CULTURE, LA PAUSE FEMININE, Livres et CD

6 idées lecture : mes derniers livres lus préférés #février

Mon livre « Le parfum du mimosa » fête bientôt ses 3 mois ! Peut-être fait-il partie de VOS lectures du mois 😉

En tout cas on est pile dans la bonne saison pour l’offrir avec un brin de mimosa et chasser la grisaille et la pluie avec ses couleurs et sa Feel-good story !

Hâte d’avoir vos avis : n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire ou aller en mettre un sur amazon.

Ce mois-ci j’ai fait de très belles rencontres de personnages et d’auteurs : variées, et passionnantes, je vous laisse découvrir ces histoires.

Voici mes lectures du mois

Pour acheter les livres sur Amazon, cliquez sur les photos des couvertures. L’idéal est d’acheter dans vos petites librairies de quartier ou auprès des éditeurs en ligne, d’emprunter dans vos médiathèques ou d’acheter d’occasion.

 

Egarer la tristesse de Marion McGuiness

L’histoire :
« À 31 ans, Élise vit recluse dans son chagrin. Quelle idée saugrenue a eue son mari de mourir sans prévenir alors qu’elle était enceinte de leur premier enfant ?

Depuis ce jour, son fils est la seule chose qui la tienne en vie, ou presque. Dans le quartier parisien où tout lui rappelle la présence de l’homme de sa vie, elle cultive sa solitude au gré de routines farouchement entretenues : les visites au cimetière le mardi, les promenades au square avec son petit garçon, les siestes partagées l’après-midi…

Pourtant, quand sa vieille voisine Manou lui tend les clés de sa maison sur la côte atlantique, Élise consent à y délocaliser sa tristesse. À Pornic, son appétit de solitude va vite se trouver contrarié : un colocataire inattendu s’invite à la villa, avec lequel la jeune femme est contrainte de cohabiter. »

Gros coup de cœur : peut-être parce que le sujet est proche de mon propre roman. On y retrouve beaucoup de thèmes communs : le deuil, l’entraide générationnelle et les amitiés improbables, la reconstruction, se laisser apprivoiser après une claque sentimentale … bref si vous avez aimé mon roman vous aimerez celui-ci c’est certain. Même si le style d’écriture est très différent (j’admire Marion Mc Guiness pour avoir trouver le mot juste à chaque fois et savoir si bien décrire les sentiments et sensations … ), vous retrouverez des personnages écorchés par la vie et des vieilles maisons pleines de souvenirs avec un parcours de vie difficile mais beaucoup d’espoir.

 

En nous beaucoup d’hommes respirent de Marie-Aude Murail

L’histoire :
« Des photos, des menus de mariage, des mèches de cheveux, des images pieuses et des liasses de lettres celées… Voilà le trésor que Marie-Aude découvre en vidant la maison de ses parents. C’est toute l’histoire de sa famille qui se dessine alors.
Il y a Raoul tombant fou amoureux de Cécile avant son départ pour les tranchées, il y a Gérard le poète qui rencontre Marie-Thérèse dans Paris libéré, il y a aussi celle qu’elle fut, et ses mots de dix-huit ans à Pierre, qui deviendra son mari…
Toutes ces nouvelles que l’on se donne et ces secrets qui se trament, ces fêtes, ces maisons, les naissances et les deuils. Une vie française sur trois générations, tressant trois histoires d’amour, de la Grande Guerre aux années 2000. »

A la fois biographique et romanesque, on découvre l’histoire de la famille de l’auteure Marie-Aude Murail. Elle nous conte à coups d’archives et souvenirs, les mariages et les naissances à travers le temps, les secrets qui n’en sont pas, les rapprochements, les décés. On traverse les époques tout en se disant que c’est une immense chance de pouvoir naviguer comme ça dans les couloirs du temps et livrer sans pudeur toute la complexité des relations familiales.

