaisir dans ce genre d’ambiance.

Ici encore nous sommes dans un thriller psychologique. Le huit clos reste toujours très angoissant, les personnages gardent leur part de mystère jusqu’à la fin. Le lieu est un personnage à part entière. Amateur de maison minimaliste, c’est le panard dans cette maison ! 😉 Un peu déçue par le dénouement, mais je n’ai pas boudé mon plaisir tout au long de la lecture.

Mes thrillers psychologiques préférés :





 

Sauveur et fils de Marie-Aude Murail


L’histoire :
Quand on s appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? Sauveur Saint-Yves, 1,90 m pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois soeurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la maman vient de se remettre en ménage avec une jeune femme…Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien. Mais à toujours s occuper des problèmes des autres, Sauveur a oublié le sien. Ne devrait-il pas protéger ce petit garçon, Lazare, 8 ans, qui est son fils, menacé par un secret ? A partir de 12 ans.

Je me suis totalement laissée charmer par Sauveur et j’ai plongé dans son cabinet de psy à découvrir les personnages les uns après les autres. Les histoires dans l’histoire ne laissent jamais indifférent. Quel plaisir que cette lecture éditée à l’Ecole des Loisirs. Les ados et les adultes pourront se prêter le livre et savourer les 4 saisons de ce petit bonbon ❤




Mes autres sélections livre des derniers mois :

Janvier 2018 / Février 2018 : 4 idées lecture

Décembre 2017 : 4 idées lecture

En Novembre 2017 : 4 idées lecture

En Octobre 2017 : 4 idées lecture

En Septembre 2017 : 4 idées lecture

En Août 2017 : 4 idées lecture

En Juillet 2017 : 4 idées lecture

En Juin 2017 : 5 idées lecture

En Mai 2017 : 5 idées lecture

En Avril 2017 : 4 idées lecture

En Mars 2017 : 4 idées lecture

En Février 2017 : 6 idées lecture

En Janvier 2017 : 4 idées lecture

En Décembre 2016 : 6 idées lecture

En Novembre : 5 idées lecture

En Octobre : 5 idées lecture

En septembre : 5 idées lecture

En juillet -août : 7 idées lecture

En juin : 5 idées lecture

En avril -mai : 6 idées lecture

happy-2

DECO, DETENTE, LA PAUSE FEMININE

Mon art du Hygge : Bougie, plaid, livres, thé et box

Voilà plusieurs mois que l’on découvre le Hygge, un mode vie arrivé tout droit du Danemark, là où malgré un hiver rude, les gens gardent le sourire !

Ils n’ont rien inventé, mais grâce à eux, j’ai trouvé le mot qui résume ce que je m’évertue à vivre régulièrement dans mon quotidien, et depuis très longtemps.

Déjà ado, j’aimais me blottir au fond du gros fauteuil avec un bouquin, une tasse de chocolat chaud sur la table basse, pendant que mon frère regardait un dessin animé et que ma mère tricotait. Jeune adulte, je pouvais passer des heures à découvrir les loisirs créatifs (le scrapbooking a été une de mes passions 🙂 ). Puis avec les enfants, j’ai toujours adoré prendre le temps de faire un gâteau, le décorer, puis faire une jolie table même juste pour le goûter …

Sans le savoir, je dois être danoise 😉 ou tout simplement j’étais Hygge depuis toujours !

Du coup, je me retrouve complètement dans cette façon de ralentir et savourer un moment simple dans son cocon tout en prenant du temps pour soi ou en partageant quelques instants du quotidien et en les embellissant et les appréciant.

J’ai lu plusieurs ouvrages sur le sujet :

« Le bien-être à la danoise » pose les bases tout en expliquant vraiment comment selon se passe au Danemark. Ainsi on découvre comment ils appliquent cette façon de vivre et ce qui en découle.

Mon cahier Hygge ressemble plutôt à un « magazine » doublé d’un carnet pratique. Il est très agréable à lire et donne envie de prendre du temps pour soi. C’est une lecture Feel good qui nous stoppe dans notre course contre le temps. De manière générale ces « cahiers » de chez Solar sont très bien faits et permettent de s’y référer quand on le veut ( j’ai celui sur le running et le pilates)

Hygge l’art de vivre à la scandinave a misé sur des photos, des ambiances. C’est un livre qui détend et apaise rien qu’en feuilletant ces illustrations.

Pour ne pas m’arrêter en si bon chemin, j’ai pris un abonnement à la Hygge box.

Je voulais offrir une box à une amie, et m’en offrir une également. Je suis donc partie sur 2 mois.

Le premier mois, Février, je l’ai reçu juste à temps pour la donner à cette amie.

On était sur la thématique de la table de chevet et de la chambre cocon.

A l’intérieur, 3 objets pour créer une ambiance hygge dans sa chambre à coucher : une guirlande lumineuse Villa Collection, un vide poche en forme de cactus Sass and Belle et un réveil à l’imprimé bois chaleureux Cloudnola.

Positif : Le contenu est conforme au thème, les produits correspondent à la valeur de la box et sont jolis.

Négatif : pour moi le hygge est aussi signe de matière agréable, et durable, j’ai donc trouvé que le réveil « plastique » à piles, ainsi que la guirlande à piles faisaient un peu « cheap » malgré leur esthétisme. On peut y trouver des avantages car les objets à piles sont plus facilement déplaçables et peuvent se mettre n’importe où. Mon côté minimaliste et « durable » prend le dessus quand même. (Vous me direz quand on est minimaliste on ne s’abonne pas à une box : vous n’avez pas tort, j’ai arrêté depuis longtemps la thé box et my little box pour ces raisons d’ailleurs alors que je les aimais ). Mais là c’était une petite rechute 😉

Le deuxième mois, Mars, c’était le thème du matin et de son petit-déjeuner !

J’y ai trouvé un bol et sa cuillère assortie, un aimant en forme de coeur, 1 jus de pomme, 2 mini pots de confiture, et 3 sachets de granola La mère mimosa pour une personne.

Positif : Le contenu correspond au thème. Du comestible donc pas d’objets qui prennent de la place, de l’utile plutôt que de la déco. Le bol et sa cuillère sont magnifiques !

Négatif : un peu sur ma « faim » niveau contenu. J’aurais bien vu quelques sachets de thé, histoire de bien compléter le breakfast.

Les box coûtent 24.90 euros par mois (28.80 euros avec les frais de port), résiliable à tout moment. Bref un cadeau à s’offrir 🙂

Si vous souhaitez avoir 5 euros de réduction, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire avec votre mail pour que je vous parraine.

Pour ma part, peut-être reprendrais-je un abonnement à l’automne ? Bon, mon anniversaire est début mai, donc on ne sait jamais , je peux craquer avant 😉

Voilà donc ce long article sur le Hygge et moi : alors vous aussi, vous étiez Hygge sans le savoir ?