 

Charles Dickens de Marie-Aude Murail

L’histoire :
« Marche, petit Charles. Marche dans les rues de Londres puantes et enfumées, faufile-toi entre les rats. Marche jusqu’à la fabrique de cirage où tu colles des étiquettes dix heures par jour, puis marche vers la prison pour dettes rendre visite à ton père et marche encore à la nuit tombée, rentre seul dans ta chambre. Galope, Charles. Galope en rêve et en imagination. Invente-toi une autre vie, théâtre, aventures, passions, demeures luxueuses… Cours Dickens. Deviens reporter, dénonce les injustices. Cours vers la gloire que tu mérites par ta verve et ton cœur. Cours à travers le monde, de Paris à New York, lis tes romans à voix haute devant un public abasourdi, et cours écrire le suivant que des centaines de milliers attendent semaine après semaine. Cours si vite, si bine, si loin que la mort même ne pusse t’atteindre, et vis éternellement, Charles Dickens, à travers tes romans et dans cette biographie écrite par celle qui t’a élu, un jour de ses dix-sept ans, son  » père céleste « , et qui te ressemble tant. »

Charles Dickens est un de mes auteurs préférés, Marie-Aude Murail aussi. Alors quand je découvre que la 2e admire le premier et qu’elle a écrit une biographie : je fonce et j’adore ! Marie-Aude Murail nous envoie dans un autre temps tout en modernisant le discours et en rendant très accessible le récit d’une vie incroyable. J’ai appris beaucoup de choses sur Charles Dickens et j’ai lu son histoire comme un roman savoureux. A mettre entre les mains des enfants ou ados également, le livre est publié à l’école des loisirs.

Sacrées Sorcières de Pénelope Bagieu

L’histoire :
« Les enfants sont répugnants ! Ils puent ! Ils empestent ! Ils sentent le caca de chien ! Rien que d’y penser, j’ai envie de vomir ! Il faut les écrabouiller ! Les pulvériser ! Écoutez le plan que j’ai élaboré pour nettoyer l’Angleterre de toute cette vermine…Attention ! Les vraies sorcières sont habillées de façon ordinaire et ressemblent à n’importe qui. Mais elles ne sont pas ordinaires. Elles passent leur temps à dresser les plans les plus démoniaques et elles détestent les enfants. La Grandissime Sorcière compte bien les faire tous disparaître. Seuls un jeune garçon et son extravagante grand-mère semblent capables de l’en empêcher… »

J’ai lu tellement de fois « Sacrées sorcières » de Roald Dahl que le livre est usé. Je l’ai lu ensuite à mes enfants : il parait que je fais très bien la grandissime sorcière 😉 Toujours est-il qu’étant fan des BD de pénelope Bagieu depuis toujours (j’ai toutes ses BD et je ne manque pas une occasion d’aller les faire dédicacer), j’ai sauté dessus sa version de ce roman jeunesse que j’aime tant. Je n’ai pas été déçue : on y retrouve le conte mais aussi la touche Pénelope Bagieu. Un savant mélange qui s’harmonise bien et nous refait découvrir l’histoire. A offrir à tous les anniversaires de 7 à 78 ans !

 

Le tout dernier été d’Anne Bert

L’histoire :
« « Je viens de rencontrer mes passeurs. Ces hommes qui font désormais partie de ma vie puisqu’ils vont m’aider à la quitter.
Je les ai sentis rigoureux, exigeants, prudents. Et engagés à me tendre doucement la main. Une autre médecine qui, quand elle ne peut plus soigner le corps, se décide à soigner l’âme. »
Parce qu’elle aime furieusement la vie et qu’elle est condamnée, Anne Bert a décidé de choisir et de ne pas subir jusqu’au bout les tortures que lui inflige la maladie de Charcot. C’est ce cheminement qu’elle nous raconte ici. Celui de devoir mourir hors-la-loi, et hors-les-murs, puisque la loi française ne l’autorise pas à abréger ses souffrances. Celui aussi de son dernier été.
Il faut découvrir le goût des dernières fois et des renoncements, apprendre à penser la mort, dire au revoir à ceux qu’elle aime, en faisant le pari de la joie malgré le chagrin. »

Difficile sujet que le droit à mourir. Pourtant ici on ne tombe pas dans le pathos. En racontant son dernier été, Anne Bert essaie de nous faire comprendre son choix, tout en nous faisant savourer la vie. J’avais vu un reportage la suivant dans son parcours à travers la maladie, et on y retrouve sa personnalité déterminée. Un témoignage poignant et très poétique malgré le sujet difficile.

 

Tout faire soi-même de Raphaëlle Vidaling

« Faire soi-même sa baguette, son fromage, son dentifrice, son poêle à bois, son gin, ses tablettes de lave-vaisselle ou sa coque de téléphone, c’est possible ? Même quand on n’est pas superbricoleur ni superéquipé ? Oui. C’est même assez facile. Et économique.

120 réalisations expliquées
De la moutarde à la cheminée, en passant par le savon,
le chewing-gum, le gel anti-poux ou la mezzanine.
Y compris des projets de rêve auxquels vous n’auriez pas pensé,
comme une hutte de sudation amérindienne
ou une baignoire d’extérieur chauffée au feu de bois. »

Ce livre est ultra complet ! C’est la bible de ceux qui veulent tout faire eux même et cherchent des recettes ou tutos pour réaliser produits ménagers autant que d’hygiène et même des DIY plus élaborés. Je n’ai pas encore tout lu, j’ai commencé à repérer les premières recettes que je vais tester. En tout cas ce bouquin est inépuisable d’idées et peut tout à faire servir de base pour un jeune couple qui aménage ensemble et qui souhaite démarrer une vie autonome. Ou des amoureux de la nature qui réalisent leur rêve d’aller vivre dans un coin reculé.

 

Mes autres sélections livre des derniers mois :

Décembre : 5 idées lecture

Novembre : 4 idées lecture

10 lectures romance de noël

septembre 2019 : 3 idées lecture

3 romans feel-good  été

3 lectures en anglais été

mai-juin 2019 : 3 idées lecture

Avril 2019 : 3 idées lecture

Mars 2019 : 3 idées lecture

Février 2019 : 3 idées lecture

Janvier 2019 : 5 idées lecture

happy-2

CULTURE, LA PAUSE FEMININE, Livres et CD

Quel livre choisir pour une ado de 13 ans ? 5 lectures validées par ma fille !

Vous aviez eu droit à la sélection de livres pour l’été pour que les vacances riment avec lecture, alors cet hiver, j’ai refait un petit bilan avec mes 5 derniers moments littéraires préférés.

Alors si vous n’avez pas d’idées pour vos ados qui seraient comme moi de grands consommateurs de bouquins, voici les titres à leur faire découvrir très vite avec mes avis.

Cliquez sur les photos pour commander le livre sur amazon mais l’idéal c’est encore de l’emprunter à sa médiathèque, ou de l’acheter d’occasion ou dans une petite librairie de quartier.

 

Le théorème des Katherine de John Green

 

L’histoire :

« Dix-neuf fois Colin est tombé amoureux. Dix-neuf fois la fille s’appelait Katherine. Pas Katie, ni Kat, ni Kittie, ni Cathy, et surtout pas Catherine, mais KATHERINE. Et, dix-neuf fois, il s’est fait larguer. »

Mon avis :

J’ai adoré la façon dont l’histoire est racontée. On passe du rire aux larmes et j’avoue que j’aime quand l’auteur réussit à nous faire vivre autant d’émotions sur un même livre.  Parfois il y a quelques longueurs et ça tourne en rond, mais franchement cet auteur reste pour moi un incontournable  et j’ai passé un très bon moment de lecture avec cette histoire.

 

Ma vie amoureuse en 16 garçons de Stephanie kate Strohm

L’histoire :

« Avery a tout pour plaire. Mais pourquoi toutes ses histoires finissent-elles par une rupture ? Pour le savoir, Avery décide d’interroger tous ses ex depuis la maternelle… Une comédie romantique piquante et irrésistible.  »

Mon avis :

L’originalité c’est que l’histoire est écrite avec seulement des dialogues comme une pièce de théâtre. C’est parfois répétitif et difficile à comprendre, mais l’histoire est intéressante et on s’y plonge facilement car elle démarre vite.

 

Nos éclats de miroir de Florence Hinckel

L’histoire :

« Je m’appelle Cléo, et j’aurai bientôt 15 ans, 1 mois et 20 jours. Cette date est importante pour moi, car c’est à cet âge-là que tu es morte, Anne Frank. Tu es mon écrivaine préférée ! Alors j’ai décidé de m’adresser à toi dans ce nouveau carnet. Je vais te raconter ce qui m’interroge, me fait rire ou me bouleverse. Toutes ces choses que je n’oserais jamais dire à voix haute : le voile devant les yeux de ma mère ; ma meilleure et parfois cruelle amie Bérénice ; ma grande sœur, si forte et déterminée ; Dimitri, mon amour d’enfance perdu de vue ; la complexité du monde. Mais aussi mon reflet, si mouvant qu’il m’échappe… ou parfois se brise.
Je vais te parler de nos éclats de miroirs.
Les tiens, les miens, les leurs.  »

Mon avis :

Un de mes gros coups de coeur que j’ai eu en cadeau pour noël et que j’ai dévoré ! L’histoire est très touchante, j’ai même pleuré plusieurs fois. La petite fille est fascinée par Anne Frank, ce qui la pousse à lui écrire comme à une amie imaginaire. Elle lui confie ses peurs, ses envies, ses joies et ses peines. Ce livre n’est pas très joyeux mais j’ai vraiment adoré. On voudrait consoler l’héroïne en la prenant dans nos bras lorsqu’elle est triste.

Du coup je vais lire le journal d’Anne Frank que je connaissais vaguement car cela m’a vraiment interpellé et donné envie d’en savoir encore plus.

 

Ma vie toute pourrie de Jenny Smith


L’histoire :

« Je m’appelle Sam Wallis, j’ai 13 ans, et aujourd’hui, ma vie est… toute pourrie. Gemma, ma meilleure amie du monde entier, vient de déménager à des millions de kilomètres. Avec elle, je rigolais, je faisais des listes de  » points positifs/ points négatifs « , et j’assumais mes sweats roses avec des chevaux. Maintenant qu’elle est partie, tout ce que je faisais me semble nul et puéril et j’en arrive à me demander si ce n’est pas moi qui suis nulle et puérile. Surtout depuis que je me suis ridiculisée à vie devant David Matthieson, alors qu’il m’avait souri (!!!) Bref, je vous l’avais bien dit, ma vie est toute pourrie… »

Mon avis :

Après les larmes du livre précédent, j’avais besoin de rire et ce livre est vraiment drôle ! On peut se retrouver dans tous les gestes maladroits de cette collégienne qui est comme nous et nous fait relativiser nos catastrophes et « drames » du quotidien. J’ai adoré cette lecture !

 

Très chère Sadie de Sophie Kinsella


L’histoire :

« Lara, vingt-sept ans, est dans une mauvaise passe : son fiancé est parti tomber amoureux d’une autre, son associée fait la fête sur une plage à Bali pendant que leur business de recrutement frôle dangereusement la faillite, et la voilà forcée d’assister à la crémation d’une très vieille grand-tante qu’elle a dû voir cinq fois tout au plus. Heureusement, Lara n’est pas seule. Car voici que surgit Sadie : une fille épatante, tout droit sortie des années vingt, fan de charleston et de soirées cocktail, de belles toilettes et de beaux garçons ; une vraie diablesse qui a aussi le chic pour apparaître aux moments les plus inopportuns et qui cultive une curieuse obsession pour un mystérieux collier. Au contact de cette nouvelle amie, Lara va comprendre qu’ajouter un peu de vintage, un brin de fantaisie et une touche de magie peut résoudre bien des soucis. Mais qui est vraiment cette très chère Sadie ? »

Mon avis :

Alors celui-là je l’ai piqué dans la bibliothèque de ma mère un jour de pénurie de livres 😉 Elle a tous les « accros du shopping » écrits par cette auteure mais la plupart en anglais. J’ai essayé d’en lire un qu’elle a en français mais je n’ai pas accroché. Par contre, je suis tombée sur la 4ème de couverture de celui-ci et je me suis laissée embarquer.

L’histoire est captivante, très bien écrite. J’ai beaucoup ri, (même si à la fin on peut s’attendre à avoir une grosse boule dans la gorge). Il y a quelques passages un peu longs mais franchement cela ne gâche rien au plaisir de cette lecture !

Voilà, vous avez de quoi passer l’hiver et on se retrouve au printemps 😉

En attendant, vous avez des titres de livres à me suggérer pour mes prochaines lectures ?

LA PAUSE FEMININE, MANGER

Lettre ouverte à Anne

Anne, Chère Anne, Très Chère Anne, (Je pourrais même te donner de la particule tant tu as mon estime et ma reconnaissance éternelle)

Oui, tu ne le sais pas mais un vendredi soir de Janvier, tu as sauvé ma vie.

Comme tous les vendredis soirs, éreintée et tentée de dire comme tout le monde « enfin le week-end » alors que je bosse le samedi matin, j’ai récupéré mon cageot de légumes (note le glamour de cette expression) à mon Drive Fermier.

Passé le moment de recherche sur Wikipédia pour reconnaitre un radis noir (oui je suis une fille de la ville, j’ai vécu toute mon enfance dans une cité où le seul légume vivant que je connaissais était le Mister Freeze de l’épicerie du coin), j’ai regardé ce que j’allais pouvoir cuisiner.

Et là au milieu des patates, salades et carottes (t’as vu je fais des progrès avec les légumes hein ?), voilà un chou blanc et des blettes !

Mais pourquoi ? pourquoi moi ? Comment annoncer à mes enfants, au nombre de 2, que ce soir, ils allaient manger du chou blanc et des blettes !

Ma semaine dans les pattes, dans un état proche de l’Ohio ( eighties Inside), je sentais en moi des pulsions suicidaires … J’avais le choix entre me tailler les veines façon tagliatelles à coup d’économe, ou mettre la tête dans mon four pour respirer le gaz et oublier tout ceci. Bon sauf que comme je suis nulle jusqu’au bout, j’ai un four éléctrique.

Crétine du chou, j’ai d’abord pensé en faire une soupe (oui, j’ai des automatismes sur titre de film de Louis de Funès … « la soupe aux choux » que j’me suis dit ma vieille denrée !).

Mais ce chou blanc est un piège, il n’est pas fait pour être cuit. (si même le potager cherche à m’embrouiller !).

Je suis allée direct sur ton site (parfois j’ai de bons automatismes) voir ce qu’était cette espèce de chou qui ne va pas dans les soupes ! (à quoi ça sert d’être un chou alors, je te le demande.)

Mais oui, bon sang, mais c’est bien sûr ! Je le connais ce chou, j’en mange dans les salades des restos japonais ! Mais ta recette à toi je n’y aurais jamais pensé et pourtant elle a épaté les marmots : en salade de chou avec pomme et raisin ! Avec la touche sucrée comment n’y ai je pas pensé ! Là j’ai marqué des points (il y a même eu des « hum » et des « miam » dont j’ai récolté tous les honneurs. Un jour je leur dirais la vérité .. mais laisse moi être la super maman du vendredi soir encore un peu ;-))

Pour les blettes, autant dire que rien que le nom, les enfants ont commencé à faire leur baluchon. C’est vrai quoi : Blette ? c’est pas hyper vendeur ! C’est genre Belette mais qui n’est pas du sud et qui prononce pas bien les « euh ».

Juste avant que la grande n’entame une fugue, j’lui ai dit « Bouge pas Minouche, je vais chercher une recette « . (J’ai donc entendu le zip de sa valise se fermer pendant que je tapais « Blette enfants » dans le moteur de recherche).

Et j’aurais dû m’en douter, c’est sur ton site là encore que je suis tombée : ta quiche aux blettes et au poulet ! Déjà que je t’aimais, là j’aurais pu t’embrasser ! Simplicité, authenticité et régalade !

Tu venais de sauver ma soirée, mon repas, ma vie de famille … et disons le franchement mes enfants d’une mort certaine fasse au dégoût de la blette et du chou blanc.

Alors Merci Anne !

Ps : pour le radis noir, je ne sais pas si les enfants sont prêts 😉